Images de page
PDF
ePub

ses lieutenants, avec une partie de ses troupes qu'on eût prise pour l'armée entière. Mais les coureurs n'étaient pas encore de retour, qu'on aperçut de loin une effroyable multitude de gens avec tant de feux de tous côtés, qu'on eût dit que toute la campagne était en feu. Car cette armée, grande et mal ordonnée comme elle était, venant à camper, tenait une étendue de pays infinie, principalement à cause du bagage et de l'attirail qu'elle tenait après elle.

Alexandre assit son camp, et se retrancha au même endroit où il se trouva quand les ennemis parurent, témoignant une joie incroyable de se voir en état de donner la bataille dans un détroit plutôt qu'en tout autre lieu, comme il l'avait désiré. Néanmoins, comme il arrive d'ordinaire en ces occasions et lorsqu'on est sur le point de tout hasarder, son assurance se tourna en crainte et en souci. Il redoutait, et non sans cause, cette même fortune qui lui avait toujours été favorable, et considérait qu'autant de bienfaits qu'il en avait reçus lui étaient autant de preuves de son inconstance, et qu'il était à la veille de se voir ou le plus triomphant ou le plus misérable prince de la terre. D'autre part, il se proposait la récompense beaucoup plus grande que le péril; et s'il était incertain de la victoire, il était pour le moins bien assuré qu'il ne mourrait que glorieusement et avec une louange immortelle.

Ayant donc recommandé à ses soldats de se tenir prêts pour la troisième veille de la nuit, il monta sur le sommet d'une haute montagne, où, faisant allumer force flambeaux, il offrit, selon l'usage de son pays, un sacrifice aux dieux tutélaires de la contrée. Les trompettes, suivant l'ordre qui en avait été donné, avaient déjà sonné par trois fois, et les troupes étaient prêtes à marcher et à combattre; mais leur ayant été

visa: quum incondita multitudo, maxime propter jumenta, laxius tenderet. Itaque eo ipso loco metari suos castra jusserat; lætus, quod omni expetiverat voto, in illis potissimum angustiis decernendum fore. Ceterum, ut solet fieri, quum ultimi discriminis tempus adventat', in solli citudinem versa fiducia est. Illam ipsam fortunam, qua aspirante, res tam prospere gesserat, verebatur, nec injuria, ex his quæ tribuisset sibi; quamque mutabilis esset, reputabat. Unam superesse noctem, quæ tanti discriminis moraretur eventum. Rursus occurrebat, majora periculis præmia: et sicut dubium esset, an vinceret, ita illud utique certum esse, honeste et cum magna laude moriturum. Itaque corpora milites curare jussit, ac deinde tertia vigilia instructos et armatos esse. Ipse in jugum editi montis ascendit, multisque collucentibus facibus, patrio more sacrificium diis præsidibus loci fecit. Jamque tertium, sicut præceptum erat, signum tuba miles acceperat, itineri simul paratus et prælio strenueque jussi procedere, oriente luce pervenerunt ad angustias, quas occupare decreverant. Darium triginta inde stadia abesse

[ocr errors]

commandé de doubler le pas, elles se rendirent au point du jour aux passages dont elles se voulaient saisir. Cependant les coureurs rapportèrent que Darius n'était plus qu'à trente stades de là; si bien que le roi fit faire halte, et ayant pris ses armes, rangea ses gens en bataille. Les paysans qui s'enfuyaient avertirent aussi Darius de la venue de l'ennemi; mais il ne pouvait se persuader que des gens qu'il poursuivait comme des fuyards eussent la hardiesse de venir à lui: tellement que l'épouvante fut grande dans son armée, qui était plus en état de marcher que de combattre. Se trouvant donc surpris, ils couraient aux armes en désordre, et c'était à qui se saisirait des premières qui lui venasent en main; mais l'empressement de ceux qui couraient ainsi en tumulte d'un côté et d'autre, et qui criaient à leurs compagnons qu'ils prissent les armes, augmentait encore la frayeur. Quelques-uns gagnaient le haut des montagnes pour voir de là les troupes de l'ennemi, la plupart mettaient la bride à leurs chevaux ; et cette multitude composée de tant de nations qui ne s'accordaient point, et où chacun se mêlait de commander, avait tout rempli de confusion et de trouble.

Darius, au commencement, avait résolu d'occuper la croupe de la montagne avec une partie de ses forces, pour envelopper les ennemis par devant et par derrière, et d'en jeter encore quelques autres du côté de la mer qui couvrait son aile droite, afin de les enfermer de toutes parts. Il avait d'ailleurs fait avancer vingt mille hommes et quelques compagnies d'archers, avec ordre de passer la rivière de Pinare qui séparait les deux armées, et de s'opposer aux Macédoniens; ou si cela ne se pouvait, de regagner les montagnes, et s'en venir à couvert charger les ennemis en queue: mais la Fortune, plus puissante que la raison ni la bonne conduitc, renversa de si sages

præmissi indicabant. Tunc consistere agmen jubet ; armisque ipse sumptis aciem ordinat. Dario adventum hostium pavidi agrestes nuntiaverunt, vix credenti occurrere etiam, quos ut fugientes sequebatur. Ergo non mediocris omnium animos formido incesserat: quippe itineri quam prælio aptiores erant, raptimque arma capiebant. Sed ipsa festinatio discurrentium, suosque ad arma vocantium, majorem metum incussit. Ali in jugum montis evaserant, ut hostium agmen inde prospicerent; equos plerique frænabant. Discors exercitus, nec ad unum intentus imperium, vario tumultu cuncta turbaverat. Da rius initio, montis jugum cum parte copiarum occupare statuit, et a fronte, et a tergo circumiturus hostem a mari quoque, quo dextrum ejus cornu tegebatur, alios objecturus, ut undique urgeret. Præter hæc viginti millia præmissa cum sagittariorum manu, Pinarum amnem, qui

duo agmina interfluebat, transire et objicere sese Macedonum copiis jusserat; si id præstare non possent, retrocedere in montes, et occulte circumire ultimos bostium. Ceterum, destinata salubriter, omni ratione potentior

conseils, et se joua de tous les ordres qu'il avait, la plus grande force des Macédoniens, au front de

donnés ; car les uns étaient si éperdus de frayeur, qu'ils n'avaient pas le courage d'exécuter les commandements qui leur étaient faits; et les autres les exécutaient en vain, parce que quand une fois les membres plient, il est force que le corps succombe.

IX. Au reste, son armée était disposée de cette sorte. Nabarzane conduisait l'aile droite, où était la cavalerie, soutenue de quelque vingt mille hommes, tant archers que tireurs de fronde. Du même côté était Thymodès, qui commandait l'infanterie grecque, composée de trente mille hommes que Darius avait à sa solde. C'était là sans doute la fleur et la force de son armée, et qui ne cédait en rien à la phalange macédonienne. A l'aile gauche, il y avait vingt mille hommes de pied, barbares, commandés pas Aristomède, Thessalien; et derrière eux étaient les nations les plus belliqueuses, pour les soutenir. Là devait combattre le roi à la tête de trois mille hommes d'armes choisis, qui étaient la garde ordinaire du corps, et d'un gros composé de quarante mille hommes de pied. Ils étaient suivis de la cavalerie des Hircaniens et des Mèdes. Celle des autres peuples était rangée à droite et à gauche, par escadrons détachés des autres. Et à la tête de tout cela marchaient six mille frondeurs ou gens de trait. Enfin il n'y eut si petit espace, ni si petit coin, où l'on se pût loger dans ces détroits, qui ne fût rempli de ces troupes; de sorte que l'une des ailes s'étendait jusqu'au pied de la montagne, et l'autre jusqu'au bord de la mer. Au milieu de l'armée étaient la femme et la mère de Darius, avec toute la suite des femmes.

|

la bataille. Nicanor, fils de Parménion, menait l'aile droite, renforcée de Cénus, de Perdiccas, de Méléagre, de Ptolémée et d'Amyntas, chacun avec les troupes qu'il commandait. A la gauche, tirant vers la mer, étaient Parménion et Cratère; mais Cratère avait ordre d'obéir à Parménion. Il plaça la cavalerie sur les deux ailes, les Macédoniens avec les Thessaliens à la droite, et ceux du Péloponnèse à la gauche; au devant il mit quelques compagnies de tireurs de fronde et d'archers, et la cavalerie légère des Thraces et des Crétois pour ceux que Darius avait envoyés occuper les montagnes, il leur opposa les Agriens nouvellement arrivés de Grèce, et commanda à Parménion de s'étendre le plus qu'il pourrait vers la mer, afin de s'éloigner toujours des rochers dont les Barbares s'étaient saisis. Toutefois, ils n'eurent jamais l'assurance ni de combattre ceux qu'ils avaient en tête, ni de donner en queue à ceux qui étaient passés; mais, à la seule vue des tireurs de fronde, ils prirent l'épouvante et s'enfuirent, ce qui assura à Alexandre le flanc de sa bataille, pour lequel il avait toujours appréhendé qu'il ne fût endommagé d'en haut. Ils ne marchaient dans ces détroits que trente-deux hommes de front, le lieu ne permettant pas de s'élargir davantage; mais, comme peu à peu les montagnes vinrent à s'ouvrir, il déploya ses bataillons, et eut même assez de place pour jeter de la cavalerie sur les ailes. X. Déjà les deux armées étaient en présence mais non pas encore à la portée du trait, quand les Perses jetèrent les premiers un cri confus et épouvantable. Il leur fut incontinent répondu

Alexandre mit sa phalange, en quoi consistait par les Macédoniens, et la réverbération des cris

fortuna discussit: quippe.alii præ metu imperium exsc qui non audebant; alii frustra exsequebantur; quia, ubi partes labant, summa turbatur.

IX. Acies autem hoc modo stetit. Nabarzanes equitatu dextrum cornu tuebatur, additis funditorum sagittariorumque viginti fere millibus. In eodem Thymodes erat, Græcis peditibus, mercede conductis, triginta millibus præpo situs. Hoc erat haud dubium robur exercitus, par Macedonicæ phalangi acies. In lævo cornu Aristomedes Thessalus viginti millia barbarorum peditum habebat. In subsidiis pu gnacissimas locaverat gentes. Ipsum regem in eodem cornu dimicaturum tria millia delectorum equitum, assueta corporis custodia, et pedestris acies quadraginta millia sequebantur. Hyrcani deinde Medique equites his proximi; ceterarum gentium ultra cos dextra lævaque dispositi. Hoc agmen, sicut dictum est, instructum sex millia jaculato: um funditorumque antecedebant. Quidquid in illis angustiis adiri poterat, impleverant copiæ, cornuaque hinc a jugo, illinc a mari stabant : uxorem matremque regis, et alium feminarum gregem in medium agmen acceperant. Alexander phalangem, qua nihil apud Macedonas validius erat, in fronte constituit. Dextrum cornu Nicanor Parmenionis filius tucbatur: huic proximi stabant Cœnos, et Perdiccas, et Meleager, et Ptolemæus, et Amyntas, sui quisque agmi

nis duces. In lævo, quod ad mare pertinebat, Craterus et Parmenio erant; sed Craterus Parmenioni parere jussus. Equites ab utroque cornu locati: dextrum Macedones, Thessalis adjunctis, lævum Peloponnenses tuebantur. Ante hanc aciem posuerat funditorum manum, sagittariis admixtis. Thraces quoque et Cretenses ante agmen ibant, et ipsi leviter armati. At iis, qui præmissi a Dario jugum montis insederant, Agrianos opposuit ex Græcia nuper advectos. Parmenioni autem præceperat, ut, quantum posset, agmen ad mare extenderet; quo longius abesset montibus, quos occupaverant Barbari. At illi neque obstare venientibus, nec circumire prætergressos ausi, funditorum maxime aspectu profugerant territi: eaque res futum Alexandro agminis latus, quod ne superne incesseretur timuerat, præstitit. Triginta et duo armatorum ordines ibant; neque enim latius extendi aciem patiebantur angustiæ. Paulatim deinde se laxare sinus montium, et majus spatium aperire cœperant; ita ut non pedes solum pluribus ordine incedere, sed etiam lateribus circumfundi posset equitatus.

X. Jam in conspectu, sed extra teli jactum, utraque acies erat, quum priores Persæ inconditum et trucem sustulere clamorem. Redditur et a Macedonibus major exercitus numero, jugis montium vastisque saltibus repercus

dans les vallons et les rochers d'alentour, le rendit, Athéniens, et représentait aux siens la Béotie plus grand qu'il ne devait être à proportion de❘ naguère domptée, et la plus florissante de ses villeurs troupes; étant une chose ordinaire en la na- les détruite et ruinée de fond en comble; tantôt ture qu'au moindre bruit qui éclate, les forêts et il leur remettait devant les yeux la journée du les montagnes voisines retentissent et multiplient Granique, tantôt le grand nombre des villes qu'il le son qu'elles reçoivent. Alexandre marchait à avait ou forcées ou reçues à composition, et enfin la la tête de ses drapeaux, faisant à tout coup signe de quantité de provinces qu'ils avaient laissées derla main à ses gens de modérer un peu cette ardeur rière eux désolées et soumises à leur obéissance. » avec laquelle ils se portaient au combat, de peur Après, quand il venait aux Grecs, il leur remonque, par trop de précipitation, ils ne vinssent à la trait « que c'était là ces peuples, leurs anciens et charge déjà las et hors d'haleine. Et comme il naturels ennemis, qui avaient tant fait de maux à passait à cheval le long des rangs, il parlait dif- la Grèce, et comme Darius premièrement et féremment aux soldats, accommodantses discours Xerxès ensuite, avec un orgueil insupportable, à l'humeur des nations et à l'esprit de chacun. leur avaient demandé de la terre et de l'eau en Aux Macédoniens il remettait en mémoire « leur tribut, pour marque d'une honteuse servitude; ancienne valeur, et comme, après avoir achevé tant que ce dernier avait inondé tout le pays d'un si de guerres et gagné tant de batailles en Europe, grand nombre d'hommes et d'animaux qu'ils ils s'en étaient venus, le menant plutôt qu'il ne les avaient tari les fontaines, épuisé les rivières, et menait, subjuguer l'Asie et les extrémités de l'O- consumé généralement tout ce que la nature prorient; qu'il ne tiendrait qu'à eux de s'acquérir duit pour l'usage et la nourriture des hommes; le titre de libérateurs de l'univers, et, poussant qu'ils avaient saccagé leurs villes, abattu et réleurs victoires au delà des bornes d'Hercule et duit en cendres les temples de leurs dieux, et de Bacchus, de donner la loi non-seulement aux violé toutes sortes de droits divins et humains. Perses, mais à tous les peuples de la terre; que Puis, s'adressant aux Illyriens et aux Thraces, les Bactriens et les Indiens deviendraient sujets gens accoutumés à vivre de rapines, il leur faisait de la Macédoine; que ce qu'ils voyaient mainte- contempler l'armée des ennemis tout éclatante nant n'était que la moindre partie de leurs d'or et de pourpre, et moins chargée d'armes que conquêtes, et qu'une seule victoire les allait ren- de butin; « qu'ils allassent donc, eux qui étaient dre maitres de tout le reste; qu'ils ne seraient pas hommes, ravir tous ces ornements à ces femmes, toujours parmi les rochers des Illyriens et dans et qu'ils fissent un échange de leurs rochers et de les montagnes de la Thrace à faire une guerre leurs affreuses montagnes, toujours couvertes de ingrate sans en recueillir aucun fruit, mais que neiges et de frimas, avec les belles plaines et les les dépouilles de tout l'Orient seraient le prix de riches campagnes de la Persc. » leur valeur et la récompense de leurs fatigues; qu'à peine serait-il besoin de tirer l'épée, et que cette grande multitude, déjà tout ébranlée et chancelante par sa propre frayeur, pouvait être renversée du seul choc de leurs boucliers.» Sur cela il invoquait son père Philippe, vainqueur des

sus: quippe semper circumjecta nemora petræque, quanfamcumque accepere vocem, multiplicato sono referunt. Alexander ante prima signa ibat, identidem manu suos inhibens, ne suspensi, acrius ob nimiam festinationem concilato spiritu, capesserent prælium. Quumque agmini obequitaret, varia oratione, ut cujusque animis aptum erat, milites alloquebatur. Macedones, tot bellorum in Europa victores, ad subigendam Asiam atque ultima Orientis, non ipsius magis quam suo ductu, profecti, inveteratæ virtutis admonebantur. « Illos terrarum orbis liberatores, cmensosque olim Herculis et Liberi patris terminos, non Persis modo, sed etiam omnibus gentibus imposituros jugum; Macedonum Bactra et Indos fore; minima esse, quæ nunc intuerentur, sed omnia victoria parari. Non in præruptis petris Illyriorum, et Thraciæ saxis sterilem laborem fore; spolia totius Orientis offerri. Vix gladio futurum opus; totam aciem suo pavore fluctuantem umbonibus posse propelli. » Victor ad hæc Atheniensium Philippus pater invocabatur; domitæque nuper Bæcotia, et urbis in ea nobilissimæ ad solum diruta species repræsentabatur animis. Jam

[ocr errors]

XI. Ils ne furent pas sitôt à la portée du trait, que la cavalerie des Perses se mit à charger furieusement l'aile gauche des ennemis; car c'était surtout avec sa cavalerie que Darius désirait de combattre, sachant bien que la plus grande force de l'armée des Macédoniens était en leur phalange.

Granicum agmen, jam tot urbes, aut expugnalas, aut in fidem acceptas ; omniaque, quæ post tergum erant, strata et pedibus ipsorum subjecta memorabat. Quum adierat Græcos, admonebat ab iis gentibus illata Græciæ bella, Darii prius, deinde Xerxis insolentia, aquam ipsam terramque postulantium, ut neque fontium haustum, nec solitos cibos relinquerent. Dein deum templa ruinis et igni. bus esse deleta; urbes eorum expugnatas; fœdera humani divinique juris violata referebat. Illyrios vero et Thracas, rapto vivere assuetos, aciem hostium auro purpuraque fulgentem intueri jubebat, prædam, non arma gestautem. Irent, et imbellibus feminis aurum viri eriperent, aspera montium suorum juga, nudosque colles et perpetuo rigentes gelu ditibus Persarum campis agrisque mutarent.

XI. Jam ad teli jactum pervenerant, quum Persarum equites ferociter in lævum cornu hostium invecti sunt; quippe Darius equestri prælio decernere optabat, phalangem Macedonici exercitus robur esse conjectans. Jamque etiam dextrum Alexandri cornu circumibatur. Quod ubi Macedo conspexit, duabus alis equitum ad jugum montis

On commençait même à investir l'aile droite où était Alexandre, lorsque, s'en apercevant, il se contente de laisser deux escadrons sur la montagne, et vient promptement se jeter avec le reste au fort de la mêlée; puis, détachant de la bataille la cavalerie thessalienne, il ordonne à celui qui la conduisait de passer le plus à couvert qu'il pourrait derrière ses gens de pied, afin de s'aller joindre à Parménion et faire ce qu'il lui comman

derait.

Cependant Alexandre, enveloppé de tous côtés par les Perses, se défendait vaillamment; mais les uns et les autres étaient si serrés qu'ils ne pouvaient qu'à grand' peine lancer leurs javelots; et s'ils faisaient tant que d'en tirer quelques-uns, ils se rencontraient et s'entre-choquaient presque tous en l'air, de sorte que la plupart tombaient à terre sans effet; ou s'ils portaient jusqu'aux ennemis, les coups en étaient si faibles et l'atteinte si légère, qu'ils ne les pouvaient offenser. Se voyant donc forcés de combattre de plus près, les voilà tous l'épée à la main, et ce fut alors qu'il se fit un grand carnage; car les deux armées se trouvaient tellement jointes et attachées ensemble, qu'on se battait corps à corps, et qu'on se portait la pointe des épées contre le visage les uns des autres. Il n'y avait homme si timide ni si lâche qui s'en pût dédire, et qui ne fût contraint, malgré qu'il en eût, de payer de sa personne. Ils combattaient de pied ferme et mains à mains comme en un combat singulier, et ne pouvaient quitter leur place qu'ils ne s'en fissent une autre par la mort de leurs ennemis; alors seulement ils avançaient d'un pas, mais tout recrus et harassés, pour trouver un ennemi tout frais qui les venait recevoir; et les blessés ne se pouvaient retirer de la presse comme il se fait d'ordinaire, parce qu'ils avaient l'ennemi en tête, et les leurs en queue qui les pressaient en même temps.

jussis subsistere, cæteros in medium belli discrimen strenue transfert. Subductis deinde ex acie Thessalis equitibus, præfectum eorum occulte circumire tergum suorum jubet, Parmenionique conjungi, et quod is imperasset, impigre exsequi. Jamque ipsi, in medium [Persarum] undique circumfusi, egregie se tuebantur; sed conserti et quasi cohæ rentes tela vibrare non poterant : simul erant emissa, in eosdem concurrentia implicabantur, levique et vano ictu pauca in hostem, plura in humum innoxia cadebant. Ergo cominus pugnam coacti conserere, gladios impigre strin gunt. Tum vero multum sanguinis fusum est. Duæ quippe acies ita cohærebant, ut armis arma pulsarent, mucrones in ora dirigerent. Non timido, non ignavo cessare tum licuit collato pede, quasi singuli inter se dimicarent, in eodem vestigio stabant, donec vincendo locum sibi facerent. Tum demum ergo promovebant gradum, quum hostem prostraverant. At illos novus excipiebat adversarius fatigatos nec vulnerati, ut alias solent, acie poterant excedere, quum hostis instaret a fronte, et a tergo sui urgerent. Alexander non ducis magis quam militis munera

Alexandre, de son côté, faisait son devoir nonseulement de capitaine, mais aussi de soldat, désirant ajouter ce comble d'honneur à sa victoire de tuer Darius de sa main; car comme il paraissait haut élevé sur un char et exposé à la vue de tout le monde, c'était un puissant objet pour inciter également et les siens à le défendre et ses ennemis à l'attaquer. Aussi son frère Oxathrès, voyant qu'Alexandre l'entreprenait et le pressait de près, courut se jeter au devant de lui pour le couvrir avec quelques compagnies de cavalerie qu'il commandait, se faisant remarquer entre tous les autres à sa taille et à l'éclat de ses armes, et plus encore à sa valeur. Car, porté d'un grand courage et d'une amour extrême pour son roi, il donna des preuves extraordinaires de l'un et de l'autre en cette occasion, renversant à ses pieds tous ceux qui s'attaquaient un peu trop brusquement à lui, et tournant les autres en fuite. Mais les Macédoniens, animés par la présence de leur roi, venant à se rallier et à s'encourager les uns les autres, enfoncent avec lui cet escadron, et en font une cruelle boucherie; si bien qu'en moins de rien tout fut rempli d'horreur et de sang, comme si ce n'eût pas été un combat, mais une soudaine ruine.

On voyait autour du chariot de Darius étendus sur la place les plus grands seigneurs et les plus vaillants capitaines des Perses, tous couchés sur le visage, de la façon qu'ils étaient tombés en combattant, et morts glorieusement à la vue de leur roi, ayant reçu toutes leurs blessures par devant. On y reconnaissait entre autres un Atizyès, un Réomithrès et un Sabacès, gouverneur d'Egypte, qui avaient autrefois commandé de grandes armées. Ils avaient autour d'eux un grand nombre de gens de pied et de cheval de moindre marque, tous entassés les uns sur les autres du côté des Macédoniens, quoiqu'il n'y en

exsequebatur, opimum decus caso rege expetens; quippe Darius curru sublimis eminebat; et suis ad se tuendum, et hostibus ad incessendum, ingens incitamentum. Ergo frater ejus Oxathres, quum Alexandrum instare ei cerneret, equites, quibus præcerat, ante ipsum currum regis objecit : armis et robore corporis multum super cæteros eminens, animo vero et pietate in paucissimis, illo utique prælio, clarus, alios improvide instantes prostravit, alios in fugam avertit. At Macedones, ut circa regem erant, mutua adbortatione firmati, cum ipso in equitum agmen irrumpunt. Tum vero similis ruinæ strages erat. Circa currum Darii jacebant nobilissimi duces, ante oculos regis egregia morte defuncti, omnes in ora proni, sicut dimicantes procubuerant, adverso corpore vulneribus acceptis. Inter hos Atizyes, et Rheomithres, et Sabaces prætor Ægypti, magnorum exercituum præfecti, noscitabantur: circa eos cumulata erat peditum equitumque obscurior turba. Macedonum quoque non quidem multi, sed promptissimi tamen cæsi sunt: inter quos Alexandri dextrum femur leviter mucrone perstrictum est. Jamque qui Darium vehebant equi, con

deux côtés, se mit à les suivre à toute bride. Il n'avait que mille chevaux avec lui, et toutefois il menait battant et taillant en pièces une multitude incroyable d'ennemis ; mais qui est celui qui, dans la chaleur de la victoire ou dans l'effroi d'une déroute, considère le nombre de ses troupes? Cette poignée de gens les allait chassant devant soi comme des troupeaux de moutons, et la même peur qui les incitait à fuir retardait leur fuite.

eut pas beaucoup de tués, si ce n'est qu'il en revint | pousser les Barbares, se voyant victorieux des peu de ceux qui donnèrent des premiers avec le plus de furie, entre lesquels Alexandre fut légèrement blessé d'un coup d'épée à la cuisse droite. Cependant, les chevaux qui traînaient le chariot de Darius, étant tout percés de coups et effarouchés par la douleur de leurs blessures, commencèrent à se cabrer et à secouer le joug avec tant de violence qu'ils allaient verser, quand ce misérable prince, craignant de tomber vif en la puissance des ennemis, se jeta en bas et fut mis sur un cheval qu'il faisait suivre, quittant même honteusement les marques royales, de peur qu'elles ne découvrissent sa fuite. Aussitôt, à son exemple, tous les autres prennent l'épouvante, et se sauvent comme ils peuvent, jetant les armes qu'un peu auparavant ils avaient prises pour leur défense, tant la peur est une passion insensée, de craindre même les choses d'où elle attend

son secours.

La cavalerie que Parménion avait détachée poursuivait vivement les fuyards, qui pour leur malheur étaient tous venus donner de la tête en cet endroit et s'exposer de nouveau à la fureur des ennemis. Mais, du côté droit, les Perses menacaient rudement la cavalerie thessalienne; et ils avaient déjà rompu du premier choc un coin de son escadron, quand les Thessaliens, faisant promptement le caracol, revinrent à la charge, et trouvant les Barbares en désordre, dans la confiance qu'ils avaient de la victoire, en firent un horrible carnage. Car les chevaux des Perses, aussi bien que leurs gendarmes tout couverts de lames de fer, étaient si pesamment armés, qu'ils avaient peine à tourner; au lieu que les Thessaliens, faisant manier leurs chevaux à toutes mains d'une grande vitesse, avaient toutes sortes d'avantages sur eux; si bien que, leur gagnant la croupe, ils en avaient fait plusieurs prisonniers. Comme Alexandre eut appris l'heureux succès de ce combat, lui qui auparavant n'avait osé

fossi bastis et dolore efferati, jugum quatere, et regem curru excutere cœperant; quum ille, veritus ne vivus veniret in hostium potestatem, desilit, et in equum, qui ad hoc sequebatur, imponitur; insignibus quoque imperii, ne fugam proderent, indecore abjectis. Tum vero ceteri dissipantur metu, et, qua cuique patebat ad fugam via, erumpunt, arma jacientes, quæ paulo ante ad tutelam corporum sumpserant: adeo pavor etiam auxilia formidat. Instabat fugientibus eques a Parmenione missus, et forte in id cornu omnes fuga abstulerat. At in dextro Persa Thessalos equites vehementer urgebant. Jamque una ala ipso impetu proculcata erat, quum Thessali strenue circumactis equis dilapsi, rursus in prælium redeunt, sparsosque et incompositos victoriæ fiducia Barbaros ingenti cæde prosternunt. Equi pariter equitesque Persarum, serie laminarum graves, agmen, quod celeritate maxime constat, ægre moliebantur. Quippe in circumagendis equis suis Thessali inulti occupaverant, Hac tam prospera pugna

Néanmoins, les Grecs qui étaient à la solde de Darius, sous la conduite d'Amyntas, autrefois lieutenant d'Alexandre, et alors du parti contraire, s'étaient tirés de la mêlée, non certes en gens qui fuyaient, mais faisant une retraite honorable. Pour les Barbares, ils prirent des routes bien différentes les uns suivirent le chemin qui mène droit en Perse, les autres gagnèrent les bois et les détours des montagnes écartées, et bien peu retournèrent au camp de Darius. Aussi le vainqueur s'en était déjà rendu maître; et les soldats l'avaient saccagé, l'ayant trouvé plein de richesses et d'une quantité incroyable d'or et d'argent, qui n'était pas tant un fonds pour la guerre, qu'une vaine magnificence. Et comme ils se chargeaient de plus de butin qu'ils n'en pouvaient porter, les chemins étaient tout couverts de hardes de moindre valeur que l'avarice des soldats avait méprisées.

L'on était déjà venu jusqu'aux femmes, à qui l'on arrachait leurs bagues et leurs ornements, avec d'autant plus de violence que ce sont les choses qu'elles aiment avec plus de passion. Les meurtres même et les violences n'y furent pas épargnés. Ce n'étaient que pleurs, que gémissements et cris effroyables qu'on entendait de tous côtés, selon que le portait la misère et la destinée de chacun. On ne saurait dire quels maux ne se firent point en cette horrible journée, où la licence et la cruauté vinrent comme à se déborder sur toutes sortes d'âges, de conditions et de sexes: mais parmi tout cela il

nuntiata, Alexander non ante ausus persequi Barbaros, utrinque jam victor, instare fugientibus cœpit. Haud amplius regem quam mille equites sequebantur, quum ingens multitudo hostium caderet: sed quis, aut in victoria, aut in fuga copias numera!? Agebantur ergo a tam paucis pecorum modo, et idem metus, qui cogebat fugere, fugientes morabatur. At Græci qui in Darii partibus steterant, Amynta duce, prætor hic Alexandri fuerat, tunc transfuga, abrupti a ceteris, haud sane fugientibus similes evaserant. Barbari longe diversam fugam intenderunt; alii qua rectum iter in Persidem ducebat, quidam circumitu rupes saltusque montium occultos petivere, pauci castra Darii. Sed jam illa quoque hostis victor intraverat, omni quidem opulentia ditia. Ingens auri argentique pondus, non belli, sed luxuriæ apparatum, diripuerant milites: quumque plus raperent, passim strata erant itinera vilioribus sarcinis, quas in comparatione meliorum avaritia contempserat. Jamque ad feminas perventum erat, quibus, quo cariora

« PrécédentContinuer »