Images de page
PDF
ePub

de n'être pas mis à la torture par les Athéniens. Mais ils le poursuivirent jusqu'après sa mort; on ne put trouver dans toute l'Attique une seule poignée de terre à jeter sur son corps, et il fut repoussé d'un pays où il avait vécu le modèle des citoyens. Pourrait-on ne pas voir un trait de démence publique dans cet accord de tout un peuple qui punit les plus belles vertus comme les plus horribles crimes, et qui n'a pour les bienfaits d'autre récompense que l'injustice? Un pareil égarement doit sembler odieux en tout pays, mais surtout à Athènes, où il y avait une loi formelle contre les ingrats; loi juste et sage, car cet échange de services, ce commerce de bienfaits, qui est, pour ainsi dire, la vie des hommes, celui-là le ruine et le détruit, qui manque de reconnaissance envers son bienfaiteur. Quels reproches ne mérite donc pas un peuple qui, avec une législation si équitable, avait des sentiments si injustes, et aimait mieux obéir à ses penchants qu'à ses lois? Que si, par un effet du pouvoir des dieux, les grands hommes dont j'ai rapporté les disgrâces venaient, en invoquant cette loi vengeresse de l'ingratitude, citer leur patrie au tribunal de quelque autre nation, ne verrait-on pas ce peuple ingénieux et disert demeurer muet et interdit devant une telle accusation : « Tes foyers épars, tes chaumières divisées en bourgades, sont devenus l'appui de la Grèce. Marathon resplendit des trophées conquis sur les Perses; Salamine et Artémisium rappellent les naufrages de Xerxès; tes murailles, renversées par des mains puissantes, s'élèvent plus imposantes et plus belles. Mais les auteurs de ces merveilles, où ont-ils terminé

leur vie? où reposent-ils ? Réponds. Tu as réduit Thésée à n'avoir pour tombeau qu'un misérable rocher; Miltiade, à mourir dans une prison; Cimon, à se couvrir des chaînes de son père; Thémistocle, à embrasser vainqueur les genoux d'un ennemi vaincu ; Solon, Aristide, Phocion, à fuir loin de leurs foyers ton ingratitude. Et, tandis que nos cendres sont dispersées avec ignominie et mépris, tu révères, comme un objet sacré, celles d'un OEdipe, souillé du sang de son père et de l'amour incestueux de sa mère; tu lui as élevé, entre l'Aréopage même, ce vénérable sanctuaire de la justice divine et humaine (1), et la citadelle, ce trône auguste de Minerve, un autel où tu lui adresses tes hommages; tant les vices des étrangers te sont plus chers que les vertus de tes citoyens. Lis donc cette loi, à laquelle tu as juré de rester fidèle; et, puisque tu nous as refusé les récompenses dues à nos services, expie du moins par un juste châtiment les maux que tu nous as faits. » Tel serait le langage de ces ombres illustres, si la loi du destin ne les condamnait au silence; mais l'ingrate Athènes ne saurait échapper au blâme, et toutes les langues ne sont pas muettes pour des paroles d'accusation.

CHAPITRE IV.

DE LA PIÉTÉ FILIALE, CHEZ LES ROMAINS.

Mais laissons l'ingratitude, et parlons de la piété filiale; car il vaut mieux s'entretenir d'un

(1) Allusion au procès intenté à Mars pour un homicide, et jugé par les douze grands dieux, sur la colline appelée Aréopage.

instructissimus, tantum non in eculeo ab Atheniensibus impositus est; sed certe post obitum nullam Atticæ regionis, quæ ossibus ejus injiceretur, glebulam invenit; jussus extra fines projici, intra quos optimus civis vixerat. Quid abest, igitur, quin publica dementia sit existimanda, summo consensu maximas virtutes, quasi gravissima delicta, punire, beneficiaque injuriis rependere? Quod quum ubique, tum præcipue Athenis intolerabile videri debet; in qua urbe adversus ingratos actio constituta est; et recte, quia dandi et accipiendi beneficii commercium, sine quo vix vita hominum constat, perdit et tollit, quis. quis bene merito parem referre gratiam negligit : quantam ergo reprehensionem merentur, qui quum æquissima jura, sed iniquissima haberent ingenia, moribus suis, quam legibus, uti maluerunt? Quod si qua providentia deorum effici posset, ut excellentissimi viri, quorum modo casus retuli, legem ingratorum vindicem retinentes, patriam suam in jus ad aliam civitatem pertraherent, nonne ingeniosum et garrulum populum, mutum atque elinguem hac postulatione reddidissent? Discordes foci tui, pagisque dividua tuguria, Græciæ facta sunt columen. Lucet Marathon Persicis tropæis; Salamis et Artemisium Xerxis naufragia numerantur; prævalidis manibus exhausta monia, pulchrioribus operibus consurgunt: harum rerum auctores ubi vixerunt? ubi jacent ? responde. Nempe Thesea parvulo

in scopulo sepeliri, et Miltiadem in carcere mori, et Cimona paternas induere catenas, et Themistoclem victorem victi hostis genua complecti, Solonemque cum Aristide et Phocione penates suos ingrata fugere coegisti; quum interim cineribus nostris fœde ac miserabiliter dispersis, Edipodis ossa, cæde patris, nuptiis matris contaminata, inter ipsum Areopagum, divini atque humani certaminis venerabile domicilium, et excelsis præsidiis Minervæ arcem, honore aræ decorata, quasi sacrosancta, colis adeo tibi aliena mala tuis bonis gratiora sunt! Lege itaque legem, quæ te jurejurando obstrictam tenet; et quia bene meritis debita reddere præmia noluisti, læsis justa piacula exsolve. Tacent mutæ illorum umbræ, fati necessitate constricta; at immemores beneficiorum Athenæ reprehensore, lingua sermone licenti soluta, non carent.

CAPUT IV.

DE PIETATE IN PARENTES, CUJUS EXEMPLA ROMANORUM SUNT.

Sed omittamus ingratos, et potius de piis loquamur; aliquanto enim satius est favorabili, quam invisæ, rei vacare venite igitur in manus nostras, prospera paren

sujet agréable que d'un sujet odieux. Venez donc à nous, généreux enfants qui, nés sous d'heureux auspices, avez comblé les vœux de vos parents, et qui faites à la fois bénir et désirer la fécondité des mariages!

1. Coriolan joignait à la grandeur d'âme et à la profondeur du génie le mérite d'avoir rendu à sa patrie d'éclatants services. Frappé de la plus injuste des condamnations, il se réfugia chez les Volsques, alors ennemis déclarés des Romains. Le mérite est estimé partout: là où Coriolan était venu chercher une retraite, il fut bientôt élevé au commandement suprême; et celui que ses concitoyens n'avaient pas voulu avoir pour général, pour sauveur, faillit devenir, à la tête de leurs ennemis, le destructeur de leur empire. En effet, après avoir vaincu nos armées en plusieurs rencontres, il conduisit le soldat volsque, de victoire en victoire, jusqu'au pied de nos murailles; et ce peuple dédaigneux, qui avait méconnu son propre bien, qui s'était montré inexorable envers un accusé, fut réduit à demander grâce à un exilé. Des ambassadeurs allèrent le supplier, et ne purent rien obtenir. Les pontifes, envoyés à leur tour en habits sacerdotaux, revinrent sans plus de succès. Le sénat était dans la stupeur, le peuple dans l'épouvante; les hommes, les femmes, tous déploraient déjà une ruine inévitable. Alors Véturie, mère de Coriolan, et son épouse Volumnie, avec ses enfants, se rendirent au camp des Volsques. Dès que l'exilé eut aperçu sa mère : « Tu l'emportes, & ma patrie! s'écria-t-il; tu triomphes de ma colère; je cède aux larmes de celle dont j'ai reçu une vie que je devrais passer à te haïr; et sur-le-champ il ordonna aux armées ennemies d'évacuer le territoire de Rome. Ainsi

[ocr errors]

tum vota, felicibus auspiciis propagatæ soboles, quæ efficitis, ut et genuisse juvet, et generare libeat.

1. Coriolanus, maximi vir animi et altissimi consilii, optimeque de republica meritus, iniquissimæ damnationis ruina prostratus, ad Volscos infestos tunc Romanis confugit magno ubique pretio virtus ætimatur; itaque quo latebras quæsitum venerat, ibi brevi summum adeptus est imperium, evenitque, ut quem pro se salutarem imperatorem cives habere noluerant, pæne pestiferum adversus se ducem experirentur; frequenter enim fusis exercitibus nostris, victoriarum suarum gradibus aditum juxta monia urbis Volsco militi struxit: quapropter fastidiosus ille in æstimandis bonis suis populus, qui reo non pepercerat, exsuli coactus est supplicare. Missi ad eum depre. candum legati, nihil profecerunt; missi deinde sacerdotes cum infulis, æque sine effectu redierunt: stupebat senatus, trepidabat populus, viri pariter ac mulieres exitium imminens lamentabantur. Tunc Veturia, Coriolani mater, Volumniam uxorem ejus, et liberos secum trahens, castra Volscorum petiit ; quam ubi filius adspexit, « Expugnasti, inquit, et vicisti iram meam, patria, precibus hujus admotis, cujus utero te, quamvis merito mihi invisam, dono; » continuoque Romanum agrum hostilibus

| le ressentiment d'un cruel outrage, l'espérance d'une victoire prochaine, la honte de manquer à ses engagements, la crainte même de la mort (1), ne purent l'emporter, dans son cœur, sur la piété filiale, et le seul aspect d'une mère fit succéder à une guerre fatale à Rome une paix qui la sauva | (An de R. 265).

2. Une même piété filiale embrasait le premier Africain; un même amour arma son jeune bras d'une force supérieure à son âge, dans une bataille où il secourut son père. Celui-ci étant consul soutenait contre Annibal, près du Tésin, un combat engagé sous de mauvais auspices, et il venait d'être dangereusement blessé. Son fils accourut aussitôt pour lui faire un rempart de son corps, et il lui sauva la vie. Ni la faiblesse de l'âge, ni l'inexpérience de la guerre, ni la crainte qu'eût inspirée même à un vieux guerrier l'issue de ce combat malheureux, rien ne put empêcher cet enfant de mériter une couronne doublement glorieuse, en arrachant à la mort son père et son général (An de R. 535).

3. Rome n'a connu d'aussi belles actions que par la voix de la renommée; en voici qu'elle a vues de ses yeux. Le tribun Pomponius avait cité devant le peuple L. Manlius Torquatus. Il l'accusait d'avoir gardé le commandement au delà du terme légal, en attendant l'occasion de terminer heureusement une expédition militaire; il l'accusait, en outre, de fatiguer, aux durs travaux de la campagne, un fils de la plus belle espérance, pour le soustraire au service de l'État. Dès que le jeune Manlius en fut instruit, il partit pour Rome, et se rendit à la pointe du jour chez Pomponius. Celui-ci, persuadé qu'il lui ap

(1) Les Volsques, trompés dans leurs espérances, pouvaient le tuer.

armis liberavit. Ergo pectus dolore acceptæ injuriæ, spe potiundæ victoriæ, verecundia detrectandi ministerii, metu mortis refertum, totum sibi pietas vacuefecit: unius. que parentis aspectus bellum atrox salutari pace mutavit. 2. Eadem pietas viribus suis inflammatum Africanum superiorem, vixdum annos puerilitatis egressum, ad opem patri in acie ferendam virili robore armavit: consulem enim eum apud Ticinum fluvium adversis auspiciis cum Annibale pugnantem, graviter saucium, intercessu suo servavit; neque illum aut ætatis infirmitas, aut militiæ tirocinium, aut infelicis prælii etiam veterano bellatori pertimescendus exitus interpellare valuit, quo minus duplici gloria conspicuus coronam, imperatore simul et patre ex ipsa morte rapto, mereretur.

3. Auribus ista tam præclara exempla Romana civitas accepit; illa vidit oculis L. Manlio Torquato diem ad populum Pomponius tribunus plebis dixerat, quod occasione bene finiendi belli inductus, legitimum obtiuendi imperii tempus excessisset, quodque filium optimæ indolis juvenem, rustico opere gravatum, publicis usibus subtraheret id postquam Manlius adolescens cognovit, proti nus urbem petiit, et se in Pomponii domum prima luce direxit; qui existimans in hoc eum venisse, ut patris cri

portait de nouveaux sujets d'accusation contre un père qui le traitait si durement, fit retirer tout le monde de sa chambre, afin que l'absence de tout témoin laissât plus de liberté au dénonciateur. Profitant d'une méprise si favorable à son dessein, le jeune homme tire un poignard qu'il tenait caché, presse, menace, épouvante le tribun, le force à lui jurer qu'il se désistera de toute accusation contre son père; et, grâce à cette action hardie, Torquatus n'eut point à se justifier. La piété filiale est digne d'éloges quand elle a sa source dans la douceur même des parents; mais plus Manlius trouva de rigidité dans son père, plus il eut de mérite en le sauvant du péril, puisqu'aux sentiments de la nature ne se joignait, pour le lui faire aimer, aucun témoignage de tendresse et d'affection (An de R. 391). 4. Émule de ce tendre fils, M. Cotta, le jour même qu'il prit la robe virile, ne descendit du Capitole (1) que pour citer en justice Cn. Carbon, qui avait fait condamner son père. Il l'accabla, à son tour, sous le poids d'une condamnation, et consacra, par ce beau début, les prémices de son talent et de sa jeunesse (An de R. 687).

5. L'autorité paternelle exerça aussi sur C. Flamininus une grande puissance. Il voulait, étant tribun du peuple, partager par têtes aux citoyens les terres d'un canton de la Gaule; et, malgré la résistance opiniâtre du sénat, il avait hardiment promulgué sa loi. Insensible aux prières et aux menaces, inflexible même devant une armée levée contre lui pour le cas où il persisterait dans sa résolution, il était à la tribune aux harangues et y faisait la lecture de cette loi, lorsque son père vint mettre la main sur lui. Vaincu par cet acte (1) C'était ordinairement là qu'on revêtait la robe virile, à 17 ans.

mina, a quo plus justo aspere tractabatur, deferret, excedere omnes jussit cubiculo, quo licentius remotis arbitris indicium perageret: nactus occasionem opportunam proposito suo juvenis, gladium, quem tectum attulerat, des. trinxit, tribunumque minis ac terrore compulsum jurare coegit, a patris ejus accusatione recessurum; coque effectum est, ne Torquatus causam diceret. Commendabilis est pietas, quæ mansuetis parentibus præstatur ; sed Manlius, quo horridiorem patrem habuit, hoc laudabilius periculo ejus subvenit, qui ad eum diligendum præter na turalem amorem nullo indulgentiæ blandimento invitatus fuerat.

4. Hanc pietatem æmulatus M. Cotta, eo ipso die, quo togain sumpsit virilem, protinus ut e Capitolio descendit, Cn. Carbonem, a quo pater ejus damnatus fuerat, postulavit, peractumque reum judicio afflixit, et ingenium et adolescentiam præclaro opere auspicatus.

5. Apud C. quoque Flaminium auctoritas patria æque potens fuit; nam quum tribunus plebis legem de Gallico agro viritim dividendo, invito et repugnante senatu, promulgasset, precibus minisque ejus acerrime resistens, ac ne exercitu quidem adversus se conscripto, si in eadem sententia perseveraret, absterritus, postquam pro Rostris ei legem jam referenti pater manum injecit, pri

d'autorité privee, il descendit de la tribune, sans que la multitude, ainsi frustrée de son espé rance, fit entendre contre lui le moindre murmure de mécontentement (An de R. 521).

6. Voilà de grands exemples de piété filiale donnés par des hommes; mais je ne sais s'il n'y a pas encore plus de courage et de grandeur dans l'action de la vestale Claudia. Voyant son père sur le point d'être arraché de son char triomphal par la violence d'un tribun, elle courut, d'un rapide élan, se jeter entre deux, et arrêta le plus redoutable pouvoir de l'État jusque dans la fureur de ses vengeances personnelles. L'on vit ainsi deux triomphes, celui du père montant au Capitole, celui de la fille allant au temple de Vesta; et l'on ne savait qui des deux méritait le plus d'applaudissements, du triomphateur qui avait la victoire pour guide, ou de la vestale qui avait pour compagne la piété filiale (An de R. 610).

7. Pardonnez, antiques foyers de Vesta; feux éternels, pardonnez, si la suite de mon récit me fait passer, de votre sanctuaire auguste, dans un séjour lugubre, mais que le crime a rendu nécessaire. La fortune n'a point de rigueurs, ni la misère de haillons, qui puissent avilir et dégrader la tendresse filiale; l'épreuve en est même d'autant plus sûre qu'elle a lieu dans des conjonctures plus tristes. Une femme de condition libre, condamnée pour un crime capital au tribunal du préteur, fut livrée par celui-ci au triumvir, pour être exécutée dans la prison. Le geôlier qui la reçut, ému par la pitié, ne l'étrangla point sur-le-champ; il donna même à la fille de sa prisonnière un libre accès auprès d'elle, après l'avoir toutefois fouillée soigneusement, de peur qu'elle n'apportât quelque nourriture. Il pensait

vato fractus imperio, descendit e Rostris, ne minimo quidem murmure destitutæ concionis reprehensus.

6. Magna sunt hæc virilis pietatis opera; sed nescio an his omnibus valentius et animosius Claudia vestalis virginis factum, quæ quum patrem suum triumphantem e curru violenta tribuni plebis manu detrahi animadvertisset, mira celeritate utrisque se interponendo, amplissimam potestatem inimicitiis accensam depulit: igitur alterum triumphum pater in Capitolium, alterum filia in ædem Vestæ duxit: nec discerni potuit, utri plus laudis tribueretur; cui victoria, an cui pietas comes aderat.

7. Ignoscite, vetustissimi foci, veniamque æterni date ignes, si a vestro sacratissimo templo ad necessarium magis, quam speciosum urbis locum contextus operis nostri progressus fuerit: nulla enim acerbitate fortunæ, nullis sordibus, pretium caræ pietatis evilescit; quin etiam eo certius, quo miserius experimentum habet. Sanguinis ingenui mulierem prætor apud tribunal suum capitali crimine damnatam, triumviro in carcerem necandam tradidit; quo receptam, is qui custodiæ præerat, misericordia motus, non protinus strangulavit, aditum quoque ad eam filiæ, sed diligenter excussæ, ne quid cibi inferret, dedit, existimans futurum, ut inedia consumeretur : quum autem jam dies plures intercederent, secum ipse quærens,

que l'infortunée mourrait bientôt de besoin. Mais voyant qu'au bout de plusieurs jours cette femme vivait encore, il en chercha la raison; et une attention plus curieuse lui fit surprendre cette fille, le scin nu, allaitant sa mère pour lui adoucir les horreurs de la faim. La nouvelle d'un fait si admirable parvint du geôlier au triumvir, du triumvir au préteur, du préteur au conseil des juges, et valut à la condamnée la remise entière de sa peine. Où ne pénètre pas, que ne suggère pas la piété filiale, qui trouve un moyen si nouveau de sauver les jours d'une mère en prison? Qu'y a-t-il de plus extraordinaire, de plus inouï que de voir une mère allaitée par sa fille? Cela semblerait contre nature, si la première loi de la nature n'était d'aimer les auteurs de nos jours.

DE LA PIÉTÉ FILIALE, CHEZ LES ÉTRANGERS.

1. On doit les mêmes éloges à la piété filiale de Péro. Cimon, son père, accablé de vieillesse, et frappé par une condamnation semblable, avait aussi été jeté au fond d'une prison; elle le nourrit, comme son enfant, du lait de son propre sein. Les yeux s'attachent avec ravissement sur le tableau qui représente ce trait d'amour, et l'admiration que nous cause le spectacle de cette scène antique en renouvelle pour nous la réalité; dans ces figures muettes et insensibles, on croit voir des corps agir et respirer. L'histoire doit faire nécessairement sur l'esprit la même impression; ses tableaux ont même plus que les autres le pou

voir de rendre aux faits anciens l'attrait de la nouveauté.

2. Je ne passerai pas non plus sous silence, illustre Cimon, ta tendresse pour ton père, toi qui n'hésitas pas à lui acheter la sépulture, au

quidnam esset, quod tamdiu sustentaretur, curiosius observata filia animadvertit illam exserto ubere famem matris lactis sui subsidio lenientem : quæ tam admirabilis spectaculi novitas ab ipso ad triumvirum, a triumviro ad prætorem, a prætore ad consilium judicum perlata, remissionem pœnæ mulieri impetravit. Quo non penetrat, aut quid non excogitat pietas, quæ in carcere servandæ genitricis novam rationem invenit? Quid enim tam inusitatum, quid tam inauditum, quam matrem natæ uberibus alitam? Putaret aliquis hoc contra rerum naturam factum, nisi diligere parentes prima naturæ lex esset. DE PIETATE IN PARENTES, CUJUS EXEMPLA EXTERNORUM SUNT. 1. Idem prædicatum de pietate Perus existimetur, quæ patrem suum Cimona consimili fortuna affectum, parique custodia traditum, jam ultimæ senectutis, velut infantem pectori suo admotum aluit. Hærent ac stupent hominum oculi, quum hujus facti pictam imaginem vident, casusque antiqui conditionem præsentis spectaculi admi. ratione renovant, in illis mutis membrorum lineamentis viva ac spirantia corpora intueri credentes: quod necesse est animo quoque evenire, aliquanto efficaciore pictura litterarum, vetera pro recentibus admonito recordari.

2. Ne te quidem, Cimon, silentio involvam, qui patri VALÈRE MAXIME,

[ocr errors]

prix d'une captivité volontaire. A quelque grandeur que tu te sois élevé depuis, et comme citoyen et comme général, la prison te fait encore plus d'honneur que tes dignités. Car si les autres vertus ont droit à toute notre admiration, la piété filiale mérite de plus tout notre amour (Av. J.-C. 490).

3. Je vous rappellerai aussi au souvenir de la postérité, généreux frères, dont le cœur fut plus noble que votre origine. Nés en Espagne, au sein de l'obscurité, vous avez fait le sacrifice de votre vie pour assurer des aliments aux auteurs de vos jours, et un beau trépas vous couvrit de gloire. Pour une somme de douze mille sesterces (1), payable à vos parents après votre mort, vous vous étiez engagés, avec la famille des Paciécus, à tuer Epaste, assassin de leur père et tyran de leur pays. On vous vit non-seulement oser ce coup d'éclat, mais le couronner par une fin intrépide. Des mêmes mains vous sûtes venger les Paciécus, punir Épaste, nourrir votre famille, et conquérir pour vous-mêmes une glorieuse destinée. Aussi vous vivez encore au sein du tom

beau, pour avoir mieux aimé soutenir la vieillesse de vos parents que d'attendre la vôtre.

4. Deux couples de frères, Cléobis et Biton, Amphinomus et Anapus, ont plus de célébrité : ceux-là, pour avoir traîné le char de leur mère jusqu'au temple de Junon, où elle devait faire un sacrifice; ceux-ci, pour avoir porté sur leurs épaules, à travers les feux de l'Etna, les auteurs de leurs jours. Mais ni les uns ni les autres ne s'étaient proposé de mourir pour sauver la vie à ceux dont ils la tenaient.

5. Ce n'est pas que je veuille rabaisser le mérite de ces enfants d'Argos, ni déprécier la gloire

(1) 2,400 fr.

tuo sepulturam voluntariis vinculis emere non dubitasti; nam etsi maximo tibi postea et civi et duci evadere contigit, plus tamen aliquanto laudis in carcere, quam in curia, assequutus es. Cæteræ enim virtutes admirationis tantummodo multum, pietas vero etiam amoris plurimum

meretur.

3. Vos quoque, fratres, memoria complectar, quorum animus origine fuit nobilior; siquidem admodum humiles in Hispania nati, pro parentum alimentis spiritum erogando, specioso exitu vitæ inclaruistis: duodecim enim millia nummum, quæ post mortem vestram his darentur, a Paciæcis pacti, ut eorum patris interfectorem Epastum, gentis suæ tyrannum, occideretis: nec ausi solum insigne facinus estis, sed etiam strenuo ac forti exitu clausistis: iisdem enim manibus Paciæcis ultionem, Epasto pœnam, genitoribus nutrimenta, vobis gloriosa fata peperistis: itaque tumulis etiam nunc vivitis, quia parentum senectutem tueri, quam vestram exspectare, satius esse duxistis.

4. Notiora sunt fratrum paria, Cleobis et Biton, Amphinomus et Anapus : illi, quod ad sacra Junonis peragenda matrem vexerunt; hi, quod patrem et matrem humeris per medios ignes Ætnæ portarunt; sed neutris pro spiritu pa rentum exspirare propositum fuit.

5. Necego Argivam detrecto laudem, aut ætnæi montis 44

le tuer. Le fils de ce prince, oubliant que le sort lui avait refusé la voix, s'écria : « Ne tue pas le roi Crésus!» et ces mots arrêtèrent le glaive déjà levé sur la tête du monarque. Il avait jusqu'alors vécu muet pour lui-même; il trouva la parole pour le salut de son père (Av. J.-C. 548).

de ces héros de l'Etna; mais j'ai voulu porter | connaissait pas Crésus, se précipitait sur lui pour sur un trait de piété filiale resté obscur et inconnu la lumière de l'histoire, comme je me plais maintenant à rendre hommage aux nobles sentiments des Scythes. Darius étant venu fondre sur leur pays avec toutes les forces de son royaume, ils se retirèrent peu à peu devant lui jusqu'aux déserts les plus reculés de l'Asie. Ce prince leur envoya demander quand ils cesseraient de fuir et commenceraient à combattre. Ils répondirent qu'ils n'avaient ni villes ni terres cultivées à défendre; mais qu'une fois arrivés aux tombeaux de leurs pères, ils lui apprendraient comment savaient se battre les Scythes. Ce seul mot, où tant de piété respire, fait pardonner à cette nation farouche et barbare la férocité qu'on lui reproche (Av. J.-C. 517). Ainsi la nature donne les premières et les meilleures leçons de cet amour; la nature, qui, sans le ministère de la voix, sans le secours des livres, par une force invisible et qui lui est propre, insinue dans le cœur des enfants une aimable tendresse pour ceux dont ils tiennent le jour. A quoi sert donc la science? à polir les âmes, non à les rendre meilleures; car la solide vertu naît d'elle-même plutôt que des préceptes des hommes.

7. C'est le même sentiment qui, pendant la guerre d'Italie, arma de tant de courage et de vigueur un jeune homme de Pinna, nommé Pulton. Il défendait l'une des portes de sa patrie assiégée, et le général romain, qui avait fait son père prisonnier, le lui montra au milieu d'une troupe de soldats; ceux-ci, l'épée nue, étaient prêts à le frapper sous les yeux de son fils, s'il ne livrait pas l'entrée de la ville. Le jeune homme courut seul arracher le vieillard des mains de l'ennemi, et s'illustra par une double piété, en sauvant son père sans trahir sa patrie (An de R. 664).

CHAPITRE V.

DE L'AMITIÉ FRATERNELLE.

Après la piété filiale vient immédiatement l'amitié fraternelle. Car si l'on a raison de con6. De qui, en effet, ce peuple toujours errant sidérer comme le premier motif d'attachement sur des chariots, sans autre abri que les retraites d'avoir reçu de nombreux et immenses bienfaits, des forêts, vivant, ainsi que les bêtes fauves, de l'on doit regarder comme le second de les avoir la chair crue de ses troupeaux, de qui avait-il reçus ensemble. Quelle source de souvenirs déliappris à faire à Darius une telle réponse? De cette cieux, que de pouvoir se dire : J'ai eu, avant de nature sans doute qui donna tout à coup l'usage naître, le même sein pour séjour ; j'ai passé dans de la parole au fils muet de Crésus, pour qu'il le même berceau le temps de mon enfance'; les pût sauver son père. A la prise de Sardes par Cy-mêmes parents m'ont entendu leur donner les rus, un soldat de l'armée des Perses, qui ne

gloriam involverim; verum obscuriori propter ignorantiam pietati notitiæ lumen admoveo, sicut Scythis libenter pietatis testimonium reddo; Dario enim totis regni sui viribus in eorum regiones subinde impetum facienti, paulatim cedentes, ad ultimas Asiæ solitudines pervenerant : interrogati deinde ab eo per legatos, « quem fugiendi finem, aut quod initium pugnandi facturi essent,» responderunt: « se nec urbes ullas, nec agros cultos, pro quibus dimicarent, habere; cæterum quum ad parentum suorum monumenta venissent, sciturum quemadmodum Scythæ præliari solerent. » Quo quidem uno tam pio dicto, immanis et barbara gens ab omni se feritatis crimine redemit. Prima igitur et optima rerum natura pietatis est magistra, quæ nullo vocis ministerio, nullo usu litterarum indigens, propriis ac tacitis viribus, caritatem parentum pectoribus liberorum infundit. Quid ergo doctrina proficit? ut politiora scilicet, non ut meliora fiant ingenia; quoniam quidem solida virtus nascitur magis, quam fingitur.

6. Quis enim plaustris vagos, et silvarum latebris corpora sua tegentes, in modumque ferarum laniatu pecudum viventes, Dario sic respondere docuit? Illa nimirum, quæ etiam Crœsi filium loquendi usu defectum, ad protegendam patris incolumitatem ministerio vocis instruxit; cap. tis enim a Cyro Sardibus, quum unus e numero Persa.

noms de père et de mère; leur vigilant amour a

rum, ignarus viri, in cædem ejus concitato ferretur impetu; velut oblitus, quid sibi nascenti fortuna denegasset, ne Cræsum regem occideret, proclamando, pæne jam impressum jugulo mucronem revocavit. Ita qui ad id tempus mutus sibi vixerat, saluti parentis vocalis factus est. 7. Eadem caritas Italico bello Pinnensem juvenem, cui Pultoni erat cognomen, tanto animi corporisque robore armavit, ut quum obsessæ urbis suæ claustris præsideret, et Romanus imperator patrem ejus captivum, in conspectu ipsius constitutum, destrictis militum gladiis circumdedisset, occisurum se minitans, nisi irruptioni suæ iter præbuisset, solus e manibus senem rapuerit; duplici pietate memorandus, quod et patris servator, nec patriæ fuerit proditor.

CAPUT V.

DE BENEVOLENTIA FRATERNA.

Hanc caritatem proximus fraternæ benevolentiæ gradus excipit; nam ut merito primum amoris vinculum ducitur, plurima et maxima beneficia accepisse; ita proximum ju. dicari debet, simul accepisse. Quam copiosæ enim suavitatis illa recordatio est! in eodem domicilio, antequam nascerer, habitavi; in iisdem incunabulis infantiæ tempora

« PrécédentContinuer »