Album littéraire et musical de la Minerve, Volume 3

Couverture
L. Duvernay., 1848
 

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 199 - Il lui témoigna de l'intérêt et lui dit de se placer pour écrire une lettre sous sa dictée. Junot se mit sur l'épaulement même de la batterie. A peine avait-il terminé sa lettre, qu'une bombe lancée par les Anglais éclate à dix pas et le couvre de terre ainsi que la lettre. « Bien! dit en riant Junot, nous n'avions pas de sable pour sécher l'encre.
Page 237 - Peuples de l'Italie, l'armée française vient pour rompre vos chaînes ; le peuple français est l'ami de tous les peuples ; venez avec confiance audevant d'elle ; vos propriétés , votre religion et vos usages seront respectés. Nous ferons la guerre en ennemis généreux ; et nous n'en voulons qu'aux tyrans qui vous asservissent.
Page 236 - Soldats, vous êtes nus, mal nourris; le gouvernement vous doit beaucoup, il ne peut rien vous donner. Votre patience, le courage que vous montrez au milieu de ces rochers, sont admirables; mais ils ne vous procurent aucune gloire; aucun éclat ne rejaillit sur vous. Je veux vous conduire dans les plus fertiles plaines du monde. De riches provinces, de grandes villes seront en votre pouvoir: vous y trouverez honneur, gloire et richesses.
Page 236 - Dénués de tout, vous avez suppléé à tout. Vous avez gagné des batailles sans canons, passé des rivières sans ponts, fait des marches forcées sans souliers, bivouaqué sans eau-de-vie et souvent sans pain. Les phalanges républicaines, les soldats de la liberté, étaient seuls capables de souffrir ce que vous avez souffert : grâces vous en soient rendues, soldats!
Page 134 - Vers ce temps il remporta, sous l'anonyme, un prix à l'Académie de Lyon, sur la question posée par Raynal : Quels sont les principes et les institutions à inculquer aux hommes pour les rendre le plus heureux possible '! Le mémoire anonyme fut fort remarqué; il était, du reste, tout à fait dans les idées du temps.
Page 127 - ... en Corse. Là, il trahit le pays auquel il avait juré fidélité de la manière la. plus emphatique à la barre de la Convention, et travailla en faveur des Anglais. Ce fut probablement à cette époque que voyant le jeune Bonaparte organiser son bataillon, il dit ce mot célèbre en Corse : « Ce jeune homme est taillé à l'antique ; c'est un homme de Plutarque. » La révolution tentée par Paoli l'avait d'abord intéressé par la grandeur du spectacle et à cause de l'influence qu'elle pouvait...
Page 239 - Je vous dois des remercîments particuliers pour les attentions que vous voulez bien avoir pour ma femme. Je vous la recommande : elle est patriote sincère, et je l'aime à la folie. J'espère que les choses vont bien, pouvant vous envoyer une douzaine de millions à Paris; cela ne vous fera pas de mal pour l'armée du Rhin.
Page 239 - ... hommes que l'on a obligés hier de passer l'Adda , et qui ont été défaits, l'affaiblissent beaucoup ; encore une victoire, et nous sommes maîtres de l'Italie.
Page 76 - Nous avons voulu contribuer éminemment au bonheur de la présente génération. Les ennemis du continent ont fondé leur prospérité sur ses dissensions et son déchirement. Ils ne pourront plus alimenter la guerre en nous supposant des projets incompatibles avec les liens et les devoirs de parenté que nous venons de contracter avec la maison impériale régnante en Autriche. Les brillantes qualités qui distinguent l'archiduchesse MarieLouise lui ont acquis l'amour des peuples de l'Autriche.
Page 71 - Quand aux chrétiens, s'ils viennent jamais chez nous, nous leur apprendrons ce que peuvent les Zouaouas à la tête et aux pieds nus » — « Assez! assez! interrompit Abd-el-Kader, le pèlerin s'en retournera comme il est venu. Que la volonté de Dieu soit faite ». — « Allez donc en paix, reprirent les Kabyles, puisque vous êtes venu simplement nous visiter. Les pèlerins et les voyageurs...

Informations bibliographiques