Œuvres du comte Antoine Hamilton, Volume 1

Couverture
A. A. Renouard, 1812 - 1406 pages
 

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 12 - Contez ces faits tout uniment. Gens comme vous n'auroient pas bonne grâce A s'élever insolemment ; Et ce n'est pas toujours au sommet du Parnasse Que l'on chante avec agrément. Que par un tour aisé chaque récit s'explique ; Suivez la nature de près , Et que pour chaque vers la rime faite exprès , Du misérable prosaïque , Et du style trop poétique, Évite l'un et l'autre excès.
Page 359 - C'était un visage d'homme ; rien de fade, rien d'efféminé ; cependant chaque trait avait son agrément et sa délicatesse particulière : une disposition merveilleuse pour toutes sortes d'exercices; un abord attrayant, un air de grandeur, enfin tous les avantages du corps parlaient pour lui ; mais son esprit ne disait pas un petit mot en sa faveur.
Page 136 - Ce n'étoit point par ces vivacités importunes, dont les saillies ne font qu'étourdir, qu'elle cherchoit à briller dans la conversation. Elle évitoit encore plus cette lenteur affectée dans le discours, dont la pesanteur assoupit ; mais , sans se presser de parler, elle disoit ce qu'il falloit, et pas davantage. Elle avoit tout le discernement imaginable pour le solide et le faux brillant ; et, sans se parer à tout propos des lumières de son esprit, elle étoit réservée, mais très juste...
Page xxx - Temps où la ville aussi bien que la cour Ne respiroient que les jeux et l'amour. Une politique indulgente De notre nature innocente Favorisoit tous les désirs : Tout goût paroissoit légitime; La douce erreur ne s'appeloit point crime ; Les vices délicats se nommoient des plaisirs.
Page 36 - J'eus beau lui dire que c'était un gros marchand qui avait force argent, et qui ne jouait non plus qu'un enfant : « Lui, marchand ! s'écria-t-il ; ne vous y fiez pas, monsieur le chevalier ; je me donne au diable, si ce n'est quelque sorcier. — Tais-toi, vieux fou, lui dis-je, il n'est non plus sorcier que toi, c'est tout dire ; et, pour te le montrer, je lui veux gagner quatre ou cinq cents pistoles avant de me coucher.
Page 37 - Ça, de l'argent pour payer dans la maison. — Brinon, lui dis-je d'une voix humiliée, fermez le rideau. — Comment! s'écriat-il, fermez le rideau! Vous voulez donc faire votre campagne à Lyon? Apparemment vous y prenez goût. Et le gros marchand, vous l'avez dévalisé?
Page xxxvii - L'objet en est moral et très-agréablement rempli ; c'est de faire voir qu'avec beaucoup d'esprit, de courage et d'amour, un homme sans figure et sans! fortune peut vaincre les plus grands obstacles, et que dans les femmes la grâce l'emporte sur la beauté. Hamilton devait en effet vanter la grâce : son style en est plein.
Page xxv - Le chevalier avoit les yeux riants, « le nez bien fait, la bouche belle, une petite fossette au « menton qui faisoit un agréable effet sur son visage ; je « ne sais quoi de fin dans la physionomie ; la taille assez « belle, s'il ne se fût point voûté.
Page 148 - Comment, Dieu merci ? dit le roi ; lui serait-il arrivé quelque chose par les chemins ? — Sire, dit le chevalier de Grammont, voici l'histoire de mon habit, et de M. Termes, mon courrier." A ces mots, le bal tout prêt à commencer fut suspendu. Tous ceux qui devaient danser faisaient un cercle autour du chevalier de Grammont; il poursuivit ainsi son récit: " II ya deux jours que ce coquin devrait être ici, suivant mes ordres et ses serments.
Page 34 - Non pas à présent, dit-il; ce n'est que pour leur écot, en attendant le souper ; mais, quand on peut tenir le petit marchand en particulier, il joue beau jeu. At-il de l'argent? lui dis-je. Oh, oh ! dit le perfide Cerise, plût à Dieu que vous lui eussiez gagné mille pistoles , et en être de moitié ! nous ne serions pas longtemps à les attendre.

Informations bibliographiques