Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Quelques places fur la côte de Coromandel en Abe, comme Gondelour, Madras ou le fort faint Géorge, Vifigapatan, Ganjam & autres lieux où les Anglois ont leur part du commerce des Indes orientales.

LA MER DE BRETAGNE, la MANCHE ou CANAL, détroit de l'Océan, qui s'étend entre les côtes au nord, & celles de France au fud, depuis les ifles d'Oueffant jusqu'a pas de Calais, où commence la mer d'Allemagne. Baudr. éd. 1705.

*

LA NOUVELLE BRETAGNE, pays & presqu'ile de l'Amérique feptentrionale, au Canada, au nord du grand fleuve de faint Laurent & de l'ifle de Terre-Neuve, au midi des nations du nord, & à l'eft de la Baye Sauvage & de la Baye de Hollande. On y a bâti la NOUVELLE BREST fur le cap méridional, vis-à-vis de Belle Ifle: elle s'étend en largeur depuis le 52d de latitude jusqu'au 55, & peut avoir quatre-vingts lieues de longueur. L'air y eft très-froid, & le terroir ftérile. Les Anglois n'y en tirent que des peaux de caftor. Ils y ont conftruit le fort Charles.

Ce font les François de la province de Bretagne qui ont ainfi nommé ce pays. De l'Ifle n'y a point eu d'égard, & appelle petits Eskimaux ceux qui occupent ce terrein dans fa carte du Canada. C'est la partie la plus

orientale de la terre de Labrador.

BRETANI &

BRETANIA. Voyez GRANDE BRETAGNE. BRETENHAM, ou plutôt BRETTENHAM, village d'Angleterre, dans la province de Suffolck, fur la riviere de Bretton. C'eft le Combretonium de l'itinéraire d'An

tonin.

1. BRETEUIL, petite ville de France, dans la haute Normandie, avec titre de comté : elle eft fituée fur la ri viere d'Iton, à fix lieues d'Evreux, entre cette ville & celle de l'Aigle, de Verneuil, de Conches, de Danville & de Tillers. On y tient marché tous les lundis & les famedis, & il y a foire le jour de faint Marc. La ville de Breteuil fut donnée à Robert de Montfort par Henri II, duc de Normandie & roi d'Angleterre, & Amicie, fœur de Montfort, la vendit au roi Philippe-Augufte, l'an 1210, enfuite elle devint le partage de Charles roi de Navarre, qui la céda l'an 1410, au roi Charles VI, en échange d'autre terres. Corn. Dict. Mémoires dreffés fur les lieux en 1705.

2, BRETEUIL, petite ville de France, dans le diocèfe de Beauvais elle eft fituée à fix lieux d'Amiens, entre Mondidier, Crevecœur & Conty, au deflous des fources d'un ruilleau, qui forme un étang, d'où fort une petite riviere. On voit en cette ville une abbaye de Bénédictins de la congrégation de faint Maur, du titre de Notre-Dame de Breteuil, en latin Beata Maria de Bretolio, dont dépendent fept prieurés & vingt-huit cures. Les Normands ayant ruiné cette abbaye, elle fut rétablie par le comte Gilduin ou Hilduin, qui obtint du pape Léon IX, la confirmation de fon revenu l'an 1050. L'églife fut confacrée le 25 de mai 1165, par mellire Barthelemy, évêque de Beauvais. Le roi en eft patron. Ce Gilduin étoit comte de Breteuil & de Clermont, & Vicomte de Chartres. Il y a plufieurs chapelles à Breteuil, fçavoir celles de la Vierge, de faint Jean, du château, des Maladreries & de l'hôtel-dieu. On y tient toutes les femaines un marché confidérable fous une fort grande halle. * Corn. Dict. Mémoires dreffes fur les lieux. Louvet, hiftoire du Beauvoifis, croit que c'eft l'ancienne Bratuspantium. Voyez ce mot.

BRETIGNI, village de France, dans l'ifle de France, fur la riviere d'Orge, au-deflous de Montiheri, & à une liene plus bas que Châtres, où fut conclu en 1360, le traité de paix entre Jean, roi de France, & Edouard, roi d'Angleterre. Il eft à remarquer que la plupart de ces auteurs fe font trompés au fujet de ce village. Comme il eft à une lieue de Châtres, lieu qu'ils ne connoiffoient pas, ils ont dit qu'il étoit mis pour Chartres, quoiqu'aux environs de cette ville il n'y ait aucun lieu nommé Breti gni. Celui-ci eft à cinq lieues de Paris au midi, en allant vers Etampes. Baudrand, édit. 1705.

Le vin du territoire de Bretigni étoit fi mauvais qu'il avoit paffé en proverbe, pour dire du vin défagréable. On ajoute qu'il faifoit danfer les chevres. Le Beuf,

dioc. de Paris,prétend que ce dernier proverbe vient de ce qu'un habitant de ce pays, nommé Chévre, avoit la folie, quand il étoit ivre, de faire danfer fa femme & fes filles.

M. le préfident Hainaut, d'ailleurs fi exact dans l'excellent ouvrage qu'il nous a donné fur l'hiftoire de France, a France, a placé ce village près de Chartres.

BRETINA, ancienne ville d'Italie, aux pays des Infubres, felon Ptolomée, l. 22, c. 6. On croit que c'eft aujourd'hui Barlafina, village entre Milan & Côme. Corneille, Baudrand, Dict.

[ocr errors]

BRETOLÆUM, ville des Lufitaniens, dans les terres, felon Ptolomée, . 2, c. 5. Molet croit que c'eft Bretulla village dans la province d'Alentejo, en Portugal.

BRETON. (LE CAP) Voyez au mot CAP. BRETON. (LE PERTUIS) Voyez PERTUIS. 1. BRETONS, (LES) anciens habitans de l'ifle de la Grande Bretagne.

2. BRETONS, (LES) habitans de la Bretagne, pro

vince de France.

1. BRETTEN, ville d'Allemagne, dans la Suabe, au Creichgou: elle appartient à l'électeur Palatin, avec fon bailliage ou territoire : elle eft petite, & fituée fur la frontiere du Wirtenberg, dont elle faifoit partie, à dix mille pas de Philifbourg au levant. * Baudrand, éd. 1705. C'eft la patrie du fameux Melanchton.

2. BRETTEN, petite ville de Suede, dans la Dalie, à l'extrémité la plus occidentale du lac Vener, proche la Gothelba. Elle eft différente de Venerburg ou Vanerfborg, avec laquelle Baudrand la confond. *Robert de Vaugondy, Couronnes du nord.

BRETTENHAM. Voyez, BRETENHAM, BRETTIGAU, vallée de Suiffe, au pays des Grifons, entre le Rhin & le comté de Tirol, le long de la riviere de Lanquart. La forterelle de Caftels en est le principal lieu.

1. BREVAL, feigneurie de France, en Normandie, près de la ville de Cherbourg.

2. BREVAL, abbaye de France, en Normandie, au diocèfe de Rouen. Ce font des dames de l'ordre de Cî

teaux.

BREVAL ou BREUIL-BENOIT, prieuré de France, en Normandie, ordre de Câteaux, dans la paroiffe de Marcilli, au bord feptentrional de la riviere d'Aure, en Normandie, à fept lieues d'Evreux, du côté du midi. * Baudr. éd. 1705.

BREUBERG, (le) petit pays d'Allemagne, dans le cercle de Franconie, le long du Meyn, entre le comté d'Erpach & l'archevêché de Mayence: il peut avoir cinq lieues de longueur, & une ou deux de largeur. On n'y trouve que des villages, & le château de Breuberg, dont il a tiré fon nom. C'est une feigneurie qui appartient en commun aux comtes d'Erpach & à ceux de Wertheim; & ce fut Rodolphe, comte de Wertheim, qui l'acquit en Epoufant élizabeth, héritiere de Michel, feigneur de Breuberg. Les comtes de Louwenftein la poflédoient avec les comtes d'Erpach depuis la transaction qu'ils firent en 1551; ils y dérogerent depuis les uns & les autres; fçavoir, Jean Thierri, comte de Louwenftein, l'an 1637, lorsqu'ils demanda à l'empereur d'avoir feul le droit d'y tenir garnifon dans le château de Breuberg; & George Albert, comte d'Erpach, l'an 1644, par l'invafion de ce château. La transaction confirmée tout de nouveau par les traités de Weftphalie, dans le quatriéme article desquels il eft dit que la maifon d'Erpach, & particulierement les héritiers de George Albert, feront rétablis dans le château de Breuberg, & dans tous les droits dont ils jouiffent en commun avec les comtes de Leeuwenftein, tant pour ce qui concerne la direction de la garnifon que pour les autres affaires. * D'Audifret, Géogr. t. 3.

BREUCI, ancien peuple de la Pannonie, felon Ptolomée, l. 2, c. 16. Pline, l. 3, c. 25, les met auprès de la Save. Strabon, l. 7, p. 314, & Dion Caffius, L. 55, p. 568, parlent auffi de ce peuple.

BREUCOMAGUS. Voyez BROCOM AGUS. BREUL, lieu particulier de France, dans la Brie. Il eft remarquable par l'hermitage de S. Fiacre, dont il porte le nom.

BREUIL-BENOIT, (LE) Brolium Benedicti, abbaye d'hommes de l'ordre de Câteaux, filiation de Vaux de Cernay, en Normandie, diocèfe d'Evreux, fur la gauche de la riviere d'Eure, entre Dreux & Anet, fondée l'an 1137.

BREUIL-GRÓLLAND ou Bois-GROLLAND, abbaye de France, en Poitou. Voyez BoIS-GROLLAND. BREUIL HERBAUD, Brolium Arbaudi, abbaye d'hommes de l'ordre de faint Benoît, dans le diocèse de Luçon, près de Paluau, dans les bois..

BREUNA, riviere de Suiffe, dans les bailliages d'Italie, où elle coule dans une vallée que l'on appelle ValBreuna, & par corruption Val-Brenna ou Val Bregna. Cette vallée eft le troifiéme & le dernier de cès trois bailliages, qui eft long & étroit, enclavé entre le LivinerThal, du canton d'Uri, & le Galanker-Thal, qui eft des Grifons. Les Latins la nomment Vallis Plenia, les Allemands Palenzer-Thal, & Breuner-Thal. Ce dernier nom lui vient de Breunes, anciens peuples dont Pline fait mention entre les habitans des Alpes, ou de la riviere nommée Breuna, qui l'atrofe, & non pas Brenna, comme les cartes la marquent d'une ortographe vicieufe. Cette riviere y prend fa fource dans l'extrémité du pays, dans le Vogelberg. Cette vallée contient un petit nombre de villages, dont les principaux font Palenza, d'où vient le nom de Palenzer-Thal, rapporté ci deflus, Marvalia; Abeliafca, en allemand Abloefch. Auprès de ce dernier, dans les rochers des montagnes qui féparent cette vallée d'avec le canton d'Uri, on tiroit autrefois des escarboucles, qui ne cédoient en rien à celles qui viennent de l'orient; mais comme la dépenfe qu'il y falloit faire furpafloit le profit qu'on en tiroit, on a abanconné la recherche de ces fortes de pierreries. Il fe trouve auffi dans la même vallée des mines de cuivre & de plomb, où l'on travaille. * Delices de la Suiffe, t. 3, P. 526.

1. BREUNI, ancien peuple de la Vindelicie, felon Prolomée, l. 2, c. 13. Aventin croit que c'eft préfentement Perlacherheyd, il ajoute qu'ils font nommés Brenni par Horace & par Florus.

2. BREUNI, peuple des Alpes, chez les Lepontiens felon Pline, . 3, c. 20. Voyez BREUNA. 1.

BREVOGNE, petite riviere de France, en Normandie, dans le Cotentin, où elle a quatre fources, dont les principales viennent de la forêt de faint Sever. Etant réunies clles paffent fous les ponts Gentil & à la Malade, proche Clinchamp; Pont-Vieil, près de Coulonce. Cette riviere, groffie de quatre ruiffeaux qui n'ont point de nom, tombe dans la Vire, au-deflus d'Etouri. * Corn. Dict. Vaudome, Manusc. géogr.

BREWOOD, bourg d'Angleterre, dans la province de Stafford. On y tient marché public. Etat préfent de • la Grande Bretagne, t. 1.

BREVOORT, petite ville des Pays Bas, aux Provinces Unies, dans le comté de Zutphen, fur les confins du pays de Munster. * Diction. géogr. des Pays

Bas.

BREUSCH, (la) riviere de France, dans l'Alface. BREY, petite ville d'Allemagne, au pays de Liége, fur les frontiere du Brabant, au comté de Lootz, environ à quatre lieues de Mas-Eick.

1. BREYN, bourg de l'Ecoffe feptentrionale, dans le comté d'Affint, avec un château fi le lac qui porte le même nom. * Baudr. éd. 1705.

2. BREYN, lac de l'Ecofle feptentrionale, dans le comté d'Affint: il s'étend en forme de golfe de l'eft à l'oueft l'espace de quinze milles, & fe rend enfuite dans l'Océan occidental. * Baudr. éd. 1705.

BREYSICH. Voyez BREISICH. BREZÉ, bourg de France, en Anjou, avec titre de marquifat, au midi de Saumur. * Baudrand, édition de

1705:

BREZOLLE, bourg de France, dans le Perche, à trois ou quatre lieues de Verneuil. * Baudrand, édit.

1705.

BREZOLS, bourg de France, dans le Querci, près de la ville de Montauban.

BRIADA, ville d'Afie, daus la Pifidie, felon Artemidore cité par Strabon, l. 12, p. 570. Le nominatif grec

elt BRIAS.

BRIANÇON, ville de France, dans le Dauphiné, à sept lieues d'Embrun. Cette ville eft ancienne, & fituée dans la partie la plus haute du Dauphiné,fous un château qui est fur un roc escarpé. Ceux de la ligue s'en faifirent dans le xvi fiécle, mais Lesdiguieres la leur enleva en 1590. Deux ruiffeaux, dont l'un porte le nom de Dure, & l'au tre celui d'Ance, fe joignent au-deffous de Briançon, & compofent le nom & la riviere de Durance. La manne de Briançon paffe pour la fixiéme merveille du Dauphiné, on la recueille près de cette ville fur les feuilles d'une espece de pin qu'on nomme Meleze. La manne tombe la nuit fur les feuilles de cet arbre, & fe fond au premier rayon du foleil. Elle n'eft jamais fi abondante que pendant les chaleurs exceffives. A quelque diftance de cette ville on trouve une roche percée que l'on appelle PERTUIS ROSTANG, au-deflus de l'entrée de laquelle on lit cette inscription, D. Cafart Augufto dedicata. Salutate eam. * Piganiol de la Force, t. 3, p. 242, & 261. Long. 24° 20′, lat. 44° 58'.

Il n'y a jamais eu d'évêché à Briançon; je ne fçais fur quel fondement Hubner y en place un.

BRIANÇONNET, forterelle de Savoie, dans la Tarentaife, auprès de la ville de Mouftiers. C'eft un rocher rond, inacceffible de tous côtés fi ce n'eft du côté de la riviere où font deux ou troist cents degrés pour y monter; il fut pris l'an 1600, fous le regne d'Henri IV, par le duc de Lefdiguieres. Le pallage commun de la Savoie à la Tarentaife, & delà à l'Italie,. eft en cet endroit, & il étoit aifé de le garder par le moyen de cette fortereffe, mais elle eft presque ruinée. * Baudrand, édition de 1705. Davity Savoie.

BRIANÇONNOIS, (LE) pays de France, dans le Dauphiné, à l'orient du Graifivaudan, & à l'occident du Piémont. Il faifoit autrefois partie des Alpes Cottiennes, & enfuite du marquifat de Sufe, dont on croit qu'il a été démembré. Briançon fa capitale, en latin Brigantio, qu'on écrit quelquefois Brigantia ou Vrigantia, étoit une des villes des Segufiens, comme Prolomée le remarque, c'eft-à dire du territoire de Sufe. L'empereur Julien, dans fa lettre aux Athéniens, dit que Brigantia étoit dans les Alpes Cottiennes. L'itinéraire d'Antonin & la carte de Peutinger marquent Brigantio, & l'itinéraire de Bourdeaux à Jérufalem fous Conftantin, place Briançon dans les Alpes Cottiennes, comme fait l'auteur de la carte de Peutinger. Le Briançonnois s'étendant des deux côtés des Alpes, étoit entre les deux royaumes de Bourgogne & d'Italie, & le pays étant environné de montagnes de très-difficile accès, les habitans étoient presque libres. On ne fçait point en quel temps ils reconnurent le dauphin de Viennois ou les comtes d'Albon & de Graifivaudan. Mais on veut que du temps de Fréderic Barberouffe, Guigues, qu'on nommoit aufli dauphin, obtint le droit de battre monnoie dans la bourgade de Cezane, au pied du mont Genevre. Il lui accorda auffi une mine d'argent qui appartenoit à l'Empire dans l'Embrunois, à RAME OU ROAME, qui eft un lieu fort ancien, puisqu'il en eft fait mention dans l'itinéraire de Bourdeaux à Jérufalem, & dans celui d'Antonin. * Longuerue, Desc. de la France, part. I, p. 324.

A l'égard des habitans du Briançonnois, ils avoient leurs loix & leurs libertés particulieres diftinguées de celles des fujets du dauphin, & ils ne vouloient reconnoître leurs princes, même ceux de la maifon de France, qu'à la charge de les maintenir dans l'état où ils avoient été de temps immémorial. Les dauphins prenoient la qualité de marquis de Cezane, & toutes les dépendances du Briançonnois qui font à l'orient des Alpes, du côté du Piémont, & qui pour le fpirituel ont toujours fait partie des diocèfes de Turin & de Saluces, ont été cédé par Louis XIV, au traité d'Utrecht l'an 1713, au duc de Savoie, qui en échange a cédé à la France, tout ce qui lui appartenoit à l'occident des Alpes, dans le diocèle d'Embrun.

BRIANEA COLLIS, colline d'Afie, quelque part vers la Galatie; il en eft fait mention dans la vie de S. Théodore abbé. * Ortel. Thef.

BRIANTICA, contrée de la Thrace. On la nom

« PrécédentContinuer »