La bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque: religieuse de la visitation Sainte-Marie et la dévotion au Sacré Coeur de Jésus

Couverture
C. Dillet, 1864 - 204 pages
 

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 28 - Venez à moi , vous tous qui êtes chargés , et je vous soulagerai. Prenez mon joug sur vous , et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes , car mon joug est doux, et mon fardeau léger.
Page 29 - C'est à cause de votre incrédulité. Car je vous dis , en vérité , que si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d'ici là ; et elle s'y transporterait , et rien ne vous seroit impossible.
Page 35 - Et s'étant avancé un petit peu, il tomba sur sa face, priant, et disant : Mon père, s'il est possible, que ce calice passe loin de moi, pourtant non comme je veux, mais comme tu veux.
Page 69 - NotreSeigneur parut l'en retirer tellement embrasé, qu'il semblait n'être qu'une flamme, et il le remit dans le côté de sa Servante, en lui disant : « Voilà, ma bien-aimée, un précieux gage de mon amour, qui renferme dans ton côté une petite étincelle de ma charité, pour te servir de cœur et te consommer jusqu'au dernier moment. Tu...
Page 113 - Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur»; et persévérant dans la douceur et l'humilité, il alla, nous devons le croire, rejoindre son divin Maître.
Page 63 - Cœur me fut représenté comme dans un trône tout de feu et de flammes, rayonnant de tous côtés, plus brillant que le soleil et transparent comme un cristal. La plaie qu'il reçut sur la Croix y paraissait visiblement : il y avait une couronne d'épines autour de ce divin Cœur et une croix au-dessus.
Page 65 - Il m'a encore assurée qu'il prenait un plaisir singulier d'être honoré sous la figure de ce Cœur de chair dont il voulait que l'image fût exposée en public , afin, ajouta-t-il , de toucher le cœur insensible des hommes, me promettant qu'il répandrait avec abondance...
Page 34 - Pour vous , choisissez les souffrances , et regardez -les comme des consolations d'un grand prix : car toutes les souffrances du temps n'ont aucune proportion avec la gloire future, et ne sauraient vous la mériter', quand seul vous les supporteriez toutes.
Page 88 - Sauveur... m'a fait voir cette dévotion comme un bel arbre qu'il avait destiné de toute éternité pour prendre son germe et ses racines au milieu de notre Institut, pour étendre ensuite ses branches dans les maisons qui le composent, afin que chacune en puisse cueillir les fruits à son gré...

Informations bibliographiques