Images de page
PDF
ePub

prostituer, montrer dans la suite autant de rigidité comme père. En effet, il tua sa propre fille, pour s'être avilie par une faiblesse criminelle. Quel saint respect ne devait-on pas avoir pour la chasteté, dans cette république où nous voyons même les suppôts de la débauche en devenir des vengeurs si sévères !

7. Le trait suivant rappelle à la fois un nom illustre et une action mémorable. M. Claudius Marcellus, étant édile curule, cita devant le peuple le tribun C. Scantinius Capitolinus, sous l'accusation d'avoir voulu déshonorer son fils. Le tribun allégua qu'on ne pouvait le forcer à comparaître, sa dignité le rendant inviolable, et il réclama la protection de ses collègues; mais tout le collége des tribuns refusa d'empêcher des poursuites qui intéressaient les bonnes mœurs. Scantinius fut donc mis en jugement, et condamné sur le seul témoignage de celui qu'il avait tenté de corrompre. Le jeune homme, amené à la tribune, y demeura sans rien dire, le visage penché vers la terre, et ce silence pudique contribua surtout à lui faire obtenir vengeance (An de R. 527).

8. Métellus Céler poursuivit avec la même rigueur une pensée déshonnête, en assignant devant le peuple Cn. Sergius Silus, qui avait offert de l'argent à une mère de famille; et il le fit condamner sur cette seule accusation. Car on eut, dans cette cause, à prononcer, non sur le fait, mais sur l'intention; et on trouva celui-ci plus criminel pour avoir voulu le mal, qu'excusable pour ne l'avoir pas consommé (An de R. 684).

9. Telle fut la sévérité du peuple; voici un exemple de celle du sénat. T. Véturius, fils de ce Véturius qui, pendant son consulat, fut livré

nerem ; filiam enim suam, quod ea se stupri crimine coinquinaverat, interemit. Quam sanctam igitur in civitate nostra pudicitiam fuisse existimare debemus, in qua etiam institores libidinis, tam severos ejus vindices evasisse animadvertimus?

7. Sequitur excellentis nominis ac memorabilis facti exemplum. M. Claudius Marcellus, ædilis curulis, C. Scantinio Capitolino, tribuno plebis, diem ad populum dixit, quod filium suum de stupro appellasset: eoque asseverante, se cogi non posse, ut adesset, quia sacrosanctam potestatem haberet, et ob id tribunitium auxilium implorante, totum collegium tribunorum negavit, se intercedere, quo minus pudicitiæ quæstio perage retur. Citatus itaque Scantinius reus, uno teste, qui tentatus erat, damnatus est. Constat juvenem productum in rostra defixo in terram vultu perseveranter tacuisse, verecundoque silentio plurimum in ultionem suam valuisse.

8. Metellus quoque Celer stuprosæ mentis acer punitor exstitit, Cn. Sergio Silo promissorum matrifamiliæ nummorum gratia diem ad populum dicendo, eumque hoc uno crimine damnando: non enim factum tunc, sed animus in quæstionem deductus est; plusque voluisse peccare nocuit, quam non peccasse profuit.

9. Concionis hæc; illa curiæ gravitatis. T. Veturius,

[ocr errors]

aux Samnites pour avoir conclu avec eux un traité ignominieux, s'était vu réduit, très-jeune encore, et par suite de revers domestiques et de dettes considérables, à engager sa liberté à C. Plotius. Battu de verges, comme un esclave, par ce dernier, dont il avait repoussé les offres infâmes, il porta ses plaintes aux consuls. Sur leur rapport, le sénat donna ordre de conduire Plotius en prison, voulant qu'un Romain, dans quelque condition qu'il se trouvât, vît sa pudeur à l'abri de toute atteinte (An de R. 427).

10. Et comment s'étonner que le corps entier des sénateurs ait été animé de ces sentiments? C. Pescennius, l'un des triumvirs en matière criminelle, fit charger de fers un vétéran nommé Cornélius, distingué par ses exploits militaires et à qui sa bravoure avait mérité quatre fois de ses généraux le titre de primipile, mais coupable d'avoir entretenu un commerce honteux avec un jeune homme de condition libre. Cornélius implora l'intervention des tribuns. Sans nier le fait, il offrait de prouver que ce même jeune homme faisait publiquement et sans mystère le métier de se prostituer; mais les tribuns lui refusèrent leur protection, et Cornélius alla mourir en prison. Les tribuns du peuple ne pensaient pas que la république dût, par une coupable complaisance, tolérer, même dans ses plus braves défenseurs, l'abus des plaisirs de la ville pour prix des dangers qu'ils avaient courus loin d'elle.

11. Le châtiment de cet impudique centurion rappelle la fin également ignominieuse du tribun militaire M. Létorius Mergus, que le tribun Cominius assigna devant le peuple, pour avoir fait à son secrétaire de honteuses propositions. Létorius n'attendit pas la décision du peuple : avant le jour

filius ejus Veturii, qui in consulatu suo Samnitibus, ob turpiter ictum fœdus, deditus fuerat, quum propter domesticam ruinam, et grave æs alienum, C. Plotio nexum se dare admodum adolescentulus coactus esset, servilibus ab eo verberibus, quia stuprum pati noluerat, affectus, querelam ad consules detulit: a quibus hac de re certior factus senatus, Plotium in carcerem duci jussit in qualicumque enim statu positam Romano sanguini pudici. tiam tutam esse voluit.

10. Et quid mirum, si hoc universi patres conscripti censuerunt? C. Pescennius, triumvir capitalis, Cornelium fortissimæ militiæ stipendia emeritum, virtutisque nomine quater honore primipili ab imperatoribus donatum, quod cum ingenuo adolescentulo stupri commercium habuisset, publicis vinculis oneravit. A quo appellati tribuni, quum de stupro nihil negaret, sed sponsionem se facere paratum diceret, quod adolescens ille palam atque aperte corpore quæstum factitasset, intercessionem suam interponere noluerunt; itaque Cornelius in carcere mori coactus est. Non putarunt tribuni plebis rempublicam nostram cum fortibus viris pacisci oportere, ut externis periculis domesticas delicias emerent.

11. Libidinosi centurionis supplicium, M. Lætorii Mergi tribuni militaris, æque similis fœdus exitus sequitur; cuj

de son jugement il prit la fuite, et se punit ensuite luimême en se donnant la mort. C'est tout ce qu'exigeait la nature: cependant, quoique mort, il fut condamné par une sentence de tout le peuple pour crime d'impudicité. Les enseignes militaires, les aigles sacrées, et l'austère discipline des camps, la plus sûre gardienne de l'empire romain, le poursuivirent jusqu'aux enfers, pour avoir porté atteinte à la sainteté d'une vertu que son devoir était d'enseigner aux autres (Vers l'an de R. 436). 12. Le même sentiment porta C. Marius, alors général, à déclarer « que C. Luscius, fils de sa sœur et tribun des soldats, avait été tué légitimement par C. Plotius, simple légionnaire, puisqu'il avait osé attenter à sa pudeur » (An de R. 649). 13. Mais citons aussi en peu de mots ceux qui, dans la vengeance de ces outrages, n'ont écouté pour toute loi que leur indignation. Sempronius Musca fit périr sous les verges C. Gallius, qu'il avait surpris en adultère; C. Memmius assomma à coups de nerfs de bœuf L. Octavius, trouvé dans le même cas; Carbon Acciénus, pris sur le fait par Vibiénus, ainsi que Pontius par P. Cernius, furent châtrés par eux. Celui qui surprit Cn. Furius Brocchus en flagrant délit le livra, à son tour, à l'impudicité de ses esclaves; et l'on ne fit point un crime à ces Romains d'avoir suivi l'impulsion de leur colère. DE LA CHASTETÉ, CHEZ LES Étrangers.

1. A ces exemples domestiques ajoutons-en d'étrangers. Une femme grecque nommée Hippo, prise par une flotte ennemie, se précipita dans les flots, ne voyant pour son honneur d'autre refuge que la mort. Son cadavre fut poussé sur la

Cominius tribunus plebis diem ad populum dixit, quod cornicularium suum stupri causa appellasset; nec sustinuit ejus rei sententiam Lætorius, sed se ipse ante judicii tempus fuga prius subtraxit, deinde etiam morte punivit.❘ Naturæ modum expleverat : fato tamen functus, universæ plebis sententia crimine impudicitiæ damnatus est; signa❘ illum militaria, sacratæ aquilæ, et certissima Romani imperii custos, severa castrorum disciplina, usque ad inferos persequuta est: quoniam, cujus magister esse debuerat, sanctitatis corruptor tentabat exsistere.

12. Hoc movit C. Marium imperatorem tum, quum C. Luscium, sororis suæ filium, tribunum militum, a C. Plotio, manipulario milite, jure cœsum pronuntiavit, quia cum de stupro compellare ausus fuerat.

13. Sed, ut eos quoque, qui in vindicanda pudicitia dolore suo pro publica lege usi sunt, strictim percurram, Sempronius Musca C. Gallium deprehensum in adulterio flagellis cecidit : C. Memmius L. Octavium similiter deprehensum nervis contudit: Carbo Accienus a Vibieno, item Pontius a P. Cernio, deprehensi castrati sunt : Cn. etiam Furium Brocchum, qui deprehenderat, familiæ stuprandum objecit. Quibus iræ suæ indulsisse, fraudi non fuit.

DE PUDICITIA QUAM COLUERE EXTERNI.

1. Atque ut domesticis externa subnectam, Græca fe

côte d'Érythris, et inhumé sur le rivage où l'on voit encore aujourd'hui son tombeau. La gloire de cette sainte pudeur est restée dans la mémoire des siècles; et, chantée par la Grèce, elle est devenue de jour en jour plus éclatante.

2. La vertu, dans cet exemple, est plus énergique; dans cet autre, elle est plus réfléchie. Quand le consul Cu. Manlius eut détruit, sur le mont Olympe, une partie de l'armée des Gallo-Grecs et fait le reste prisonnier, l'épouse d'Orgiagon, leur roi, femme d'une merveilleuse beauté, fut forcée de subir la brutale passion d'un centurion qui l'avait sous sa garde. Mais lorsqu'on fut arrivé à l'endroit où celui-ci avait fait dire aux parents de sa prisonnière d'apporter le prix de sa rançon, et qu'elle le vit occupé à examiner l'or et à en vérifier le poids, elle commanda aux GalloGrecs, dans la langue de son pays, de le tuer sous ses yeux. Ils obéirent, et lui coupèrent la tête. Elle se rendit, cette tête à la main, auprès de son époux, et, la jetant à ses pieds, elle lui apprit aussitôt et l'outrage et la vengeance. Y eutil autre chose que le corps de cette femme au pouvoir de ses ennemis? Son âme fut invincible, sa chasteté inviolable (An de R. 564).

3. Les femmes des Teutons supplièrent Marius, après la victoire qu'il remporta sur eux, de les envoyer à Rome comme un don aux vestales, protestant de renoncer comme elles à tout commerce avec les hommes ne l'ayant pas obtenu, elles se pendirent la nuit suivante. Remercions les dieux de n'avoir pas donné cette énergie à leurs maris sur le champ de bataille; car s'ils avaient égalé leurs femmes en courage, il n'y au

mina, nomine Hippo, quum hostium classe esset excepta, in mare se, ut morte pudicitiam tueretur, abjecit; cujus corpus Erythræo littori appulsum, proxima undis humus sepulturæ mandatum, ad hoc tempus tumulo contegit : sanctitatis vero gloriam æternæ traditam memoriæ Græcia laudibus suis celebrando, quotidie florentiorem effecit. 2. Vehementius hoc : illud consideratius exemplum pudicitiæ. Exercitu et copiis Gallogræcorum a Cn. Manlio consule in Olympo monte ex parte deletis, ex parte captis, Orgiagontis reguli uxor miræ pulchritudinis a centurione, cui custodienda tradita erat, stuprum pati coacta, postquam ventum est in eum locum, in quem centurio, misso nuntio, necessarios mulieris pretium, quo eam redimerent, afferre jusserat, aurum expendente centurione, et in ejus pondus animo oculisque intento, Gallogræcis lingua gentis suæ imperavit, ut eum occiderent; interfecti deinde caput abcissum manibus retinens ad conjugem venit; abjectoque ante pedes ejus, et injuriæ et ultionis suæ ordinem exposuit. Hujus feminæ quid aliud quisquam, quam corpus, in potestatem hostium venisse dicat? nam neque animus vinci, nec pudicitia capi potuit.

3. Teutonorum vero conjuges Marium victorem orarunt, ut ab eo virginibus Vestalibus dono mitterentur, affirmantes, æque se atque illas virilis concubitus expertes futuras: eaque re non impetrata, laqueis sibi nocte proxima spiritum eripuerunt. Dii melius, quod hun

rait peut-être pas eu de trophées romains attestant | il, que méritent des hommes qui se croient dignes la défaite des Teutons (An de R. 651).

CHAPITRE II.

DE LA LIBERTÉ DANS LES PAROLES OU DANS
LES ACTIONS, CHEZ LES ROMAINS.

La liberté d'une âme ardente, qui se manifeste par la parole et par des actes, est un mouvement que je ne provoquerais pas en moi, mais que je ne réprimerais point s'il s'y produisait de lui-même. Placée entre le vice et la vertu, elle mérite nos éloges quand elle se tient dans de justes limites, et notre blâme quand elle les franchit. De sa nature, elle plaît aux oreilles du vulgaire plus qu'elle n'est goûtée de la raison du sage; car elle trouve plus ordinairement sa sûreté dans l'indulgence d'autrui que dans sa circonspection; mais, comme je me suis proposé de considérer toutes les faces de la vie humaine, narrateur fidèle, je laisserai apprécier cette liberté d'après sa propre valeur.

de la liberté. » Répondre ainsi, c'était reprendre les armes et pousser à bout les sénateurs exaspérés. Mais le consul Plautius, favorable à la cause des Privernates, offrit à celui-ci un moyen de revenir sur cette fière parole: il lui demarida quelle paix auraient avec eux les Romains, si on leur accordait l'impunité, « Une paix éternelle, répliqua-t-il d'un air plein d'assurance: éternelle, si vous la donnez bonne; passagère, si vous la donnez mauvaise. » Cette réponse valut aux vaincus, outre leur pardon, les droits et les priviléges de citoyens romains (An de R. 424).

a

2. C'est ainsi qu'un Privernate osa parler devant le sénat; mais le consul L. Philippus ne craignit pas d'user de cette liberté contre cet ordre même. Il l'accusa de lâcheté du haut de la tribune, et alla jusqu'à dire « qu'il lui fallait un autre sénat. » Loin de rétracter ce mot, quand L. Crassus, personnage aussi considérable par son rang que par son éloquence, le lui reprocha devant cette assemblée, il ordonna de le saisir; Crassus alors, repoussant le licteur, « Philippe, s'écria-t-il, tu n'es pas pour moi un consul, puisque je ne suis pas pour toi un sénateur » (An de R. 662).

3. Mais quoi! cette liberté laissa-t-elle le peu

1. Après la prise de Priverne et le châtiment de ceux qui avaient excité cette ville à la révolte, le sénat, enflammé d'indignation, délibérait sur ce qu'il fallait faire du reste des habitants. Dans cette position critique, rien n'était donc plus in-ple à l'abri de ses attaques? non, elle le brava certain que leur salut, qui dépendait d'un ennemi à la fois vainqueur et irrité. Il ne leur restait plus que la ressource des prières; ils le voyaient bien, mais ils ne pouvaient oublier qu'un sang généreux, un sang italien coulait dans leurs veines. Aussi, quand on demanda, en plein sénat, à leur chef, quelle peine ils avaient méritée, «Celle, dit

animum viris earum in acie non dederunt; nam si mulierum suarum virtutem imitari voluissent, incerta Teutonicæ victoriæ tropæa reddidissent.

CAPUT II.

QUE LIBERE DICTA, AUT FACTA A ROMANIS. Libertatem autem vehementis spiritus dictis pariter ac factis testatam, ut non invitaverim, ita ultro venientem non excluserim; quæ inter virtutem vitiumque posita, si salubri modo se temperaverit, laudem: si, quo non debuit, profuderit, reprehensionem meretur. Ac vulgi sic auribus gratior, quam sapientissimi cujusque animo probabilior est, utpote frequentius aliena venia, quam sua providentia tuta: sed quia humanæ vitæ partes persequi propositum 、est, nostra fide, propria æstimatione referatur.

Q. Priverno capto, interfectisque qui id oppidum ad rebellandum incitaverant, senatus indignatione accensus consilium agitabat, quidnam sibi de reliquis quoque Privernatibus faciendum esset: ancipiti igitur casu salus eorum fluctuabat, eodem tempore et victoribus et iratis subjecta. Cæterum quum auxilium unicum in precibus restare animadverterent, ingenui et Italici sanguinis oblivisci non potuerunt; princeps euim eorum in curia interrogatus, VALÈRE MAXIME.

aussi, et ne le trouva pas moins patient. Le tribun du peuple C. Carbon, ce furieux vengeur de la faction des Gracques à peine étouffée, cet ar dent fauteur de nouveaux troubles civils, courut au-devant de Scipion l'Africain, qui revenait couvert de gloire des ruines de Numance, et il le conduisit, de la porte même de la ville, jusqu'à

quam pœnam mererentur, respondit: Quam merentur, qui se dignos libertate judicant. Verbis arma sumpserat, exasperatosque patrum conscriptorum animos inflammaverat; sed Plautius consul, favens Privernatium causæ, regressum animoso ejus dicto obtulit, quæsivitque, qualem cum eis Romani pacem habituri essent, impuni tate donata. At is constantissimo vultu, Si bonam dederitis, inquit, perpetuam; si malam, non diuturnam. Qua voce perfectum est, ut victis non solum venia, sed etiam jus et beneficium nostræ civitatis da retur.

2. Sic in senatu Privernas loqui ausus est; L. vero Philippus consul adversus eumdem ordinem libertatem exer. cere non dubitavit; nam segnitiem pro rostris exprobrans, alio sibi senatu opus esse dixit, tantumque a pœnitentia dicti abfuit, ut etiam L. Crasso, summæ dignitatis et eloquentiæ viro, id in curia graviter ferenti, manum injici juberet: ille, rejecto lictore, Non es, inquit, mihi, Philippe, consul, quia nec ego quidem tibi senator sum.

3. Quid? populum ab incursu suo tutum libertas reliquit? immo et similiter aggressa, et æque experta patien⚫ tem est. C. Carbo, tribunus plebis, nuper sepultæ Gracchanæ seditionis turbulentissimus vindex, idemque orien. tium civilium malorum fax ardentissima, P. Africanum a Numantiæ ruinis summo cum gloriæ fulgore venientem,

46

la tribune, où il lui demanda ce qu'il pensait de la mort de Ti. Gracchus, dont ce grand homme avait épousé la sœur. Il espérait, grâce à l'autorité d'un tel personnage, propager l'incendie qu'il venait d'allumer; car il ne doutait pas que le souvenir d'une si étroite alliance ne lui fît exprimer quelques regrets touchants sur la mort de son beau-frère. Mais Scipion répondit que cette mort lui semblait juste. A ces mots, l'assemblée, animée des fureurs du tribun, poussa de violentes clameurs. « Taisez-vous, dit l'Africain, vous qui voyez dans l'Italie une marâtre ; et ces paroles soulevant de nouveaux murmures, « Vous ne parviendrez pas, s'écria-t-il, vous dont j'ai brisé les chaînes (1), à intimider celui qui vous ramena captifs. » Tout un peuple fut deux fois bravé, défié par un seul homme, et (tel est le pouvoir de la vertu) ce peuple se tut aussitôt. La récente victoire de Scipion sur les Numantins, la conquête de la Macédoine par son père, les dépouilles enlevées par son aïeul sur Carthage vaincuc, le spectacle de deux rois, Syphax et Persée, qui précédèrent, chargés de chaînes, le char triomphal de leur vainqueur; ces souvenirs, venant maîtriser l'assemblée entière, fermèrent toutes les bouches. Ce n'est pas à la crainte qu'il faut attribuer ce silence; mais la reconnaissance de ce qu'on devait aux Émiles et aux Cornéliens, pour avoir affranchi Rome et l'Italie de dangers sans nombre, enchaîna la liberté du peuple romain devant la liberté de Scipion (An de R. 622).

4. Nous serons donc moins étonnés que l'imposante autorité de Cn. Pompée ait eu si souvent à lutter contre la liberté de ses adversaires; et ce n'est pas un de ses moindres mérites d'avoir op

(1) Il avait rendu à la liberté beaucoup de citoyens romains, prisonniers de Numance et de Carthage.

ab ipsa pæne porta in rostra perductum, quid de Tib. Gracchi morte, cujus sororem in matrimonio habebat, sentiret, interrogavit; ut auctoritate clarissimi viri, inchoato jam incendio multum incrementi adjiceret, quia non dubitabat, quin propter tam arctam affinitatem, aliquid pro interfecti necessarii memoria miserabiliter esset loquuturus; at is jure eum cæsum videri respondit : cui dicto quum concio tribunitio furore instincta violenter succlamasset; Taceant, inquit, quibus Italia noverca est orto deinde murmure; Non efficietis, ut solutos verear, quos alligatos adduxi. Universus populus iterum ab uno contumeliose correptus erat, ( quantus est honos virtutis!) et tacuit actutum; recens victoria ipsius Numantina, et patris Macedonica, devictæque Carthaginis avita spolia, ac duorum regum Syphacis et Persæ ante triumphales currus catenæ, cervices tunc totius fori prementes, ora clauserunt; nec timori datum est silentium, sed quia beneficio Emilia Corneliæque gentis multi metus urbis atque Italiæ finiti erant, plebs Romana libertati Scipionis libera non fuit.

4. Quapropter minus mirari debemus, quod amplissi. ma Cn. Pompeii auctoritas toties cum libertate luctata est, nec sine magna laude: quoniam omnis generis hominum

posé, aux attaques furieuses d'une foule d'hommes de toute condition, un front calme et serein. Cn. Pison poursuivait en justice Manilius Crispus. Voyant que le crédit de Pompée allait lui arracher le coupable, et se laissant emporter à la fougue de la jeunesse et au zèle de la cause, il dirigea contre ce défenseur tout-puissant de nombreuses et graves accusations. « Que ne me citez-vous aussi en justice? » lui dit alors Pompée. « Donnez caution à la république, lui réponditil, que si je vous accuse, vous n'exciterez pas de guerre civile; et je livre votre tête, même avant celle de Manilius, à l'impartialité des juges. . Ainsi, dans la même cause, il fit trembler deux adversaires, Manilius par son accusation, Pompée par sa liberté à l'un il opposa la force des lois, à l'autre un défi, la seule arme qui fût en son pouvoir (Vers l'an de R. 696).

5. Mais quoi! parlerai-je de la liberté sans nommer Caton? pas plus que de Caton sans nommer la liberté. Il siégeait comme juge dans la cause d'un sénateur accusé et convaincu d'un

crime infâme. On produisit une lettre de Cn. Pompée, qui faisait l'éloge du prévenu, et ne pouvait qu'intéresser le tribunal en sa faveur. Caton la fit rejeter du procès, en citant la loi qui défendait aux sénateurs d'employer de tels moyens. Ce fait cesse d'étonner dès qu'on songe à l'auteur; car ce qui eût passé pour de l'audace dans un autre, n'était dans Caton qu'une légitime confiance (An de R. 702).

6. Le consul Cn. Lentulus Marcellinus se plaignait, du haut de la tribune, de la puissance excessive du grand Pompée, et tout le peuple lui marquait à haute voix son assentiment. » Applaudissez, Romains, s'écria-t-il, applaudissez,

licentiæ ludibrio esse quieta fronte tulit. Cn. Piso, quum Manilium Crispum reum ageret, eumque evidenter nocentem gratia Pompeii videret eripi, juvenili impetu ac studio accusationis provectus, multa et gravia crimina præpotenti defensori objecit. Interrogatus deinde ab eo, cur se quoque non accusaret: « Da, inquit, prædes reipablicæ, te, si postulatus fueris, civile bellum non excitaturum etiam de tuo prius, quam de Manilii capite in consilium judices mittam. » Ita eodem judicio duos sustinuit reos accusatione Manilium, libertate Pompeium; et eorum alterum lege peregit, alterum professione, qua solum poterat.

5. Quid ergo? libertas sine Catone? Non magis, quam Cato sine libertate; nam quum in senatorem nocentem et infamem, reum, judex sedisset, tabellæque Cn. Pompeii laudationem ejus continentes prolatæ essent, procul dubio efficaces futuræ pro noxio, submovit eas e quæstione, legem recitando, qua cautum erat, ne senatoribus tali auxilio uti liceret. Huic facto persona admirationem ademit; nam quæ in alio audacia videretur, in Catone fiducia cognoscitur.

6. Cn. Lentulus Marcellinus consul, quum in concione de Magni Pompeii nimia potentia quereretur, assensus

tandis que vous le pouvez encore, car bientôt vous ne le pourrez plus impunément. » Tout concourait ainsi à ébranler le pouvoir du plus grand citoyen de l'État, et des plaintes qui le rendaient odieux, et des cris qui lui attribuaient les malheurs de Rome (An de R. 697).

"

la poitrine percée de coups, reprocher sa mort à ta perfidie et à ta cruauté: j'ai vu Cn. Carbon, ce zélé défenseur de ton enfance et de ton patrimoine, je l'ai vu, traînant encore les chaînes dont tu l'avais chargé pendant son troisième consulat, lorsque, malgré ses prières, au mépris de toute justice et sans respect pour sa suprême autorité, tu le fis, toi, simple chevalier romain, tu le fis assassiner : j'ai vu un ancien préteur, Perperna, traité comme lui et comme lui t'implorant, vouer à l'exécration ta barbarie : je les ai tous vus confondre en une seule voix leurs malédictions, pour avoir été égorgés sans jugement, par toi, qui faisais, si jeune, l'office de bourreau. » Ainsi l'obscur habitant d'un mu

7. Il avait la jambe entourée d'une bandelette blanche : « Qu'importe, dit Favonius, sur quelle partie du corps on place le diadème (1) ? » Il lui | reprochait, par cette plaisanterie sur un ruban, son autorité toute royale. Mais Pompée ne changea pas de visage; il évita également de laisser lire, ou sur un front joyeux le plaisir que lui causait l'idée de sa puissance, ou sur un front chagrin le dépit de la voir attaquée; et cette patience enhardit contre lui des hommes d'une for-nicipe, encore imprégné de l'odeur de l'esclavage tunc et d'un rang médiocres. Il suffira, dans le nombre, d'en citer deux exemples (An de R. 699).

[ocr errors]

où avait vécu son père, ainsi un homme d'une audace effrénée, d'un orgueil intolérable, put rouvrir impunément les larges plaies de nos 8. Helvius Mancia, de Formies, fils d'un af- guerres civiles, depuis longtemps cicatrisées. Il franchi, et déjà au terme de la vieillesse, ac- y avait donc alors et beaucoup de courage et cusait L. Libon devant les censeurs (An de R. bien peu de danger à déclamer contre Cn. Pom698). Dans la chaleur des débats, le grand Pom-pée. Mais c'est trop longtemps blamer cette lipée, lui reprochant sa naissance et son âge, lui dit berté, quand j'ai à la montrer aussi dans un qu'il s'était sans doute échappé des enfers pour homme d'une condition plus basse encore. porter cette accusation. « Tu dis vrai, Pompée, lui répliqua Helvius, je viens de chez les morts, et j'en viens pour accuser L. Libon. Mais, pendant le séjour que j'y ai fait, j'ai vu Cn. Domitius Ahenobarbus, tout sanglant, se plaindre de ce qu'un homme tel que lui, d'une naissance illustre, d'une vie irréprochable, d'un zèle ardent pour la patrie, avait été, à la fleur même de l'âge, massacré par ton ordre j'ai vu un homme aussi fameux, aussi grand, Brutus (2),

(1) Le diadème était alors une bandelette ceignant la tête des rois.(2) Le père de celui qui tua César.

que ei clara voce universus populus esset: Acclamate, inquit, Quirites, acclamate, dum licet; jam enim vobis impune facere non licebit. Pulsata est tunc eximii civis potentia, hinc invidiosa querela, hinc lamentatione miserabili.

7. Cui candida fascia crus alligatum habenti Favonius, Non refert, inquit, qua in parte corporis sit diadema, exigui panni cavillatione regias ei vires exprobrans : at is neutra in parte mutato vultu, utrumque cavit, ne aut hilari fronte libenter agnoscere potentiam, aut tristi iram profiteri videretur; eaque patientia inferioris etiam generis et fortunæ hominibus aditum adversus se dedit : e quorum turba duos retulisse abunde erit.

8. Helvius Mancia Formianus, libertini filius, ultimæ senectutis, L. Libonem apud censores accusabat; in quo certamine quum Pompeius Magnus humilitatem ei ætatemque exprobrans, ab inferis illum ad accusandum remissum dixisset: «Non mentiris, inquit, Pompei; venio enim ab inferis in L. Libonem accusator venio; sed dum illic moror, vidi cruentum Cn. Domitium Ahenobarbum deflentem, quod summo genere natus, integerrimæ vitæ, amantissimus patriæ, in ipso juventutis flore, tuo jussu esset occisus: vidi pari claritate conspicuum Brutum ferro laceratum, querentem id sibi prius perfidia,

9. Le tragédien Diphile remplissait un rôle dans une pièce des jeux Apollinaires. Quand il en fut à un vers qui signifiait :

Cet homme est grand, mais c'est par nos malheurs, il le prononça les mains étendues vers le grand Pompée; et le peuple ayant redemandé ce vers plusieurs fois, il le répéta sans hésiter, et toujours avec le geste accusateur qui reprochait à Pompée l'excès et l'abus de son pouvoir. Il rendit avec la même audace cet autre endroit :

De ses exploits fameux vous gémirez un jour. deinde etiam crudelitate tua accidisse: vidi Cn. Carbonem acerrimum pueritiæ tuæ, bonorumque patris tui defensorem, in tertio consulatu catenis, quas tu ei injici jusseras, vinctum, obtestantem te, adversus omne fas atque nefas, quum in summo esset imperio, a te equite Romano trucidatum: vidi eodem habitu et quiritatu prætorium virum Perpernam sævitiam tuam exsecrantem; omnesque eos una voce indignantes, quod indemnati sub te adolescentulo carnifice occidissent. » Obducta jam vetustis cicatricibus bellorum civilium vastissima vulnera, municipali homini, servitutem paternam redolenti, effrenatæ temeritatis, intolerabilis spiritus, impune revocare licuit : itaque eo tempore et fortissimum erat Cn. Pompeio maledicere, et tutissimum; sed non patitur nos hoc longiore querela prosequi personæ insequentis aliquanto sors humilior.

9. Diphilus tragœdus, quum Apollinaribus ludis inter actum ad eum versum venisset, in quo hæc sententia continetur, miseria nostra magnus est, directis in Pompeium Magnum manibus, pronuntiavit; revocatusque aliquoties a populo, sine ulla cunctatione, nimiæ illum et intolerabilis potentiæ reum gestu perseveranti egit: eadem petulantia usus est in ea quoque parte virtutem istam, veniet tempus, quum graviter gemas.

« PrécédentContinuer »