Images de page
PDF
ePub

qui, né en Macédoine, n'avait point de honte de traiter avec ceux de son pays par truchement. Et pourquoi veut-il qu'on aille consulter Hammon, lui qui l'a accusé de mensonge lorsqu'il a reconnu Alexandre pour son fils? Car, à la vérité, il avait grand sujet de craindre que le roi ne s'attirât de l'envie en acceptant ce que les dieux lui offraient; que lorsqu'il avait été question d'attenter à la vie de son roi et de son bienfaiteur, il n'en avait pas été demander avis à Jupiter; mais que maintenant il voudrait bien qu'on envoyât à l'oracle, pour avoir le temps d'avertir son père qui commandait en Médie, afin qu'avec les trésors commis à sa garde, il gagnât d'autres scélérats comme lui, pour les associer à son crime; que c'était pourtant leur intention d'envoyer vers l'oracle, non pas pour interroger Jupiter sur ce qu'ils savaient de la bouche du roi, mais bien pour lui rendre grâces, et s'acquitter des vœux qu'ils lui avaient faits pour le salut du meilleur prince de la terre. »

Ces invectives enflammèrent toute l'assistance et principalement les gardes du corps, qui commencèrent les premiers à crier «qu'on leur laissât déchirer ce parricide; » de quoi Philotas n'était pas fâché, appréhendant de plus grands tourments. Le roi étant retourné à l'assemblée, remit le jugement au lendemain, soit pour lui faire donner la question dans la prison, ou pour être plus particulièrement informé de tout. Néanmoins, bien qu'il fût assez tard, il fit appeler ses confidents, qui étaient d'avis qu'on l'assommât à coups de pierre, selon la coutume des Macédoniens; mais Ephestion, Cratère et Conus concluaient à la torture, à quoi ils firent aussi revenir les autres; de sorte que le conseil étant levé, ils sortirent tous trois ensemble pour faire appliquer

per interpretem audire. Cur Hammonem consuli vellet? eumdem Jovis arguisse mendacium, Alexandrum filium agnoscentis scilicet veritum, ne invidiosum esset, quod dii offerrent. Quum insidiaretur capiti regis et amici, non consuluisse eum Jovem : nunc ad oraculum mittere, dum pater ejus sollicitaretur, qui præsit in Media, et pecunia, cujus custodia commissa sit, perditos homines ad societatem sceleris impellat. Ipsos missuros ad oraculum, non qui Jovem interrogent, quod ex rege cognoverint; sed qui gratias agant, qui vota pro incolumitate regis optimi persolvant. » Tum vero universa concio accensa est; et a corporis custodibus initium factum, clamantibus, discerpendum esse parricidam manibus eorum. Id quidem Philotas, qui graviora supplicia metueret, haud sane iniquo animo audiebat. Rex in concionem reversus, sive ut in custodia quoque torqueret, sive ut diligentius cuncta cognosceret, concilium in posterum diem distulit: et quanquam in vesperam inclinabat dies, tamen amicos convocari jubet : et ceteris quidem placebat, Macedonum more obrui saxis; Hephaestion autem, et Craterus, et Conus tormentis veritatem exprimendam esse dixerunt : et illi quoque, qui aliud suaserant, in horum sententiam transeunt. Concilio

Philotas à la question; et le roi, ayant rappelé Cratère et lui ayant dit quelque chose à l'oreille, qui ne se sait pas, se retira dans son cabinet, où il fut bien avant dans la nuit tout seul, attendant des nouvelles de ce qui se serait passé.

«

Ceux qui étaient ordonnés pour la question exposèrent aux yeux de Philotas tout ce que la cruauté a d'instruments à faire frémir la nature; tellement qu'alors il dit de lui-même : Que tardez-vous à faire mourir un homme qui confesse d'être ennemi du roi et de l'avoir voulu tuer? Qu'est-il besoin de gêne? Oui, je l'ai voulu, et il n'a pas tenu à moi que je ne l'aye fait. » Cratère insistant qu'il eût à confesser encore dans la torture ce qu'il avait dit si franchement, on le prend, on lui bande les yeux, on le dépouille; et il avait beau crier, attester et implorer les dieux du pays et le droit des gens, il avait affaire à des personnes inexorables. Il n'y eut sortes de tourments qu'on ne lui fit souffrir, comme à un homme condamné et livré à la merci de ses ennemis, qui, sous ombre de zèle et de piété pour le prince, exerçaient leur rage particulière. Et quoiqu'on lui fit sentir le feu d'un côté et les fouets de l'autre, plutôt par manière de supplice que de question, si est-ce qu'il eut ce pouvoir sur ses douleurs, qu'elles ne purent tirer de sa bouche, non pas une parole, mais un cri, ni le moindre gémissement du monde. Mais comme le corps vint à s'enfler par l'inflammation de ses plaies, et qu'il ne put plus souffrir la rigueur des coups, qui, lui ayant emporté toute la chair vive, donnaient sur les os nus et décharnés, il promit de dire ce qu'ils voulaient savoir, pourvu qu'on lui donnât un peu de relâche; mais auparavant il leur fit jurer, par la vie d'Alexandre, qu'ils feraient cesser les

ergo dimisso, Hephaestion cum Cratero et Cœno ad quæs tionem de Philota habendam consurgunt. Rex, Cratero arcessito, et sermone habito, cujus summa non edita est, in intimam diversorii partem secessit, et remotis arbitris in multam noctem quæstionis exspectavit eventum. Tor tores in conspectu Philotæ omnia crudelitatis instrumenta proponunt. Et ille ultro, « Quid cessatis, inquit, regis inimicum, interfectorem, confitentem occidere? quid quæstione opus est? cogitavi, volui. » Craterus exigere, ut, quæ confiteretur, in tormentis quoque diceret. Dum corripitur, dum obligantur oculi, dum vestis exuitur, deos patrios, gentium jura, nequidquam apud surdas aures invocabat. Per ultimos deinde cruciatus, utpote et damnatus, et inimicis in gratiam regis torquentibus, laceratur. Ac primo, quanquam hinc ignis, illinc verbera, jam non ad quæstionem, sed ad pœnam ingerebantur, non vocem modo, sed etiam gemitus habuit in potestate; sed postquam intumescens corpus ulceribus flagellorum ictus nudis ossibus incussos ferre non poterat; si tormentis adhibituri modum essent, dicturum se, quæ scire expeterent, pollicetur. Sed finem quæstioni fore, jurare eos per Alexandri salutem volebat, removerique tortores. Et utroque

tourments et retirer leurs ministres.» Ayant obtenu l'un et l'autre, il dit à Cratère : « Dis-moi 'e que tu veux que je dise. » Cratère, indigné de se voir moqué de la sorte, rappelant les questionnaires, Philotas demanda « qu'on le laissât respirer, et qu'il déclarerait tout. »

Cependant les premiers de la noblesse et les hauts officiers de la cavalerie, et particulièrement ceux qui appartenaient de plus près à Parménion, ayant su qu'on donnait la question à Philotas, et craignant la loi des Macédoniens, qui voulait que les parents des criminels de lèsemajesté mourussent avec eux, les uns se tuèrent eux-mêmes, les autres s'enfuirent vers les montagnes et les déserts écartés, tout le camp étant plein d'effroi, jusqu'à ce que le roi, averti de ce désordre, fit publier qu'il faisait grâce aux parents des coupables.

De savoir si Philotas voulut se délivrer des tourments en confessant la vérité, ou en inventant des mensonges, c'est ce qui n'est pas aisé à deviner, parce qu'en matière de question l'on s'en tire aussitôt par une voie que par l'autre. Tant y a que voici ce qu'il déposa : « Vous savez, dit-il, l'étroite amitié que mon père a eue avec Égéloque. Je parle de cet Égéloque qui mourut à la bataille. C'est lui qui a été la cause de tous nos malheurs; car dès que le roi eut commandé qu'on le saluât fils de Jupiter, cet homme ne pouvant souffrir cela, «Quoi! dit-il, reconnaîtrons-nous pour notre roi celui qui dédaigne Philippe pour son père? C'est fait de nous si nous l'endurons. Celui-là ne méprise pas seulement les hommes, mais aussi les dieux, qui veut être tenu pour dieu. Il n'y a plus d'Alexandre, nous n'avons plus de roi; nous sommes tombés sous

impetrato, Cratero inquit : « Dic quid me velis dicere. » Illo indignante, ludificari eum, rursusque revocante tortores, tempus petere cœpit, dum reciperet spiritum, cuncta quæ sciret, indicaturus. Interim equites, nobilissi mus quisque, et ii maxime, qui Parmenionem propinqua cognatione contingebant, postquam Philotam torqueri fama vulgaverat, legem Macedonum veriti, qua cautum erat, ut propinqui eorum, qui regi insidiati erant, cum ipsis necarentur, alii se interficiunt; alii in devios montes vastasque solitudines fugiunt : ingenti per tota castra terrore diffuso, donec rex, tumultu cognito, legem se supplicio conjunctis sontium remittere edixit. Philotas, verone an mendacio liberare se a cruciatu voluerit, anceps conjectura est, quoniam et vera confessis, et falsa dicen. tibus, idem doloris finis ostenditur. Ceterum, « Pater, inquit, meus Hegelocho quam familiariter usus sit, non ignoratis. Illum dico Hegelochum, qui in acie cecidit : ille omnium malorum nobis causa fuit. Nam quum primum Jovis filium se salutari jussit rex, id indigne ferens ille, « Hunc igitur regem agnoscimus, inquit, qui Philippum dedignatur patrem? actum est de nobis, si ista perpeti possumus. Non homines solum, sed etiam deos despicit, qui postulat deus credi. Amisimus Alexandrum, amisimus regem: in

la tyrannie d'un monstre d'orgueil égaiement insupportable et aux dieux auxquels il s'égale, et aux hommes sur qui il s'élève. Avons-nous, au prix de notre sang, fait un roi qui nous foule aux pieds et qui dédaigne de se communiquer aux mortels? Et nous aussi, si vous m'en croyez et si nous avons du cœur, nous serons adoptés des dieux. Qui a vengé la mort d'Alexandre son bisaïeul? Qui a vengé celle d'Archélaüs et celle de Perdiccas? N'a-t-il pas lui-même pardonné aux meurtriers de son père? » Voilà ce que nous dit Égéloque après souper; et le lendemain, dès le point du jour, mon père m'appela. Il était fort triste, et voyait que je ne l'étais pas moins que lui; car ce que nous avions entendu était bien capable de nous mettre en peine. Désirant donc nous éclaircir si le vin lui avait fait tenir ce discours ou si c'était un dessein prémédité, nous fûmes d'avis de l'envoyer querir; et nous ayant de son mouvement répété les mêmes choses, il ajouta que si nous étions gens à nous rendre chefs d'une si belle entreprise, il nous seconderait, et de près; mais si nous manquions de cœur pour cela, qu'il le couvrirait d'un silence éternel. Il semblait à Parménion que, du vivant de Darius, ce n'était pas la saison de se défaire d'Alexandre, parce que nous aurions plutôt fait les affaires de l'ennemi que les nôtres ; mais que Darius étant mort, l'Asie et tout l'Orient seraient le prix de cette action. Cela ainsi résolu, la foi fut donnée et reçue de part et d'autre. Pour ce qui est de Dymnus, je proteste que je ne sais ce que c'est; et après ce que j'ai confessé, que me servirait d'être innocent de ce dernier forfait? »

Là-dessus étant remis à la question, et Cratère même et les autres le frappant de leurs javelots

cidimus in superbiam, nec diis, quibus se exæquat, nec hominibus, quibus se eximit, tolerabilem. Nostrone sanguine deum fecimus, qui nos fastidiat? qui gravetur mortalium adire concilium? Credite mihi, et nos, si viri sumus, a diis adoptabimur. Quis proavum hujus Alexandrum, quis deinde Archelaum, quis Perdiccam occisos ultus est? hic quidem interfectoribus patris ignovit. » Hæc Hegelo. chus dixit supra cœnam; et postera die, prima luce, a patre arcessor. Tristis crat, et me mæstum videbat : audieramus enim, quæ sollicitudinem incuterent. Itaque ut experiremur, utrumne vino gravatus effudisset illa, an altiore concepta consilio, arcessiri eum placuit. Venit; eodemque sermone ultro repetito, adjecit se, sive auderemus duces esse, proximas a nobis partes vindicaturum; sive deesset animus, consilium silentio esse tecturum. Parmenioni, vivo adhuc Dario, intempestiva res videbatur; non enim sibi, sed hosti esse occisuros Alexandrum : Dario vero sublato, præmium regis occisi Asiam, et totum Orientem interfectoribus esse cessurum. Approbatoque consilio, in hæc fides et data est, et accepta. Quod ad Dym. num pertinet, nibil scio; et hæc confessus intelligo non pro. desse mihi, quod prorsus sceleris expers sum. »Illi rursus tormentis admotis, quum ipsis quoque hastis os oculos.

par le visage et par les yeux, ils lui arrachèrent | naient que Philotas chargeait et innocents et encore la confession de ce crime. Après, lui ayant coupables, à cause que ce jeune homme n'avait ordonné de déduire l'ordre de la conjuration, il point été nommé par Nicomachus ni même par répondit « que, n'y ayant point d'apparence que Philotas dans la question. Néanmoins, quand il le roi revînt sitôt de la Bactriane, il avait craint se vit environné des prévôts, il confessa que Déque son père, âgé de soixante et dix ans, qui métrius et lui étaient du nombre des conjurés; avait une si belle armée et tant de millions en tellement que, le signal donné, Philotas et tous son pouvoir, ne vint cependant à lui manquer, les autres nommés par Nicomachus furent assomet que, se trouvant dépouillé d'une si grande més à coups de pierre, selon la coutume du pays. puissance, il n'y eût pas lieu d'exécuter leur des- Il est certain qu'Alexandre courut grande fortune sein, et qu'à cette occasion il s'était hâté, pen- non-seulement de la vie, mais de voir mutiner dant qu'il avait les forces en main; qu'au reste, tout son camp, parce que Parménion et son fils il leur avait déclaré le tout de point en point; étaient si puissants et en telle considération, qu'à que s'ils croyaient néanmoins que son père eût moins que d'être convaincus, on ne les eût pas participé à ces derniers conseils, il ne refusait condamnés qu'il n'y eût eu de grandes rumeurs pas encore la question, quoiqu'il ne fût plus en dans l'armée. Aussi la recherche en était chaétat de la souffrir. » Comme ils eurent conféré touilleuse et l'événement hasardeux; car tant que ensemble, jugeant qu'il en avait assez dit, ils Philotas dénia le crime, la procédure semblait furent trouver le roi, qui leur commanda « que le injuste et pleine de cruauté; mais il ne l'eut pas lendemain ils fissent lecture de la déposition de plutôt confessé, qu'il ne trouva plus de compasPhilotas en pleine assemblée, et qu'on l'y appor- sion, même dans le cœur de ses amis. tât, parce qu'il ne se pouvait soutenir.» Étant demeuré d'accord de tout, on amène Démétrius, accusé d'avoir trempé dans la nouvelle conspiration; mais il le niait fort et ferme, et, avec un courage et une contenance assurée, il faisait des serments horribles qu'une telle manie ne lui était jamais entrée dans l'âme; même il insistait que, pour sa plus grande justification, il fût mis à la torture, quand Philotas, tournant les yeux de tous côtés, aperçut près de là un certain Calys, et lui dit qu'il s'approchât. L'autre, tout troublé, n'en voulant rien faire, « Quoi! dit-il, tu souffriras que Démétrius mente de la sorte et que je sois encore tourmenté?» Calys était demeuré plus mort que vif, et les Macédoniens s'imagi

que ejus everberarent, ut hoc quoque crimen confiteretur, expressere. Exigentibus deinde, ut ordinem cogitati sceJeris exponeret; « quum diu Bactra retentura regem videren. tur, timuisse respondit, ne pater LXX natus annos, tanti exercitus dux, tantæ pecuniæ custos, interim exstingueretur, ipsique, spoliato tantis viribus, occidendi regis causa non esset. Festinasse ergo se, dum præmium haberet in manibus. Repræsentare consilium, cujus patrem fuisse autorem nisi crederent; tormenta, quanquam tolerare non posset, tamen non recusaret. » Illi, colloquuti satis quæsitum videri, ad regem revertuntur : qui postero die, et quæ confessus erat Philotas recitari, et ipsum, quia ingredi non poterat, jussit afferri. Omnia agnoscente codem, Demetrius, qui proximi sceleris particeps esse arguebatur, producitur : multa affirmatione, animique pa riter constantia, et vultu abnuens, quidquam sibi in regem cogitatum esse, tormenta etiam deposcebat in semet ipsum. Quum Philotas, circumlatis oculis incideret in Calin quemdain, haud procul stantem, propius eum jussit accedere. Illo perturbato, et recusante transire ad eum, « Patieris, inquit, Demetrium mentiri, rursusque me excruciari? » Calin vox sanguisque defecerant; et Macedones Philotam inquinare innoxios velle suspicabantur, quia nec a Nicomacho, nec ab ipso Philota, quum torque

LIVRE SEPTIÈME.

SOMMAIRE.

-

I. Alexandre donne charge de tuer Lincestes, criminel de lèse-majesté. Il fait ensuite informer contre Amyntas et Simmias, amis de Philotas. Ils défendent leur innocence avec beaucoup de vigueur et de force. II. Amyntas et ses frères rentrent en grâce. Le roi envoie Polydamas dans la Médie pour tuer Parménion; ce qui fut cause d'une mutinerie qui fut enfin apaisée. — III. Alexandre subjugue quantité de peuples, et passe en dix-sept jours le Caucase avec son armée. - IV. Bessus met en délibération dans un festin à faire la guerre contre Alexandre, et ne peut acquiescer au sage conseil de Cobaris. Cependant Alexandre arrive dans le pays des Bactriens,

retur, nominatus esset adolescens; qui, ut præfectos regis circumstantes se vidit, Demetrium et semetipsum id facinus cogitasse confessus est. Omnes ergo a Nicomacho nominatos, more patrio, dato signo, saxis obruerunt. Magno non modo salutis, sed etiam vitæ periculo liberatus erat Alexander : quippe Parmenio et Phiiotas, principes amicorum, nisi palam sontes, sine indignatione totius exercitus non potuissent damnari. Itaque anceps que stio fuit dum inficiatus est facinus, crudeliter torqueri videbatur; post confessionem Philotas ne amicorum qui dem misericordiam meruit.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

où il reçoit nouvelle de la révolte des Grecs et de la mort de Satibarzane, qui avait été tué dans un combat singulier. V. L'armée d'Alexandre passe avec adresse le fleuve Oxus. Bessus, ayant été pris par une ruse, est amené devant Alexandre, qui le donne à Oxathrès, frère de Darius, pour le mettre en croix. — VI. Alexandre prend beaucoup de villes par l'affection des Barbares et des Macédoniens. Il fait bâtir Alexandrie auprès du fleuve Tanaïs, et achève cet ouvrage en peu de temps.

- VII. Alexandre, encore malade d'une blessure, tient conseil avec les siens pour aller faire la guerre aux Scy. thes. Aristandre accommode à la volonté du roi les présages qu'il découvre dans les entrailles des victimes. Ménédème est défait et tué avec deux mille hommes de pied et trois cents de cheval macédoniens. Alexandre dissimule adroitement cette défaite. VIII. Tandis que l'armée se prépare à la guerre, il arrive des ambassadeurs des Scythes, qui font à Alexandre un beau discours touchant la paix.-IX. Alexandre, ayant renvoyé les ambassadeurs, passe le Tanais, fait la guerre aux X. CouScythes et traite favorablement les vaincus. rage invincible des nobles de la Sogdiane. Punition de Bessus. L'armée d'Alexandre fortifiée par de nouvelles troupes. XI. Alexandre oblige la ville de Pétra de se rendre, bien qu'elle soit forte, et presque imprenable

par son assiette.

J. Lorsque les traces du crime de Philotas étaient encore toutes fraîches, les soldats croyaient qu'il avait été puni justement; mais depuis qu'ils ne virent plus l'objet de leur haine, elle se convertit en pitié. Le mérite de la personne qu'on avait fait mourir à la fleur de son âge, et la vieillesse de son père qui voyait sa race éteinte au service du roi, les touchaient sensiblement. Ils plaignaient ce Parménion, qui le premier avait ouvert le passage de l'Asie, qui avait eu

sub jugum mittit Alexander, cum exercitu Parapamisum superat, et in ejus radicibus Alexandriam condit. IV. Bessus de bello adversus Alexandrum inter epulas consultat, sapientique Cobaris consilio minime acquiescit. Interim rex Bactra pervenit, ubi de Græcorum defectione, et Satibarzane singulari certamine occiso advenit ei nuncius. - V. Exercitus Alexandri, siti liberatus, Oxum amnem trajicit. Bessus dolo captus ad Alexandrum adducitur. A quo Darii fratri Oxathri crucifigendus traditur. - VI. Sogdiana subigitur et deficit. Cyropolis et aliæ urbes expugnantur. Alexandria ad Tanaim conditur. VII. De bello Scythis inferendo Alexander æger ex vulnere cum suis init consilium. Aristander vates regis voluntati extorum accommodat significata. Menedemus a Spitamene cum duobus м et CCC equitibus interficitur: quod callide admodum dissimulat Alexander. VIII. Dum exercitus ad bellum accingitur, Scytharum legati adveniunt, ac de pace ad Alexandrum orationem habent. IX. Alexander legatis dimissis Tanaim trajicit: bellum Scythis infert, et cum victis benigne agit. Sacas se dedentes in fidem recipit; Spitamenem persequitur.-X. Sogdiana recuperata. Sogdianorum nobilium invictus animus. Bessi supplicium. Novo milite auctus Alexandri exercitus. Urbes condita. XI. Arimaze petra, situ naturaque loci fere inexpugnabilis, ab Alexandro capitur.

[ocr errors]

1. Philotam sicut recentibus sceleris ejus vestigiis jure affectum supplicio censuerant milites; ita postquam desierat esse, quem odissent, invidia in misericordiam vertit. Moverat et claritas juvenis, et patris ejus senectus at

part à tous ses périls et toujours commandé une des ailes de sa bataille, favori de Philippe, et si affidé à Alexandre, qu'il n'employa que lui pour se défaire d'Attalus. L'image de ces choses leur repassait dans l'esprit, et les incitait à tenir des propos séditieux; on les rapportait au roi, qui ne s'en émouvait guère; mais comme il savait que les vices de l'oisiveté se dissipent par l'occupation, il leur commanda de se rendre à la place du palais, où les voyant en grand nombre, il entra dans l'assemblée. D'abord Apharias, qu'il avait sans doute atitré, demanda qu'on eût à représenter Lyncestes, surnommé Alexandre, qui longtemps avant Philotas avait entrepris de tuer le roi, et depuis trois ans était détenu prisonnier, ayant été déféré par deux témoins. Il était aussi convaincu d'avoir trempé avec Pausanias dans le meurtre de Philippe; mais parce qu'il avait le premier salué Alexandre roi, son supplice fut plutôt sursis que son crime ne fut pardonné. D'ailleurs, les prières d'Antipater, son beau-père, avaient suspendu la colère du prince, qui, étant assoupie, se réveilla quand le danger présent le fit ressouvenir du passé.

On amena donc Lyncestes de la prison; et lui ayant été ordonné de déduire ses défenses, bien qu'il eût eu trois ans à se préparer, si est-ce que, hésitant et tremblant, il ne dit que bien peu de ce qu'il avait prémédité, et, à la fin, se troubla de telle sorte qu'il perdit et mémoire et jugement. Tout le monde crut que ce désordre était plutôt un effet d'une mauvaise conscience qu'un défaut

que orbitas. Primus Asiam aperuerat regi, omnium periculorum ejus particeps; semper alterum in acie cornu defenderat Philippo quoque ante omnes amicus; et ipsi Alexandro tam fidus, ut occidendi Attalum non alio ministro uti mallet. Horum cogitatio subibat exercitum ; seditiosæque voces referebantur ad regem; quis ille haud sane motus, satisque prudens, otii vitia negotio discuti, edicit, ut omnes in vestibulo regiæ præsto adforent; quos ubi frequentes adesse cognovit; in concionem processit. Haud dubie ex composito Apharias postulare cœpit, ut Lyncestes Alexander, qui multo ante quam Philotas regem voluisset occidere, exhiberetur. A duobus indicibus, sicut supra diximus, delatus tertium jam annum custodiebatur in vinculis : eumdem in Philippi quoque cædem conjurasse cum Pausania, pro comperto fuit: sed, quia primus Alexandrum regem salutaverat, supplicio magis quam crimini fuerat exemptus. Tum quoque Antipatri, soceri cjus, preces justam regis iram morabantur. Ceterum recruduit soporatus dolor ; quippe veteris periculi memoriam præsentis cura renovabat. Igitur Alexander ex custodia educitur, jussusque dicere, quam toto triennio meditatus erat defensionem, hæsitans et trepidus, pauca ex iis, quæ composuerat, protulit: ad ultimum non memoria solum, sed etiam mens eum destituit. Nulli erat dubium, quin trepidatio conscientia indicium esset, non memoriæ vitium; itaque ex iis, qui proxime adstiterant, obluctantem adhuc oblivioni lanceis confoderunt. Cujus corpore sublato, rex introduci jussit Amyntam et Sim

de mémoire; et, comme il bégayait encore, et tâchait de renouer les misérables pièces de sa harangue, ceux qui étaient près de lui le tuèrent à coups de javelot. Après qu'on eut enlevé le corps, le roi commanda qu'on amenât aussi Amyntas et Simmias; car Polémon, leur plus jeune frère, s'en était fui, lorsqu'il sut qu'on donnait la question à Philotas. De tous ses amis c'était ceux qu'il chérissait le plus, et qu'il avait avancés par son crédit, leur procurant des charges et des emplois honorables; et le roi se ressouvenait du soin qu'il avait eu de les mettre bien auprès de lui, de sorte qu'il ne doutait point qu'ils ne fussent de cette dernière conjuration. Il disait « que ce n'était pas d'aujourd'hui qu'il les avait pour suspects, sa mère l'ayant souvent averti qu'il s'en donnât de garde; mais comme il ne se portait pas aisément à croire le mal, il les avait soufferts, jusqu'à ce que, forcé par des indices évidents, i les avait fait arrêter; qu'on savait assurément que le jour de devant que la trahison de Philotas fut découverte, ils avaient été en secrète conférence avec lui; et leur frère s'étant enfui durant la question, n'avait pas laissé à deviner la cause de sa fuite; que dernièrement, sous prétexte de faire les bons serviteurs, ils avaient éloigné leurs compagnons qui étaient en quartier, et assiégé ses côtés sans aucune occasion apparente; et comme il s'étonnait de ce que, n'étant pas de service, ils entreprenaient sur la charge des autres, il les avait vus trembler, et s'étant effrayé de leur frayeur, il s'était jeté au milieu de ses gardes; qu'outre cela, le jour de devant que Philotas fut pris, Antiphanes, commissaire de la gendarmerie, ayant sommé Amyntas de fournir des chevaux, selon la coutume, à ceux qui avaient perdu les leurs, il lui avait répondu super

miam: nam Polemon, minimus ex fratribus, quum Philotam torqueri comperisset, profugerat. Omnium Philotæ amicorum hi carissimi fuerant; ad magna et honorata ministeria illius maxime suffragatione producti: memineratque rex, summo studio ab eo conciliatos sibi ; nec dubitabat, hujus quoque ultimi consilii fuisse participes. Igitur, «< olim esse sibi suspectos matris suæ literis, quibus esset admonitus, ut ab his salutem suam tueretur. Ceterum se invitum deteriora credentem, nunc manifestis indiciis victum, jussisse vinciri. Nam pridie quam detegeretur Philota scelus, quin in secreto cum ipso fuissent, non posse dubitari; fratrem vero, qui, profugerit, quum Philotas torqueretur, aperuisse fugæ causam. Nuper præter consuetudinem, officii specie, amotis longius ceteris, admovisse semet ipsos lateri suo, nulla probabili causa: seque mirantem, quod non vice sua tali fungerentur officio, et ipsa trepidatione eorum perterritum, strenue ad armigeros, qui proximi sequebantur, recessisse. Ad hoc accedere, quod quum Antiphanes, scriba equitum, Amynta denunciasset, pridie quam Philota scelus deprehensum esset, ut ex suis equis more solito daret iis, qui amisissent suos, superbe respondisse, nisi incepto desis

[ocr errors]

bement que s'il ne se désistait de sa poursuite, il lui montrerait à qui il avait affaire; enfin que ces discours insolents qu'ils tenaient à toute heure contre lui n'étaient que des marques trop assurées de leur mauvais dessein; que si ces choses étaient véritables, ils ne méritaient pas un meilleur traitement que Philotas; et si elles ne l'étaient point, qu'ils eussent à s'en justifier. »

Après, Antiphanes, confronté avec Amyntas, lui soutint qu'il n'avait pas seulement refusé des chevaux, mais ajouté à ce refus de grandes menaces. Alors Amyntas ayant eu permission de se défendre, dit « que si cela n'importait de rien au roi, il le suppliait de lui faire ôter ses chaînes tandis qu'il parlerait, » ce qui lui fut accordé et à son frère; et comme il demandait encore qu'on lui rendît ses armes, il lui fit donner une javeline qu'il prit de la main gauche; et après s'être éloigné du lieu où avait été le corps de Lyncestes, il commença à dire : « A quoi que le ciel nous destine et quelque succès que puisse avoir cette affaire, nous avouons, seigneur, que s'il est heureux, nous vous en serons redevables; et s'il en arrive autrement, nous ne saurions l'imputer qu'à notre malheur. Vous ne nous condamnez point sans nous ouïr, et ne vous contentez pas de nous laisser libres en nos personnes, en nos défenses, vous nous remettez au même état auquel nous avons accoutumé de vous suivre. Après cela nous ne devons non plus douter de l'issue du jugement que de la justice de notre cause. Mais permettez-moi, seigneur, de commencer à nous défendre par où vous avez achevé de nous accuser. « Nos consciences ne nous reprochent point d'avoir tenu des discours contraires au respect qui vous est dù; et je dirais qu'il y a longtemps que vous êtes au-dessus de l'envie, si je n'avais

"

teret, brevi sciturum, quis ipse esset. Jam linguæ violentiam, temeritatemque verborum, quæ in semet ipsum jacularentur, nihil aliud esse, quam scelesti animi indicem ac testem: quæ si vera essent, idem meruisse eos, quod Philotam; si falsa, exigere ipsum, ut refellant. » Productus deinde Antiphanes, de equis non traditis, et adjectis etiam superbe minis, indicat. Tum Amyntas, facta dicendi potestate : « Si nihil, inquit, interest regis, peto, ut dum dico, vinculis liberer. » Rex solvi utrumque jubet: desiderantique Amyntæ, ut habitus quoque redderetur armigeri, lanceam dari jussit. Quam ut leva comprehendit, evitato eo loco, in quo Alexandri corpus paulo ante jacue. rat : « Qualiscumque, inquit, exitus nos manet, rex, confitemur, prosperum eventum tibi debituros, tristiorem fortunæ imputaturos. Sine præjudicio dicimus causam, liberis corporibus animisque; habitum etiam, in quo te comitari solemus, reddidisti. Causam non possumus; fortunam timere desinemus. Te quæso, permittas mihi id primum defendere, quod a te ultimum objectum est. Nos, rex, sermonis adversus majestatem tuam habiti nullius conscii sumus nobis. Dicerem jam pridem, vicisse te invidiam, nisi periculum esset, ne alia maligne dicta cre

« PrécédentContinuer »