Images de page
PDF
ePub

au temple de Vesta; et Métellus, pendant cet incendie, sauva le Palladium arraché aux flammes. (An de R. 512).

5. Cicéron fut averti par un augure de l'approche de sa mort. Comme il était dans sa villa de Caïète, un corbeau ébranla et fit sauter, en sa présence, l'aiguille d'un cadran solaire; puis volant vers lui, il se tint attaché par le bec au pan de sa toge, jusqu'au moment où un esclave vint annoncer à l'orateur l'arrivée des soldats envoyés pour le tuer (An de R. 710).

6. Lorsque M. Brutus eut rangé en bataille, contre César et Antoine, les débris de son armée, deux aigles, prenant leur vol des camps opposés, fondirent l'un sur l'autre. Après un combat acharné, celui qui était parti du côté de Brutus s'enfuit couvert de blessures (An de R. 711).

DES AUSPICES, CHEZ LES ÉTRANGERS.

1. Quand le roi Alexandre voulut fonder une ville (1) en Égypte, l'architecte Dinocrate, faute de craie, en traça le plan avec de la farine. Une multitude d'oiseaux sortis d'un lac voisin vint la manger à ses yeux. Les prêtres égyptiens en augurèrent que cette ville alimenterait un nombre immense d'étrangers (An de R. 420).

2. Le roi Déjotarus, qui ne faisait rien sans consulter les auspices, dut son salut à un aigle, dont la vue l'empêcha d'entrer dans une maison, qui, la nuit suivante, s'écroula tout entière (An de R. 700).

(1) Alexandrie.

ius inter ipsos ignes raptum Palladium incolume servavit. 5. M. Ciceroni mors imminens auspicio prædicta est; quum enim in villa Caietana esset, corvus in conspectu ejus horologii ferrum loco motum excussit, et protinus ad ipsum tetendit, ac laciniam togæ eo usque morsu tenuit, donec servus ad occidendum eum milites venisse nuntiaret.

6. M. Brutus quum reliquias exercitus sui adversus Casarem et Antonium eduxisset, duæ aquilæ ex diversis castris advolaverunt, et edita inter se pugna, ea, quæ a parte Bruti fuerat, male mulcata fugit.

DE AUSPICIIS QUE CEPERE EXTERNI.

1. Quum rex Alexander urbem in Ægypto constituere vellet, architectus Dinocrates, quum cretam non haberet, polentaque futuræ urbis lineamenta duxisset, ingens avium multitudo proximo lacu emersa polentam depasta est: quod sacerdotes Ægyptiorum interpretati sunt, advenarum frequentiæ alimentis suffecturam urbem.

2. Dejotaro vero regi omnia fere auspicato gerenti salutaris aquila conspectus fuit: qua visa, abstinuit se ab cjus tecti usu, quod, nocte insequenti, ruina solo æquatum est.

CHAPITRE V.

DES PRÉSAGES, CHEZ LES ROMAINS. 1. L'observation des présages a aussi quelque rapport avec la religion; car on les attribue, non au hasard, mais à la Providence divine.

C'est elle qui inspira le mot suivant. Rome avait été ruinée par les Gaulois, et le sénat délibérait si l'on devait la rebâtir, ou passer à Véies. En ce moment même un centurion, revenant de son poste avec ses cohortes, cria dans la place des Comices: « Porte-enseigne, plante le drapeau; nous serons bien ici. » A ces mots, qui arrivèrent jusqu'à eux, les sénateurs répondirent qu'ils acceptaient le présage; et le projet d'aller s'établir à Véies fut aussitôt abandonné. Qu'il fallut peu de chose pour fixer le siége du plus grand empire qui dût exister! Les dieux regardèrent, sans doute, comme un opprobre que l'on changeât pour le misérable nom de Véies le nom de cette Rome dont les plus heureux auspices avaient marqué l'origine, et qu'on ensevelit le glorieux souvenir d'une célèbre victoire sous les ruines d'une ville récemment détruite (An de R. 363).

2. L'auteur de cette œuvre éclatante, Camille, pria les dieux, si la prospérité du peuple romain leur paraissait excessive, de faire tomber sur lui seul le poids de quelque disgrâce; et à l'instant même il fit une chute, que l'on regarda comme le présage de la condamnation dont il fut frappé plus tard. On ne sait, en vérité, ce qui fait le plus d'honneur à ce grand homme, de sa victoire ou de cette prière généreuse; car il est également

CAPUT V.

DE OMINIBUS QUE ACCEPERE ROMANI.

1. Ominum etiam observatio aliquo contactu religionis innexa est: quoniam non fortuito motu, sed divina providentia constare creditur.

Quæ effecit, ut Urbe a Gallis disjecta, deliberantibus P. C. utrum Veios migrarent, an sua monia restituerent: forte eo tempore e præsidio cohortibus redeuntibus, centurio in comitio exclamaret: «Signifer, statue signum: hic optime manebimus. » Ea enim voce audita, senatus se accipere omen respondit, e vestigioque Veios transeundi consilium omisit. Quam paucis verbis de domicilio futuri summi imperii confirmata est conditio! credo indignum diis existimantibus, prosperrimis auspiciis Romanum nomen ortum, Veientanæ urbis appellatione mutari, inclytæque victoriæ decus modo abjectæ urbis ruinis infundi.

2. Hujus tam præclari operis auctor Camillus, quum esset precatus, ut si cui deorum nimia felicitas populi Ro mani videretur, ejus invidia suo aliquo incommodo satiaretur, subito lapsu decidit: quod omen ad damnationem, qua postea oppressus est, pertinuisse visum est. Merito autem de laude inter se victoria et pia precatio amplissimi viri certaverunt : æque enim virtutis est, et bona patria auxisse, et mala in se transferre voluisse,

beau d'augmenter le bonheur de sa patrie et de vouloir en détourner sur soi les malheurs (An de R. 357).

3. Est-il rien de plus mémorable que ce qui arriva au consul L. Paullus (1)? Le sort venait de lui confier le soin de la guerre contre le roi Persée. Il rentra, du sénat, chez lui ; et, en embrassant sa fille, nommée Tertia, encore toute jeune, il remarqua qu'elle était triste : il lui demanda la cause de son chagrin : « Persa est mort,» répondit-elle. Persa était un petit chien que cette enfant venait de perdre et qu'elle aimait beaucoup. Paullus saisit avidement ce présage, et tira d'une parole fortuite le gage assuré d'un triomphe éclatant (An de R. 585).

4. Cécilia, femme de Métellus, cherchant, la nuit, suivant un usage antique, un présage d'hyménée pour sa nièce, alors nubile, le fournit elle-même sans le savoir. Elle s'était rendue, à cet effet, dans une chapelle et y était assise depuis quelque temps, sans qu'aucune parole conforme à ses désirs se fût fait entendre. La jeune fille, fatiguée de se tenir debout, pria sa tante de la laisser s'asseoir un instant : « Prends ma place, lui répondit-elle, je te la cède volontiers. »> Ce mot, dicté par la bienveillance, devint, par le fait, un sûr présage, puisque, bientôt après, Métellus, veuf de Cécilia, épousa la jeune fille dont je parle (An de R. 622).

5. C. Marius dut certainement la vie à l'observation d'un présage. Déclaré ennemi public par le sénat, il avait été conduit à Minturne, dans la maison de Fannia, et confié à sa garde. (1) Paul Émile.

3. Quid illud, quod L. Paullo consuli evenit, quam memorabile! quum ei sorte evenisset, ut bellum cum rege Perse gereret, et domum e curia regressus, filiolam suam nomine Tertiam, quæ tum erat admodum parvula, osculatus, tristem animadverteret : interrogavit, quid ita eo vultu esset. Quæ respondit, Persam periisse. Decesserat autem catellus, quem puella in deliciis habuerat, nomine Persa. Arripuit igitur omen Paullus, exque fortuito dicto, quasi spem certam clarissimi triumphi animo præsumpsit.

4. At Cæcilia Metelli, dum sororis filiæ, adultæ ætatis virgini, more prisco, nocte concubia, nuptialia petit, omen ipsa fecit. Nam quum in sacello quodam, ejus rei gratia, aliquamdiu persedisset, nec ulla vox proposito congruens esset audita; fessa longa standi mora puella, rogavit materteram, ut sibi paullisper locum residendi accommodaret. Cui illa : « Ego vero, inquit, libenter tibi mea sede cedo. » Quod dictum, ab indulgentia profectum, ad certi ominis processit eventum, quoniam Metellus, non ita multo post, mortua Cæcilia, virginem, de qua loquor, in matrimonium duxit.

5. C. autem Mario observatio omnis procul dubio saluti fuit, quo tempore hostis a senatu judicatus, in domum Fanniæ Minturnis custodia causa deductus est. Animadvertit enim asellum, quum ei pabulum objiceretur, neglecto eo, ad aquam procurrentem. Quo spectaculo, deo

[ocr errors][ocr errors]

Il vit un ane laisser la nourriture qu'on lui présentait, pour courir du côté de l'eau. Persuadé alors que la bonté des dieux lui indiquait sa route, et d'ailleurs très-versé dans la science des augures, il obtint, de la foule qui était venue le secourir, d'être conduit jusqu'à la mer. Il se jeta aussitôt dans une barque, aborda en Afrique, et échappa ainsi aux armes victorieuses de Sylla (An de R. 665).

6. Le grand Pompée, vaincu par César à la bataille de Pharsale, et cherchant son salut dans la fuite, cingla vers l'île de Chypre, pour y faire quelques levées. En abordant à Paphos, il vit sur le rivage un magnifique édifice, et en demanda le nom au pilote. « On le nomme, répondit celui-ci, le Palais du mauvais roi. » Ce mot détruisit le peu d'espoir qui lui restait; il ne put même le dissimuler, détourna la vue de ce monument, et trahit par un soupir l'impression douloureuse que faisait sur lui ce sinistre augure (An de R. 706).

7. Le sort que méritait M. Brutus pour son parricide (1) lui fut de même annoncé par un présage. Comme il célébrait, après ce forfait, l'anniversaire de sa naissance, et qu'il voulait citer un vers grec, le premier qui s'offrit à sa mémoire fut ce vers d'Homère :

Mais le sort et Phébus ont décidé ma perte (2) › >>> Ce fut, en effet, Apollon, dont César et Antoine avaient pris le nom pour mot d'ordre, à la bataille de Philippes, qui dirigea ses traits contre Brutus (An de R. 710).

8. La fortune inspira aussi à C. Cassius un (1) Le meurtre de César. — (2) Iliad. XVI, 849.

rum providentia, quod sequeretur, oblatum ratus, alioquin etiam interpretandarum religionum peritissimus, a multitudine, quæ ad opem illi ferendam confluxerat, impetravit, ut ad mare perduceretur ac protinus naviculam conscendit; eaque in Africam pervectus, arma Sullæ victricia effugit.

6. Pompeius vero Magnus in acie Pharsalica victus a Cæsare, fuga quærens salutem, cursu in insulam Cyprum, ut aliquid in ea virium contraheret, classem direxit: appellensque ad oppidum Paphum, conspexit in littore spe. ciosum ædificium gubernatoremque interrogavit, quod ei nomen esset: qui respondit Kaxobaσidéa vocari : quæ vox spem ejus, quantulacumque restabat, comminuit. Neque id dissimulanter tulit: avertit enim oculos ab illis tectis, ac dolorem, quem ex diro omine conceperat, ge mitu patefecit.

7. M. etiam Bruti dignus, admisso parricidio, eventus omine designatus est. Siquidem post illud nefarium opus natalem suum celebrans, quum græcum versum expromere vellet, ad illud potissimum Homericum referendum animo tetendit :

* Αλλά με μοῖρ ̓ ὀλοὴ καὶ Λητοῦς ἔκτανεν υἱός. Qui deus Philippensi acic a Cæsare et Antonio signo datus, in eum tela convertit.

8. Consentaneo vocis jactu C. Cassii aurem fortuna

mot conforme au sort qu'elle lui réservait. Les Rhodiens le suppliaient de ne pas les dépouiller de toutes les statues de leurs dieux : « Je laisserai | le soleil (1),» répondit-il; et la Fortune lui dicta cette réponse insolente pour montrer tout l'orgueil de ce vainqueur insatiable, qu'elle réduisit, après sa défaite en Macédoine, à quitter, non pas l'image du soleil, seul objet accordé aux instances des vaincus, mais le soleil même (An de R. 710).

9. C'est encore un présage digne d'être cité, que celui sous lequel périt le consul Pétilius dans la guerre de Ligurie. Il assiégeait une colline nommée Letum (2) : « Je l'aurai aujourd'hui certainement,» avait-il dit dans sa harangue aux soldats; et, en s'exposant trop au péril, il justifia par sa mort cette parole échappée au hasard (An de R. 577).

DES PRÉSAGES, CHEZ LES ÉTRANGERS.

1. A ces exemples, puisés dans notre histoire, on peut, avec raison, en ajouter deux du même genre, empruntés aux étrangers. Les habitants de Priène, en guerre avec les Cariens, implorèrent le secours de ceux de Samos. Ceux-ci, par une orgueilleuse dérision, au lieu d'une flotte et d'une armée, leur envoyèrent une gondole. Acceptée toutefois comme un secours des dieux, elle fut reçue avec joie, et justifia le présage (3) des Priéniens, en les conduisant à la victoire.

2. Les Apolloniates n'eurent pas non plus à se repentir, dans une guerre difficile contre les

(1) Le fameux Colosse, que les Rhodiens appelaient le soleil. (2) Le mot latin letum signifie la mort. - (3) Le présage était favorable, en ce que xúμn (cymbula), qui signifie gondole, veut dire

aussi tête.

pervellit: quem orantibus Rhodiis, ne ab eo cunctis deorum simulacris spoliarentur, Solem a se relinqui respondere voluit: ut rapacissimi victoris insolentiam dicti tumore protraheret, abjectumque Macedonica pugna, non effigiem Solis, quam tantummodo supplicibus cesserat, sed ipsum Solem revera relinquere cogeret.

9. Annotatu dignum illud quoque omen, sub quo Petilius consal in Liguria bellum gerens occidit. Nam quum montem, cui Leto cognomen erat, oppugnaret, interque adhortationem militum dixisset : « Hodie ego Letum utique capiam; >> inconsideratius præliando, fortuitum jactum vocis leto suo confirmavit.

DE OMINIBUS QUE ACCEPERE EXTERNI.

1. Adjici nostris duo ejusdem generis alienigena exempla non absurde possunt. Samii Prienensibus auxilium adversus Caras implorantibus, arrogantia instincti, pro classe et exercitu cymbulam eis derisus gratia miserunt. Quam illi velut divinitus datum præsidium interpretati, libenter receptam, vera fatorum prædictione victoriæ du. cem habuerunt.

2. Ne Apolloniatæ quidem pœnitentiam egerunt, quod, quum belle Illyrico pressi, Epidamnios, ut sibi opem ferrent, orassent, atque illi flumen vicinum moenibus suis

Illyriens, d'avoir demandé du secours à ceux d'Epidamne. Ces derniers leur avaient dit qu'ils leur envoyaient pour auxiliaire le fleuve Eas, lequel coule près de leurs murs. « Nous acceptons cette offre,» répondirent-ils; et ils lui assignèrent le premier rang dans l'armée, comme à leur général. Ils vainquirent leurs ennemis contre toute espérance, et, attribuant ce triomphe à leur confiance dans le présage (1), ils sacrifièrent au fleuve Éas comme à un dieu, et résolurent de le mettre désormais à leur tête dans toutes les batailles.

CHAPITRE VI.

DES PRODIGES, CHEZ LES ROMAINS. Le récit des prodiges, heureux ou malheureux, entre aussi dans le plan de notre ouvrage.

1. Tandis que Serv. Tullius, encore enfant, grand étonnement de sa famille. Frappée de ce dormait, une flamme brilla autour de sa tête, au prodige, Tanaquil, épouse de Tarquin l'Ancien, fit élever Servius comme son propre fils, quoiqu'il fût né d'une esclave; et elle finit par le placer sur le trône (An de R. 150).

2. Un événement non moins heureux fut an

noncé par un pareil prodige. L. Marcius était
resté le chef de deux armées, dont la mort de P.
et de Cn. Scipion en Espagne avait abattu le
courage. Pendant qu'il haranguait ses troupes,
une flamme entoura sa tête. A cette vue,
soldats, naguère découragés, retrouvèrent toute
leur valeur, taillèrent en pièces trente-huit mille
ennemis, firent un grand nombre de prisonniers,
(1) Le fleuve Éas s'appelait aussi, dit-on, "Aog, remède, secours.

[ocr errors]

les

nomine Æantem in adjutorium eorum sese mittere dixis sent, «< Accipimus, quod datur, responderunt eique primum in acie locum, perinde ac duci, assignaverunt. Ex insperato enim superatis hostibus, successum suum omini acceptum referentes, et tunc Eanti ut deo immolaverunt, et deinceps omnibus præliis duce uti constitue runt.

CAPUT VI.

DE PRODIGHIS QUÆ EVENERE ROMANIS.

Prodigiorum quoque, quæ aut secunda, aut adversa acciderunt, debita proposito nostro relatio est.

1. Serv. Tullio etiam tum puerulo dormienti circa ca. put flammam emicuisse, domestici oculi annotaverunt. Quod prodigium Prisci Tarquinii regis uxor Tanaquil admirata, Servium serva natum in modum filii educavit, et ad regium fastigium evexit.

2. Æque felicis eventus illa flamma, quæ ex L. Marcii ducis duorum exercituum, quos interitus P. et Cn. Scipionum in Hispania debilitaverat, capite concionantis eluxit namque ejus adspectu pavidi adhuc milites, pristinam recuperare fortitudinem admoniti, octo et triginta

"

et s'emparèrent de deux camps remplis de ri- | chesses carthaginoises (An de R. 541).

en

3. Les Romains, après une longue et opiniâtre guerre, avaient repoussé les Véiens jusque dans l'enceinte de leur ville, mais sans pouvoir la prendre. La lenteur du siége semblait également fatiguer les assiégeants et les assiégés, lorsque les dieux immortels, accordant la victoire à l'ardeur de nos vœux, nous en frayèrent le chemin par un prodige mémorable. En effet, le lac Albain, sans être grossi ni par les pluies du ciel ni par le débordement d'aucune rivière, franchit tout à coup ses limites accoutumées. Les ambassadeurs, voyés à Delphes pour consulter l'oracle à ce sujet, rapportèrent cette réponse: « qu'il fallait lâcher les eaux du lac et en inonder la campagne; que c'était le seul moyen de faire tomber Véies au pouvoir des Romains. » Le même conseil avait été donné, avant le retour des députés, par un aruspice de cette ville, que nos soldats avaient pris et amené au camp, parce qu'aucun Romain ne savait interpréter ce prodige. Éclairé par ce double avis, le sénat obéit à l'oracle, et la ville ennemie devint bientôt sa conquête (An de R. 356).

4. Il y a aussi beaucoup de bonheur dans l'événement que je vais raconter. Le consul L. Sylla, qui commandait l'armée dans la guerre Sociale, était campé sur le territoire de Nole, et faisait un sacrifice devant la tente prétorienne. Tout à coup il voit un serpent s'échapper du pied de l'autel. A cette vue, et sur l'avis de l'aruspice Postumius, il se hâte de mettre son armée en campagne, et il force les Samnites dans un camp des mieux retranchés: victoire qui fut comme le fondement et le premier degré de la haute puissance où il devait parvenir (An de R. 664).

millibus hostium cæsis, magnoque numero in potestatem redacto, bina castra Punicis opibus referta ceperunt.

3. Item quum bello acri et diutino Veientes, a Romanis intra moenia compulsi, capi non possent, eaque mora non minus obsidentibus, quam obsessis, intolerabilis videretur, exoptatæ victoria iter miro prodigio dii immortales patefecerunt. Subito enim Albanus lacus, neque cœlestibus imbribus auctus, neque inundatione ullius amnis adjutus, solitum stagni modum excessit: cujus rei explorandæ gratia legati, ad Delphicum oraculum missi, retulerunt, præcipi sortibus, ut aquam lacus ejus emissam per agros diffunderent: sic enim Veios in potestatem populi Romani futuros. » Quod priusquam legati renuntiarent, aruspex Veientium a milite nostro (quia domestici inter pretes deerant) raptus et in castra perlatus futurum dixeral. Ergo senatus duplici prædictione monitus, eodem pæne tempore et religioni paruit, et hostium urbe potitus est. 4. Nec parum prosperi successus est, quod sequitur. L. Sulla Cos. sociali bello, quum in agro nolano ante prætorium immolaret, subito ab ima parte aræ prolapsam anguem prospexit. Qua visa, Postumii aruspicis hortatu continuo exercitum in expeditionem eduxit, ac fortissima Samnitum castra cepit. Quæ victoria futuræ ejus amplissimæ potentiæ gradus et fundamentum exstitit.

5. Au nombre des plus étonnants prodiges, il faut mettre encore ceux qui arrivèrent dans Rome, sous le consulat de P. Volumnius et de Ser. Sulpicius, aux approches et dans le tumulte des guerres de ce temps-là. Un bœuf, au lieu de mugir, se mit à parler, et la nouveauté de ce phénomène épouvanta ceux qui en furent témoins. Des lambeaux de chair tombèrent çà et là comme une pluie soudaine : des oiseaux de proie vinrent en enlever une grande partie; le reste demeura plusieurs jours sur la terre, sans mauvaise odeur, comme sans altération visible (An de R. 292).

De pareils prodiges trouvèrent aussi créance à d'autres époques malheureuses. Un enfant de six mois avait crié, Triomphe! dans le marché aux bœufs (An de R. 536); un autre était né avec une tête d'éléphant; dans le Picénum, il était tombé une pluie de pierres (An de R. 544); dans la Gaule, un loup avait tiré du fourreau l'épée d'une sentinelle; en Sardaigne, deux boucliers avaient sué du sang; près d'Antium, des moissonneurs avaient vu tomber dans une corbeille des épis ensanglantés; les fontaines de Céré avaient donné des eaux mêlées de sang (An de R. 536); enfin, assure-t-on, pendant la seconde guerre Punique, un bœuf de Cn. Domitius avait dit : « Rome, prends garde à toi! »

6. C. Flaminius avait été fait consul, au mépris des auspices. Sur le point de livrer bataille à Annibal près du lac Trasimène, et au moment même où il donnait l'ordre de lever les enseignes, son cheval s'abattit, et le jeta, par dessus sa tête, sur la poussière. Ce présage ne l'arrêta point; et les porte-enseignes lui déclarant ne pouvoir pas arracher les drapeaux d'où ils étaient

5. Præcipuæ admirationis etiam illa prodigia, quæ P. Volumnio, Ser. Sulpicio Coss. in urbe nostra inter initia motusque bellorum acciderunt. Bos namque, mugitu suo in sermonem humanum converso, novitate monstri audientium animos exterruit. Carnis quoque in modum nimbi dissipatæ partes ceciderunt: quarum majorem numerum præpetes diripuerunt aves, reliquum humi per aliquot dies neque odore tetro, neque deformi adspectu mutatum jacuit.

Ejusdem generis monstra alio tumultu credita sunt: puerum infantem semestrem in foro boario triumphum proclamasse; alium cum elephantino capite natum; in Piceno lapidibus pluisse; in Gallia lupum vigili e vagina gladium abstulisse; in Sardinia scuta duo sanguinem sudasse; apud Autium metentibus cruentas spicas in corbem decidisse; Cærites aquas sanguine, mixtas fluxisse. Bello etiam Punico secundo constitit, Cn. Domitii bovem dixisse, Cave tibi Roma.

6. C. autem Flaminius inauspicato consul creatus, quum apud lacum Trasimenum, cum Hannibale conflicturus, convelli signa jussisset, lapso equo, super caput ejus humi prostratus est: nihilque eo prodigio inhibitus, signiferis negantibus, signa moveri sua sede posse, malum, ni ea continuo effodissent, minatus est. Verum hujus te

plantés (1), il leur commanda, sous les peines les plus terribles, de les enlever de suite en creusant la terre. Plût aux dieux que sa témérité eût été fatale à lui seul, et que Rome ne l'eût pas expiée par un affreux désastre! Quinze mille Romains restèrent ce jour-là sur le champ de bataille; six mille furent faits prisonniers; dix mille furent forcés de fuir. Annibal fit chercher le corps mutilé du consul, pour élever un tombeau à son ennemi, qui venait de creuser celui de l'empire romain (An de R. 536).

7. L'aveugle audace de Flaminius servit de modèle à la folle obstination du consul C. Hostilius Mancinus, à qui arrivèrent, comme il allait en Espagne, les prodiges que voici. A Lavinium, il voulut faire un sacrifice; les poulets sacrés, à peine sortis de leur cage, s'enfuirent dans un bois voisin, et, malgré toutes les recherches, on ne put les retrouver. Arrivé au port d'Hercule, où il s'était rendu à pied, il allait s'y embarquer, lorsqu'une bouche invisible lui cria ces mots : Demeure, Mancinus! » Effrayé, il changea de route, et gagna Gênes. Là, en entrant dans une barque, il aperçut un énorme serpent, qui disparut soudain. Le nombre des malheurs égala le nombre des prodiges : une bataille perdue, un traité honteux, une soumission funeste (An de R. 616).

[ocr errors]

8. On s'étonne moins de la témérité d'un homme si inconsidéré, quand on voit un citoyen aussi grave que Ti. Gracchus subir, malgré sa prudence, le triste sort qu'un prodige lui avait annoncé. Il était proconsul en Lucanie, et venait d'y faire un sacrifice : tout à coup deux serpents, (1) Ce qui passait pour un très-mauvais présage.

meritatis utinam sua tantum, non etiam populi Romani maxima clade pœnas pependisset! In ea namque acie quindecim millia Romanorum cæsa, sex millia capta, decem millia fugata sunt. Consulis obtruncati corpus ad funerandum ab Hannibale quæsitum est: qui quantum in ipso fuerat, Romanum sepelierat imperium.

7. Flaminii autem præcipitem audaciam C. Hostilius Mancinus vesana perseverantia subsequitur : cui consuli in Hispaniam ituro hæc prodigia acciderunt. Quum Lavinii sacrificium facere vellet, pulli cavca emissi in proximam silvam fugerunt, summaque diligentia quæsiti reperiri nequiverunt. Quumque ab Herculis portu, quo pedibus pervenerat, navem conscenderet, talis vox sine ullo auctore ad aures ejus pervenit, Mancine, mane. Qua territus, quum itinere converso Genuam petisset, et ibi scapliam esset ingressus, anguis eximiæ magnitudinis visus e conspectu abiit. Ergo numerum prodigiorum numero calamitatum æquavit, infelici pugna, turpi fœdere, deditione funesta.

8. Minus miram in homine parum considerato temeritatem Ti. Gracchi gravissimi civis tristis exitus, et prodi. gio denuntiatus', nec evitatus consilio, facit. Proconsul enim duum in Lucanis sacrificasset, angues duo ex occulto

sortis d'une retraite cachée, se jettent sur la victime qu'il avait immolée, en dévorent le foie, et retournent dans leur ténébreux réduit. On recommence le sacrifice; le même prodige se renouvelle. Une troisième victime est immolée; on veille sur les entrailles avec plus d'attention, et l'on ne peut empêcher ces serpents ni de revenir, ni de s'en retourner encore. Les aruspices déclarent que ce prodige intéresse la vie du général; mais Gracchus ne sait pas éviter le piége que lui préparait la perfidie de son hôte Flavius; et, conduit dans un endroit où Magon, chef des Carthaginois, s'était embusqué avec une troupe de soldats, il y est tué sans défense (An de R. 541).

9. Le sort de Ti. Gracchus me rappelle celui de Marcellus, élevé avec lui au consulat, trompé comme lui, et comme lui victime de son imprudence. La prise de Syracuse et la gloire d'avoir le premier forcé Annibal à la fuite, devant les murs de Nole, enflammant son courage, il redoublait d'efforts pour exterminer, en Italie, l'armée carthaginoise, ou pour l'en chasser. II voulut, par un sacrifice solennel, interroger la volonté des dieux : dans la première victime qui tomba devant le brasier, fut trouvé un foie sans lobe; la seconde présenta un foie à deux lobes. A la vue de ces prodiges, l'aruspice déclara d'un air triste « qu'ils ne présageaient rien d'heureux, à cause du défaut de lobe dans le premier sacrifice, et du double lobe dans le second. » C'était pour Marcellus un avertissement de ne rien entreprendre au hasard. Toutefois, la nuit suivante, il osa sortir avec une faible escorte pour aller à la découverte, et il fut enveloppé, dans le Brutium, par

prolapsi, repente hostiæ, quam immolaverat, adeso jecinore, in easdem latebras se retulerunt. Ob id deinde factum instaurato sacrificio, idem prodigii evenit. Tertia quoque cæsa victima, diligentiusque asservatis extis, neque allapsus serpentum arceri, neque fuga impediri potuit. Quod quamvis aruspices ad salutem imperatoris pertinere dixissent, Gracchus tamen non cavit, ne perfidi hospitis sui Flavii insidiis in eum locum deductus, in quo Pœnorum dux Mago cum armata manu delituerat, inermis occideretur.

9. Et consulatus collegium, et erroris societas, et par genus mortis, a Ti. Graccho' ad Marcelli memoriam me trahit. Is captarum Syracusarum, et Hannibalis ante No. lana moenia a se primum fugere coacti, gloria inflammatus, quum summo studio niteretur, ut Pœnorum exerci tum aut in Italia prosterneret, aut Italia pelleret, sollen. nique sacrificio voluntates deorum exploraret; quæ prima hostia ante foculum decidit, ejus jecur sine capite inventum est proxima caput jecinoris duplex habuit. Quibus inspectis aruspex tristi vultu, non placere sibi exta, quia prima trunca, secunda nimis læta apparuissent, respondit. Ita monitus M. Marcellus, ne quid temere conaretur, insequenti nocte speculandi gratia cum paucis egredi ausus, a multitudine hostium in Bruttiis circum

« PrécédentContinuer »