Images de page
PDF
ePub

victime la partie supérieure du foie, et qui négli-, voir et à la tête de puissantes armées. Pendant

gea cet avertissement de la religion, perdit son armée et fut tué en combattant.

CXVI. (55.) Consulat de L. Sylla et de Q. Pompéius. (Ans de R. 664-667.)

Pompéius Sylo ayant fait une entrée triomphale dans la ville de Bovie, qu'il avait prise, donna ainsi aux ennemis un présage évident de victoire, parce que le triomphe doit avoir pour témoin la ville victorieuse et non la ville vaincue. A la première bataille qui fut livrée, il perdit son armée et fut tué. Mithridate, au milieu de ses préparatifs de guerre contre les alliés de Rome, fut témoin de plusieurs prodiges. Dans la partie du camp où le sénat a coutume de s'assembler, des corbeaux tuèrent à coups de bec un vautour. Un grand astre tomba du ciel dans le même endroit. On vit l'image d'Isis lancer la foudre. Mithridate ayant mis le feu au bois des Furies, un grand éclat de rire se fit entendre, sans que personne en fût l'auteur. Comme, d'après l'ordre des aruspices, il immolait aux Furies une jeune vierge, il sortit du gosier de la victime un éclat de rire qui troubla le sacrifice. La flotte de Mithridate fut détruite par les Romains, dans une bataille livrée en Thessalie. Pendant que Cinna et Marius, à la faveur des guerres civiles, exerçaient à Rome d'épouvantables cruautés, dans le camp de Cnéus Pompée on crut voir le ciel tomber; les armes et les drapeaux furent frappés de la foudre et des soldats furent tués. Pompée luimême périt d'un coup de foudre. Le peuple mit en pièces son lit funèbre et traîna son corps avec des crocs, parce que, pendant les discordes civiles, il s'était refusé à venir au secours de la patrie en danger, quoiqu'il fût revêtu du plus grand pou

ubique in Latio clades accensa. Lucilius Lupus, spretis religionibus, quum in extis caput non invenisset jocinoris, amisso exercitu in prælio occisus.

CXVI. (55.) L. Sulla, Q. Pompeio, coss. Pompeius Sylo in oppidum Bovianum, quod ceperat, triumphans invectus, omen victoria hostibus ostendit : quia triumphus in urbem victricem, non victam, induci solet. Proximo prælio, amisso exercitu occisus. Mithridati, adversus socios bellum paranti, prodigia apparuerunt. Stratopedo, ubi senatus haberi solet, corvi vulturem tundendo rostris occiderunt. In eumdem locum sidus ingens cœlo demissum. Isidis species visa fulmine petere. Lucum Furiarum quum Mithridates succenderet, risus exauditus ingens sine auctore. Quum aruspicum jussu virginem Furiis immolaret, e jugulo puella risus ortus turbavit sacrificium. Classis Mithridatis in Thessalia a Romanis in prælio amissa. Cinna et Mario per bella civilia crudeliter sævientibus Romæ, in castris Cnei Pompeii cœlum ruere visum, arma signaque tacta, milites exanimati. Ipse Pompeius afflatus sidere interiit. Lectum ejus populus diripuit, corpus unco traxit, quod discrimine civili perseverasset periclitanti patriæ non succurrere; quum et imperium et maximos haberet exercitus. Peiræum Sulla quum oppugnaret, unus

que Sylla assiégeait le Pirée, un de ses soldats, qui portait des matériaux de retranchements, fut tué par la foudre. Comme la tête du mort était tournée du côté de la ville, l'aruspice déclara que les Romains y entreraient vainqueurs, après un long siége. Peu de temps après, Sylla prit Athènes et le Pirée. C. Fimbria ayant mis le feu à la ville d'Ilium, et l'incendie ayant consumé le temple même de Minerve, l'antique statue de la déesse fut retrouvée intacte au milieu des ruines; prodige qui donna aux habitants l'espérance de voir leur ville se relever.

CXVIII. (56.) Consulat de L. Scipion et de C. Norbanus. (Ans de R. 669 et 671.)

Du temps de Sylla, on entendit, entre Capoue et Vulturne, un grand bruit de clairons et d'armes, accompagné d'horribles cris, comme si deux armées se précipitaient l'une sur l'autre ; et ce bruit dura plusieurs jours. Ceux qui voulurent pénétrer le sens de ce prodige aperçurent des traces de chevaux et d'hommes, virent de l'herbe récemment foulée, des arbustes renversés; présages d'une grande et effroyable guerre. En Etrurie, dans la ville de Clusium, une mère de famille donna le jour à un serpent, qui, jeté dans un fleuve par l'ordre des aruspices, nagea contre le courant. Lucius Sylla, rentré vainqueur en Italie, après cinq ans d'absence, devint l'épouvante et la terreur de ses ennemis. Le feu prit, une nuit, au Capitole, par la faute de celui qui en avait la garde. La cruauté de Sylla fit une horrible proscription des premiers citoyens de Rome. Cent mille hommes périrent, dit-on, dans la guerre Italique et dans la guerre Civile.

miles ejus aggerem ferens, exanimatus fulmine. Aruspex respondit, diuturno labore, quod caput jacentis in oppidum versum esset, introitum et victoriam Romanis significare. Post breve tempus Athenæ et Peiræum a Sulla capta. Ilio a C. Fimbria incenso, quum ædes quoque Minervæ deflagrasset, inter ruinas simulacrum antiquissimum inviolatum stetit, spemque restitutionis oppido porten. dit.

CXVIII. (56.) L. Scipione, C. Norbano, coss.

Per Sullana tempora inter Capuam et Vulturnum ingens signorum sonus armorumque horrendo clamore auditus, ita ut viderentur duæ acies concurrere per plures dies. Rei miraculo intus considerantibus, vestigia equorum hominumque, et recentes protritæ herbæ, et virgulta visa molem ingentis belli portendere. In Hetruria Clusii mater familiæ vivum serpentem peperit, qui jussu aruspicum in profluentem dejectus, aversa aqua natavit. Lucius Sulla post quintum annum victor in Italiam reversus, magno terrori fuit inimicis. Æditui Capitolium una nocte conflagravit. Sullæ crudelitate forda proscriptio principum fuit. Centena millia hominum consumpta italico civilique bello

relata sunt.

CXIX. (57.) Consulat de M. émilius et de D. Brutus. (An de R. 675.)

Didius Lélius, lieutenant de Pompée, déjà témoin, à Rome, d'un prodige qui le concernait (car il avait vu dans le lit de sa femme deux serpents, qui s'étaient sauvés chacun de son côté), vit aussi un épervier venir se poser sur sa tête, tandis qu'il était assis près de Pompée, dans le camp de ce général; aussi fut-il tué, en Espagne, parmi les fourrageurs, dans la guerre contre Sertorius. CXX. (58.) Consulat de Cnéus Octavius et de C. Scribonius. (An de R. 676.)

Un tremblement de terre ébranla tous les temples de la ville de Réate et des campagnes environnantes. Les pierres dont la place publique était pavée furent lancées de côté et d'autre. Les ponts se rompirent, et les rives du fleuve qui coulait dessous tombèrent écroulées dans l'eau. On entendit des bruits souterrains; et, peu de jours après, tout ce qui n'avait été qu'ébranlé s'en alla en ruine. Une grosse pierre, qui roulait du haut d'un rocher, s'arrêta tout à coup immobile sur la pente même. Les armées romaines furent taillées en pièces en Espagne par Sertorius. On combattit contre les Mèdes avec des chances diverses.

CXXI. (59.) Consulat de L. Aurélius et de L. Octavius. (Ans de R. 676 et 678.)

Tandis que Sertorius marchait à la tête de son armée, le prodige suivant frappa ses yeux. Les boucliers des cavaliers parurent tout sanglants en dehors, ainsi que leurs javelines et le poitrail de leurs chevaux ; ce que Sertorius interpréta comme un présage heureux pour lui, parce que c'est toujours de sang ennemi que les boucliers sont couverts à l'extérieur. Les combats qu'il livra ne

CXIX. (57.) M. Emilio, D. Bruto, coss. Didius Lælius, legatus Pompeii (cui prodigium Romæ erat factum, in lecto uxoris duo angues conspecti, in diversumque lapsi : proxime Pompeio in castris sedenti, accipiter super caput accesserat), in Hispania adversus Sertorium, inter pabulatores occisus.

CXX. (58.) Cneo Octavio, C. Scribonio, coss Reate terræ motu ædes sacræ in oppido, agris commotæ. Saxa, quibus forum stratum erat, discussa. Pontes interrupti. Ripa labentis fluminis in aquam provolutæ. Fremitus inferni exauditi. Et post paucos dies, quæ concussa erant, corruerunt. Saxum vivum quum provolveretur, in præcipiti rupe immobile stetit. A Sertorio in Hispania exercitus romani casi. Adversum Medos varie dimicatum.

CXXI. (59.) L. Aurelio, L. Octavio, coss.

Sertorio in Hispania exercitum ducenti tale prodigium est factum. Scuta equitum parte exteriore, jaculaque, et pectora equorum cruenta visa: quod prosperum sibi interpretatus est Sertorius, quia exteriora hostili sanguine maculari solent. Continua ei prælia cum successu fuerunt.

furent qu'une suite de succès. Pendant que Mithridate faisait le siége de Cyzique, Proserpine apparut en songe à Aristagoras, premier magistrat de cette ville, et lui dit qu'elle avait trouvé un joueur de flùte capable de lutter contre tous les autres ensemble. Le lendemain, le vent renversa les tours des ennemis. Un boeuf, destiné au sacrifice, descendit des montagnes sans être conduit par personne, traversa à la nage la flotte ennemie, et vint se présenter devant l'autel pour être immolé.

CXXII. (60.) Consulat de M. Cicéron et de Caïus Antoine. (An de R. 689.)

Plusieurs édifices furent endommagés par la foudre. Malgré la sérénité du ciel, Varguntéius Pompéius fut tué par le feu céleste: on vit une poutre ardente étendue sur le ciel du côté de l'occident. Toute la ville de Spolète fut ébranlée par un tremblement de terre, et quelques édifices s'écroulèrent. On rapporte, entre autres choses, que, deux ans auparavant, la louve de Rémus et de Romulus avait été foudroyée au Capitole, et la statue de Jupiter renversée avec son piédestal. D'après la réponse des aruspices, on replaça cette statue dans le forum. Les lettres des tables d'airain, sur lesquelles étaient gravées les lois, avaient été fondues par la foudre. Ces prodiges précédèrent de bien peu l'horrible conspiration de Catilina.

CXXIII. (61.) Consulat de Quintus Métellus et de L. Afranius. (An de R. 692.)

Le jour ayant commencé par être beau, vers la onzième heure, la nuit étendit subitement ses ombres; la lumière reparut ensuite. Un violent tourbillon arracha plusieurs toits: un pont s'écroula, et quelques hommes tombèrent dans le

Cyzicum Mithridates quum oppugnaret, Aristagoræ, qui in summo magistratu erat, Proserpina in quiete visa est dicere, adversus tubicines se tibicinem comparasse. Postero die turres hostium vento disjectæ sunt. Ad immolandum bos sacra injussa de montibus per hostium classem adnatavit, seque ad aras percutiendam obtulit.

CXXII. (60.) M. Cicerone, Caio Antonio, coss. Fulmine pleraque decussa. Sereno Vargunteius Pompeius de cœlo exanimatus. Trabs ardens ab occasu ad cœlum extenta. Terræ motum Spoletum totum concussum, et quædam corruerunt. Inter alia relatum, biennio ante in Capitolio lupam Remi et Romuli fulmine ictam, signumque Jovis cum columna disjectum. Aruspicum responso in foro repositum. Tabulæ legum æneæ litteris liquefactis. Ab his prodigiis, Catilinæ nefaria conspiratio cœpta.

CXXIII. (61.) Quinto Metello, L. Afranio, coss. Die toto ante sereno, circa horam undecimam nox se intendit, deinde restitutus fulgor. Turbinis vi tecta dejecta : ponte sublapso, homines in Tiberim præcipitati. In agris pleræque arbores eversæ radicibus. Lusitani, Gallæci devicti.

Tibre. Dans les campagnes, un grand nombre, grande partie de la ville, fut mis au rang des d'arbres furent déracinés et renversés. Défaite des prodiges. Commencement de la guerre civile enLusitaniens et des Gallices.

(62.) Consulat de M. Cicéron et de Caïus Antoine.
(An de R. 689).

Antoine, après avoir vaincu Catilina près de Pistore, porta dans son gouvernement ses faisceaux ornés de lauriers: il y fut accablé par les Dardaniens, perdit son armée et fut réduit à fuir. Il était évident qu'il avait donné lui-même aux ennemis un présage de victoire, en marchant vers eux avec le laurier des vainqueurs, qu'il aurait dû venir déposer au Capitole. On vit des loups dans Rome; des chiens firent entendre pendant ia nuit des hurlements plaintifs; la statue de Mars se couvrit de sueur; la foudre, ayant parcouru toute la ville, renversa un grand nombre de statues consacrées aux dieux et tua quel ques hommes. Rome fut purifiée. Une violente sédition éclata dans Rome, à cause de la dictature de Pompée.

CXXIV. (63.) Consulat de Cn. Domitius et d'Appius Claudius. (An de R. 698.)

M. Crassus était parti pour faire la guerre aux Parthes en traversant l'Euphrate, il fut témoin de beaucoup de prodiges qu'il méprisa. Il s'éleva une tempête qui, arrachant une enseigne des mains de celui qui la portait, la précipita dans le fleuve; et un épais brouillard, accompagné d'une pluie impétueuse, semblait lui défendre d'aller plus avant. Il n'en poursuivit pas moins son entreprise, et périt avec son fils et son armée.

CXXV. (64.) Consulat de L. Paullus et de C. Marcellus. (An de R. 702.)

Une mule en mettant bas présagea des discordes civiles, la mort des gens de bien, le changement des lois, des enfantements honteux parmi les Romaines. Un incendie, qui détruisit la plus

(62.) M. Cicerone, Caio Antonio, COSS.

Quum in agro Pistoriensi Catilinam devicisset, laureatos fasces in provinciam tulit: ibi a Dardanis oppressus, amisso exercitu profugit. Apparuit eum hostibus portendisse victoriam, quum ad eos laurum victricem tulerit, quam in Capitolio debuerat deponere. Lupi in Urbe visi; nocturni ululatus flebiles canum auditi; simulacrum Martis sudavit; fulmen tota urbe pervagatum, pleraque deorum simulacra decussit, homines exanimavit. Urbs lustrata. Propter dictaturam Pompeii ingens seditio in Urbe fuit.

CXXIV. (63.) Cn. Domitio, Appio Claudio, coss.

M. Crassus ad Parthos profectus, quum Eufratem transiret, multa prodigia neglexit. Quum etiam coorta tempestas signifero signum arreptum mersisset gurgiti, et offendente nimborum caligine prohiberentur transire, pertinaciter perseverans, cum filio et exercitu interiit.

CXXV. (64.) L. Paullo, C. Marcello, coss. Mula pariens, discordiam civium, bonorum interitum, mutationem legum, turpes matronarum partus significavit. Incendium, quo maxima pars Urbis deleta est, prodigii

tre César et Pompée. Comme Pompée levait en Macédoine une armée contre César et réclamait le concours de ses amis et de plusieurs peuples, la foudre se montra contraire à ceux qui venaient de Dyrrachium; un essaim d'abeilles se posa sur les enseignes, présage sinistre. Des épouvantes nocturnes agitèrent l'armée. Pompée lui-même, la veille de la bataille, rêva qu'on le recevait sur son théâtre avec de grands applaudissements; bientôt vaincu, il fut tué en Égypte. Ce jour-là même, ses statues, dans beaucoup d'endroits, se retournèrent d'elles-mêmes. On entendit à Antioche, et par deux fois, un tel cri et un tel bruit d'armes, que l'on courut se mettre en défense sur les remparts; on entendit aussi de là 'le son des tambours de Pergame. A Tralles, dans le temple de la Victoire, et sous la statue de César, il poussa tout à coup, entre les dalles, un palmier verdoyant, de grandeur naturelle. Le même jour, à Patavie, l'augure C. Cornélius, voyant que les oiseaux donnaient des signes favorables, s'écria que la bataille se livrait et que César était vainqueur.

CXXVI. (65.) Consulat de C. César et de M. Lépide. (An de R. 706.)

Il sembla au fils de Cn. Pompée que les aigles de la dixième légion, après avoir laissé tomber les foudres qu'elles tenaient (1), s'envolaient au haut des airs. Ce jeune homme fut vaincu et tué en fuyant.

CXXVII. (66.) Consulat de C. César et de M. Antoine. (An de R. 708.)

Le dictateur César, en sacrifiant, ne trouva point de cœur dans les entrailles de la victime.

(1) Plusieurs des aigles romaines tenaient des foudres dans leurs serres, comme l'attestent d'anciennes médailles.

loco habitum. Inter Cæsarem et Pompeium bella civilia exorta. Adversus Cæsarem Pompeius Macedonia quum invitatis gentibus amicis instrueret aciem, a Dyrrhachio ve nientibus adversa fuerunt fulmina; examen apum in signis portendit. Nocturni terrores in exercitu fuere. Ipse Pompeius pridie pugnæ die visus in theatro suo ingenti plansu excipi; mox acie victus, in Egypto occisus. Eo ipso die plerisque locis signa sua sponte conversa. Clamorem stre pitumque armorum Antiochiæ bis, ut curreretur in muros, auditum, indeque sonum tympanorum Pergami. Palma viridis Trallibus in æde Victoriæ sub Cæsaris statua inter coagmenta lapidum magnitudine matura enata. C. Cornelius augur Patavii eo die, quum aves admitterent, proclamavit, rem geri, et vincere Cæsarem.

CXXVI. (65.) C. Cæsare, M. Lepido, coss. Decimæ legionis aquila, Cn. Pompeii filio, quæ fulmina tenebant, visæ dimittere, et in sublime avolare : ipse adolescens Pompeius victus, et fugiens occisus.

CXXVII. (66.) C. Cæsare, M. Antonio, coss. Cæsari dictatori exta sine corde inventa. Calpurnia uxor

CXXVIII. (67.) Consulat de M. Antoine et de P. Dolabella. (An de R. 708).

Sa femme Calpurnie rêva qu'elle voyait s'écrou-grands malheurs. Les tables d'airain du temple ler le faîte nouvellement ajouté à sa maison. Pen- de la Bonne-Foi en furent arrachées par un tourdant la nuit, les portes de sa chambre, qui billon. Les portes du temple d'Ops furent rométaient fermées, s'ouvrirent d'elles-mêmes; et pues. Des arbres furent déracinés et plusieurs la clarté de la lune, en y pénétrant, la réveilla. maisons renversées. On vit dans le ciel une torche César lui-même fut frappé de vingt-trois coups ardente, qui se portait vers l'occident. Une grande de poignards par des conjurés, dans la salle du étoile brilla pendant sept jours. Trois soleils ressénat, dite Pompéienne. plendirent à la fois, et le plus bas des trois parut entouré d'une couronne d'épis, qui jeta la plus vive clarté le soleil, ayant ensuite repris la forme d'un seul disque, ne donna, pendant plusieurs mois, qu'une lumière pâle et languissante. Dans le temple de Castor, quelques lettres des noms d'Antoine et de Dolabella, alors consuls, farent violemment arrachées; ce qui fut pour chacun d'eux le présage d'un long séjour loin de la patrie. On entendit, pendant la nuit, devant la maison du grand pontife Lépide, des hurlements de chiens; le plus grand de tous ayant été déchiré par les autres, ce fut pour Lépide l'annonce d'un grand déshonneur. A Ostie, le reflux de la mer laissa sur le rivage un grand nombre de poissons. Le Pô se déborda, et, en rentrant dans son lit, déposa sur les parties inondées une immense quantité de vipères. Commencement de la guerre civile entre César et Antoine.

A Brindes, C. Octavius, d'après le testament de César, son père, se fit déclarer membre de la famille des Jules; et comme, vers la troisième heure du jour, il faisait son entrée dans Rome, au milieu d'une foule immense, le soleil, d'abord entouré d'un anneau, dans un ciel pur et serein, parut soudain environné d'un cercle semblable à l'arc qui, durant la pluie, embrasse parfois l'étendue des cieux. Pendant les jeux célébrés en l'honneur de Vénus Mère, jeux qu'il donnait pour le collége des pontifes, une étoile chevelue parut, sur les onze heures, dans la constellation du Chariot, et attira tous les regards. Comme cet astre s'était montré pendant les jeux de Vénus, on s'empressa de le consacrer au divin Jules, et d'en faire un ornement de son diadème. César lui-même, qui eut beaucoup à souffrir de la monstrueuse méchanceté du consul Antoine, déploya dans sa résistance une généreuse fermeté. Il y eut de fréquents tremblements de terre. Beaucoup de vaisseaux furent foudroyés. Un violent coup de vent renversa la statue que Cicéron, en vertu d'un plébiscite, avait placée devant la chapelle de Minerve, la veille de son départ pour l'exil; on la trouva la face tournée contre terre, tous les membres dispersés, les épaules, les bras, la tête brisés; événement qui présageait à Cicéron de

somniavit fastigium domus, quod sicut erat adjectum, ruisse. Nocte, quum valvæ cubili clausa essent, sua sponte apertæ sunt, ita ut lunæ fulgore, qui introvenerat, Calpurnia excitaretur. Ipse Cæsar viginti tribus vulneribus in curia Pompeiana a conjuratis confossus.

CXXVIII. (67.) M. Antonio, P. Dolabella, coss.

C. Octavius testamento Cæsaris patris Brundusii se in Juliam gentem adscivit : quumque hora diei tertia ingenti circumfusa multitudine Romam intraret, sol puri ac sereni cœli orbe modico inclusus, extremæ lineæ circulo, qualis tendi arcus in nubibus solet, eum circumscripsit. Ludis Veneris Genetricis, quos pro collegio fecit, stella, hora undecima, crinita sub septentrionis sidere exorta, convertit omnium oculos. Quod sidus quia ludis Veneris apparuit, divo Julio insigne capitis consecrari placuit. Ipsi Cæsari monstrosa malignitate Antonii consulis multa perpesso, generosa fuit ad resistendum constantia. Terræ motus crebri fuerunt. Fulmine navalia pleraque tacta. Turbinis vi simulacrum, quod M. Cicero plebiscito ante cellam Minervæ pridie, quam in exilium iret, posuerat, dissipatum membris pronum jacuit, fractis humeris, brachiis, capite, dirum ipsi Ciceroni

J. OBSEQ.

CXXIX. (68.) Consulat de Caïus Pansa et d'Hircius. (An de R. 709.)

Les plus grands honneurs avaient été décernés à César, ainsi que le commandement des armées levées contre Antoine comme il sacrifiait, on trouva dans la victime un double foie. Tout réussit ensuite au gré de ses désirs. La statue équestre du consul C. Pansa, qui était dans la maison d'Antoine, se renversa. Un cheval tout harnaché vint en galoppant tomber devant lui. A son départ, un

portendit. Tabulæ ænea Fidei turbine evulsæ. Edis Opis valvæ fractæ. Arbores radicitus, et pleraque tecta eversa. Fax cœlo ad occidentem visa ferri. Stella per dies septem insignis arsit. Soles tres fulserunt, circaque solem imum corona spiceæ similis in orbem emicuit: et postea in unum circulum sole redacto, multis mensibus languida lux fuit. In æde Castoris nominum litteræ quædam Antonii et Dolabellæ consulum excussæ sunt, quibus utriusque alienatio a patria significata. Canum ululatus nocte ante pontificis maximi domum Lepidi auditi: ex his maximus a cæteris laniatus, turpem infamiam Lepido portendit. Hostiæ grex piscium in sicco reciproco maris fluxu relictus. Padus inundavit, et intra ripam refluens ingentem viperarum vim reliquit. Inter Cæsarem et Antonium civilia bella exorta.

CXXIX. (68.) Caio Pansa, Hircio, coss.

Cæsari quum honores decreti essent, et imperium adversus Antonium, iminolanti duplicia exta apparuerunt. Secutæ sunt eum res prosperæ. C. Pansa cos. statua equestris Antonii domi corruit. Equus phaleratus in ipsius cons pectu festinans concidit. Quidam e populo sanguine victimarum prolapsus respersam cruore palmam proficiscenti

54

homme du peuple, couvert du sang des victimes, lui présenta sa main ensanglantée. Ces événements étaient autant de prodiges qui lui devinrent funestes. Bientôt après, il fut blessé à mort en combattant contre Antoine. On vit comme des armes et des javelots s'élever de terre avec un grand bruit, et se diriger vers le ciel. Les enseignes de la légion laissée par Pansa pour la garde de Rome se trouvèrent couvertes d'araignées, comme si elles n'avaient pas servi depuis longtemps. La foudre fit de grands dégâts. Dans le camp de César, un aigle vint, au point du jour, se poser sur la toile et au sommet de la tente prétorienne: chassé de là par une multitude de petits oiseaux, il s'envola, et on le perdit de vue. L'oracle d'Apollon prononça ces mots : La rage aux loups l'hiver, point de récolte de blé en été. Les vétérans exigeant le consulat pour César, il s'ensuivit un horrible tumulte dans Rome. Comme César conduisait l'armée au Champ de Mars, six vautours se montrèrent. Il fut ensuite créé consul, et, au moment où il montait à la tribune aux harangues, six autres vautours vinrent s'offrir à sa vue, comme pour lui annoncer qu'à l'exemple de Romulus et sous les mêmes auspices, il allait fonder une nouvelle Rome. La réconciliation de César, d'Antoine et de Lépide fut suivie d'une horrible proscription des principaux citoyens de l'État.

CXXX. (69.) Consulat de M. Lépide et de Munatius Plancus. (An de R. 710.)

A Rome, une mule mit bas près de l'endroit appelé les Douze-Portes. Une chienne morte, qui avait appartenu au gardien d'un temple, fut enlevée par un chien (1). Une si vive lumière brilla pendant la nuit, que l'on se leva pour travailler, dans la persuasion que le jour était déjà commencé. Sur le territoire de Modène, la statue (1) Dion ajoute que ce chien alla ensevelir la chienne morte.

dedit. Funesta hæc ipsi prodigia fuerunt. Qui mox adversus Antonium dimicans, in mortem vulneratus est. Armorum telorumque species a terra visa cum fragore ad cœlum ferri. Signa legionis, quæ relicta a Pansa ad Urbis præsidium erat, veluti longo situ inductis araneis venire visa. Fulmine pleraque icta. In castris Cæsaris luce prima in culmine prætorii super linteum consedit aquila: inde circumvolantibus minoribus avibus excita, de conspectu abiit. Oraculo Apollinis vox-audita: Lupis rabies hieme, æstate frumentum non demessum. Veteranis. Cæsari consulatum flagitantibus, terribilis tumultus Romæ fuit. Cæsar quum in campum Martium exercitum deduceret, sex vultures apparuerunt. Conscendenti deinde rostra creato consuli iterum sex vultures conspecti, veluti Romuli auspiciis novam Urbem condituro signum dederunt. Reconciliatione inter Cæsarem, Antonium, Lepidum facta, fœda principum fuit proscriptio.

CXXX. (69.) M. Lepido, Munatio Planco, coss. Mula Romæ ad duodecim portas peperit. Canis æditui mortua a cane tracta. Lux ita fulsit, ut, tanquam die orto, ad opus surgeretur. In Mutinensi victoriæ Marianæ signum

de la Victoire, consacrée par Marius, et qui regardait le midi, se tourna d'elle-même vers le nord, sur les quatre heures. Comme, en raison de ces prodiges, l'on faisait des sacrifices expiatoires, il parut, vers la troisième heure du jour. trois soleils, qui, se réunissant bientôt, n'offrirent plus qu'un seul disque. Pendant un sacrifice offert sur le mont Albain, à l'occasion des féries latines, il jaillit du sang de l'épaule et du pouce de Jupiter. Cassius et Brutus firent dans les provinces une guerre dont les alliés de Rome eurent beaucoup à souffrir. On consigna parmi les prodiges ce fait, que le préteur P. Titius, qui avait destitué un de ses collègues, à cause de quelques dissensions, mourut avant la fin de l'année. Il est certain qu'aucun de ceux qui dépouillèrent ainsi un magistrat, leur collègue, ne vécut plus d'une année après. Or, voici ceux qui usèrent de cette violence : le consul Lucius Junius Brutus, envers Tarquinius Collatinus; Tib. Gracchus, envers M. Octavius Cécinna; P. Tarquinius, envers P. Marullus; Tullius, envers Brutus et Cassius, qui faisaient alors des préparatifs de guerre contre César et Antoine. Un essaim d'abeilles vint s'abattre dans le camp de Cassius. Ce lieu fut clos par l'ordre des aruspices, et l'on ouvrit tout autour une tranchée intérieure. On vit accourir vers l'armée une troupe innombrable de vautours, et d'autres oiseaux qui font leur pâture de la chair des cadavres. Un enfant que l'on portait solennellement, dans le costume de la Victoire, tomba du brancard. Pendant la cérémonie des lustrations, un licteur mit une couronne de lauriers sur les faisceaux renversés. Au moment où les Brutiens sortaient de leur ville pour aller combattre, un Éthiopien se présenta devant la porte, et fut tué par les soldats. Mort de Cassius et de Brutus.

meridiem spectans, sua sponte conversum in septentrionem hora quarta. Quum hæc victimis expiarentur, soles tres circiter hora tertia diei visi, mox in unum orbem contracti. Latinis in Albano monte quum sacrificaretur, ex humero, et pollice Jovis cruor manavit. Per Cassium et Brutum in provinciis, direptionibus sociorum, bella gesta. Notatum est prodigii loco fuisse, quod P. Titius prætor propter dissensiones, collegæ magistratum abrogavit, et ante annum est mortuus. Constat neminem, qui magistratum collegæ abstulerat, annum vixisse. Abrogaverunt autem hi: Lucius Junius Brutus consul, Tarquinio Collatino: Tib. Gracchus, M. Octavio Cæcinnæ : P. Tarquinius, P. Marullo Tullius, Bruto et Cassio, pugnam adversus Cæsarem et Antonium molientibus. In castris Cassii examen apum consedit. Locus aruspicum jussu interclusus, interius ducto vallo. Vulturum, et aliarum alitum, quibus strages cadaverum pabulo est, ingens vis exercitum advolavit. Puer in pompa Victoriæ cultu quum ferretur, ferculo decidit. Lustratione lictor perversis fascibus lauream imposuit. Brutianis in prælium egredientibus, Æthiops in porta occurrit, et a militibus confossus : Cassius et Brutus interierunt.

« PrécédentContinuer »