Images de page
PDF
ePub

cide, et comme auteur et comme témoin de cet assassinat (An de R. 710).

7. Un autre proscrit, Vettius Salassus, périt bien cruellement aussi. Caché à tous les regards, il fut, dirai-je livré ou égorgé par sa femme; car de combien le crime est-il moindre, quand il n'a manqué que la main pour le consommer? (An de R. 710).

roi d'Arménie, tous les conjurés se tirèrent du sang de la main droite, et le firent boire à leurs complices? A peine eussent-ils supporté l'horreur de ce pacte sanglant, s'il l'eût exigé pour la défense de son père (Av. J.-C. 65).

4. Mais pourquoi chercher de tels exemples, pourquoi m'y arrêter, quand je vois tous les forfaits ensemble surpassés par le projet d'un seul

DES PAROLES ET DES ACTIONS ATROCES, CHEZ parricide (1)? Oui, je me sens entraîné de toute

LES ÉTRANGErs.

1. Mais voici un crime dont le récit nous sera moins douloureux, parce qu'il est étranger à Rome. Scipion l'Africain donnait des jeux de gladiateurs dans la nouvelle Carthage, en mémoire de son père et de son oncle. Deux fils d'un roi qui venait de mourir s'avancèrent dans l'arène, et dirent qu'ils allaient s'y disputer la couronne, afin d'augmenter, par cette lutte, l'éclat du spectacle. Scipion leur conseilla de préférer la raison à la voie des armes, pour décider entre eux; et déjà l'aîné se rendait à ses avis mais le plus jeune, qui comptait sur ses forces corporelles, persista dans cette folle résolution. Ils en vinrent donc aux mains, et la Fortune, s'établissant juge de la cause, punit par la mort cette opiniâtreté impie. (An de R. 547).

2. Mithridate fut plus criminel encore, lui qui disputa par les armes, non pas le trône paternel à un frère, mais la couronne à son père même. Comment, pour une telle guerre, trouva-t-il des appuis parmi les hommes? comment osa-t-il invoquer la protection des dieux ? C'est ce que j'admire et ne conçois pas.

l'impétuosité de mon âme, de toute la violence de mon indignation, à faire une éclatante justice de cet attentat; et je consulterai moins mes forces que le zèle pieux qui m'anime. Eh! qui pourrait trouver des mots assez énergiques pour accabler de l'exécration qu'il mérite un monstre qui, au mépris de tous les droits de l'amitié, voulut ensevelir le genre humain dans de sanglantes ténèbres? Tu aurais pu, toi dont la rage effrénée l'emporte sur celle des bètes fauves, tu aurais pu te saisir des rênes de l'empire romain, les arracher aux mains bienfaisantes du prince qui est notre père? Et si la fortune eût secondé tes fureurs, le monde eût pu subsister? Rome au pouvoir des Gaulois, cet horrible massacre de trois cents guerriers d'une illustre famille (2), la journée d'Allia, la mort des Scipions en Espagne, et le lac Trasimene, et la bataille de Cannes, et la Macédoine inondée de sang romain (3) pendant nos guerres civiles, voilà les désastres que tu voulais renouveler, surpasser même, dans les desseins de ta fureur insensée! Mais les dieux ont veillé sur nous; les astres ont déployé leur salutaire influence; les autels, les sanctuaires, les temples, ont été protégés par la bonté céleste; et rien de ce qui avait en garde la vie de notre

3. Pourquoi nous en étonner, comme si c'était un exemple unique parmi ces nations barbares? Ne sait-on pas que Sariaster ayant, avec ses amis, formé une conspiration contre son père Tigrane, Pharsale et de Philippes.

exitus, quem latentem uxor interficiendum, quid dicam, tradidit, an ipsa jugulavit? Quanto enim levius est scelus, cui tantummodo manus abest?

DE IMPROBE DICTIS ET SCELERATE FACTIS EXTERNORUM.

1. Illud autem facinus, quia externum, tranquilliore affectu narrabitur : Scipione Africano patris et patrui memoriam gladiatorio munere Carthagine Nova celebrante, duo regii filii nuper patre mortuo, in arenam processerunt, pollicitique sunt, ibi se de regno præliaturos, quo spectaculum illud illustrius pugna sua facerent : cos quum Scipio monuisset, ut verbis, quam ferro dijudicare mallent, uter regnare deberet, ac major natu consilio ejus obtemperaret, minor corporis viribus fretus, in amentia perstitit; initoque certamine, pertinacior impielas fortunæ judicio morte multata est.

2. Mithridates autem multo sceleratius, qui non cum fratre de paterno regno, sed cum ipso patre bellum de dominatione gessit in quo qui aut homines ullos adjutores invenerit, aut deos invocare ausus sit, præ admiratione hæreo.

:

3. Quanquam quid hoc, quasi inusitatum illis gentibus

(1) La conspiration de Séjan contre Tibère. - (2) Les 306 Fabius tués dans une embuscade, près du Crémère.-(3) Dans les plaines de

miremur? quum Sariaster adversus patrem suum Tigra-
ita cum amicis consenserit, ut
nem, Armeniæ regem,
omnes dexteris manibus sanguinem mitterent, atque eum
invicem sorberent vix ferrent pro salute parentis tam
cruenta conspiratione fœdus facientem.

4. Sed quid ego ista consector, aut quid iis immoror, quum unius parricidii cogitatione cuncta scelera superata cernam? omni igitur impetu mentis, omnibus indignationis viribus, ad id lacerandum pio magis quam valido affectu rapior. Quis enim amicitiæ fide exstincta genus humanum cruentis in tenebris sepelire conatum, profundo debitæ exsecrationis satis efficacibus verbis adegerit? Tu videlicet efferatæ barbariæ immanitate truculentior, habenas Romani imperii, quas princeps parensque noster salutari dextera continet, capere potuisti? aut te compote furoris, in suo stalu mundus mansisset? Urbem a Gallis captam, et trecentorum inclytæ gentis virorum strage fœdatam, Alliensem diem, et oppressos in Hispania Scipiones, Trasimenum lacum, et Cannas, bellorumque civilium domestico sanguine madentem Emathiam, amentibus propositis furoris tui repræsentare et vincere voluisti; sed vigilarunt oculi deorum; sidera vigorem suum obtinue

A

auguste empereur et le salut de la patrie n'a n'amanqué de vigilance. Et, avant tout, l'auteur et le garant de notre sécurité a su, par sa divine sagesse, empêcher que ses inestimables bienfaits n'allassent se perdre et s'abîmer sous les ruines de l'univers. Ainsi la paix subsiste, les lois règnent, la sainte religion des devoirs publics et particuliers s'est maintenue; et celui qui, violant tous les engagements de l'amitié, tenta de bouleverser cet ordre heureux, celui-là, écrasé avec sa race par la puissance du peuple romain, subit encore aux enfers, si toutefois les enfers ont voulu le recevoir, le juste châtiment de sa perversité (An de R. 783).

CHAPITRE XII.

DES MORTS EXTRAORDINAIRES, CHEZ LES
ROMAINS.

C'est principalement du premier jour de la vie et du dernier que dépendent les destinées de l'homme il importe surtout de considérer sous quels auspices il la commence et de quelle manière il la finit. Aussi n'appelons-nous heureux que celui qui, venu au monde en des jours prospères, en est sorti paisiblement. L'espace intermédiaire est au pouvoir de la fortune, qui, la main au gouvernail, nous procure, à son gré, une navigation orageuse ou tranquille, mais toujours plus bornée que nos espérances, et dont la durée, alors même que nous la prolongeons dans nos vœux avides, se consume presque sans but. Et cependant, si l'on en voulait faire un sage emploi, on rendrait bien longue même une courte exis

runt; aræ, pulvinaria, templa, præsenti numine vallata sunt; nihilque, quod pro capite Augusti, ac patria excubare debuit, torporem sibi permisit: et in primis auctor ae tutela nostræ incolumitatis, ne excellentissima merita sua totius orbis ruina collaberentur, divino consilio providit itaque stat pax, valent leges, sincerus privati ac publici officii tenor servatur. Qui autem hæc violatis amicitiæ fœderibus tentavit subvertere, omni cum stirpe sua populi Romani viribus obtritus, etiam apud inferos, si tamen illuc receptus est, quæ meretur, supplicia pendit.

CAPUT XII.

DE MORTIBUS NON VULGARIBUS ROMANORUM.

Humanæ autem vitæ conditionem præcipue primus et ultimus dies continet, quia plurimum interest, quibus auspiciis inchoetur, et quo fine claudatur; ideoque eum demum felicem fuisse judicamus, cui et accipere lucem prospere, et reddere placide contigit. Medii temporis cursus, prout fortuna gubernaculum rexit, modo aspero, modo tranquillo motu peragitur, spe semper minor, dum et cupide votis extenditur, et fere sine ratione consumitur; nam et si eo benc uti velis, etiam parvum amplissi

tence, en suppléant au nombre des années par la multitude des actions. Que servent de longs jours, si on les donne à l'oisiveté, si l'on songe plus à vivre qu'à vivre honorablement? Mais, pour ne pas m'écarter davantage, je vais parler de ceux qui ont été enlevés par une mort extraordinaire.

1. Tullus Hostilius, frappé de la foudre, fut consumé avec son palais. Singulière destinée! Ce prince, l'appui de Rome, est tué au sein même de Rome, sans que ses concitoyens puissent seulement lui rendre les derniers honneurs; et le feu céleste lui fait un bûcher, un tombeau, desa royale demeure (An de R. 113).

2. Il est à peine croyable que la joie ait pa produire le même effet que la foudre; rien n'est cependant plus vrai. A la nouvelle de la défaite essuyée près du lac Trasimène, une mère, qui était allée jusqu'aux portes de la ville, y rencontra son fils échappé au massacre, et mourut en l'embrassant. Une autre, qui, sur le faux avis de la mort de son fils, se tenait chez elle, abîmée dans l'affliction, expira dès qu'elle le vit reparaître. Ce sont là d'étranges coups du sort: ces femmes avaient résisté à la douleur, et succombèrent à la joie (An de R. 536).

et

3. J'en suis peu surpris, c'étaient des femmes : mais que dire du consul M. Juventius Thalna, qui fut le collègue de Ti. Gracchus, alors consul pour la seconde fois ? Il avait soumis la Corse, il y faisait un sacrifice, lorsqu'il reçut un message lui annonçant que le sénat venait de décréter en son honneur des actions de grâces aux dieux. Il le lut d'un œil avide, puis s'évanouit et tomba sans vie au pied de l'autel. A quelle autre cause attribuer sa mort, qu'à l'excès de la joie? C'est

mum efficies, numerum annorum multitudine operum superando: alioqui quid attinet inerti mora gaudere, si ma gis vitam exigis, quam approbas? sed ne longius evager, eorum mentionem faciam, qui non vulgari genere mortis absumpti sunt.

1. Tullus Hostilius fulmine ictus, cum tota domo conflagravit: singularem fati sortem, qua accidit, ut columen urbis, in ipsa urbe raptum, ne supremo quidem funeris honore a civibus decorari posset, colesti flamma in cam conditionem redactum, ut eosdem penates, et regiam, et rogum, et sepulcrum haberet.

2. Vix verisimile est, in eripiendo spiritu idem gaudium potuisse, quod fulmen; et tamen idem valuit. Nuntiata enim clade, quæ ad lacum Trasimenum inciderat, altera mater sospiti filio ad ipsam portam facta obviam, in complexu ejus exspiravit: altera quum falso mortis filii nuntio domi mosta sederet, ad primum conspectum redeuntis exanimata est. Genus casus inusitatum : quas dolor non exstinxerat, lætitia consumpsit.

3. Sed minus miror, quod mulieres. M. Juventius Thalna cos. collega Ti. Gracchi cos. iterum, quum in Corsica, quam nuper subegerat, sacrificaret, receptis litteris de cretas ei a senatu supplicationes nuntiantibus, intento il las animo legens, caligine orta, ante foculum collapsus mortuus humi jacuit: quem quid aliud quam nimio gau

à ce male guerrier qu'il eût fallu demander la destruction de Numance ou de Carthage! (An de R. 590)

4. Plus de force d'âme, mais aussi une fin plus tragique, recommande Q. Catulus, ce général que le sénat avait associé au triomphe de C. Marius, après la défaite des Cimbres. Ayant reçu, plus tard, de ce même Marius, pendant les discordes civiles, l'ordre de mourir, il fit enduire sa chambre de chaux vive, la chauffa à grand feu, s'y renferma, et mourut: affreuse nécessité, qui a flétri toute la gloire de Marius (An de R. 666).

5. Dans ces jours de deuil, le consulaire L. Cornélius Mérula, prêtre de Jupiter, ne voulant pas servir de jouet à des vainqueurs insolents, s'ouvrit les veines dans le sanctuaire même du dieu : il se déroba ainsi à l'arrêt d'une mort ignominieuse ; et l'autel le plus auguste fut arrosé du sang de son ministre (An de R. 666).

6. Le Sicilien Hérennius termina aussi sa vie avec résolution et courage. Il avait été l'ami de C. Gracchus et son aruspice. On lui en fit un crime; et, comme on le menait en prison, il se brisa la tête contre la porte, et tomba mort sur le seuil même de l'ignominie: un pas de plus le livrait à la honte du supplice, à la hache du bourreau (An de R. 632).

7. Une mort également brusque est celle de C. Licinius Macer, ancien préteur, et père de Calvus. Il était accusé de concussion. Comme on allait aux voix, il monta au Ménianum (1); et voyant Cicéron, qui présidait le tribunal, quit(1) Un certain Ménius, en vendant sa maison, voisine du forum,

s'était réservé un balcon, pour voir les combats de gladiateurs: on appela ce balcon Mænianum.

dio enectum putemus? en cui Numantia, aut Carthago excidenda traderetur!

4. Majoris aliquanto spiritus dux Q. Catulus, Cimbrici triumphi C. Mario particeps a senatu datus, sed exitus violentioris; namque ab hoc eodem Mario postea propter civiles dissensiones mori jussus, recenti calce illito, multoque igni percalefacto cubiculo se inclusum peremit : cu. jus tam dira necessitas maximus Marianæ gloriæ rubor exstitit.

5. Qua tempestate reipublicæ L. quoque Cornelins Merula consularis, et flamen Dialis, ne ludibrio insolentissimis victoribus esset, in Jovis sacrario venis incisis contumeliosæ mortis denuntiationem effugit, sacerdotisque sui sanguine vetustissimi foci maduerunt.

6. Acer etiam et animosus vitæ exitus Herennii Siculi, quo C. Gracchus et aruspice, et amico usus fuerat; nam quum eo nomine in carcerem duceretur, in ejus postem illiso capite, in ipso ignominiæ aditu concidit, ac spiritum posuit: uno gradu a publico supplicio, manuque carnifi. cis citerior.

17. Consimili impetu mortis C. Licinius Macer, vir prætorius, Calvi pater, repetundarum reus, dum sententiæ dicerentur, in Mænianum conscendit: siquidem quum M. Ciceronem, qui id judicium cogebat, prætextam ponentem vidisset, misit ad eum qui diceret, se non damnatum,

VALÈRE MAXIME.

|

ter sa toge, il lui envoya dire qu'il mourait prévenu et non pas condamné; qu'en conséquence on ne pouvait pas vendre ses biens au profit de l'État. Aussitôt, se serrant la gorge avec un mouchoir qu'il avait à la main, il s'étrangla, et prévint par sa mort le châtiment de la justice. A cette nouvelle, Cicéron s'abstint de prononcer une sentence. Ainsi, un illustre orateur (1) fut, par l'étrange résolution de son père, préservé à la fois de l'indigence et de l'opprobre d'une condamnation qui eût flétri son nom (An de R. 687).

8. Voilà une mort courageuse; en voici d'autres qui provoquent le rire. Cornélius Gallus, ancien préteur, et T. Hatérius, chevalier romain, expirèrent au milieu des plaisirs de l'amour. Mais pourquoi tourner en ridicule des hommes qui furent moins les victimes de leur passion que de la fragilité de notre nature? La fin de notre vie tient à des causes diverses et cachées ; et c'est quelquefois à tort qu'on impute notre dernière heure à des circonstances qui ont pu coïncider avec l'instant de la mort, mais qui ne l'ont pas déterminée.

DES MORTS EXTRAORDINAIRES, CHEZ LES
ÉTRANGERS.

1. On a vu aussi chez les étrangers des morts bien remarquables. Telle fut surtout celle de Coma, frère de Cléon, ce fameux chef de brigands. Lorsque nous eûmes repris la ville d'Enna, dont les esclaves fugitifs s'étaient emparés, ce Coma fut amené devant le consul Rupilius. Comme on l'interrogeait sur les forces et les desseins des rebelles, il demanda un moment pour se recueillir,

(1) C. L. Calvus, que l'on comparait à Cicéron pour l'éloquence.

sed reum periisse, nec sua bona hastæ posse subjici; ac protinus sudario, quod forte in manu habebat, ore et faucibus coarctatis, incluso spiritu pœnam morte præcurrit: qua cognita re Cicero de eo nihil pronuntiavit. Igitur illus tris ingenii orator et ab inopia rei familiaris, et a crimine domesticæ damnationis, inusitato paterni fati genere vindicatus est.

8. Fortis hujus mors: illorum perridicula: Cornelius enim Galius prætorius, et T. Haterius eques Romanus inter usum puerilis Veneris absumpti sunt. Quamquam quorsum attinet eorum cavillari fata, quos non libido sua, sed fragilitatis humanæ ratio abstulit? Fine namque vitæ nostræ variis et occultis causis exposito, interdum, quæ [sunt] immerentia, supremi fati titulum occupant, quum magis in tempus mortis incidant, quam ipsam mortem arcessant.

DE MORTIBUS NON VULGARIBUS EXTERNORUM.

1. Sunt et externæ mortes dignæ annotatu : qualis in primis Comæ, quem ferunt maximi latronum ducis Cleonis fratrem fuisse; is enim ad Rupilium consulem Ennam, quam prædones tenuerant, in potestatem nostram redac. tam, perductus, quum de viribus et conatibus fugitivorum interrogaretur, sumpto tempore ad se colligendum, caput operuit ; innixusque genibus compresso spirítu, inter

[ocr errors]

se couvrit la tête, et, l'appuyant sur ses genoux, comprima tellement sa respiration, qu'au milieu même des gardes et en présence de l'autorité suprême, il trouva dans le repos éternel la sécurité qu'il désirait (An de R. 621). Que les malheureux, à qui il est plus avantageux de mourir que de vivre, se tourmentent et s'agitent, dans l'inquiète recherche du meilleur moyen de sortir de la vie, qu'ils aiguisent le fer, qu'ils préparent le poison, qu'ils saisissent la corde fatale, qu'ils mesurent de l'œil d'effroyables hauteurs, comme s'il était besoin d'un si grand appareil et d'efforts extraordinaires pour rompre le faible lien qui unit l'âme et le corps: Coma n'a recours à rien de tout cela il retient son souffle dans sa poitrine, et cesse d'exister. Comment donc se donner la moindre peine pour la conservation d'un bien dont la fragile possession peut s'évanouir devant le plus petit choc, au souffle le plus léger?

2. La mort du poëte Eschyle ne fut pas volontaire; mais la singularité de l'événement invite à le raconter. Il était sorti un jour de la ville qu'il habitait en Sicile, et s'était assis au soleil. Un aigle, qui portait une tortue, vint à passer au-dessus de lui; et, trompé par le poli de sa tête entièrement chauve, qu'il prit pour une pierre, il y laissa tomber la tortue, pour la briser et en manger la chair. Sous ce coup mourut le créateur et le père de la mâle tragédie (Av. J.-C. 463).

3. On attribue aussi la mort d'Homère à une cause singulière. On croit qu'il mourut de chagrin dans une île, pour n'avoir pu résoudre une énigme que lui avaient proposée des pêcheurs.

4. Mais Euripide périt bien plus cruellement. Un soir, qu'après avoir soupé chez le roi Arché

ipsas custodum manus, inque conspectu summi imperii,, exoptata securitate acquievit. Torqueant se miseri, quibus exstingui, quam superesse, utilius est, trepide et anxio consilio, quanam ratione vita exeant, quærentes ferrum acuant, venena temperent, laqueos apprehendant, vastas altitudines circumspiciant; tamquam magno apparatu, aut exquisita molitione opus sit, ut corporis atque animi infirmo vinculo cohærens societas dirimatur; nihil horum Coma; sed intra pectus inclusa anima, finem sui reperit. Enimvero minimo studio retinendum bonum, cujus caduca possessio tam levi afilatu violentiæ concussa dilabi potuit.

2. Æschyli vero poetæ excessus, quemadmodum non voluntarius, sic propter novitatem casus referendus est : in Sicilia monibus urbis, in qua morabatur, egressus, aprico in loco resedit; super quem aquila testudinem ferens, elusa splendore capitis (erat enim capillis vacuum), perinde atque lapidi eam illisit, ut fracta carne vesceretur; eoque ictu origo et principium fortioris tragœdiæ exstinctum est.

3. Non vulgaris etiam Homeri mortis causa fertur : qui in insula, quia quæstionem a piscatoribus propositam solvere non potuisset, dolore absumptus creditur.

4. Sed atrocius aliquanto Euripides finitus: ab Archelai enim regis cœna in Macedonia domum hospitalem repe

laüs, en Macédoine, il regagnait la maison de son hôte, il fut mis en pièces par des chiens: affreuse destinée, que ne méritait pas un si grand génie (Av. J.-C. 407).

5. D'autres poëtes fameux eurent aussi une fin bien peu digne de leur vie et de leurs ouvrages. Sophocle, déjà parvenu à une extrême vieillesse, avait lu, dans un concours, une tragédie nouvelle, et il attendit longtemps avec inquiétude le résultat des suffrages, qui étaient partagés; enfin il l'emporta d'une seule voix, et la joie qu'il en eut lui donna la mort (Av. J.-C. 406).

6. Des éclats de rire immodérés firent perdre la vie à Philémon. On lui avait servi des figues; elles étaient sous ses yeux : mais voyant qu'un petit âne les mangeait, il appela son esclave pour le chasser. Toutes les figues avaient disparu quand celui-ci arriva. « Puisque tu as tant tardé, lui dit Philémon, donne maintenant du vin à cet âne; » et il accompagna cette saillie d'un rire excessif, dont les secousses réitérées, trop fortes pour les organes d'un vieillard, lui ôtèrent la respiration et l'étouffèrent.

7. Quant à Pindare, il s'endormit dans un gymnase, la tête appuyée sur les genoux d'un jeune homme qu'il aimait beaucoup, et l'on ne s'aperçut qu'il était mort que lorsque le gymnasiarque, voulant fermer les portes, tenta vainement de l'éveiller. Ce fut sans doute à la même faveur des dieux qu'il dut un si beau talent poétique et une fin si paisible (Av. J.-C. 452).

8. J'en dis autant d'Anacréon, qui, toutefois, avait passé le terme fixé à la vie humaine. Comme il suçait le jus d'un raisin cuit au soleil, pour entretenir le faible reste de ses forces languissantes,

tens, canum morsibus laniatus obiit: crudelitas fati tanto ingenio non debita.

5. Sicut illi excessus illustrium poetarum et moribus et operibus indignissimi, Sophocles ultimæ jam senectutis, quum in certamine tragœdiam dixisset, ancipiti senten tiarum eventu diu sollicitus, aliquando tamen una sententia victor, causam mortis gaudium habuit.

6. Philemonem autem vis risus immoderati abstulit: paratas ei ficus, atque in conspectu positas asello consi mente, puerum, ut illum abigeret, inclamavit; qui quum jam comestis omnibus supervenisset ; Quoniam, inquit, tam tardus fuisti, da nunc merum asello; ac protinu urbanitatem dicti crebro anhelitu cachinnorum prosequu tus, senile guttur salebris spiritus prægravavit.

7. At Pindarus, quum in gymnasio super gremium pueri, quo unice delectabatur, capite posito quieti se de disset, non prius decessisse cognitus est, quam gymna siarcha clandere jam eum locum volente, nequidquam excitaretur cui quidem crediderim eadem benignitate deorum et tantum poetica facundiæ, et tam placidum vitæ finem attributum.

8. Sicut Anacreonti quoque, quamvis statum humanse vitæ modum supergresso; quem uvae passæ succo tenues et exiles virium reliquias foventem, unius grani pertina cior in aridis faucibus humor absumpsit.

[merged small][ocr errors]

furent l'effet ou du hasard ou du courage, ou même de la témérité, soumettons au jugement du lecteur celles qui furent accompagnées de faiblesse et de lâcheté. La comparaison même fera voir qu'il peut y avoir non-seulement plus de courage, mais plus de sagesse, à courir au-devant de la mort qu'à s'attacher à la vie.

9. Je rapprocherai ici deux hommes à qui la même présomption valut le même sort. Milon de Crotone, passant dans une campagne, voit un chêne à moitié fendu par des coins qu'on y avait laissés. Plein de confiance dans ses forces, il s'en approche, y introduit les mains, et veut achever 1. M. Aquilius pouvait mourir avec gloire, et de le fendre les coins tombent, mais l'arbre, il aima mieux vivre honteusement l'esclave de venant à se refermer, comprime les mains du Cro-Mithridate. Ne peut-on pas dire avec raison qu'il toniate, et le livre, tout couvert de palmes gymniques (1), à la voracité des bêtes fauves (Av. J.-C. 513).

10. Un autre athlète, Polydamas, se vit un jour forcé par un orage de se réfugier dans une caverne; la masse et la violence des eaux en ébranlèrent bientôt la voûte, qui commença de s'écrouler. Ceux qui s'y trouvaient avec lui s'enfuirent, à la vue du danger. Lui seul resta, comptant soutenir sur ses épaules l'énorme poids de ces ruines. Mais accablé sous cette charge, supérieure à toute force humaine, cet insensé eut pour tombeau l'asile qu'il avait choisi contre l'orage. L'exemple de ces deux athlètes peut servir à prouver que la force excessive du corps ôte à l'âme de sa vigueur, comme si la nature se refusait à douer l'homme de ce double avantage, et croyait trop faire pour sa félicité en permettant que le plus robuste fût en même temps le plus sage.

CHAPITRE XIII.

mérita plutôt le supplice ordonné par le roi de Pont que le commandement d'une armée romaine, puisqu'il se couvrit d'un opprobre qui rejaillit sur la république? (An de R. 665.)

2. Cn. Carbon est aussi pour les annales romaines un sujet de honte. Pris en Sicile pendant son troisième consulat, et conduit au supplice par l'ordre de Pompée, il obtint des soldats, à force de prières et de larmes, la permission d'aller, avant de mourir, satisfaire un besoin. Il ne voulait que prolonger un peu une si misérable existence; et comme il se faisait trop attendre, on finit par lui trancher la tête dans l'ignoble posture où il se trouvait. L'écrivain qui raconte de telles turpitudes ne sait quels mots employer. Elles ne peuvent être supprimées, parce qu'elles doivent être connues; et elles sont rebelles à la narration, parce qu'elles veulent des expressions dégoûtantes (An de R. 671).

3. Et Brutus! de quel déshonneur ne paya-til pas un court et malheureux moment d'existence? Tombé entre les mains de Furius, qu'Antoine avait envoyé pour le tuer, non-seulement il retira la tête de dessous le glaive, mais, comme on lui disait de la présenter avec plus de fermeté, Après avoir parlé des morts singulières qui il en fit ainsi le serment : « Sur ma vie, je vais la

DE L'ATTACHEMENT A LA VIE, CHEZ LES RO

MAINS.

(1) Il avait été six ou sept fois vainqueur dans ces luttes.

9. Jungam illos, quos et propositum, et exitus pares fecit Milo Crotoniates, quum iter faciens quercum in agro cuneis adactis fissam vidisset, fretus viribus, accessit ad eam, insertisque manibus divellere conatus est : quas arbor excussis cuneis in suam naturam revocata compressit, eumque cum tot gymnicis palmis lacerandum feris præbuit.

10. Item Polydamas athleta tempestate speluncam subire coactus, nimio et subito incursu aquæ labefacta ea ac ruente, cæteris comitibus fuga periculum vitantibus, solus restitit, tamquam humeris suis totius ruinæ molem sustentaturus; sed pondere omni corpore humano potentiore pressus, imbris [causa] pelitam latebram, dementis fati sepulcrum habuit. Possunt bi præbere documentum, nimio robore membrorum, vigorem mentis hebescere, quasi abnuente natura utriusque boni largitionem; ne supra mortalem sit felicitatem, eumdem et valentissimum, esse et sapientissimum.

CAPUT XIII.

DE CUPIDITATE VITE ROMANORUM.

livrer. » Triste moyen de reculer l'instant fatal!

quosdam etiam temerarios oratione attigimus, subjiciamus nunc æstimationi enerves et effeminatos, ut ipsa comparatione pateat, quanto non solum fortior, sed etiam sapientior mortis interdum, quam vitæ, sit cupiditas.

1. M. Aquilius, quum sibi gloriose exstingui posset, Mithridati maluit turpiter servire : quem ne aliquis merito dixerit Pontico supplicio, quam Romano imperio digniorem? quoniam commisit, ut privatum opprobrium publicus rubor exsisteret.

2. Cn. quoque Carbo magnæ verecundiæ est Latinis annalibus tertio in consulatu suo jussu Pompeii in Sicilia ad supplicium ductus, petiit a militibus demisse et flebiliter, ut sibi alvum levare, priusquam exspiraret, liceret, quo miserrimæ lucis usu diutius frueretur, eo usque moram trahens, donec caput ejus sordido in loco sedentis abscinderetur. Ipsa verba tale flagitium narrantis secum luctantur; nec silentio amica, quia occultari non merentur; nec relationi familiaria, quia dictu fastidienda sunt.

3. Quid? Brutus exiguum et infelix momentum vitæ quanto dedecore emit! qui a Furio, quem ad eum occidendum Antonius miserat, comprehensus, non solum cervicem gladio subtraxit, verum etiam constantius eam

Verum quia excessus e vita et fortuitos, et viriles, præbere admonitus, ipsis his verbis juravit: Ita vivam,

« PrécédentContinuer »