Oeuvres complètes de Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, Volume 10

Couverture
 

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 244 - ... c'est d'elle seule que les hommes bienheureux sont nourris; elle sort d'eux et elle y entre ; elle les pénètre et s'incorpore à eux comme les aliments s'incorporent à nous. Ils la voient , ils la sentent, ils la respirent ; elle fait naître en eux une source intarissable de paix et de joie.
Page 244 - ... c'est plutôt une gloire céleste qu'une lumière : elle pénètre plus subtilement les corps les plus épais, que les rayons du soleil ne pénètrent le plus pur cristal ; elle n'éblouit jamais ; au contraire, elle fortifie les yeux, et porte dans le fond de l'âme je ne sais quelle sérénité.
Page 226 - Dieu , infiniment, libre , avait fait beaucoup de choses qui n'ont d'autre raison de leur existence que sa seule volonté. Selon lui , il est indifférent, par exemple, que les planètes se meuvent d'occident en orient , ou d'orient en occident : la volonté suprême en est la seule raison. Voltaire, qui rapporte ce raisonnement de Newton , et les objections de Leibnitz, dans son chapitre de la...
Page 225 - Il disait que le soleil, en tournant sur lui-même, attirait à lui les planètes; mais que celles-ci ne tombaient pas dans le soleil, parce qu'elles font aussi une révolution sur leur axe, et qu'en tournant autour du soleil elles lui présentent, tantôt un côté ami, qui est attiré, et tantôt un côté ennemi, qui est repoussé. L'idée de Newton...
Page 49 - L'évidence est une harmonie de l'âme et de la Divinité. Son premier sentiment est un ravissement céleste , tel que serait celui d'un rayon de lumière au milieu d'une obscurité profonde. Ainsi l'esprit n'a point de science, si le cœur n'en a la conscience. La certitude est donc , en dernière analyse , un sentiment, et ce sentiment ne résulte que des lois de la nature ; car celles des hommes sont trop variables. Il n'ya de vrai dans leurs systèmes que ce qui produit en nous le sentiment de...
Page 49 - ... pas moins, et le rendent digne de vous être signalé comme l'effort d'une âme honnête, d'un esprit droit et convaincu. N° 8. « La vérité est comme un rayon de soleil. Si nous » fixons les yeux sur elle, elle nous éblouit et nous » aveugle ; mais si nous ne considérons que les objets » qu'elle nous rend sensibles, elle éclaire à la fois notre » esprit et réchauffe notre cœur.
Page 244 - ... comme les poissons dans la mer. Ils ne veulent plus rien; ils ont tout sans rien avoir, car ce goût de lumière pure apaise la faim de leur cœur; tous leurs désirs sont rassasiés, et leur plénitude les élève au-dessus de tout ce que les hommes vides et affamés cherchent sur la terre : toutes...
Page 192 - ... l'un sans l'autre , que des météores fugitifs: la nature n'a donné à chacun d'eux en partage que l'ignorance , la faiblesse , les besoins, la pénurie et la mort; mais par l'harmonie conjugale elle communique au genre humain la science, la puissance, les jouissances et l'immortalité. Il est certain que la chasteté est la source de la force et de la beauté physique et morale dans les deux sexes. C'est l'adolescent pur qui fait l'homme sage et vigoureux. Ce n'est point l'air des montagnes...
Page 239 - S'il était permis à un être aussi borné que moi d'oser étendre ses spéculations sur un astre que je n'ai pas eu même le bonheur de voir dans le télescope, je dirais que sa matière doit être de l'or, d'abord parce que l'or est la plus pesante de toutes les matières que nous connaissons : ce qui convient au soleil placé au centre de notre univers376...
Page 259 - Sud, dont les habitants sont presque tous blancs: c'est ainsi qu'il y a également deux planètes torridiennes qui circulent autour du soleil, dont la plus voisine, Mercure , est plus chaude que celle de Vénus. Quoi qu'il en soit, on a observé que les montagnes de Vénus sont plus élevées que celles de la lune; c'est-à-dire qu'elles ont plus de trois lieues de hauteur perpendiculaire : Vénus en paraît toute hérissée. En leur supposant une atmosphère qui ne soit pas plus étendue que la...

Informations bibliographiques