Images de page
PDF
ePub

dement. On traite un accommodement, d'un accommodement. Entendre à un accommodement. Il ne veut point d'accommodement. Il ne seut entendre à aucun accommodement. Il refuse tout accommodement. Rompre un accommodement. Il ne s'éloigne pas d'un accommodement.

Il se dit aussi Des moyens, des expédiens qu'on trouve pour concilier les esprits, terminer les affaires. Il y auroit un accommodement en cette affaire, s'ils vouloient. J'y ai trouvé un accommodement. Elle n'est pas susceptible d'accommodement.

On dit, qu'en homme est un homme d'ac commodement, de facile accommodement, pour dire, qu'll est aisé de convenir avec lui.

des, S'ils ne s'accommodent, ils se ruineront | pagnement du corps. Le Maréchal de France
en procés.
qui étoit nommé pour l'accompagnement de

Il se dit aussi en parlant De certaines choses l'Ambassadeur, etc.
dont on convient ensemble dans le commerce ACCOMPAGNEMENT, est aussi un terme de
de la vie. Vous avez un beau cheval, voulez-Musique, qui se dit Des accords dont on ac-
vous m'en accommoder? Je vous accommoderai compagne la voix qui chante le sujet, ou quel-
de ma maison, si vous la voulez acheter. Vous que instrument qui le joue. Apprendre l'accom-
avez une maison dens mon fief, j'en ai une pagnement. Savoir l'accompagnement. L'ac-
dans le vôtre, nous nous accommoderons si vous compagnement soutient la voix, et sert à la
voulez.
faire paroître. L'accompagnement du Clave-
cin, de la Viole. Bon accompagnement. Mau-
vais accompagnement. Un accompagnement
qui n'est pas assez varié. Une pièce à grand
accompagnement.

On dit anssi, Accommoder son goût, son humeur, ses discours à, etc., et simplement. S'accommoder, pour dire, Conformer son goût, son humeur, ses discours, et se conformer à, etc. Les Courtisans savent accommoder leur gout, leur humeur, leurs discours à ce qui ccommodement, se disoit Des ajustemens, plait au Prince. Il faut s'accommoder à lu arrangemens, embellissemens que l'on faisoit sage. S'accommoder au temps. Il n'est pas didns une maison pour la rendre plus agréable.|ficile, il est complaisant, il s'accommode Il faudra bien des accommodemens dans cette maison. I a vieilli on dit, Arrangemens, eubelissemens.

ACCOMMODER. v. a. Donner, procurer de la commodité. Il lui faut cela pour l'accommoder. Cela ne m'accommode pas. Cette pièce de terre l'accommoderoit bien, accommoderoit fort son parc.

[ocr errors]

tout.

s' ACCOMMODER, signifie encore, Prendre sa commodité, ses aises. Il entend bien à s'accommoder. Voyez comme il s'accommode.

Il signifie aussi, Être d'un facile accommodement, d'un commerce aisé dans toutes les choses de la vie. Donnez-moi tel cheval qu'i' | vous plaira, je m'accommode de tout. Il est fort difficile, il ne s'accommode de rien. Il n'est point délicat, il s'accommode de toutes sortes de viandes. Donnez-moi telle monnoie, telles espèces qu'il vous plaira, je m'accommode de tout. Donnez-moi pour ma dette, telles mar

Il signifie aussi, Ranger, agencer, ajuster, mettre dans un état convenable. Il a bien accommodé sa maison, son jardin, ce canal, cette allée, cette fontaine, etc. Vous avez bien accommodé votre cabinet. Accommoder le feu. On dit, Accommoder ses affaires, pour dire,chandises, telles hardes, tels effets qu'il vous Mettre ses affaires en meilleur état.

Il signifie encore, Apprêter à manger. Que voulez-vous qu'on nous accommode pour notre diner? Comment accommodera-t-on cette viande? à quelle sauce l'accommodera-t-on Ce Cuisinier accommode fort bien le poisson.

Il se dit aussi, en parlant De coiffure. Accommoder des cheveux, une perruque. Accommoder quelqu'un.

On dit De ceux qui tiennent hôtellerie ou cabaret, qu'ils accommodent bien leurs hôtes, qu'on est bien accommodé chez eux, pour dire, qu'on y est bien logé, bien traité, bien servi, et proprement. C'est une bonne hôtellerie, on y est bien accommodé.

On dit ironiquement, Il l'a bien accommodé; je l'accommoderai comme il faut, pour dire, Il l'a maltraité; je le traiterai durement comme il le mérite. On dit aussi, populairement, dans le même sens, Accommoder un homme de toutes pièces, l'accommoder d'impor

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

plaira, je m'en accommoderai.

On dit en plaisantant, qu'Un homme s'accommode de quelque chose, pour dire, qu'Il prend quelque chose un peu hardiment, et sans y avoir droit. Il s'accommode de tout ce qu'il trouve sous sa main.

On dit aussi, S'accommoder, pour dire, Accommoder ses affaires. Il devient riche, il s'est accommodé. Je l'ai vu pauvre, mais il s'est bien accommodé. Il est du style familier.

On dit proverbialement et par raillerie, qu'un homme s'accommode, s'accommode comme il faut, ou qu'Il s'est accommodé, pour dire, qu'Il prend trop de vin, qu'il en a pris jusqu'à l'excès. Quand il trouve de bon vin, il s'accommode comme il faut. Il fut l'autre jour en débauche, et il s'accommoda d'importance.

ACCOMMODÉ, ÉE. participe. On dit familie-
rement, qu'Un homme est peu accommodé des
biens de la fortune, pour dire, qu'll n'est pas
riche, qu'il n'est pas à son aise,

On dit, Être mal accommodé, pour dire,
Etre mal coiffé, mal frisé.

ACCOMPAGNATEUR. s. m. Terme de Mu-
sique. Qui accompagne la voix avec quelque
instrument. C'est un bon, un savant accompa-
gnateur. On appelle Accompagnatrice, Celle
qui accompagne.

ACCOMPAGNEMENT. s. m. Aetion d'accompagner en certaines cérémonies. On porta ce Souverain au tombeau de ses ancêtres, et

plusieurs Princes furent destinés pour l'accom

ACCOMPAGNEMENT, se dit aussi en parlant e ce qu'on regarde comme une suite nécesaire de certaines choses, soit pour la commodité, soit pour l'ornement. Cette chambre à coucher est belle; mais elle manque des accom pagnemens nécessaires. La figure principale de ce tableau auroit besoin de quelques accompagnemens.

On s'en sert encore en termes d'Armoiries, pour dire, Les supports, les tenans, le cimier, les lambrequins, les marques de charge ou de dignité, et généralement tout ce qui est hors de l'écu. Porter des Armoiries sans aucun accompagnement.

ACCOMPAGNER. v. a. Aller de compagnie avec quelqu'un. Je vous accompagnerai jusquelà. Il m'a accompagné en ce voyage.

Il signifie aussi, Suivre par honneur. La plus grande partie de la Noblesse accompa gnoit le Gouverneur de la Province. Ce Prince est toujours accompagné de geris de qualité. Tous ceux qui se trouvèrent là, accompagné• rent le S. Sacrement.

Il signifie encore, Conduire en cérémonie, C'est un Prince qui accompagne l'Ambassa

deur à l'Audience.

Il signifie aussi, Reconduire par honneur une personne dont on a reçu visite. Quand il s'en alla, on l'accompagna jusqu'à son car

rosse.

Il signifie aussi, Escorter. Je vous donnerai des gens pour vous accompagner. Il se fait toujours bien accompagner, parce qu'il a des ennemis.

que

la

On dit figurément, Le bonheur, que fortune accompagne quelqu'un, pour dire, qu'il est heureux; et, que le malheur l'accom→→ pagne, pour dire, qu'll est malheureux.

ACCOMPAGNER, se dit dans la signification D'assortir, de convenir; mais alors il ne s'emploie guère qu'avec l'adverbe Bien. Ainsi on dit, qu't ne garniture accompagne bien une robe; qu'une tapisserie accompagne bien un lit; que des pavillons accompagnent bien un corps-de-logis, pour dire, Que toutes ces choses-I' sont bien assorties. Pour un bon mariage, il faut quelque chose qui accompagne la beauté, quelque esprit, du bien.

On dit dans ce même sens, que Les cheveux accompagnent bien le visage; que la flûte accompagne bien la voix.

Accompagner une chose d'une autre, C'est

joindre, ajouter une chose à une autre, Il accompagna son présent d'une harangue. Il accompagna ses remontrances de menaces. Tout ce qu'il disoit, il l'accompagnoit d'un geste, d'une action qui marquoit bien, ete. Tout ce qu'il fait, tout ce qu'il dit, il l'accompagne de tant de graces, etc.

ACCOMPAGNER, en termes de Musique, signifie Jouer la Basse et les parties accessoires d'une pièce de musique, sur un ou plusieurs instrumens, pendant qu'une ou plusieurs voix chantent, ou que quelque instrument joue le sujet. Si vous voulez chanter, je vous accompagnerai avec le Clavecin. Il chante bien, et s'accompagne lui-même avec la Viole. En ce sens, il se met d'ordinaire absolument. Accompagner avec le Clavecin, avec la basse de Viole, etc. Il accompagne bien. Il accompagne mal. Il accompagne à livre ouvert, et sans être préparé.

S'ACCOMPAGNER. V. pron. Mener quelques gens avec soi pour quelque dessein. Il se prend le plus souvent en mauvaise part. Il s'accompagne toujours de méchans garnemens. Il s'ac compagna de gens de main pour faire ce coup-là. ACCOMPAGNÉ, ÉE. participe.

ACCOMPLIR. v. a. Achever entièrement. Accomplir le temps de son bannissement. Un Religieux qui a accompli le temps de son No

viciat.

II signifie aussi, Effectuer, mettre à exécution. Accomplir sa promesse. Accomplir son vau. Accomplir un dessein. Accomplir un traité. Accomplir un mariage qui avoit été résolu, J'espère que Dieu accomplira vos désirs. Jésus-Christ a accompli les Prophéties,

On dit, Accomplir la Loi, accomplir ses obligations, pour dire, Faire ce que la Loi, ce que le dévoir exige de nous.

ACCOMPLIR, est aussi pronominal dans le sens d'Effectuer. Le traité qu'ils avoient fait, n'a pu s'accomplir. Si ce mariage s'accomplit. Si vos désirs s'accomplissent. Cela arriva de la sorte, afin que l'Écriture s'accomplit. Toutes les Prophéties s'accomplirent.

ACCOMPLI, IE. participe. Il a trente ans accomplis.

Il est aussi adjectif, et signifie, Qui est parfait dans son genre. C'est un homme accompli de tout point. Un Courtisan accompli. Une beauté accomplie. Un ouvrage accompli

ACCOMPLISSEMENT, s. m. Achèvement, exécution entière, L'accomplissement d'un des

sein,

d'un ouvrage. L'accomplissement d'une promesse, de sa parole, d'un vou, d'un serment. L'accomplissement de nos vœux, de nos désirs, de nos espérances, L'accomplissement des Prophéties. L'accomplissement d'un traité.

ACCON. ş. m. Terme de Marine. Bateau plat dont on se sert pour aller sur les vases. ACCOQUINANT, ACCOQUINER. Voyez ACOQUINANT, ACoquiner.

ACCORD. s. m. Convention, accommodement que l'on fait pour terminer un différent. Faire un accord, Passer un accord, Je me tiens 'à l'accord qui a été fait,

[ocr errors]

Il se dit aussi au pluriel, pour signifier, Les conventions préliminaires d'un mariage futur. On a signé les accords.

Il signifie aussi, Consentement, union d'esprit, conformité de volontés. Ils ont toujours vécu dans une grande liaison, dans un parfait

accord.

En ce sens, il s'emploie avec la particule De. Ainsi on dit, Mettre des gens d'accord. Ils sont d'accord. Ils en sont convenus d'un commun accord. Ils en sont tombés d'accord, J'en demeure d'accord.

Et par ellipse, on dit absolument, D'accord, pour dire, J'y consens, j'en conviens.

On dit d'un homme, qu'Il est de tous bons accords, pour dire, qu'll est d'une humeur aisée, et qu'il consent à tout ce que les autres veulent.

ACCORD, signifie aussi, Convenance, proportion, juste rapport de plusieurs choses ensemble. Il y a un merveilleux accord entre toutes les parties du monde, entre les parties du corps humain.

ACCORD, en Musique, signifie l'Union de deux ou de plusieurs sons entendus à la fois, et formant harmonie. Accord d'instrumens. Accord de voix. Bel accord. Accord parfait. Accords harmonieux. Accords consonnans. Accords dissonans. Il y a de beaux accords dans cette pièce de Luth. Frapper un accord. L'Octave et la Quinte sont de bons accords. Les accords dissonans font un bon effet, quand ils sont bien sauvés.

On dit, qu'Un instrument est d'accord, pour dire, que Les cordes en sont montées juste au ton où elles doivent être ; et que Des cordes ne tiennent pas l'accord, pour, qu'Elles ne demeurent pas au ton où on les a mises.

ACCORDABLE. adj. des 2 g. Qui peut s'accorder, qu'on peut accorder. Il se prend dans tous les sens du verbe Accorder. Cette grâce n'est pas accordable. Ces Plaideurs ne sont pas accordables.

ACCORDAILLES. s. f. pl. Les cérémonies qui se font pour signer les articles ou le contrat d'un mariage. Il se trouva peu de parens aux accordailles. Il est populaire.

ACCORDANT, ANTE. adj. Terme de Musique. Qui s'accorde bien. Ut et Sol sont des tons accordans entre eux. Ut et Si sont des tons discordans entre eux.

ACCORDER. v. a. Mettre d'accord. Remettre en bonne intelligence. Accorder les esprits. Accorder les cœurs. Ces deux hommes étoient en procès, en querelle, on vient de les accorder.

ACCORDER, se dit en parlant De Doctrine, d'Opinions, de Lois, et signifie, Concilier, ôter l'apparence de contrariété, de contradiction. Accorder les Écritures. Il n'est pas facile d'ac corder ces deux passages. Comment accorder toutes ces Lois?

ACCORDER, se dit en Grammaire, et signifie, Mettre les mots comme ils doivent être les uns

à l'égard des autres. Suivant les règles de la Grammaire, il faut accorder l'adjectif avec son substantif en genre et en nombre; et si les Langues ont des cas, les accorder aussi en cas.

On dit en Musique, Accorder sa voix avec un instrument, pour dire, Chanter de manièra que la voix et l'instrument fassent des accords agréables et réguliers. Elle accordoit parfaitement sa voix avec le Clavecin.

Accorder un Luth ou un autre instrument de Musique, C'est mettre les cordes juste au ton où elles doivent être entre elles. Ce Musicien a été long-temps à accorder son Luth.

Accorder des instrumens les uns avec les autres, C'est les mettre tous au ton où ils doivent être les uns à l'égard des autres. Accorder des Tuorbes et des Violes au ton du Clavecin.

On dit proverbialement, Accordez vos flútes, pour dire, Convenez de ce que vous voulez faire, convenez des moyens de faire réussir votre dessein.

ACCORDER, signifie aussi, Octroyer, concéder. Accorder un privilége, une grace, une faveur. Le Pape a accordé tant d'années d'Indulgence pour, etc. Je lui accorde tout ce qu'il demande.

Accorder une fille en mariage, C'est la promettre verbalement ou par écrit à celui qui la demande pour l'épouser.

ACCORDER, signifie aussi, Reconnoître pour vrai, demeurer d'accord d'une chose. Je vous accorde cette proposition. C'est une vérité de fait qu'il faut que vous m'accordiez.

s'ACCORDER, avec le pronom personnel. Être d'accord, d'intelligence, de concert. Ils s'accordent tous ensemble pour me tromper, pour. me perdre. Nous tacherons de nous accorder. Accordez-vous avec vous-même.

Il se dit aussi De la conformité des esprits et des humeurs. Ils sont de même humeur, ils s'accorderont toujours bien ensemble. Ces deux esprits n'auront pas de peine à s'accorder.

On dit, Ce que vous me dites aujourd'hui ne s'accorde pas avec ce que vous me dites hier, pour dire, N'y est pas conforme.

On dit proverbialement, que Des gens s'accordent comme chiens et chats, pour dire, qu'Ils ne sauroient s'accorder, vivre ensemble.

S'ACCORDER, se dit aussi généralement De toutes les choses qui ont entre elles de la convenance, de la ressemblance, du rapport en quelque manière que ce soit. Ces voix s'accordent parfaitement, Ces deux couleurs s'accor

dent bien.

ACCORDÉ, ÉE. participe,

ACCORDÉ, ACCORDÉE. s. Celui et celle qui sont réciproquement engagés pour le mariage par des articles signés de part et d'autre. Où est l'Accordé? Voici l'Accordée. Les Accordés seront mariés dans peu de jours.

ACCORDOIR. s. m. Espèce d'outil dont les Luthiers et les Facteurs se servent pour accor◄ der les instrumens de musique.

ACCORNÉ, ÉE. adj. Terme de Blason. Il se dit Des animaux qui ont des cornes, quand elles sont d'une autre couleur que l'animal.

ACCORT, ORTE. adj. Qui est adroit, souple, complaisant, qui s'accommode à l'humeur des autres. Cet homme est fort accort, d'une humeur accorte.

ACCORTISE. s. f. Humeur complaisante, accommodante. Il est du style familier.

ACCOSTABLE. adj. des 2 genres. Qui est facile à aborder. C'est un homme peu accostable. Il est devenu plus accostable. Il est familier. ACCOSTER. v. a. Aborder quelqu'un qu'on rencontre, pour lui parler. Il me vint accoster. Il m'accosta lorsque je n'y pensois pas. Il est familier.

S'ACCOSTER DE, avec le pronom personnel. Hanter, fréquenter quelqu'un, avoir habitude avec quelqu'un. Je ne sais de quelles gens vous vous accostez. Il s'accosta d'un mauvais garnement. Il est familier, et ne se dit guère qu'en mauvaise part.

Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. S'accoter sur une chaise, contre une chaise. S'accoter contre une muraille. Il est familier.

ACCOUCHEUSE. s. f. Celle dont la profession est d'accoucher les femmes. Habile accoucheuse. On dit plus communément Sagefemme.

ACCOUDER, s'ACCOUDER, avec le pronom personnel. S'appuyer du coude. S'accouder sur la table. Il étoit accoudé sur son che vet. S'accouder sur une balustrade. ACCOUDÉ, ÉE. participe.

ACCOUDOIR. s. m. Ce qui est fait pour s'y accouder. Avoir un accoudoir sous les bras. L'accoudoir d'un prie - Dieu. Avoir les bras sur un accoudoir.

ACCOUPLE. s. f. Lien avec lequel on attache les chiens ensemble.

ACCOSTÉ, ÉE. participe. ACCOUPLEMENT. s. m. Assemblage par ACCOTER. v. a. Appuyer de côté. Accoter couples. Il se dit principalement Des animaux. sa téte. Accouplement de boufs pour la charrue. On dit en Architecture, Accouplement de colonnes. Il se dit aussi De la conjonction du mâle et de la femelle pour la génération, et il ne se dit quère que Des animaux. Le mulet vient de l'accouplement d'un âne et d'une cavale. L'accouplement d'un chien et d'une chienne.

ACCOTÉ, ÉE. participe.

ACCOTOIR. s. m. Ce qui sert d'appui, ce qui est fait pour s'y accoter. Les accotoirs d'un carrosse, d'un fauteuil, d'un confessionna!.Cela vous servira d'accotoir. La différence d'Accoudoir à Accotoir, est que l'accotoir sert pour s'appuyer de côté, et l'accoudoir pour s'appuyer

en avant

ACCOUCHÉE. s. f. Femme qui est en couche, après avoir mis un enfant au monde. Aller voir une accouchée. Quand est-ce que l'accouchée relevera? On dit d'Une femme qui est fort parée dans son lit, qu'Elle est parée comme une accouchée.

On appelle proverbialement, Le caquet de l'accouchée, La conversation de bagatelles qui se fait ordinairement dans les visites qu'on fait aux femmes en couche.

ACCOUCHEMENT. s. m. Enfantement. Heureux accouchement. Accouchement difficile. Douloureux accouchement.

ACCOUCHER. v. n. Enfanter. Accoucher heureusement. Elle est accouchée en tel endroit. Elle est accouchée d'un enfant mâle, d'une fille, de deux jumeaux. Quand accoucherat-elle? Elle est accouchée. Quand elle fut accouchée. Accoucher à terme, avant terme. Accoucher d'un enfant mort. Pour marquer l'action, on peut employer l'auxiliaire Avoir. J'ai accouché avec douleur. Elle a accouché trèscourageusement.

ACCOUCHER, se dit figurément, en parlant De l'esprit et des productions de l'esprit. J'ai e bien de la peine à accoucher de cet ouvrage. Socrate disoit qu'il faisoit l'office de Sage-femme, qu'il faisoit accoucher les esprits.

ACCOUCHER, est aussi actif et signifie, Aider à une femme à accoucher. C'est cette Sagefemme qui a accouché une telle Dame. Elle accouche bien. Ce Chirurgien accouche mieux qu'aucune Sage-femme.

ACCOUCHÉ, ÉE. participe. ACCOUCHEUR. s. m. Celui dont la profession est d'accoucher les femmes. Bon accou cheur. Il est l'accoucheur de cette Dame.

ACCOUPLER. v. a, Joindre deux choses ensemble. Ces deux personnes sont mal accouplées. Ce seroit vouloir accoupler le loup et la brebis.

On dit, Accoupler des boeufs, pour, Les mettre ensemble sous le joug.

On dit aussi, Accoupler du linge, accoupler des serviettes qu'on veut mettre à la lessive, pour, En faire des paquets.

ACCOUPLER, en parlant De quelques animaux, signifie, Apparier ensemble le mâle et la femelle. Accoupler des pigeons, des tourterelles, des serins. Et quand ils se joignent pour la génération, on dit, qu'Ils s'accouplent, qu'ils sont accouplés.

[blocks in formation]

On dit aussi, Accourcir son chemin, pour dire, Prendre quelque route de traverse qui rende le chemin plus court. Si vous allez parlà vous accourcirez bien votre chemin. La chaussée qu'on a faite en tel endroit, accourcil le chemin d'une grande lieuc.

s'ACCOURCIR, avec le pronom personnel. Devenir plus court. Les jours commençoient alors à s'accourcir.

ACCOURCI, IE. participe.

ACCOURCISSEMENT. s. m. Il n'est guère en usage qu'en parlant d'Un chemin et des jours. Cette chaussée sert beaucoup à l'accourcis sement du chemin, L'accourcissement des jours.

ACCOURIR. v. n. Il se conjugue comme Courir, excepté qu'il reçoit également l'un ou l'autre des verbes auxiliaires. J'ai accouru, je suis accouru. Courir, venir promptement en un lieu où quelque chose nous attire, nous

[ocr errors]

appelle. Accourir en diligence, en grande hate. Accourir au besoin. Accourir en foule. Il est accouru au bruit. Je suis accouru pour la fête, etc. Dès qu'on sût que la bataille se donnoit en tel endroit, toute la Noblesse y accou rut. On y accourut de tous côtés. Accourir au secours de quelqu'un, à l'aide de quelqu'un. ACCOURU, UE. participe.

ACCOUTREMENT. s. m. Habillement. Il avoit ses beaux accoutremens. Il est vieux en ce sens. Il se prend plus ordinairement en mauvaise part. Accoutrement ridicule.

ACCOUTRER. v. a. Parer d'habits. En ce sens il est vieux, et il n'est guère d'usage qu'en style familier. Vous voilà bien accoutré. On l'a plaisamment accoutré.

On dit proverbialement qu'Un homme est bien accoutré, accoutré de toutes pièces, pour, dire, qu'Il a été fort maltraité.

ACCOUTRÉ, ÉE. participe. ACCOUTUMANCE. s. f. Habitude, coutume que l'on prend de faire ou de souffrir quelque chose. Mauvaise accoutumance.

ACCOUTUMER. v. a. Faire prendre une coutume, une habitude. Accoutumer quelqu'un à quelque chose. Je l'ai accoutumé à faire, etc. Il avoit peine à faire telle chose; mais on l'y a accoutumé. Il faut accoutumer de bonne heure les enfans au travail, à la fatigue. Accoutumer, un cheval à galoper sur le bon pied.

Quand il se joint avec le pronom personnel, il signifie, Contracter une habitude. Il faut bien vous accoutumer à cela. Je m'accoutume au froid, au chaud, etc. Il s'est accoutumé à la fatigue. On s'accoutume à tout.

Il signifie aussi, Avoir coutume; et alors il est neutre, et n'est guère d'usage qu'avec le verbe Avoir. Il a accoutumé d'aller, de faire, etc. Faites comme vous avez accoutumé. On l'eutploie cependant quelquefois avec le verbe Être. Je suis accoutumé à me lever de bonne heure, à me promener le matin.

Il se dit quelquefois Des choses inanimées. Ces terres, ces arbres avoient accoutumé de produire.

ACCOUTUMÉ, ÉE. participe. Accoutumé à la fatigue. A sa manière accoutumée. Rentrer

dans l'ordre accoutumé,

À l'accoutumée. Façon de parler adverbiale. À l'ordinaire, comme on a accoutumé. Il en a usé à l'accoutumée. Il est du style familier.

ACCRÉDITER. v. a. Mettre en crédit, en réputation. Sa bonne foi l'a accrédité parmi les Marchands. L'exactitude à payer, est ce qui accrédite le plus un Banquier. Sa bonne conduite l'a fort accrédité dans sa compagnie.

Il se dit aussi au figuré, De certaines choses, pour, Donner cours, autoriser, rendre plus raisemblable. Accréditer une nouvelle, un bruit, une calomnie,

ACCRÉDITÉ, ÉE. participe. On le dit Des hommes publics qui ont une mission autorisée d'une Puissance auprès d'une autre. Il est accrédité par sa Cour.

ACCROC. s. m. (On ne prononce pas la finale.) Déchirure que fait ce qui accroche, Il

y a un grand accroc, un vilain accroc à votre robe, à votre manteau. Qu'est-ce qui a fait cet accroc à votre habit?

Il se dit figurément et familièrement D'une difficulté, d'un embarras qui apporte du retardement dans une affaire. il est survenu un accroc qui retarde leur accommodement.

ACCROCHEMENT. s. m. Action d'accrocher. L'accrochement de deux voitures.

ACCROCHER. v. a. Attacher, suspendre quelque chose à un clou, à un crochet. Accrocher une gravure. Il demeura accroché par son habit.

On dit proverbialement, Belle fille et méchante robe, trouvent toujours qui les accrocke. On dit en termes de Marine, Accrocher un vaisseau, pour dire, Jeter des grappins et des crocs d'un vaisseau à un autre, pour venir à l'abordage. Il accrocha l'Amiral des ennemis. Les deux vaisseaux s'accrochèrent l'un l'autre.

ACCROCHER, signifie figurément Retarder, arrêter. On a accroché cette affaire. Cette négociation est accrochée. Ce procès est accroché depuis long-temps.

Il se dit aussi avec le pronom personnel, et signifié, S'attacher, s'arrêter à quelque chose que ce soit. Sa robe s'accrocha à des ronces. Quand on se noie, on s'accroche où l'on peut. Et l'on dit figurément, Quand on est mal dans ses affaires, On s'accroche à tout, on s'accroche 'à ce qu'on peut.

S'accrocher à un Prince, à un grand Seigneur, se dit familièrement De ceux que le mauvais etat de leurs affaires oblige de s'attacher à la fortune d'un Prince, d'un grand Seigneur. Il ne savoit où donner de la tête, il s'est accroché à ce grand Seigneur. Il ne sait où s'accrocher. En ce sens, il est familier.

ACCROCHÉ, ÉE. participe.

ACCROIRE. v. n. Il n'est d'usage qu'à l'infinitif avec le verbe Faire; et il signifie, Faire croire ce qui n'est pas. Vous voudriez nous faire accroire que, etc. Vous voudriez nous en faire accroire. Il n'est pas homme à qui l'on en puisse faire accroire.

On dit, qu'un homme s'en fait accroire, s'en veut faire accroire, pour, qu'Il présume trop de lui-même, qu'il croit pouvoir en imposer. Dépuis qu'il a cette place, il est devenu glorieux, il s'en fait accroire. Il a quelque mérite, mais il s'en fait trop accroire,

ACCROISSEMENT. s. m. Augmentation, agrandissement. Grand accroissement. Aceroissement notable, considérable, soudain. L'accroissement des rivières. L'accroissement du corps humain, d'une plante, etc. L'accroissement d'un Etat. Accroissement de biens, d'honneurs, de fortune, etc. L'accroissement de la Religion Chrétienne dans les Indes.

ACCROISSEMENT, signifie aussi, Le droit par lequel une chose accroît à quelqué personne ou à quelque fonds. Cela lui est venu par droit d'accroissement. Les terres que l'atterrissement ajoute à un rivage, à une tle, appartiennent au propriétaire par droit d'aecraissément, Un accroissement à la Tontine..

[ocr errors]

ACCROÎTRE. v. a. Augmenter, rendre plus grand, plus étendu. Accroître son bien, son revenu. Accroître un parc, un jardin, l'accrottre de beaucoup, de la moitié. Accroître sa puissance, sa gloire, sa réputation, son autorité.

ACCROÎTRE. v. n. Aller en augmentant, devenir plus grand. Son bien, son revenu accrbít tous les jours.

Il se dit aussi Des piquets qu'on enfoncé en terre au bout d'une plate-forme, pour retenir le canon quand it recule en tirant.

Il se dit aussi d'Une petite anse dans la mer. ACCULER. v. a. Pousser quelqu'un, et le réduire en un coin, en un endroit où il ne puisse plus reculer. Il le poursuivit l'épée à la main, et l'accula contre la muraille. Notre armée avoit acculé celle des ennemis.

Il se dit aussi en parlant Des sangliers, des loups, des renards, et autres bêtes. Les chiens avoient acoulé le sanglier, le loup, le renard. Le blaireau étoit aeculé dans son terrier.

On dit en termes de Droit, qu'Une chose accroît à quelqu'un, pour, qu'Elle revient à son profit par la mort ou par l'absence de quelqu'un, ou autrement. Entre Collégataires, la portion de l'un accroît à l'autre. Parmi les Avec le pronom personnel, il signifie, Se Chanoines, la part des absens accrolt aux pré-ranger, se retirer dans un coin, contre une muraille, pour se défendre, et pour n'être pas pris par-derrière. Se voyant poursuivi par quatre hommes, il s'accula contre la muraille, et se défendit long-temps.

sens.

On 'dit aussi, qu’Une portion de terre accroît à une autre par alluvion, par atterrisse

ment.

[blocks in formation]

tenir dans une posture, où la plante des piedsmule. Un grand accumulateur d'écus, de vi-
touchant à terre, le derrière touche presque aux
talons. S'accroupir auprès du feu.

ACCROUPI, IE. participe.

vres, etc.

ACCUMULATION. s. F. Amas de plusieurs choses ajoutées les unes aux autres. Accumu

ACCROUPISSEMENT. s. m. L'état d'une lation de biens, d'honneurs. personne accroupie.

ACCRUE. s. f. Terme de Coutume, qui se dit d'une terre sur laquelle un bois s'est étendu au-delà de la lisière.

ACCUEIL. 8. m. (On prononce Akeuil.) Réception que nous faisons à quelqu'un qui vient vers nous. Bon accueil. Mauvais accueil. Accueil froid. Hecueil civil, favorable, obligeant. Faire bon accueil. Faire mauvais accueil. Avoir l'accueil agréable.

Faire accueil, se prend toujours en bonne part, et signifie, Faire une réception eivile et honnête. Ce prince fait accueil à tous ceux qui vont chez lui.

ACCUEILLIR. ✨. a. (Il se prononcë Akeuillir, et se conjugue comme Cueillir.) Recevoir quelqu'un qui vient à nous. Il nous accueillit de la manière du monde la plus honnéte. Il nous accueillit fort froidement.

On le dit aussi quelquefois figurément Des choses. Il accueillit fort mal cette proposition.

11 se dit figurément De tous les accidens fàcheux qui arrivent à quelqu'un. La tempêté, le vent les accueillit. Ils furent accueillis de l'orage. La pauvreté, la misère, tous les malheurs du monde l'ont accueilli

ACCUEILLI, IE. participe.

ACCUL. 9. m. (l'Ĺ se prononce.) Lieu qui n'a point d'issue, où l'on est accalé. Ceux qui poursuivoient les criminels, les poussèrent dans un accul, où on les prit.

Il se dit particulièrement Du fond du terrier où les chiens acculent les renards et les blaireaux. Quand on voit que le renard est à l'accul, avant que de lacher les bassets, il faut savoir où sont les acculs.

[ocr errors]

On appelle Accumulation de droit, Une augmentation de droit sur quelque chose,

ACCUMULER. v. a. Amässer et mettre ensemble. Accumuler des biens, des trésors. Accumuler sou sur sou.

[ocr errors]

On dit figurément,"Accumuler crime sur crime, pour dire, Ajouter crime sur crime.

ACCUMULER, ést aussi v. pron. Et dans cette acception on dit, Des arrérages s'accumulent tous les jours, pour dite, Ils augmentent leus les jours.

ACCUMULÉ, ÉÉ. Participe.

ACCUSABLE. adj. des 2 genres. Qui peut être accusé.

ACCUSATEUR, TRICE. s. Celui ou cello qui accuse quelqu'un en Justice. Se rendre avcusateur. Elle s'est rendue accusatrice.

ACCUSATIF. s. m. Terme de Grammaire. Le quatrième cas en Grec et en Latin. Accusatif singulier. Accusatif pluriel. Ce verbe régit l'accusatif.

ACCUSATION. s. f. Action en Justice, par laquelle on accuse quelqu'un. Accusation capitale. Il y a plusieurs chefs d'accusation contre lui. Former une accusation, Susciter une accusation.

Il se dit aussi généralement De tout reproche, de toute imputation qu'on fait à quelqu'un de quelque défaut que ce soit. Vous l'accusez de paresse, de peu d'exactitude, c'est une accusation bien mal fondée. On l'accuse de beaucoup de désordres, mais ce sont des accusations calomnieuses.

ACCUSER. v. a. Rendre une plainte en Justice contre quelqu'un pour crime, déférer en Justice quelqu'un pour crime. Accuser un

homme de vol, d'assassinat. Il a été accusé d'avoir intelligence avec les ennemis. Le crime dont on l'accuse.

On dit d'un criminel qui a avoué son crime en Justice, qu'Il s'est accusé lui-même; et, Accuser un acte de faux, pour, Soutenir qu'un acte est faux.

ACCUSER, signifie aussi généralement, Imputer quelque fante, quelque défaut à quelqu'un, lui reprocher quelque faute, quelque defaut. Accuser quelqu'un de négligence. L'accuser à tort. On l'accuse d'avoir fait cette satire.

Il se dit aussi au sens de Servir de preuve, ou au moins d'indice contre quelqu'un. Ce fait vous accuse. Toutes les apparences accusent sa

mauvaise intention.

On dit, S'accuser en Confession, accuser ses péchés, pour, Déclarer ses péchés au Prêtre dans le Tribunal de la Confession. Il faut s'accuser de tous ses péchés. S'accuser d'avoir offensé Dieu.

On dit à certains jeux de Cartes, Accuser son jeu, pour, En déclarer ce que les règles veulent qu'on déclare. Accusez votre point. Accuses juste. Vous avez accusé faux.

On dit, Un homme accuse juste, accuse faut, pour, Il est exact dans un récit, ou il ne l'est pas.

acerbe. Ce fruit est d'une acerbité insupportable. Il est de peu d'usage.

ACÉRER. v. a. Mettre de l'acier avec du fer, afin de rendre celui-ci propre à couper.

ACÉRÉ, ÉE. participe. Il signifie en Médecine et en Pharmacie, Une saveur austère et astringente. Goût acéré.

Il est aussi adjectif, et n'est d'usage qu'en parlant Du fer, lorsqu'il est rendu tranchant et perçant par le moyen de l'acier. Lame acérée, Pointe acérée. Flèches acérées. Des traits bien acérés.

ACÉRIDE. s. m. Emplâtre fait sans cire. ACESCENCE. s. f. Terme de Médecine. Disposition à l'acidité.

ACESCENT, ENTE. adj. Qui approche de l'acidité. Les alimens Acescens sont ceux qui affectent le goût d'une manière un peu piquante.

ACÉTEUX, EUSE. adj. Qui tient du goût du vinaigre. Plante acéteuse.

ACH

ACHALANDER. v. a. Procurer des chalands. La bonne marchandise et le bon marché achalandent fort une boutique. Il est fort achalandé.

Il est aussi pronominal. Cette boutique comOn dit en style et en matière d'affaires, Ac-mence à s'achalander. Si vous voulez vous achacuser la réception d'une lettre, pour, Marquer, donner avis qu'on l'a reçue.

[blocks in formation]

ACENSER. v. a. Donner à cens un fonds de terre, une maison, à condition d'en payer un cons on une rente seigneuriale. Ce seigneur a acensé vingt arpens de terre, à raison de dix livres de rente.

ACESSE, ÉE. participe. ACEPHALE. adj. des 2 genres. Qui n'a point de vite. Insectes acéphales. Monstre acéphale. Statue acéphale.

Il signifie an figuré, Qui n'a point de chef. Concile acéphale, Secte acéphale.

On a encore donné ce nom à une secte d'anciens hérétiques.

lander, logez-vous dans un meilleur quartier. ACHALANDÉ, ÉE. participe.

ACHARNEMENT. s. m. Action d'un animal qui s'attache opiniâtrément à șa proie. L'acharnement d'un loup, d'un animal.

Il se dit aussi De la fureur opiniâtre avec la quelle des animaux, et même des hommes, se battent les uns contre les autres. L'acharnement de deux dogues l'un contre l'autre. Ces deux animaux se sont battus avec acharnement.

Il se dit aussi figurément De l'animosité opiniâtre qu'on a contre quelqu'un. L'acharnement de ces deux plaideurs est inconcevable.

ACHARNER. v. a. Exciter, animer, irriter. Je ne sais qui peut les avoir acharnés les uns contre les autres. Il est fort acharné contre moi. Ils sont acharnés au combat.

Il se dit aussi avec le pronom personnel, et signifie, S'attacher avec fureur, avec opiniatreté. Le lion s'acharne sur sa proie. Ces deux tigres s'acharnent l'un contre l'autre.

ACHARNÉ, ÉE. participe. Un combat acharné. Il signifie aussi, Attaché à quelque chose avec excès. Un homme acharné au jeu, aux procès.

ACHAT. s. m. Emplette, acquisition faite à prix d'argent. Un bon achat. Un mauvais achat. Faire achat de marchandises.

Il signifie aussi La chose achetée. Je veux vous faire voir mon achat.

ACHE. s. f. Herbe qui ressemble au persil. En certains jeux de la Grèce on donnoit une couronne d'ache au vainqueur.

ACERBE. adj. des 2 genres. Qui est d'un goût apre. Du vin d'un goût acerbe. Des fruits acerbes. ACHEMENS. s. m. pl. Terme de Blason. ACERBITÉ. s. f. Qualité de ce qui est Lambrequins découpés. Tome I.

ACHEMINEMENT. s. m. Ce qui est propre à faire parvenir à la fin qu'on se propose, disposition, préparation. C'est un grand acheminement à la paix. Pour acheminement au traité, on résolut, etc.

ACHEMINER. v. a. Il n'est en usage à l'ac tif, qu'en parlant d'Affaires, d'entreprises, et signifie, Mettre en état de pouvoir réussir. Cet événement peut acheminer la paix. Acheminer un cheval, Habituer un jeune cheval à marcher droit devant lui.

S'ACHEMINER. V. pron. Se mettre en chemin. Nous nous achemindmes vers un tel endroit.

On dit figurément, qu'Une affaire s'achemine, pour dire, qu'on l'a mise en bon train. ACHEMINÉ, ÉE. participe.

Il est aussi adjectif, et signifie, Dégourdi, presque dressé. Il se dit d'Un cheval.

ACHÉRON. s. m. Terme de Mythologie. Fleuve d'Enfer. Les Poëtes le prennent pour l'Enfer même, ou pour la Mort. L'avare Achéron.

ACHETER. v. a. J'achète, j'achetois. Acquérir quelque chose à prix d'argent. Acheter des étoffes, des provisions, des livres, une maison, une terre, une charge. Acheter argent comptant. Acheter à crédit. Acheter à bon marché. Acheter cher. Acheter à vil prix. Acheter au poids de l'or. Acheter au double. Acheter en gros. Acheter en détail.

On dit proverbialement, en parlant De vin et de quelque autre liqueur, Qui bon l'achète, bon le boit ; et ce proverbe s'applique à toutes les denrées qu'on achète.

On dit, Acheter des bans, pour dire, Obtenir dispense de faire publier des bans de mariage.

ACHETER, signifie figurément, Obtenir quel que chose avec beaucoup de peine et de diffi ́culté. J'ai bien couru pour obtenir cette grâce, on me l'a bien fait acheter. C'est une dignité qu'il a achetée au prix de son sang. C'est acheter cher un repentir, que de se ruiner pour satisfaire ses passions.

ACHETÉ, ÉE. participe.

ACHETEUR. s. m. Celui qui achète. Le vendeur et l'acheteur.

ACHÈVEMENT. s. m. Fin, exécution entière, accomplissement d'une chose. Il ne manque plus qu'un portail pour l'achèvement de cette église.

Il se dit au figuré, De la perfection dont un ouvrage est susceptible. La perfection est l'achèvement d'un ouvrage.

ACHEVER. v. a. Finir une chose commencée. Il a achevé son entreprise. Les batimens sont achevés. Il a fait achever sa galerie.

ACHEVER, se dit aussi en parlant Des personnes, et signifie, Porter le coup mortel à quelqu'un qui est déjà blessé. Ce passant a été blessé par des voleurs, il en est venu d'autres qui l'ont achevé.

On dit aussi, Le Peintre m'achevera aujour d'hui, pour dire, Achevera mon portrait.

On dit figurément et familièrement, Voilà de quoi m'achever, pour dire, Voilà de quoi consommer ma ruine, ma perte, mon malheur. 3

« PrécédentContinuer »