Images de page
PDF
ePub

gnifie, La falsification des Monnoies, par l'ex- | cès de l'alliage. L'altération de la monnoie est un crime capital.

ALTERATION, signifie aussi, Grande soif. Cela lui a causé une grande altération. Il a une altération continuelle. L'altération est une suite ordinaire de la fièvre.

ALTERCAS. s. m. Il signifie la même chose qu'Altercation, et il n'est guère d'usage que dans le style marotique ou badin.

ALTERCATION. s. f. Débat, contention, contestation entre deux ou plusieurs personnes. Il s'éleva une grande altercation entre eux.

ALTERER. v. a. Changer l'état d'une chose. En ce sens il n'est guère d'usage que dans le didactique. Tout ce qui altère les qualités des

corps.

ALTERER, dans l'usage ordinaire, signifie, Changer l'état d'une chose de bien en mal. Le Soleil altère les couleurs. Le grand chaud altère des liqueurs. La fièvre alière les humeurs, altère le sang. Cela lui a altéré le tempérament.

On dit figurément, Altérer l'amitié, pour, Causer du refroidissement dans l'amitié; Altérer les esprits, pour, Exciter de l'émotion dans les esprits, ce qui se dit toujours en mauvaise part; Altérer un discours, pour, Le rapporter autrement qu'il n'a été prononcé ou écrit ; et Altérer le sens des Ecritures, pour, Les détourner dans un sens différent de celui qui est reçu pour le véritable.

On dit aussi, Altérer les monnoies, pour dire, Les falsifier par un faux alliage.

ALTERER, signifie aussi, Causer de la soif. Cette sauce m'a fort altéré.

ALTERER, s'emploie avec le pronom personnel, et ne se dit qu'en parlant Des choses, soit physiques, soit morales, qui sont susceptibles de changement. Le vin s'altère à l'air. Les bonnes coutumes s'altèrent peu à peu.

ALTÉRÉ, ÉE. participe.

Il se dit quelquefois d'Une émotion visible. Il paroissoit fort altéré.

On dit proverbialement, Les Chantres sont toujours altérés, pour donner à entendre que les Musiciens aiment à boire.

On dit figurément d'Un homme cruel qui se plaît à répandre le sang, qu'Il est altéré de sang humain, que c'est un tigre altéré de sang.

ALTERNATIF, IVE. adj. Il se dit proprement De deux choses qui agissent continuellement l'une après l'autre. La systole et la diastole du cœur sont deux mouvemens alternatifs. Deux pièces d'une machine qui ont un mouvement alternatif.

En termes de Logique, on appelle Proposition alternative, Une proposition qui contient deux parties opposées. Il faut ou rendre la terre, ou la payer.

ALTERNATIF, se dit aussi De certains offices qui sont exercés successivement par deux personnes qui entrent en exercice tour à tour. Un office alternatif, une charge alternative. Il a Acheté les deux offices, l'ancien et l'alternatif. ALTERNATIVE. s. f. L'option entre deux propositions, entre deux choses. On lui a pro

posé ou de rendre la terre, ou de la payer; il est embarrassé sur l'alternative. Je vous offre l'alternative. On lui a donné l'alternative.

ALTERNATIVEMENT, adv. Tour à tour, et l'un après l'autre. Commander alternativement. ALTERNE. adj. des 2 genres. Terme de Géométrie. On appelle Angles alternes, Les angles qu'une ligne forme de deux différens côtés avec deux parallèles qu'elle coupe.

ALTERNE, en Botanique, se dit Des feuilles qui croissent des deux côtés de la tige et des branches, et qui partent de différens points. On les distingue des feuilles qu'on appelle Opposées, en ce que celles-ci partent des points correspondans de différens côtés. Les feuilles de l'érable sont opposées, celles de l'orme sont alternes.

ALTERNER. v. n. Faire une chose tour à tour entre deux personnes. Ces deux Officier alternent tous les ans, Exercent alternative ment d'année en année.

ALTERNÉ, ÉE. adj. Terme de Blason qu se dit Des pièces qui se correspondent.

ALTESSE. s. f. Titre d'honneur qui se donne à différens Princes en parlant et en écrivant. Altesse Royale. Altesse Sérénissime. Altesse Electorale. Traiter d'Altesse. Donner de l'Altesse. Donner l'Altesse.

ALTHEA. Plante qu'on appelle autrement Guimauve. Voyez GUIMAUVE.

ALTIER, ÈRE. adj. Superbe, qui a de la fierté, qui marque de la fierté. Mine altière. Façon altière. Esprit altier. Humeur altière, Caractère altier.

ALU

ALUDE. s. f. Basane colorée dont on couvre les livres.

ALUDEL. s. m. Terme de Chimie. Espèce de chapiteau qui n'a point de fond. On forme de plusieurs Aludels un canal qui est terminé par un chapiteau aveugle, c'est-à-dire, qui n'a point de bec. On s'en sert pour sublimer une substance.

ALUINE. Voyez ABSINTHE.
ALUMELLE. s. f. Lame de couteau. :

vieillit.

ALUMINEUX, EUSE. adj. Qui est d'alur, ou qui tient de la nature de l'alun. De l'eau alumineuse.

ALUN. s. m. Sel neutre, d'un goût austère et astringent. Alun de roche. Alun brûlé. Alun calciné. Poudre d'alun. Eau d'alun. Laver un livre dans de l'eau d'alun. On appelle Alun de plume, Une espèce de Talc qui est par petits filamens, et qui s'appelle autrement Pierre d'Amiante.

ALUNER. v. a. Tremper dans de l'eau d'alun, Aluner du papier. Aluner des étoffes pour les teindre.

ALUNÉ, ÉE. participe.

ALV

ALVEOLAIRE. adj. des 2 genres. Qui appartient aux Alvéoles. Le nerf alvéolaire. L'artère alvéolaire,

ALVÉOLE. s. m. On appelle ainsi chaque petite cellule où les abeilles déposent leurs œufs et leur miel. Chaque abeille a son petit alvéole.

Il se dit aussi Des trous où les dents sont placées. L'alvéole d'une dent.

AMA

AMABILITÉ. s. f. Caractère d'une personne

aimable.

AMADES. s. m. pl. Terme de Blason. Trois listes plates parallèles.

AMADIS. s. m. On appelle ainsi Des bouts de manche de veste qui se boutonnent sur le poignet. Des amadis brodés d'or. De beaux amadis. Ces amadis sont trop courts.

AMADOU. s. m. Mèche faite avec une espèce d'agaric, et qui s'embrase aisément, en faisant tomber dessus une étincelle de feu, au moyen d'un briquet et d'un caillou.

AMADOUER. v. a. Flatter, caresser, pour attirer à soi. Amadouer les enfans. Amadouer le peuple. Il l'amadoua par de belles paroles. Il est familier.

AMADOUÉ, ÉE. participe.

AMAIGRIR. v. a. Rendre maigre. Le jeûne amaigrit. L'usage fréquent de certains alimens dessèche et amaigrit. Le travail l'a amaigri.

Il est aussi neutre, et signifie, Devenir maigre. Il amaigrit tous les jours Les bœufs amaigrissent dans ces pâturages au lieu d'engraisser. Dans les deux sens, on dit mieux Maigrir. qu'amaigrir.

[blocks in formation]

AMALGAME. subst. m. Terme de Chimie. Union d'un métal ou d'un demi-métal avec le mercure ou le vif-argent.

AMALGAMER. v. a. Unir l'or, l'argent, l'étain, etc. avec le mercure. Faire un amalgame.

AMALGAMER, dans le sens figuré, signifie, Rapporter et unir des choses différentes. Amalgamer des idées nouvelles avec les anciennes. Ces deux caractères auront de la peine à s'amalgamer.

AMALGAMÉ, ÉE. participe.

AMANDE. s. f. Fruit de l'Amandier, de saveur douce, ou amère, selon la nature de l'arbre, de matière compacte, couvert d'une petite pellicule, et enfermé dans une coque dure, entourée d'une écale verte. Amande douce. Amande amère. La coque d'une amande. Huile d'amande douce. Du lait d'amande. Pâte d'amande. Un gâteau d'amandes. Biscuit d'a

mandes amères.

On appelle Amandes lissées, Des dragées faites d'amandes couvertes de sucre; et Amandes à la praline, Des amandes cuites dans du sucre brûlant.

AMANDE, se dit aussi Du dedans de tous les fruits noyau. Casser un noyau pour avoir l'amande. Les amandes d'abricots sont amères

AMANDÉ. s. m. Sorte de boisson faite avec da lait et des amandes broyées et passées. Prendre un amandé.

AMANDIER. subst. m. Arbre qui porte les amandes. Les amandiers fleurissent de bonne heure. Les amandiers sont sujets à geler. Greffer des fruits à noyau sur un amandier.

AMANT, ANTE. s. Celui ou celle qui a de lamour pour une personne d'un autre sexe. Amant fidèle. Amante infortunée. Une femme qui a beaucoup d'amans. Les Poëtes sont les amans des Muses; ils appellent l'Aurore, l'aminte de Céphale. Amant de la liberté.

AMANS, se dit aussi au pluriel, De deux personnes de différens sexes qui s'aiment. Le mariage entre ces deux amans est résolu.

AMARANTE. s. f. Fleur d'Automne, qui est ordinairement d'un rouge de pourpre velouté; il y en a quelques-unes qui fleurissent en forme de panache, et d'autres en forme de grappe. L'amarante est le symbole de l'immortalité. De la graine d'amarante.

AMARANTE, est aussi adjectif des 2 genres, et il se dit Des étoffes de couleur d'amarante. Un velours amarante. Un satin amarante. Un drap amarante. De la soie amarante.

AMARINER. v. a. Terme de Marine. C'est envoyer des gens pour remplacer l'équipage dun vaisseau pris.

AMARINÉ, ÉE. participe.

AMARRAGE. s. m. ( Amârage.) Terme de Marine. C'est l'ancrage du vaisseau, ou l'attache de ses agrès avec des cordages.

AMARRE. s. f. (Amâre.) Terme de Marine. Cordage servant à attacher un vaisseau, eta attacher aussi diverses choses dans un vaissau. Les amarres d'un vaisseau. Retenir le canon avec les amarres. Lier une table avec une amarre. On dit, qu'Un vaisseau a toutes ses amarres dehors, pour dire, qu'Il a jeté

toutes ses ancres.

AMARRER. v. a. Terme de Marine. Lier, attacher avec une amarre. Amarrer un vaisseau aux anneaux du port. Amarrer le canon dans un vaisseau, de peur qu'il ne roule.

AMARRÉ, ÉE. participe.

AMAS. s. masc. Assemblage de plusieurs choses, soit d'une même nature, soit d'une nature differente. Amas de pierres. Amas d'argent. Avant que de commencer à bâtir, il faut faire amas des matériaux nécessaires. Faire de grands amas de blé. Faire amas de toutes sortes de provisions. Il se fait un grand amas d'humeurs dans un corps mal disposé. Ce livre n'est qu'un amas de citations.

Il se dit aussi De l'assemblage, du concours de plusieurs personnes. Voyant un si grand amas de peuple. Un amas de toutes sortes de gens.

AMASSER. v. a. Faire amas, faire un amas, mettre ensemble. Amasser des matériaux. Amasser de l'argent. Amasser de grands biens. Amas

ser sou sur sou.

Quand Amasser est employé sans régime, on sous-entend toujours, de l'argent. Et c'est dans cette acception qu'on dit, qu'Un homme ne fait qu'amasser. Tome I.

AMASSER, se dit aussi pour, Assembler beaucoup de personnes. Il amassa aussitôt ce qu'il put trouver d'amis. Amasser des troupes de tous côtés.

On dit figurément, Amasser des preuves pour une affaire, amasser des matériaux pour un ouvrage, pour, Rassembler, recueillir des preuves, des matériaux.

AMASSER, se met aussi avec le pronom personnel. Le peuple s'amassa autour de lui. Il s'est amassé beaucoup de sable qui endommage le port. Les maladies viennent par les mauvaises humeurs qui s'amassent.

AMASSER, signifie aussi, Relever de terre c2 qui est tombé. Amasser ses gants. Amasser u papier. Dans cette signification il vieillit, et on dit généralement Ramasser.

AMASSÉ, ÉE. participe.

AMATEUR. s. m. Celui qui a beaucoup d'attachement, de goût pour quelque chose. Amateur de la vertu, de la gloire. Amateur de louanges. Amateur de la nouveauté.

Il se dit aussi De celui qui aime les BeauxArts sans les exercer. Amateur de la peinture, de la sculpture, de la musique. Il ne sait pas peindre, mais il est amateur.

Quelques Écrivains ont dit au féminin, Amatrice. Ce mot est encore nouveau.

AMBASSADE, dans le discours familier, se dit De certains messages entre particuliers. Ainsi on dit, Faire une ambassade, s'acquitter d'une ambassade auprès de quelqu'un, se charger d'une ambassade. Je ne me charge point d'une pareille ambassade.

AMBASSADEUR. s. m. Celui qui est envoyé en Ambassade par un Prince ou par un État souverain, à un autre Prince ou État souverain, avec caractère de représentation. Ambassadeur ordinaire. Ambassadeur extraordinaire. L'Ambassadeur de France à Rome. L'Ambassadeur d'Espagne en France. Nommer un Ambassadeur. Envoyer un Ambassadeur à un Prince. L'Introducteur des Ambassadeurs.

On le dit aussi figurément et familièrement De toutes les personnes que l'on emploie à faire quelque message. Vous ne pouviez employer un plus habile Ambassadeur.

AMBASSADRICE. subst. f. La femme d'un Ambassadeur. Il s'est dit aussi autrefois d'Une Dame qui avoit été envoyée en Ambassade avec le titre d'Ambassadrice.

AMBASSADRICE, se dit aussi familièrement au figuré. Vous m'avez envoyé une jolie Ambassadrice.

AMBE. s. m. Combinaison de deux numéro pris ensemble à la loterie, et sortis ensemble de la roue de fortune. Avoir un ambe. Gagner un ambe. Il est sorti un ambe.

Il se dit aussi au jeu de Loto De deux nu

AMATIR. v. a. Terme d'Orfévre. Rendre mat l'or ou l'argent, en leur ôtant le poli. AMATI, IE. participe. AMAUROSE. s. f. Terme de Médecine. Voy. méro gagnant ensemble sur la même ligne GOUTTE SEREINE. horizontale.

[blocks in formation]

AMBAGES. s. f. pl. Circuit et embarras de paroles. De longues ambages. Il ne parle jamais que par ambages. Il est de peu d'usage, et ne s'emploie qu'au pluriel.

AMBASSADE. s. f. L'emploi, la fonction d'un homme envoyé par un Prince ou par un État souverain, à un autre Prince ou État sou verain, avec caractère de représentation. Ambassade honorable. Envoyer un habile homme en Ambassade. On l'envoya en Ambassade à Rome. Il alla en Ambassade à Constantinople. L'Ambassade de Rome.

On dit, Envoyer quelqu'un en Ambassade, pour dire, En qualité d'Ambassadeur.

On dit aussi, Envoyer une Ambassade, recevoir une Ambassade, pour, Envoyer des Ambassadeurs, recevoir des Ambassadeurs.

On dit, qu'Une Ambassade est magnifique, pour, Que la suite de l'Ambassadeur est nombreuse et magnifique. Et l'on dit De quelqu'un employé dans la maison de l'Ambassadeur, qu'Il appartient à l'Ambassade, qu'il est attaché à l'Ambassade.

AMBESAS. s. m. Coup au jeu du Trictrac, lorsqu'on amène deux as. Amener ambesas. On dit plus communément Beset.

AMBIANT, ANTE. adj. Terme de Physique. Qui entoure, qui enveloppe. Un fluide ambiant. L'air ambiant.

AMBIDEXTRE. adj. des 2 genres. Qui se sert également des deux mains. Un homme ambidextre. Une femme ambidextre.

AMBIGU, UË. adj. Qui peut être pris en deux sens, qui présente deux sens, comme un corps terminé d'une manière douteuse présenteroit deux angles, deux pointes. Réponse ambiguë. Paroles ambiguës. Parler en termes ambigus. Des signes ambigus. Des preuves ambiguës. Les Oracles étoient souvent ambigus.

AMBIGU. s. m. Sorte de repas où l'on sert en même temps la viande et le fruit, et qui tient de la collation et du souper. On servit un ambigu magnifique.

AMBIGU, se dit aussi figur. pour Un mélange de choses opposées. Caractère ambigu. Cette femme est un ambigu de prude et de coquette.

AMBIGUÏTÉ. s. f. (U et I font deux syllabes.) Défaut d'un discours équivoque et susceptible de divers sens. Parlez net et sans ambiguité. Il y a toujours de l'ambiguité dans tout ce qu'il dit.

AMBIGUMENT. adv. D'une manière ambiguë, équivoque. Il parle, il répond toujours ambigument.

AMBITIEUSEMENT. adv. Avec ambition. Rechercher ambitieusement les honneurs.

7

AMBITIEUX, EUSE. adj. Qui a de l'ambition. Un homme ambitieux. Une femme ambitieuse.

On dit Ambitieux, De tout ce qui renferme ou exprime l'ambition. Esprit, caractère ambitieux. Prétentions, manières ambitieuses. Style ambitieux.

On appelle Ornemens ambitieux dans un 'discours, Des ornemens trop recherchés, trop affectés.

AMBITIEUX, est aussi substantif, et signifie Celui qui a de l'ambition. L'ambitieux sacrifie tout à sa passion. Les ambitieux se permettent tout pour parvenir à leurs fins.

Ambitieux, ne se prend jamais dans un sens d'éloge.

AMBITION, s. f. Désir immodéré d'honneur, de gloire, 'd'élévation, de distinction. Grande ambition. Ambition déréglée. Ambition démesurée. Ambition sans bornes. Ambition insatiable. Avoir de l'ambition.

AMBITION, se prend aussi en bonne part; mais alors il faut en détourner le sens par une épithète, ou par quelque chose d'équivalent. Noble ambition. Ambition louable, honnéte. Une sainte ambition. Ce Prince n'a d'autre ambition que de rendre ses peuples heureux. Toute

mon ambition est d'avoir l'honneur de vous servir. L'ambition des Saints est de gagner beaucoup d'âmes à Dieu.

AMBITIONNER. v. a. (Ambitioner.) Re chercher avec ardeur, avec empressement. Ambitionner les honneurs, les dignités, les premières places. Il se dit par exagération dans les formules de civilité. Ce que j'ambitionne le plus, c'est l'honneur de vous servir, c'est de vous pouvoir rendre quelque service.

AMBITIONNÉ, ÉE. participe.

AMBLE. s. m. Sorte d'allure d'un cheval, entre le pas et le trot. Grand amble. Amble doux. Amble rude. Un cheval qui va l'amble. Mettre un cheval à l'amble. Une haquenée franche d'amble, qui se met d'elle-même à l'amble.

AMBLER. v. n. Aller l'amble. Une haquenée qui amble bien. Il vieillit.

AMBON. s. m. Voyez JUBÉ.

AMBRE. s. m. Substance résineuse. Ambre jaune, ambre gris. Un collier d'ambre. Un chapelet d'ambre. Des bracelets d'ambre. De l'huile d'ambre. De l'ambre fort net. L'ambre jaune attire la paille. Pièce d'ambre, morceau d'ambre gris. Sentir l'ambre, le musc et l'ambre. Essence d'ambre. L'ambre gris est odoriferant.

On dit proverbialement et figurément d'Un homme très pénétrant, très-délié. Il est fin comme l'ambre.

[ocr errors][merged small]

AMBROSIE, et plus communément AMBROISIE. s. f. C'est, selon la Fable, la nourriture ordinaire des Dieux. Les anciens disoient que les Dieux se nourrissoient d'ambroisie.

Les Botanistes ont donné à une plante maritime le nom d'Ambroisie, à cause de son odeur vineuse.

AMBULANT, ANTE. adj. qui vient du vieux verbe Ambuler. Il ne se dit guère que d'un Commis qui est obligé par son emploi d'aller de côté et d'autre, Commis ambulant; et dans ce sens on le fait quelquefois substantif, Un ambulant.

On appelle Hôpital ambulant, L'hôpital qui suit l'armée.

On dit d'Un homme qui est toujours par voie et par chemin, que C'est un homme fort ambulant, que c'est un homme qui mène une vie fort ambulante.

AMBULATOIRE. adj. des 2 genres. Il se dit d'Une Juridiction qui n'est pas fixe en un même lieu, mais qui se tient tantôt en un endroit, tantôt en un autre. Le Grand-Conseil est ambulatoire. Le Parlement étoit autrefois ambula

toire.

On dit proverbialement, La volonté de l'homme est ambulatoire, pour dire, qu'Elle est sujette à changer.

AME

ÂME. s. f. Ce qui est le principe de la vie dans tous les êtres vivans. On appelle Ame végétative, L'âme qui fait croître les plantes; Ame sensitive, Celle qui fait croître, mouvoir et sentir les animaux; et Ẩme raisonnable, Celle qui est le principe de la vie, de la pensée et des mouvemens volontaires dans l'homme. Les Philosophes anciens ont appelé l'Âme du monde, Un esprit universel, qu'ils supposoient répandu dans toutes les parties de l'Univers.

ÂME, se dit principalement De l'âme raisonnable, de l'âme de l'homme. L'âme est indivisible, spirituelle, immortelle. Les facultés de l'âme. Les puissances de l'âme. Les fonc tions, les opérations de l'âme. Les passions de l'âme. Il faut aimer Dieu de toute son âme.

En parlant De l'âme par rapport à ses bonnes ou mauvaises qualités, on dit: Ame belle, noble, grande, généreuse, élevée, royale, héroïque. Une ame bien née. Ame foible. Ame basse. Ame lache, intéressée. Âme de boue. Âme vẻnale. Âme mercenaire. Âme noire. me étroite, Incapable de desseins généreux, de projets

vastes.

En parlant De l'âme par rapport à la Religion, on dit : Une ame régénérée par le Baptéme. Une ame rachetée par le sang de JÉSUSCHRIST. Áme sanctifiée, illuminée par la grâce.

C'est une sainte áme, une bonne ame. Les âmes dévotes, les âmes chrétiennes. Nous avons une áme à sauver.

En parlant Des âmes séparées du corps, on dit, Les úmes des trépassés. Dieu veuille avoir son áme. Priez Dieu pour son âme, pour le repos de son âme. Son âme est devant Dicu. Les

ames qui sont en purgatoire. Les âmes bienheureuses. Les úmes damnées.

On dit d'un homme entièrement dévoué à un autre, et qui le sert indistinctement dans toutes sortes de choses, quelque injustes ou quelque odieuses qu'elles soient, que C'est son áme damnée. Il est familier.

ÂME, se dit aussi pour Conscience. Il sait bien en son âme que.... Il a l'âme bourrelée. On dit absolument, qu'Un homme n'a point d'âme, pour, qu'Il n'a ni cœur, ni sentiment. AME, se dit aussi pour signifier Une personne, soit homme, femme, ou enfant. Il n'y a ame vivante dans cette maison. Vous n'y trouverez pas une ame. Il y a cent mille ames dans cette ville.

On dit, qu'Une personne a l'âme sur les lèvres, pour dire, qu'Elle est près d'expirer.

On dit figurément, qu'Une chose est l'âme d'une autre, pour, que C'est sur quoi elle est principalement fondée, que c'est ce qui la maintient, qui la fait principalement subsister ou agir. La raison est l'âme de la Loi. La bonne foi est l'âme du commerce.

On dit, Donner de l'âme à un ouvrage, pour dire, Exprimer vivement les choses qu'on y représente, y mettre beaucoup de feu, de vivacité; et cela se dit, soit en parlant des Orateurs et des Poëtes, soit en parlant des Peintres, des Sculpteurs et des Musiciens.

On dit, en parlant De la Sculpture, qu'Elle donne de l'âme au marbre, pour dire, qu'Elle anime, qu'elle fait vivre en quelque sorte le marbre.

On dit, qu'Il y a de l'âme, qu'il n'y a point d'âme dans le chant de quelqu'un, dans sa déclamation, pour dire, qu'll chante, qu'il déclame d'une manière froide et languissante.

On dit proverbialement et figurément, d'Une Compagnie, d'une Armée sans chef, ou dont le chef n'est pas capable de l'être, que C'est un corps sans âme.

En parlant de Devise, on appelle Âme, Les paroles qui servent à expliquer la figure représentée dans le corps de la Devise. La Devise avoit pour corps un Lion, et pour ame ces paroles, etc.

On appelle populairement, l'Ame d'un fagot, Le menu bois, les menues branches qui sont au milieu d'un fagot. Allumer le feu avec l'âme d'un fagot.

On appelle l'Ame du canon, le creux où l'on met la poudre et le boulet.

En parlant Des instrumens de Musique, on appelle Ame, Un petit morceau de bois droit qu'on met dans le corps de l'instrument sous le chevalet, pour soutenir la table.

On appelle Ame, dans les figures de stuc, La première forme qu'on leur donne en les ébauchant, avant que de les couvrir de stuc pour les finir. On donne aussi le nom d'Ẩme, aux figures de plâtre ou de terre, qui servent à celles qu'on jette en bronze ou autre métal.

AMÉ, ÉE. adj. Aimé. Vieux mot qui n'est plus d'usage qu'en style de Chancellerie, dans les Lettres, et dans les Ordonnances du Roi.

Nos amés et féaux les Gens tenant notre Cour de Parlement. Notre très-cher et très-amé frère. Notre amé et féal, etc.

AMÉLIORATION. subst. f. Progrès vers le bien; meilleur état. Ce bien est délabré, mais avec du temps il est susceptible d'amélioration. Il y a une grande amélioration dans l'état de ce malade. D'insensibles améliorations.

Il se dit De ce qu'on fait dans un fonds de terre ou dans une maison, pour les mettre en meilleur état, et pour en augmenter le revenu. On est obligé de payer les améliorations à un possesseur de bonne foi, que l'on dépossède. Il a fait une amélioration considérable dans sa terre.

AMÉLIORATION, en termes de Chimie, est Une opération par laquelle un métal est porté à une plus grande perfection.

AMÉLIORER. verb. act. Rendre une chose meilleure. Il a recouvré des titres qui ont amélioré son droit.

Il se dit principalement en parlant Des ré parations qu'on fait à un bâtiment, des augmentations qui se font à un héritage. Il a fort amélioré cette métairie, en faisant rétablir les bâtimens qui tomboient en ruine, et en faisant fumer les terres.

AMÉLIORÉ, ÉE. participe.

AMEN. (On prononce l'N.) Terme emprunté de la Langue Hebraique, qui signifie, Ainsi soit-il. Il s'emploie pour dire que l'On consent à une chose. Il dit amen à toutes les propositions qu'on lui fait. Il est familier.

On s'en sert aussi pour signifier La fin d'un discours, d'une proposition. Attendez jusqu'à Amen.

AMENDABLE. adj. des 2 genres. Qui est sujet à l'amende.

AMENDE. s. f. Peine pécuniaire imposée par la Justice, pour satisfaction et réparation de quelque faute. Amende ordinaire. Amende arbitraire. L'amende d'un fol appel. Payer l'amende. Etre condamné à l'amende, à de grosses amendes. Vous serez mis à l'amende. Receveur des amendes. En matière criminelle, toute amende est infamante.

On dit proverbialement, d'Un homme qui est condamné, tandis qu'il devoit être dédommagé, C'est la Coutume de Lorris, les battus payent l'amende; et tout simplement, Les battus payent l'amende,

AMESDE HONORABLE, sorte de peine infamante ordonnée par Justice, et qui consiste à reconnoitre publiquement son crime, et à en demander pardon. Faire amende honorable, la torche au poing et la corde au cou.

AMENDEMENT. s. m. Changement en mieux. Il a toujours la fièvre bien fort, il n'y a point d'amendement. Il n'y a point d'amendement à sa santé. Depuis qu'il s'est retiré des mauvaises compagnies, on remarque dans sa conduite un grand amendement.

AMENDEMENT, se dit aussi De l'engrais des terres. Une terre maigre qui a besoin d'amendement.

Il signifie aussi, Rendre meilleur, corriger. Il n'y a que Dieu qui le puisse amender. Un Juge, entérinant des lettres de pardon pour un coupable, lui dit : La Loi te condamne, le Roi | te pardonne, que Dieu t'amende.

AMENDER, s'emploie aussi avec le pronom personnel. Il faut espérer qu'il s'amendera. On dit proverbialement en ce sens, Mal vit qui ne s'amende, pour, C'est faire un mauvais usage de la vie que de ne se point corriger.

On dit, Amender des terres, pour, Les amé liorer. Amender des terres avec de la marne avec du fumier.

On dit proverbialement et figurément, Cela n'amendera pas votre marché, pour, Cela ne fera pas que vous en soyez quitte à meilleur compte, cela ne rendra pas votre condition meilleure.

AMENDER, v. n. signifie, Devenir en meilleur état. Ce malade n'a point amendé depuis la saignée.

Il signifie aussi, Baisser de prix, devenir à meilleur marché. Le blé est bien amendé. Cela a fait amender le vin.

On dit proverbialement, Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome. AMENDÉ, ÉE. participe.

[ocr errors]

AMENER. v. a. Mener, faire venir au lieu où l'on est. Il m'a amené ici. Si vous venez nous voir, amenez votre fière. Il a amené du | secours, des troupes. Amenez-le moi pieds et poings liés. Je vous l'amenerai par le collet, par la main, par le poing. Il a amené des chevaux d'Angleterre. Amenez-moi mon cheval, mon carrosse. Ces Boulangers nous amènent du pain. Ces charretiers nous amènent du vin, du bois, etc. Amener des marchandises par charroi, par bateau, par mulets.

On dit familièrement, Quel sujet, quel bon vent, quelle bonne affaire vous amène? pour, Quel sujet vous fait venir ici? Et par indignation, on dit d'une personne qui déplaît, Qui m'a amené cet homme, cet imposteur, ce hábleur? AMENER, signifie aussi, Tirer à soi. Les For çats amènent les rames à eux.

On dit, Amener les vaisseaux à bord, pour, Les faire venir à bord; et en termes de Marine, Amener les voiles, pour dire, Les abaisser. Eu termes de Marine aussi, lorsqu'un vaisseau de guerre rencontre un vaisseau inférieur, on lu crie, Amène, pour lui commander d'approcher, ou de baisser le pavillon. Le vaisseau fut oblig

d'amener.

On dit figurément, Je l'ai amené où je voulois, pour, Je l'ai fait condescendre à ce que je désirois de lui.

En matière d'Ouvrages de prose et de vers, et surtout dans les Pièces dramatiques, on dit, qu'Un Auteur a bien amené un incident, une reconnoissance, etc. pour dire, qu'il l'a fait venir à propos, qu'il l'a préparé avec art. Et en matière de contestation juridique, ou de dispute, on dit, qu'Une preuve est amenée de bien loin, pour dire, qu'Elle est bien recher

AMENDER, verbe act. Terme de Palais qui chée, qu'elle n'est guère naturelle. signifie, Condamner à l'amende.

AMENER, signifie encore figurément, Intro

|

duire, mettre en usage. Ce sont les jeunes gens, les femmes qui amènent les modes des habits. C'est lui qui a amené ce jeu. C'est un tel Médecin qui a amené l'usage d'un tel remède.

AMENER, se dit aussi Des choses qui se suc cèdent ordinairement. Ce vent nous amenera la pluie. Un malheur en amène un autre.

On dit au jeu, Amener rafle, amener gros jeu, amener chance, lorsqu'en jetant les dés, il vient rafle, gros jeu, chance. AMENÉ, ÉE. participe.

AMENÉ, est aussi quelquefois substantif. Et on a dit en ce sens en termes de Jurisprudence, Un amené sans scandale, pour, Un ordre d'amener un homme devant le Juge, sans bruit, sans lui faire affront.

AMÉNITÉ. s. f. Agrément, ce qui fait qu'une chose est agréable. Il se dit particulièrement d'Un lieu, d'une situation agréable, d'un air doux et agréablement tempéré. L'aménité d'un lieu. L'aménité de l'air.

On l'emploie aussi figurément. Il a de l'amé nité. Il n'a nulle aménité dans le caractère. Un style plein d'aménité.

AMENUISER. v. a. Rendre plus menu, rendre moins épais. Amenuiser un baton, une cheville, un ais.

AMENUISÉ, ÉE. participe.

AMER, ERE. adj. (I'R final se prononce.) Qui a une saveur rude et ordinairement désagréable, telle que celle de l'absinthe ou de l'aloès. Etre amer, devenir amer, amer comme suie, comme de la suie. Des herbes amères. Un suc amer. Cela est d'un goût amer.

On dit, Avoir la bouche amère, pour dire, Sentir un goût amer à la bouche; et qu'Une chose rend la bouche amère, pour dire, qu'Elle y laisse un goût amer. Et on dit proverbialement, Ce qui est amer à la bouche, est doux au

cœur.

AMER, se dit figurément De diverses choses, pour en spécifier la qualité. Ainsi on dit, Une douleur amère, pour, Une douleur vive et profonde; Des larmes amères, pour, Des larmes qui partent d'une très-grande douleur ; Des plaintes amères, des reproches amers, une réprimande amère, une raillerie amère, pour, Des plaintes aigres, des reproches durs, une forte réprimande, une raillerie piquante.

On dit de même, Une perte amère, un contre-temps amer; et, On lui rend la vie amère, pour dire, On lui fait essuyer des humiliations, des contradictions fâcheuses.

On dit aussi figurément Amer, pour Doùloureux. Il est bien amer à un père de voir ses enfans ne pas répondre à ses soins. Il est bien amer à un homme d'être chassé de sa maison.

AMER, s'emploie quelquefois au substantif. L'amer et le doux sont deux qualités con

traires.

On dit dans ce même sens, Prendre des amers, pour, Prendre des bouillons faits d'herbes amères.

Il se dit aussi substantivement Du fiel de quelques animaux, et principalement des poissons. Crever l'amer d'une carpe, d'un brochet,

AMEREMENT. adv. Il ne se dit qu'au figuré, ¡ et signifie, Douloureusement. Se plaindre amėrement. Pleurer amèrement.

AMERTUME. s. f. La qualité, la saveur de ce qui est amer. L'amertume de l'alois et de la coloquinte.

Il signifie figurément, Affliction, déplaisir, peine d'esprit. Avoir le cœur plein d'amertume. Je vous en parle dans l'amertume de mon cœur Cela servit à adoucir l'amertume de sa douleur. Les douceurs et les amertumes de la vie. Les plaisirs du monde sont toujours mélés d'amer

tume.

AMÉTHYSTE. s. f. Pierre précieuse, de couleur violette, tirant sur le pourpre, Tailler une améthyste. Une améthyste bien mise en

œuvre.

AMEUBLEMENT. s. m. La quantité et l'assortiment des meubles nécessaires pour garnir une chambre, un cabinet, etc. Il a acheté un bel ameublement. Un ameublement de velours. Un ameublement de damas,

AMEUBLIR. v. a. Terme de Pratique et de Coutume. Rendre meuble, rendre de nature mobiliaire. Elle a apporté trois cent mille livres en dot, et on en a ameubli cent mille livres. 1. en a été ameubli tant.

AMEUBLIR, se dit aussi Des terres qu'on rend plus meubles, plus légères. Cette terre est trop compacte, il faut l'ameublir.

AMEUBLI, IE. participe.

AMEUBLISSEMENT. s. m. Action d'ameublir, et ce qui est ameubli. Le père mariant sa jille, n'a consenti qu'à l'ameublissement de cinquante mille livres. L'ameublissement montoit à tant.

AMEUTER. v. a. Mettre des chiens en état de bien chasser ensemble. Il faut du temps pour ameuter des chiens qui n'ont pas accoutumé de chasser ensemble.

Il signifie figurément Attrouper, et animer plusieurs personnes pour les faire agir de concert. Il ameuta les Marchands du quartier. Quand il eut ameuté tous ses amis pour faire passer cette délibération.

AMEUTÉ, ÉE. participe. Des chiens qui ne sont pas encore ameutés. Des gens ameutés.

AMI

AMI, IE. s. Celui ou celle avec qui on est lié d'une affection réciproque. Ami fidèle. Ami constant. Ami sincère. Ami solide. Ami cordial. Ami súr. Ami éprouvé. Ami généreux. Ami intime. Vrai ami. Véritable ami. Ami chaud. C'est son bon ami, son meilleur ami. C'est l'ami du cœur. Il est son ami depuis long-temps, de tout temps. Il a été son ami 'dans tous les temps. Être ami dans la bonne et dans la mauvaise fortune. Etre ami à toute épreuve. Etre ami jusqu'à la mort. Avoir des amis. Se faire des amis. Acquérir des amis. Entretenir, ménager, cultiver, conserver ses amis. Négliger, oublier ses amis. Se brouiller avec ses amis. Perdre ses amis. Servir ses amis. Employer ses amis. Traiter en ami. Parler en

ami. Agir en ami. Cela n'est pas d'un ami, d'un bon ami. Cela est d'un mauvais ami, d'un faux ami. Il ne faut point de cérémonie entre amis. Tout est commun entre amis. Cela vaut tant entre deux amis. Deux femmes qui sont bonnes amies. Elle est fort son amie. C'est une de ses amies, une de ses bonnes amies. Il étoit autrefois de mes amis. Je serai toujours son ami, quoiqu'il ne soit pas le mien.

On dit, Ami jusqu'aux autels, pour, Ami à tout faire, excepté ce qui est contraire à la Religion; et Ami jusqu'à la bourse, pour, Ami å rendre toutes sortes de services, excepté d'aider de son argent.

On dit proverbialement Ami à pendre et à dépendre, pour dire, Absolument devoué. Il est du style le plus familier.

On dit, Ami de table, ami de bouteille, ami de débauche, pour, Un ami avec qui on n'a d'autre liaison que celle qui est fondée sur le plaisir de la table, de la débauche. Et on appelle Ami de Cour, Un homme qui n'a que de fausses apparences d'amitié; Ami de la faveur, Ami de la fortune, Un homme qui ne rend des soins, qui ne s'attache qu'à ceux qui sont en faveur, en fortune. Et on dit, qu'Un homme | est ami de la vérité, de la raison, de la justice, pour dire, qu'Il aime la vérité, la raison, la justice.

AMI, est quelquefois un terme de familiarité, dont on se sert en parlant à des personnes fort inférieures. Travaillez, mes amis, vous serez bien payés. Tiens, mon ami, mon bon ami, voilà pour ta peine. Viens-çà, l'ami, feras-tu bien un message pour moi?

C'est aussi quelquefois un terme de hauteur et de mépris. Mon petit ami, je veux que vous sachiez que...

On dit proverbialement : Les bons comptes font les bons amis. Ami au prêter, et ennemi au rendre.

AMI, se dit aussi Des animaux, pour marquer l'affection qu'ils ont pour les hommes. Il y a des animaux qui sont amis de l'homme. Le chien est ami de l'homme.

Il se dit aussi De certaines choses qui paroissent avoir quelque sympathie les unes avec les autres. L'ormeau est ami de la vigne.

Il se dit pareillement De certaines liqueurs, Ce certaines odeurs qui confortent, qui réjouissent. Le vin est ami du cœur. Il y a des senteurs qui sont amies du cerveau.

AMIE, subst. fém. s'est dit autrefois pour signifier Une Maîtresse, une personne avec qui on est en commerce de galanterie. Cette signification s'est encore conservée dans les Généalogies, où en parlant de bâtardise, on dit, Un tel eut d'une telle son amie; et dans quelques phrases proverbiales, comme, Jamais honteux n'eut belle amie, pour dire, qu'En amour il faut être entreprenant. Et l'on dit, d'après l'ancienne Chevalerie, Nous verrons qui aura belle amie, pour dire, Nous verrons à qui la fortune sera favorable,

On dit, M'amie, par abrégé de Mon amie; et c'est un terme dont quelques maris se ser

|

vent en parlant à leurs femmes, et dont on se sert aussi en parlant à des femmes d'une condition fort inférieure.

Mie, se dit aussi par abrégé d'Amie, et c'est un terme dont on se sert populairement avec les enfans, quand on leur parle de leur Gouvernante. Aimez-vous bien votre Mie?

AMI, est aussi adjectif, et alors il signifie, Propice, favorable, et n'est guère d'usage qu'en Poésie. Les destins amis. La fortune

amie.

AMIABLE. adj. des 2 genres. Doux, gracieux. Accueil amiable. Paroles amiables. On appelle Amiable Compositeur, Celui qui accommode un different par les voies de la douceur.

À L'AMIABLE. Façon de parler adverbiale. Par la voie de la douceur, sans procès. Nous en conviendrons à l'amiable. Traiter les choses à l'amiable. Vider un différent à l'amiable.

On appelle Vente à l'amiable, Celle où les prix sont marqués sur chaque effet.

AMIABLEMENT. adverbe. D'une manière amiable. Il lui a parlé fort amiablement.

AMIANTE. s. m. Matière minérale dont on fait de la toile incombustible. Les Anciens trúloient les corps dans de la toile d'Amiante.

AMICAL, ALE. adj. Qui part de l'amitié, Conseil amical. Exhortations amicales. Il n'est point d'usage au pluriel masculin.

cale.

AMICALEMENT, adv. D'une manière ami

AMICT. s. m. (Le C ne se prononce point.) Sorte de linge béuit, que le Prêtre met sur sa tête, ou sur ses épaules, quand il s'habille pour dire la Messe. C'est par l'amict que le Prêtre commence à s'habiller pour dire la Messe.

AMIDON. s. m. Certaine pâte qui est faite de fleur de froment sèche, et qu'on délaie pour en faire de l'empois. Une livre d'amidon. L'amidon le plus fin est la poudre à poudrer.

AMIDONNIER, ou AMIDONIER. s. mase. Faiseur et Marchand d'amidon.

AMIGDALE. s. f. Voyez AMYGDALE.

A-MI-LA. Terme de Musique, par lequel on désigne la note la. Le ton d'a-mi-la. Cet air, est en a-mi-la. Prendre l'a-mi-la de l'Opéra, d'un concert, etc.

AMINCIR. v. a. Rendre plus mince. Amincir une pièce de bois.

AMINCI, IE. participe.

AMIRAL. s. m. Grand Officier qui commande en chef à tous les vaisseaux de hautbord, à tous les navires de guerre. Amirul de France. La Charge d'Amiral de France est une des grandes Charges de la Couronne. Amiral de Hollande, de Zélande. Amiral d'Angleterre.

Il se dit aussi De l'Officier qui commande une Armée navale, une Escadre, une Flotte, quoiqu'il n'ait point la Charge d'Amiral. Ce Capitaine étoit Amiral de cette Flotte.

On appelle aussi Amiral, Le principal vaisseau d'une Flotte. Il a servi toute la campagne sur l'Amiral.

AMIRAUTÉ. s. f. Etat et Office d'Amira

« PrécédentContinuer »