Histoire de la littérature française à l'étranger depuis le commencement du 17. siècle: Dix-septième siècle, Volume 2

Couverture
Cherbuliez, 1853 - 4 pages
 

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 219 - C'est de lui que nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux, Et par les traits divers de figures tracées, Donner de la couleur et du corps aux pensées".
Page 268 - Je puis dire de moi une chose assez extraordinaire et assez vraie ; c'est que je n'ai presque jamais senti .en moi-même ce combat intérieur de la passion et de la raison ; la passion ne s'opposoit point à ce que j'avois résolu de faire par devoir;, et la raison consentoit volontiers à ce que j'avois envie de faire par un sentiment de plaisir.
Page 239 - Corneille setfait admirer par l'expression d'une grandeur d'âme héroïque, par la force des passions, par la sublimité du discours ; Racine trouve son mérite en des sentiments plus naturels, en des pensées plus nettes, dans une diction plus pure et plus facile. Le premier enlève l'âme, l'autre gagne l'esprit : celui-ci ne donne •rien à censurer au lecteur ; celui-là ne laisse pas le spectateur en état d'examiner.
Page 361 - EN ce temps-là il n'en allait pas en France comme à présent : Louis XIII régnait encore, et le cardinal de Richelieu gouvernait le royaume. De grands hommes commandaient de petites armées, et ces armées faisaient de grandes choses.
Page 245 - Le plus grand plaisir qui reste aux vieilles gens, c'est de vivre ; et rien ne les assure si bien de leur vie que leur amour. Je pense , donc je suis , sur quoi roule la philosophie de M. Descartes , est une conclusion pour eux bien froide et bien languissante : j'aime , donc je suis...
Page 262 - ... toutes choses. Les maux qui lui viennent, sont des biens que Dieu lui envoie : les biens qui lui manquent, sont des maux dont la Providence l'a garanti. Tout lui est bienfait, tout lui est grâce, en ce monde; et, quand il en faut sortir, par la nécessité de la condition mortelle, il envisage la fin de sa vie, comme le passage à une plus heureuse, qui dure toujours. Tel est le bonheur du vrai chrétien , tandis que l'incertitude fait une condition malheureuse à tous les autres. En effet,...
Page 122 - Seigneur soutient; ces climats que tu peuples de fugitifs, mais de fugitifs que la charité anime, ces murs qui renferment mille martyrs que tu as faits, mais que la foi rend triomphants, retentiront encore de bénédictions en ta faveur. Dieu veuille faire tomber...
Page 82 - MADAME cependant a passé du matin au soir, ainsi que l'herbe des champs. Le matin elle fleurissait ; avec quelles grâces, vous le savez : le soir, nous la vîmes séchée...
Page 200 - Jupiter aurait renoncé à sa sagesse , il m'aurait bannie, moi qui suis sa fille. Vous voyez que mon père n'a point fait Sextus méchant ; il l'était de toute éternité, il l'était toujours librement ; il n'a fait que lui accorder l'existence, que sa sagesse ne pouvait...
Page 299 - Et n'avons-nous pas sujet de présumer qu'il est l'ouvrage de quelque puissance au-dessus des choses humaines ? " Et en vérité, mes compagnons, qu'est-ce qu'il ya sur la terre qui soit digne de la protection du ciel, si ce que nous faisons ne l'est pas...

Informations bibliographiques