Images de page
PDF
ePub

dont on dit que Bacchus fe fervit, pour attacher le pont aux deux rives du fleuve.

ZEUGMINUM, nom, que Nicétas Choniaté dit qu'on donnoit autrefois à la forteresfe, que de fon tems on appelloit Sirmium. Voyez SIRMIUM & SCORDISCI.

ZEVIOT ou TEVIOT: les Anglois nomment ainfi cette chaîne de montagnes, qui fert de borne entre l'Angleterre & l'Ecosfe. *Del. de la Gr. Br.

p. 1112.

[ocr errors]

ZEUXIMA: les historiens du Japon font mention d'un roi de Zeuxima; & la relation Hollandoife, qui nous donne la description de la Corée, & dont nous avons parlé, à l'article de cette péninfule, nous apprend que les Japonnois de Zeuxima trafiquent en Corée; cependant ce royaume n'eft marqué dans aucune carte du Japon; mais bien un royaume ou province d'Idzumo, la plus occidentale de la partie du Nord de la grande isle Nipon, & vis-à-vis de la Corée; ce qui peut faire juger qu'Idzumo & Zeuxima font la même province. Ces changemens & ces variations de nom, font asfez ordinaires au Japon.

ZEY, petit torrent d'Allemagne, dans l'archevêché de Mayence, anciennement Ciana. Il pasfe par la ville de Mayence, & va fe perdre dans le Rhin.

ZEYBO, ville de l'Amérique feptentrionale, dans l'isle Hispaniola, autrement Saint Domingue, fur la côte méridionale, entre Salvaleon & Coluy, environ à vingt lieues de la ville de S. Domingo, vers l'Eft, & vers l'isle de Saona.

ZEZARO ZEZERO OU ZEZERE. Voyez ZE

ZERE.

ZEZERE, riviere de Portugal, anciennement Ozecarus. Elle prend fa fource dans la province de Beira, au Midi, & près de Guarda, d'où elle entre dans l'Estremadoure, & y arrofe Pedragan; après quoi, elle va fe perdre dans le Tage, près de Punhere. Elle s'y jette avec une telle roideur, qu'elle coupe l'eau de ce fleuve, jusqu'au bord oppofé, & conferve fes eaux, fans mélange, environ l'espace de mille pas; ce qu'on reconnoît à fa couleur de verd obfcur, au lieu que l'eau du Tage eft blanchâtre. Les principales rivieres, que reçoit le Zezere, font: le Nabaon ou Naban, & la Pera. * Del. de Portugal, p.722, 737, 738 & 740.

ZEZIL, IZLY, ou, felon quelques-uns, GIGLUA. Voyez IZLI.

[blocks in formation]

1. ZIA, Isle de l'Archipel, fituée, par fon bout feptentrional, à quatre lieues, à l'Ouest quart au Nord-oueft, de l'isle de Jura, qu'on nomme autrement Trava, à cinq lieues, au Midi, de l'isle d'Eubée, connue aujourd'hui fous le nom de Négrepont, dont elle fut féparée, par un coup de mer, fuivant le témoignage de Pline, à fix lieues, au Sud-Oueft, quart à l'Ouest, du cap Nord-Ouest de l'isle d'Andros, & à trois petites lieues d'Allemagne, ou à cinq milles d'Italie, à l'Orient, & au Sud-Eft quart à l'Eft, de l'isle de Macronifi, autrement Ifola Longa. Strabon la place tout près de l'isle d'Hélene ou de Macronifi; mais Pline l'en éloigne de cinq mil les. Elle s'étend en longueur du Sud-Oueft au NordEft, & peut avoir trente milles d'Italie de circuit. Elle est beaucoup plus petite que celle de Macronifi. La côte occidentale s'étend à peu-près vers le Septentrion, depuis fon extrémité méridionale, jusqu'au port, ou jusqu'à ce qu'on ait l'isle de George d'Arbore, à quatre lieues Oueft-Sud-Oueft; mais enfuite, le rivage fe recourbe, du côté de l'Orient, & s'étend Nord-Eft quart au Nord. On compte trentefix milles de Thermie à Zia, quoiqu'il n'y en ait pas douze de cap-en-cap.* Dapper, Descr. de l'Archipel, P. 264.

L'isle de Zia, eft celle que les anciens Grecs appelloient Ceos, & par abréviation, Côs, & qui fut nommée, par les Latins, Cea ou Cia, felon Pline.

On lui donne encore aujourd'hui le nom de Cea ou
Zea; & il y en a même qui l'appellent Cios & Cia-
nos. Les Grecs l'avoient nommée auparavant Hy-
drusfa, c'est-à-dire,
abondante en eau, à cause
qu'elle en est bien
qu'elle en eft bien pourvue. Pline remarque, après
Aristote, que le nom d'Hydrusfa n'étoit pas particu-
lier à cette isle, puisque l'isle de Tenos avoit été
ainfi appellée, & pour la même raifon. Dans la fuite,
on la nomma Ceos ou Cea, de Céus, fils du géant
Titan.

Aristée, fils d'Apollon & de Cyrène, affligé de la mort de fon fils Actéon, quitta la ville de Thèbes, à la perfuafion de fa mere, & fe retira dans l'isle de Ceos, alors inhabitée. Diodore de Sicile, 1.4, dit qu'il fe retira dans l'isle de Cos; mais il y a apparence que ce nom étoit commun à la patrie d'Hippocrate, & à l'isle de Keos ou Ceos, & Cea: car Etienne le géographe a employé le nom de Kos, pour Keos; fi ce n'eft une faute de copiste, ausfi-bien que dans Diodore de Sicile. Quoi qu'il en foir, l'isle de Ceos devint fi peuplée, qu'il fut ordonné que ceux qui pasferoient foixante ans, boiroient de la ciguë, pour fe faire mourir, afin que les autres trouvâsfent de quoi fubfister dans le pays. Cependant ce pays étoit cultivé avec le dernier foin, comme il paroît, par les murailles qu'on avoit bâties, jusqu'à l'extrêmité des montagnes, pour en foutenir les terres. A la vérité, on ne faifoit pas grand cas de la vie, dans cette isle. Strabon rapporte que les Athéniens leverent le fiége d'Ioulis; parce qu'ils apprirent qu'on avoit réfolu de faire mourir les enfans d'un certain âge. * Tournefort, Voyage du Levant, t. 1, p. 126. Servius in Virgil. Geogr. 1, Strab. l. 10.

Cette isle devoit être incomparablement plus grande, fi Pline, ( l. 2, c. 92, & l. 4, c. 12 ) a été bien informé des changemens qui lui font arrivés. Autrefois, fuivant cet auteur, elle tenoit à l'isle d'Eubée: la Mer en fit deux isles, & emporta la plus grande partie des terres, qui regardoient la Bootie. Tout cela s'accommode asfez avec la figure de Zia, qui s'allonge du Nord au Sud, & fe rétrecit de l'Eft à l'Ouest. Peut-être que ce fut l'effet du débordement du Pont-Euxin, dont a parlé Diodore de Sicile.

De quatre fameufes villes, qu'il y avoit dans Ceos, il ne reste que Carthée, fur les ruines de laquelle eft bâti le bourg de Zia; c'eft de quoi l'on ne fanroit douter, en lifant Strabon & Pline. Ce dernier asfüre que Paeesfe & Caresfus furent abîmées; & Strabon écrit que les habitans de Poeesfe pasferent à Carthée, & ceux de Caresfus à Ioulis. Or, la fituation d'Ioulis eft fi bien connue, qu'on n'en peut douter. Il ne reste donc plus que Carthée, remplie encore d'une infinité de marbres casfés, ou employés dans les maifons du bourg de Zia. Voyez l'article fuivant.

En prenant la route du Sud-Sud-Eft du bourg de Zia, on arrive aux restes fuperbes de l'ancienne ville d'Ioulis, connue, par les gens du pays, fous le nom de Polis, comme qui diroit la ville. Ces ruines occupent une montagne, au pied de laquelle les vagues fe viennent brifer; mais, du tems de Strabon, éloignée de la Mer d'environ trois milles. Caresfus lui fervoit de port. Aujourd'hui, il n'y a que deux méchantes cales, & les ruines de l'ancienne citadelle font fur la pointe du cap. Dans un lieu plus enfoncé, on distingue le temple, par fes débris. La plûpart des colomnes ont le fuft, moitié lisfe, moitié cannelé, du diamêtre de deux pieds moins deux pouces, à cannelures de trois pouces de large. On descend à la Marine, par un bel escalier, taillé dans le marbre, pour aller voir, fur le bord de la cale, une figure fans bras & fans tête. La draperie en eft bien étendue; la cuisfe & la jambe font bien articulées. On croit que c'eft la ftatue de la déesfe Nemefis; car elle eft dans l'atitude d'une perfonne qui pourfuit quelqu'un. Les restes de la ville font fur la colline, & s'étendent jusques dans la vallée où coule la fontaine loulis, belle fource, d'où la place avoit pris fon nom. On ne fauroit guéres voir de plus gros quartiers de marbre, que ceux qu'on avoit employés à bâtir les murailles de

cette ville. Il y en a de plus de douze pieds de longs. Dans les ruines de la ville, parmi les champs, femés d'orge, on trouve, dans une chapelle Grecque, le reste d'une inscription, fur un marbre casfé, où on lit encore: Load, accufatif d'ous; le mot de régans s'y trouve deux fois. On alloit de cette ville à Carthée, , par le plus beau chemin qu'il y eut peut-être dans la Gréce, & qui fubfiste encore l'espace de plus de trois milles, traverfant les collines à mi-côte, foutenu par une muraille couverte de grands quartiers de pierre plate grifâtre, qui fe fend ausfi facilement que l'ardoife, & dont on couvre les maifons & les chapelles dans la plupart des isles. Ioulis, comme dit Strabon, l. 10, fut la patrie de Simonide, poëte lyrique, & de Bacylide, fon coufin. Erafistrate, fameux médecin, & Ariston, le Péripatéticien, nâquirent ausfi dans cette isle. Les marbres d'Oxford nous apprennent que Simonide, fils de Leoprepis, inventa une espèce de mémoire artificielle, dont il montroit les principes à Athènes, & qu'il descendoit d'un autre Simonide, grand poete, ausfi fort estimé dans la même ville, & dont il eft parlé dans l'époque 50. Un de ces Simonides inventa ces vers lugubres, que l'on chantoit aux enterre

mens.

Après la défaite de Casfius & de Brutus, MarcAntoine donna, aux Athéniens, Cea, Egine, Tenos, & quelques autres isles voifines. Il eft hors de doute que Cea fut foumife aux empereurs Romains, & pasfa dans le domaine des Grecs. Je ne fais en quelle année elle fut annexée au duché de Naxi; mais Pierre Juftiniani & Dominique Michel s'en emparerent, fous Henri II, empereur Latin de Constantinople. Le pere Sauger, Histoire des Ducs de P'Archipel, a remarqué que pendant les guerres des Vénitiens & des Génois, Nicolas Carceiro, neuviéme duc de l'Archipel, s'étant déclaré pour les premiers, Zia, qui étoit de fa dépendance, fut asfiégée par Philippe Doria, gouverneur de Scio. La garnifon, qui n'étoit que de cent hommes, fe rendit à discrétion dans la citadelle du bourg, Du Cange, Histoire de Constantinople, 1.3, qui rapporte cette expédition, à l'an 1553, a cru que l'isle de Zia appartenoit aux Génois; mais il vaut mieux s'en tenir au pere Sauger, qui a examiné, fur les lieux, les archives de Naxie. Zia fut enfuite rendue aux ducs de l'Archipel, qui la conferverent jusqu'à la décadence de leur état. Jacques Crispole, le dernier duc, la donna en dot à fa fœur Thadée, femme de JeanFrançois de Sommerive, huitiéme & dernier feigneur d'Andros, dépouillé par Barberousfe, fous Solyman II. * Du Cange, Hift. de Constantinople,

1.2.

L'isle de Zia eft asfez bien cultivée à préfent, & fes champs font fertiles. On y nourrit de bons troupeaux; mais on y recueille peu de froment, beaucoup d'orge, asfez de vin, plus de foie qu'à Thermie, & beaucoup de Velani; c'eft ainfi qu'on appelle le fruit d'une des plus belles espéces de chêne, qui foit au monde; les Grecs nomment cet arbre, Veladina. Il y a ausfi, dans cette isle, ausfi-bien que dans celle de Thermie, le long des chemins, une belle espéce de bouillon blanc, à feuilles ondées, cotonneufes & blanches, bien différent de celui qui vient en Provence & en Languedoc. On trouve encore dans cette isle, du plomb, femblable à celui de Siphanto, & principalement au-delà du monastere de Sainte-Marine. On voit, dans ce quartier-là, de la craye, asfez femblable à celle de Briançon. D'ailleurs, Zia manque d'huile & de bois. Le gibier y abonde, furtout, les perdrix & les pigeons; mais fouvent les habitans n'ont ni poudre ni plomb, pour les tuer.

Il n'y a que cinq ou fix familles du Rit Latin, dans Zia. Leur églife eit pauvre, & desfervie par un vicaire, à qui l'évêque de Tine ne donne que quinze écus par an, encore faut-il qu'il les aille chercher à Tine: car on ne connoît pas les lettres de change dans ce pays. L'évêque Grec eft asfez riche, & toute l'isle eft pleine de papas & de chapelles. On compte cinq monasteres de ce Rit: S. Pantaléon, Sainte

Anne, la Madona d'Episcopi, Daphni & SainteMarine, où l'on fait voir, comme une merveille du pays, une ancienne tour carrée, bâtie de gros quartiers de pierre ordinaire, coupés obliquement fur les côtés, pour ne pas trop les racourcir, en les équarrisfant, & taillés à face de diamans. L'air les a fort endommagés; mais, à parler franchement piéce n'eft pas fort digne d'admiration. Au-desfous de Sainte-Marine, en allant à la Mer, coule un petit ruisfeau; ce pourroit bien être l'Elixus, qui pasfoit à Caresfus.

cette

Les bourgeois de Zia s'attroupent ordinairement, pour filer de la foie, & s'asfeyent fur les bords de leurs terrasses, afin de laisfer tomber le fuseau jusqu'au bas de la rue, qu'ils retirent enfuite, roulant le fil. De Tournefort & fa compagnie trouverent l'évêque Grec en cette posture, qui demanda quels gens ils étoient, & leur fit dire que leurs occupations étoient bien frivoles, s'ils ne cherchoient que des plantes & de vieux marbres; mais il eut, pour réponfe, que l'on feroit plus édifié de lui voir, à la main, les œuvres de faint Chryfostôme ou de faint Bafile, que le fufcau.

Les capots de poil de chévre, que l'on travaille dans cette isle, font fort commodes: l'eau ne les perce pas facilement. Cette étoffe n'eft d'abord qu'une espéce de toile fort lâche; mais elle s'épaisfit & devient fort ferrée, en fortant de chez les ouvriers, qui la foulent avec les pieds, fur le fable de la Mer encore mouillé; après qu'elle eft bien amollie & fouple, on l'étend au foleil, avec des contrepoids de pierre, de peur qu'elle ne fe ride trop promptement: ces fils fe rapprochent peu-à-peu, & fe ferrent les uns contre les autres, de maniere que toute l'étoffe fe rétrecit également.

Pline & Selin, fon compilateur, asfûrent que les étoffes de foie furent inventées dans cette isle; mais, il eft aifé de montrer que ce fut dans celle de Cos, la patrie du fameux Hippocrate. Le même Pline, Z. 16, c. 27, a remarqué que l'on cultivoit, dans Zia, les figuiers avec beaucoup de foin; ce que l'on fait encore aujourd'hui.

Le pain d'orge & les figues féches font la principale nourriture des pay fans & des moines de l'Archipel; mais il s'en faut bien que fes figues foient ausfi bonnes que celles que l'on fêche en Provence, en Italie & en Espagne. La chaleur du four leur fait perdre toute leur délicatesfe & leur bon goût.

Avant notre départ de Zia, ajoute de Tournefort, nous montâmes fur la tour du monastere de S. Pantaléon, où nous fimes la ftation géographique fuivante:

Macronifi & le Cap-Colonne restent à l'Ouest-
Nord-Ouest.

Guidaronifi & Porto - Leone d'Athènes, à
l'Ouest.

Saint George d'Albora & Hydra, à l'Ouest-
Sud-Ouest.

Engia ou Egina, entre l'Oueft & l'Ouest-Sud-
Ŏueft.

Thermie, entre le Sud & le Sud-Sud-Eft.
Serpho & Siphanto, au Sud.

Milo, entre le Sud & le Sud-Sud-Ouest.
Syra, à l'Eft-Sud-Est.
Andros, au Nord-Eft.
Caristo, au Nord-Nord-Est.
Joura, à l'EД.

Tine, entre l'Eft & l'Eft-Sud-Eft.
Le Cap Skilli, à l'Ouest.
Négrepont, au Nord.

Le Port Raphti, au Nord-Ouest.

On compte de Zia au Port-Colonne, dix-huit milles; au cap d'Oro, quarante milles; & du cap d'Oro, au Cap-Colonne, foixante milles.

Le Port de Zia a fon entrée entre l'Oueft-NordOueft, & le Nord-Ouest. Il eft bon pour les plus gros vaisseaux & pour les plus grandes flottes. Le bon mouillage eft à droite, & la fontaine, pour faire aiguade, n'en est pas loin. A gauche, eft la rade, ap

1

pellée le Cul de Bauf, propre feulement pour les petits bâtimens. Il y a, fur le rivage, quatre chapelles, fituées en différens endroits. C'eft où l'on couche ordinairement.

2. ZIA, bourg de Gréce, dans l'isle de même nom. Ce bourg, bâti fur les ruines de l'ancienne Carthée, eft ausfi fur une hauteur, à trois milles du port de l'isle de Zia, au fond d'une vallée défagréable. C'est une espéce de théâtre de deux mille cinq cens maisons, bâties par étages & en terrasses, c'està-dire, que leur couvert eft tout plat, comme pår tout le Levant; mais assez fort, pour fervir de rue: cela n'eft pas furprenant, dans un pays où il n'y a ni charettes ni carrosfes, & l'on ne marche qu'en escarpins. Sur la gauche, eft une citadelle abandonnée, où foixante Turcs fe défendirent glorieufement, contre l'armée Vénitienne, avec deux fufils feulement, restes des armes à feu, échappées du naufrage, qu'ils venoient de faire. Ils ne fe fûsfent même pas rendus, fi l'eau ne leur avoit pas manquée. Parmi des marbres, confervés chez des bourgeois, le nom de Gymnafiarque fe trouve dans deux inscriptions fort maltraitées; & l'on y voit un bas-relief, en demi-bosfe, où la figure d'une femme eft repréfentée, avec une belle draperie. La ville de Carthée s'étendoit dans la vallée, qui vient à la Marine. Ony voit encore plufieurs marbres, fur-tout une inscription de quarante & une lignes, transportée dans la chapelle de faint Pierre. Le commencement de cette inscription manque ; & la plus grande partie des lettres eft fi effacée, qu'on n'y peut déchiffrer que le nom de Gymnafiarque.

ZIAMETS & TIMARS. On entend, par ces deux mots, de certains fonds de terre, dont les Turcs ont dépouillé le clergé, la noblesfe & les particuliers des pays, qu'ils ont conquis fur les Chrétiens. Ces fortes de terres ayant été confisquées au profit du Grand-Seigneur il les a destinées à la fubfistance d'un cavalier de la milice, appellé Zaim ou Timariot. Le Ziamet ne différe du Timar, que parce qu'il eft d'un plus grand revenu: il n'y a point de Ziamet, qui vaille moins de vingt mille aspres de rente; ce qui eft au-desfous, n'a que le titre de Timar. Besquier dans fes remarques fur l'état préfent de l'empire Ottoman, dit: Żaim, fignifie, en Arabe, un Répondant, qui s'engage pour un ou pour plufieurs autres: un Seigneur, un Commandant, qui conduit un certain nombre d'hommes, dont il eft le maître. Il dérive Timar du Grec, T, qui fignifie honneur; parce que ces récompenfes fe donnoient, rour honorer la vertu des foldats. Les Grecs appelloient ces marques d'honneur, Taría, en Grec corrompu, & appelloient ceux qui en étoient honorés, Τιμαρίστοι ou Tiμapúτai. * La Guilletiére, Athénes, anc. & mod, p. 361.

[ocr errors]
[ocr errors]

Les Zaims & les Timariots font comme les barons, en certains pays, & peuvent être comparés à ces officiers, que les Romains appelloient Decumani. Le Zaim n'a de revenu, que depuis vingt mille âpres, jusqu'à quatre-vingt dix-neuf mille neuf cent dix-neuf, un âpre de plus, feroit le revenu d'un Beglerbeg.

Il y a deux fortes de Timariots; les premiers font appellés Teskerelu, & reçoivent les provifions de leurs terres, de la cour du Grand-Seigneur. Ce nom leur a été donné, parce que Teskereh fignifie un mémoire, un billet; & comme la fyllabe lu, s'ajoute, par les Turcs, aux noms fubftantifs, pour en former des adjectifs; ainfi, Teskerelu, ou Teskereh-lu ou Teskereh-lu, fignifie celui qui eft en posfesfion d'un Timar, par un billet, ou par un ordre de la Porte, ou du GrandSeigneur. Leur revenu eft depuis cinq ou fix mille

apres, jusqu'à dix-neuf mille neuf cent quatre-vingtdix-neuf; car fi on y ajoutoit encore un âpre, ce leroit le revenu d'un Zaim. Les autres s'appellent Teskeretis, qui obtiennent leurs provifions du Beglerbeg de leur pays: leur revenu eft depuis trois mille âpres, jusqu'à fix mille.

Les Zaims font obligés de fervir dans toutes les expéditions de guerre, avec leurs tentes, où il doit y avoir des cuifines, des écuries, & d'autres appartemens proportionnés à leurs biens, à leur qualité; & pour chaque fomme de cinq mille âpres de revenu, qu'ils reçoivent du Grand-Seigneur, ils font obligés de mener avec eux, à l'armée, un cavalier, qui porte le nom de Gebelu. Ce mot fignifie porteur de cuirasfe, Cuirasfier; car Gebeh ou Tchebeh, veut dire une cuirasfe. Ainfi, un Zaim, qui a trente mille âpres de revenu, doit être accompagné de fix cavaliers: un, qui en a quatre-vingt-dix mille, doit être accompagné de dix-huit cavaliers, & de même des autres, à proportion de leur revenu. Chaque Zaim prend le titre de Kilitich, c'est-à-dire, épée. C'eft pourquoi, lorsque les Turcs font le compte des forces, que les Beglerbegs peuvent mener à l'armée, pour le fervice de leur prince, ils ne s'arrêtent qu'aux Zaims & aux Timariots feuls, qu'ils appellent autant d'épées, fans compter ceux qui les doivent accompagner.

Les Timariots font obligés de fervir avec des tentes plus petites que les Zaims, & d'être fournis de trois ou quatre corbeilles, pour en donner une à chaque homme, qui les accompagne; parce qu'outre qu'ils doivent combattre ausfi-bien que les Zaims, il faut encore qu'ils portent de la terre & des pierres, pour faire des batteries & des tranchées. Les Timariots doivent mener un cavalier avec eux, pour chaque fomme de trois mille âpres de revenu, qu'ils ont, de même que les Zaims, pour chaque fomme de cing mille âpres. Les Zaims & les Timariots font dispofés par régimens, dont les colonels font appellés Alai-Begler, mot qui vient apparemment de l'Arabe Ala ou Alai, qui fignifie celui qui eft au-dessus des autres, & du mot Turc, Beg, qui veut dire Seigneur, dont le pluriel fait Begler; de forte que les Alai-Begler font les principaux chefs ou les fupérieurs des Zaims & des Timariots c'est-à-dire, leurs colonels. Ces colonels font foumis à un bacha, ou à un fangiag-beg, & celui-là, à un begler-beg. Lorsque les Zaims & les Timariots marchent, ils ont des drapeaux, appellés Alem, & des tymbales, nommées Tabl.

Ces deux ordres militaires ne font pas feulement destinés à fervir fur terre; mais on les oblige quelquefois à fervir dans l'armée navale, où on les appelle Deria Kaleminde, & où ils font, fous le commandement du capitan-bacha, ou amiral. Il eft vrai que les Zaims font fouvent dispenfés de fervir fur Mer en perfonne, moyennant la fomme à laquello ils font taxés fur les livres des feigneurs ; & de cet argent, on leve d'autres foldats; mais les Timariots ne fe peuvent jamais exempter de fervir en perfonne, avec toute la fuite que le revenu de leurs terres les oblige de mener avec eux. Pour ce qui eft du fervice fur terre, ni les Zaims ni les Timariots ne s'en peuvent jamais dispenfer; & il n'y a point d'excufe, qui puisfe pasfer pour légitime à cet égard. S'il y en a de malades, il faut qu'ils fe fasfent portes en litière ou en brancard. S'ils font encore enfans, on les porte dans des corbeilles ou dans des paniers : on les accoutume ainfi, dès le berceau, à la fatigue, au péril & à la discipline militaire. Voici une liste des Ziamets & des Timars, qui fe trouvent dans l'empire Ottoman, fuivant les registres de la Porte:

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Sangiacs,

Ziamets, Timars.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
« PrécédentContinuer »