Images de page
PDF
ePub
[blocks in formation]

THIABA. Voyez THYBII.

THIAGOLA, marais que forme, felon Prolomée, 1. la branche la plus feptentrionale du Danube, avant que de fe jetter dans le Pont-Euxin. Ptolomée dit qu 'on donne auffi le nom de Thiagola à cette embouchure du Danube qui eft fort petite.

THIAKI. Voyez THEACHI & DULICHIUM.

THIALLELA, bourgade de l'Arabie heureuse. Prolomée, l. 6, c. 7, la donne aux Adramites. Au lieu de Thiallela le manuscrit de la bibliotheque palatine porte Thialemath.

THIANENSIS ECCLESIA. Saint Auguftin fait mention de cette églife dans une de fes épîtres, epift. 239, & Ortélius croit qu'il eft question d'une église d'Afri

[blocks in formation]

n°. 4.

THIAR, ville d'Espagne. L'itinéraire d'Antonin la marque fur la route de Tarragone à Caftulo, entre Illicis & Carthage, à vingt-fept milles de la premiere de ces places, & à vingt-cinq milles de la feconde.

THIAUMA, ville de l'Albanie. Prolomée, l. 5, c. 12, la place entre les fleuves Cafius & Gerrus.

THIBARI, fiége épiscopal d'Afrique, dans la Byzacène. Vincentius à Thibari affifta au concile tenu fous faint Cyprien l'an 255.* Hardouin. Collect. conc. tom. 1, pag.

170.

THIBET. Voyez TIBET. THIBII. Voyez THYBII. THIBINIS, ville de la Mauritanie Céfarienfe. Elle est placée dans les terres par Ptolomée, l. 4, c. 2.

THIBOUTOT, ancien château fort de France, en Normandie, au pays de Caux, entre Fécamp & le Havrede Grace, à une lieue de la mer. Les Anglois en firent le fiége le 13 de février 1418. On voit la capitulation faite par Colin de Thiboutot, chevalier, feigneur de ce château. In rotulo terrarum liberatarum Normania. Ce château fubfifte encore aujourd'hui, il appartient toujours à ces mêmes feigneurs. La châtellenie fait partie du marquifat de Thiboutot, érigé au mois de juin 1720, & enregistré au parlement de Rouen le 9 de juillet 1722.

THIBRUS. Voyez THINGRUS. THICANUM. Quelques exemplaires d'Aurelius Victor, epitom. p. 108, nomment ainfi le lieu où l'empereur Magnence furprit & défit un grand nombre d'hommes; mais ce mot Thicanum eft corrompu & les meilleures éditions portent Ticinum.

THICATH, ville de la Mauritanie Tingitane. Pto lomée, l. 4, c. 1, la marque dans les terres. Au lieu de Thicath le manuscrit de la bibliothéque palatine porte Oecath.

THICHON. Voyez TICHON.

1. THICIS ou TICERI, fleuve de l'Espagne Tarragonnoife, felon Pomponius Mela, l. 2, c. 6, qui le fait couler près de la ville Rhoda ; c'est aujourd'hui TER. Voyez ce

[blocks in formation]

terre,

à la fin de fon voyage des Indes, l. 3, p. 597, dit que cette maifon a été bâtie par Guillaume Cecil, baron de Burgley grand tréforier d'Angleterre, qui en fit préfent à la reine Elifabeth, dont il étoit le favori. Elle eft fituée dans une grande plaine où l'on découvre des bois & des prairies. Le bâtiment qui eft de briques, a une tour à chacun des quatre coins, & deux cours à l'entrée. On voit dans une galerie toutes les provinces d'Angleterre, avec leurs villes, châteaux villages, forêts, rivieres, montagnes & vallées, le tout peint à l'huile, & en chaque province un arbre qui a fes branches chargées des armes du feigneur & des gentilshommes du lieu. Dans une autre galerie font les portraits de la reine Elifabeth & de plufieurs autres reines d'Angleterre, de Jean Frédéric, électeur de Saxe, de l'amiral de Châtillon, du cardinal de Châtillon & de M. d'Andelot leur frere, tous de grandeur naturelle. On y voit encore les portraits des empereurs Turcs, & les travaux d'Hercule en fept tableaux. Il y a une troifiéme galerie ornée des portraits de Jules-Céfar & d'Augufte empereurs; de dom Jean d'Autriche, qui gagna la bataille de Lepante, de Louis, prince de Condé, d'Alexandre, duc de Parme, des comtes d'Egmont & de Horn, qui eurent la tête coupée à Bruxelles en 1568. Au-deffus de ces portraits font peintes les principales villes du monde. Au bout de la galerie eft un petit cabinet lambriflé & peint, au milieu duquel eft une petite table venue de Conftantinople, où sont peintes des roses & toutes fortes de fleurs d'or. Toutes les chambres font meublées de riches tapifferies, dont la plûpart repréfentent les actions des Romains. Dans un portique par lequel on fort du corps du logis pour entrer dans le jardin, on voit les armes du grand tréforier & de la femme, qui fe difoit descendre des anciens rois d'Angleterre ; ces armes font accompagnées de diverfes inscriptions, & au-deffus on voit les ftatues de plufieurs rois d'Angleterre. Le jardin. eft carré & fort grand, toutes fes murailles font · revêtus de filaria, & au milieu on remarque un très-beau jet d'eau ; le parterre eft accompagné de plufieurs belles allées, les unes en espaliers ou en berceaux, les autres bordées d'ormes, de tilleuls & d'autres arbres. Au bout de ces allées eft une petite éminence qu'on appelle la Montagne de Venus, au milieu d'un labyrinthe qui forme un des plus beaux lieux du monde.

1. THIEL. Voyez TIEL.

2. THIEL, bourg de France, dans le Bourbonnois, au diocèfe de Nevers, de l'élection de Moulins. Cette paroille eft à quatre lieues de Moulins. On y trouve des terres varennes à feigle d'un bon rapport, les foins affez abondans, les pâcages étendus en buiffons & bruyeres, quelques cantons de bois modernes, peu de vignes, quelques étangs; on fait un profit affez confidérable de beftiaux.

THIELE, riviere de Suiffe. Voyez THILE. THIENNA, fiége épiscopal de la province d'Hellade; felon Ortelius, qui cite le concile de Chalcédoine, où l'évêque de ce fiége eft nommé Gennadius.

[ocr errors]

THIERACHE, pays de France, par lequel la Picardie confine avec la Champagne, & dans laquelle même une partie de ce pays eft comprife. La Thierache portoit ce nom, en latin Theorascia, dans le tems de Charlemagne comme on le voit dans la vie de faint Urfemar, écrite en ce tems-là par Anfeau, abbé de Laube, où il fait mention des pays de Hainaut & de Thierache, Urfmarus episcopus in pago Hainao & Theoracenfe. Cette origine ne convient pas beaucoup avec ce qu'on dit communément que la Thierache fut ainfi nommée, parce qu'elle étoit foumise à la hache de Thierri, feigneur d'Avesne & de Vermandois. Philippe-Augufte le réunit à la couronne à la mort d'Elifabeth, comteffe de Flandres, fille du dernier comte de Vermandois.

La Thierache fait partie 'de la province & du gouvernement militaire de la Picardie. Ce pays eft borné au feptentrion par le Hainaut & le Cambrefis, à l'orient par la Champagne, au midi par le Lanois, & à l'occident par le Vermandois. Ce pays qui eft très-abondant en bled a auffi de bonnes prairies. Les villes les plus confidérables font

Guife, Aubenton, Riblemont, Marle, la Fere.

THIERHOMBTEN, abbaye d'Allemagne dans la haute Baviere, fur la petite riviere d'Ach, à trois milles au-def

fous d'Augsbourg. Elle eft de l'ordre de faint Benoît, & elle a beaucoup fouffert par les guerres.* Zeyler, Topograp. Bavar. p. 82.

par

THIERS ou THIERN, Tiernum, Tigernum, ville de France, dans l'Auvergne, au diocèle de Clermont, élection de Riom, fur la pente d'un côteau fur la Durolle, aux frontieres du Forez. Cette ville qui a vicomté & juftice royale, eft une des plus confidérables de toute l'Auvergne fon commerce, & l'une des plus peuplées. Son principal commerce confifte en clinquailleries, papiers, cartes, cartons & fils, dont elle trafique par toute l'Europe, & jusque dans les Indes. Elle a fervi d'appanage à une branche cadette de la maifon d'Auvergne. Le duc de Laufun en a été feigneur par donation de feu mademoiselle d'Orléans, & depuis il l'a vendue à M. Crozat. Cette ville a un confulat pour les marchands, & un chapitre de chanoines fondé par les comtes de Forez. L'évêque de Clermont y a établi fon féminaire. Il y a une abbaye d'hommes, ordre de faint Benoît, fondée par Begon évêque d'Auvergne; on l'appelle le Mouftiers. Elle eft fous l'invocation de faint Symphorien ; elle étoit devenue déferte, mais Gui (Guido) homme riche & puiffant dans ce pays, & qui paroît être le même que celui qui fonda l'an 1016 l'églife collégiale de faint Genes de Thiern, remit ce monaftère dans fon ancien état fous la regle de faint Benoît. Il y mit pour abbé un nommé Pierre, perfonnage illuftre par fa nobleffe & par fa fimplicité; virum omni nobilitate conspicuus, & beat& fimplicitatis filius. Cette maifon étoit deftinée pour quatorze religieux au moins. Le décret de l'an 1324 en porte même vingt-cinq. Il n'y en refte plus que deux ou

trois.

[ocr errors]

Saint Etienne inftituteur de l'ordre de Grandmont naquit à Thiers l'an 1046, de parens qui étoient, dit-on, feigneurs du lieu, & de qui font descendus les vicomtes de Thiers. Après fa canonifation faite en 1184, les chanoines de Thiers, mortifiés de voir que d'autres poffedaffent le corps d'un faint qui étoit enfant de la ville, le choifirent pour le patron de leur église, après avoir obtenu un bras de fes reliques. * Baillet, Topogr. des Saints, P. 485.

1.THIERSTEIN, bour d'Allemagne, dans la Franconie, & dans les terres du margrave de Culmbach, près du torrent de Litters, à une demi-lieue d'Artzberg, & à moitié chemin entre Eger & Wunfidel. On fait ici tous les ans une prodigieufe quantité de petites boules, qui fervent pour amufer les enfans, elles font d'une terre graffe & gluantes. Ces boules endurcies au feu fe transportent fur plufieurs chariots à Nuremberg, & paffent de-là par toute l'Allemagne & l'Italie. C'eft le feul commerce, qui, après l'agriculture, donne de quoi vivre aux habitans. Zeyler, Topog. Fracon.

2. THIERSTEIN, bailliage dans le pays des Suiffes, au canton de Soleure, appartenoit autrefois aux comtes de ce nom. Leur maison étoit puiffante & poflédoit de grandes terres dans tous les lieux d'alentour. Il y a environ trois cents ans qu'elle eft éteinte. * Etat & délices de la Suiffe, t. 3, P. 85.

THIESCOURT, lieu de France, dans la Picardie, diocèfe & élection de Noyon. Cette paroiffe eft à une lieue & demie de Noyon; elle fait presque mille habitans qui font laborieux, mais intraitables. C'est un pays de bois & de

montagnes.

THIESURES. Voyez TEUCERA.

THIEZAC, bourg de France, dans l'Auvergne, du diocèfe de faint Flour, fous l'élection d'Aurillac; on y compte mille fix à fept cents habitans.

THIGA, ville de la Libye intérieure. Ptolomée, 1.4, 6. 6, la marque fur le bord feptentrional du Niger, entre Pefide & Cuphe. Dans les canons du concile de Carthage il eft parlé d'un évêché nommé Thigabenfis, mais Ortélius remarque qu'un manuscrit qu'il a confulté portoit Thembefia au lieu de Thigabenfis.

THIGANUSA. Voyez TEGANUSA.

THIGIBA, ville de l'Afrique propre. Ptolomée, 1. 4, c. 3, lui donne le titre de colonie, & la place dans la nouvelle Numidie. Le manuscrit de la bibliotheque palatine porte Thieba pour Thigiba. Voyez TIBIGENSE.

THIGURA. Vayez THAGURA.

THIL, lieu de France, dans la Bourgogne, diocèfe d'Autun. C'est un pays de montagnes : il y a des vignes.

Les fiefs de Champeaux & la Brochelle en dépendent. Il y a un chapitre compofé d'un doyen & de cinq chanoines. Le doyenné peut valoir cinq à fix cents livres, & les canonicats la moitié.

THILATICOMUM, ville d'Afie, vers la Cyrrhestique l'itinéraire d'Antonin la marque fur la route de Callecome à Ediffa, entre Hierapolis & Batha, à dix milles de la premiere de ces villes, & à quinze milles de la feconde. Ortelius croit que c'est la même ville que la notice des dignités de l'Empire, fect. 25, appelle THILLACAMA, qu'elle place dans l'Osrhoéne.

&

THILBIS. Voyez THALBIS. THILBISINA, ville de la Méfopotamie, felon la notice des dignités de l'Empire, où on lit : Equites Sagittarii indigena Thibitenfes Thilbifna.

THILLAAMANA, THILLACAMA, THILLAFICA & THILLAZAMARA, noms de quatre villes que la notice des dignités de l'Empire marque dans l'Osrhoéne, & qui ne font guères connues d'ailleurs. Voyez THILATICOMUM.

THILE OU THIELE, riviere de Suiffe, au pays de Vaud. Elle prend fon cours vers le feptentrion, & groffie des eaux de l'Orbe, elle fe jette à Yverdun, dans le lac de Neuchâtel, au fortir duquel, après un cours d'une lieue, elle entre dans le lac de Bienne, d'où elle fort à Nidau, pour aller fe perdre dans l'Aar, deux lieues plus bas.* Scheuchker, /Carte de la Suifle.

THILEMARCK, Tellemarchia, province du royaume de Norwegue, dans le gouvernement d'Aggherus, aux confins du gouvernement de Berghen, de l'évêché duquel elle dépend, felon Hermaneids, Descr. Norw. p. 1223. 1. THILLE. Voyez TILLE.

2. THILLE ou DILE, riviere des Pays-Bas, dans le Brabant : elle prend fa fource entre Nivelle & Senef, paffe à Louvain, & fe rend dans l'Escaut au nord de Malines.

THILUTA-CASTRA, camp dont parle Ammien Mar. cellin, l. 24, c. 2. Il dit qu'il étoit au milieu du fleuve, apparemment l'Euphrate, & dans un lieu extrêmement élevé & fortifié par la nature.

THIMANEI, peuples de l'Arabie Heureufe, Pline, l. 6, c. 28, les met au voifinage des Nabathai.

THIMARUM, ville de la Theffalie, felon Tite-Live; 1.32, 6. 14, qui fait entendre que c'étoit une place peu confidérable.

THIMBRUS, nom d'un lieu de l'Afie mineure. C'est Xénophon, Cyriacor. 1.7, qui en parle. Ortélius foupçonne qu'on devroit lire Thymbrus au lieu de Thimbrus. Voyez

THYMBRA.

THIMERAIS, Theodemerenfis Ager, pays de France : c'eft une partie de la province de Perche, démembrée de cette province, du gouvernement du Maine. Sa ville capitale eft Châteauneuf, dit en Thimerais, c'est à peu près la même partie du Perche que celle des terres démembrées.

THIMETHUS. Voyez TIMETUS.
THIMISA. Voyez THEM IS.

THIMONEPSIS, ville d'Egypte. L'itinéraire d'Antonin la marque fur la route de l'Arabie, au-delà du Nil, entre Alyis & Aphrodites, à feize milles du premier de ces lieux, & à vingt-quatre milles du fecond. Peut-être eft-ce la même ville que la notice des dignités de l'Empire, fect. 18, appelle THINANEPSIS.

THIMOR. Voyez TIMOR.

THINA ou THIUA. La notice des patriarchats d'Antioche & de Jerufalem, publiée par Schelftrate, met un fiége épiscopal de ce nom fous la métropole de Tarfus.

THINE, ville d'Afie, & à laquelle Ptolomée 1. 7; c. 3, donne le titre de métropole des Chinois. Elle étoit, felon lui, dans les terres. Marcien d'Heraclée, Peripl. p. 15, connoît aufli cette ville. Il lui donne auffi le titre de métropole des Chinois, & dit que c'eft l'extrémité de la terre connue & inconnue. Le nom moderne, felon Mercator, est Tenduc.

THINGA, ville de la Libye, felon Etienne le géographe, qui cite Hécatée. Ne feroit-ce point, dit Ortelius, la même ville que Strabon appelle Tinga?

THINGRUS. Ce mot eft écrit différemment dans Lycophron, où on lit tantôt epifov, tantôt olyfper, tantôt opos: Il y a faute, fans doute, dans quelques-uns de ces endroits, mais il n'eft pas poflible de décider laquelle de ces orthoXXXXX IIj

graphes on doit préférer, les Scholiaftes mêmes ne nous font d'aucun fecours à cet égard. Etienne le géographe pourtant, qui cite Lycophron, écrit pas, THIBER, & dit que le nom national eft TH1BRIUS. Il fait de Thiber une ville du mont Satnius, qui étoit, à ce qu'on croit, quelque part dans la Grece. Il fe fonde fur ce paffage de Licophron,

Qui Thibrum habitant Satniumque montem. THINIAS, promontoire de la Thrace, fur le Pont-Euxin. Prolomée, l. 3, c. 11, le marque entre Peronticum & Halmy diffum littus.

THINISA, fiége épiscopal d'Afrique, dans la province Proconfulaire dans le concile tenu fous faint Cyprien, : on voit la fouscription de Venantius à Thinifa. *Hardouin,

Collect. conc. t. 1, p. 171.

THINITES, nome de la Marmarique, & auquel Prolomée, 1.4, c. 5, donne Ptolemais Hermit pour métropole. Ce nome eft appellé Thonis par Agatarchis; & peut être elt-ce le Thomum de l'itinéraire d'Antonin,

THINNEIA. Voyez TINNEIA.

THINODUS, montagne d'Egypte, fclon Prolomée, qui la marque entre les monts Ogdamus & Azar. Le mauscrit de la bibliotheque palatine porte TINODES pour

THINODUS.

[blocks in formation]

THIOLS ou TEOLS, riviere de France, en Berri, paffe à Houdun.

THIONVILLE, Theodonis Villa, ville de France, dans le Luxembourg, fur le bord de la Mofelle, entre Metz & Sirck. Elle porte le nom de fon fondateur Théodon : on ne fait qui il étoit ; mais il eft certain que Thionville étoit une maifon royale, dès le milieu du huitiéme fiécle, puisque le continuateur de Frédegaire dit que Pepin, premier roi Carlovingien, tint à Thionville, apud Theodonis VilLam, une aflemblée ; & c'étoit dès lors une maifon appartenante au roi, puisqu'il l'appelle Villa publica. Dans la fuite, ce lieu eft nommé palais : on y tint plufieurs affemblées politiques & eccléfiaftiques, & les empereurs & les rois François y ont fouvent demeuré dans le IX. fiécle. Dans le fiécle fuivant, ou vers l'an 1000, Thionville vint au pouvoir des feigneurs particuliers, qui en étoient propriétaires, & dont la famille prit le nom de Thionville, Theodonis Villa. Albert d'Aspremont époufa Marguerite, fille de Thierri, comte de Thionville. La race masculine de ces feigneurs s'éteignit ; & les comtes de Luxembourg unirent cette feigneurie à leur comté avant la fin du douziéme fiècle. Il eft certain qu'après cela, tous ceux qui ont été maîtres du comté ou duché de Luxembourg, ont toujours poflédé Thionville, jusqu'à l'an 1558, qu'elle fut prife fur Philippe II par l'armée françoife, commandée par François de Lorraine, duc de Guife. C'étoit alors une place très-importante,tant par fa fituation fur la Mofelle, que parce qu'elle avoit été fortifiée par Charles V ; mais l'année fuivante elle fut rendue au roi d'Espagne, en exé cution du traité de Câteau Cambrefis. Les fortifications furent depuis perfectionnées. Le prince de Condé, Louis de Bourbon, ayant vaincu les Espagnols devant Rocroy, dans le commencement du regne de Louis XIV, affiégea & prit Thionville en 1643. Cette place fut cédée à la France, en 1659, par le traité des Pyrénées. Les habitans font Allemands, & parlent allemand: ils appellent la ville en leur langue Diden Hoven ou Tiden- Hoven. Depuis qu'elle appartient aux François, elle a été mile fous le parlement de Metz. Elle eft le fiége d'un bailliage & d'une prévôté. C'est un gouvernement de place, avec état major, qui dépend du gouvernement militaire de Metz. Piganiol, dans la description de la France, t. 7, p. 350, dit qu'on ne compte à Thionville que cinq cents cinquante habitans. On y pafle la Mofelle fur un pont, à la tête duquel eft un ouvrage à corne, qui en défend l'entrée. Ce pont eft de charpente, fur des piles de pierres, desquelles il y en a qui font éloignées l'une de l'autre de foixante pieds: on faifoit on faifoit venir des montagnes de Vosges des poutres de fapin, de cette longueur; mais la difficulté d'en trouver, & celle de les faire transporter, ont fait imaginer le fecret de faire

[blocks in formation]

THIPONOBASTI. Voyez PITHONOBASTE.

THIR, prieuré conventuel, de l'ordre de faint Benoît, dans le Beaujolois.

THIRENSTEIN ou TYRNSTEIN, petite ville d'Allemagne, dans la Baffe-Autriche, près du Danube, à un mille au deflus de Stein. Elle avoit anciennement fes propres feigneurs de la famille de Chuenring, dont deux freres, Hademar & Henri, étoient, par rapport à leur cruauté, furnommés les Chiens. Frédéric le Belliqueux, duc d'Autriche, prit à celui ci la ville de Thirenftein, avec fes dépendances. Il y a un monaftère, & un château dans lequel on dit que Richard, roi d'Angleterre, fut détenu prifonnier, jusqu'à ce qu'il eût payé une groffe rançon. Il avoit été emmené prifonnier à Vienne, par Léopol, duc d'Autriche, & par Hademar II, feigneur de Chuenring. *Zeyler, Topogr. Auftriæ, p. 36.

THIRE. Voyez THRACE.

THIRIMIDA, nom d'une ville, felon Ortelius, qui cite Priscien. Il croit que c'eft la même ville que Sallufte appelle THIRMIDA, & qu'il place dans la Numidie. THIRMIDA. Voyez THIRIMIDA.

THIROPHAGI, peuple de la Sarmatie Afiatique. Prolomée, l. 5, c. 9, les place à la fource du fleuve Rha. Au lieu de Thirophagi; le manuscrit de la bibliotheque palatine porte Phibrophagi.

THIRSK, petite ville d'Angleterre, dans la province d'Yorck. On y tient marché public; & elle a droit d'en-. voyer les députés au parlement. * Etat présent de la grande Bretagne, t. I.

le

dans

THIS, en grec os, ville d'Egypte, felon Etienne le géographe, qui dit que le nom national étoit wires, THINITES. Sur quoi Berckelius remarque qu'il y a abfolument faute ou dans le nom de la ville, ou dans le nom national; car fi la ville s'appelloit eis, le nom national devoit être Ors. Si au contraire le nom national étoit wires, comme portent les exemplaires imprimés & les manuscrits nom de la ville étoit is; ce qui peut d'autant plus être reçu, que l'ordre alphabéthique ne feroit pas plus troublé par os, que par eis. La difficulté feroit levée fi nous avions le livre Ægyptiaca. d'Alexander, que cite Etienne le géographe. Il y a toute apparence, néanmoins, que cet endroit d'Etienne le géographe, il faut lire oins Thinis, au lieu de eis, This. Le mot Owirns, Thinites, n'est pas le feul appui de cette conjecture. Ptolomée, L. 4, 6.5, fert auffi à l'appuyer; car il place en Egypte, près d'Abydos, Thinites, & Etienne le géographe met la ville This au voifinage de la même Abydos. A la vérité, Ptolomée ne dit pas formellement que la métropole du nome Thinites fût appellée Thinis; mais on croit que cet endroit de ce géographe est altéré, & qu'au lieu de lire: Thinites nomus & metropolis Ptolemaïs Hermii, il faut lire: Thinites nomus&metropolis Thinis: Ptolomaïs Hermii.

THISA, ville de l'Arcadie. Paufanias, l. 8, c. 27, dit, qu'elle étoit près du mont Lycée. 1.25,

THISALPHATA, lieu qu'Ammien Marcellin c. 8, met aux environs de la Méfopotamie.

[ocr errors]

1. THISBE, ville de la Palestine, dans la Galilée, & la patrie de Tobie (a). Elle étoit à la droite, c'est-à-dire, au midi de la ville de Cadès, capitale de Nephtali. Quelquesuns ont cru (b) qu'Elie de Thesbé étoit natif de cette ville de Thisbé en Galilée; mais qu'il avoit été long-tems habitant du pays de Galaad. (©) Thesbites de habitatoribus Galaad. Ortélius, qui cite André Mafius, dit que dans Tobie, c. 1, 2, au lieu de in, il faut lire non. Voyez THEBÆ. (1) Tob. 1, 2. (b) Reland, T. 2. Palæst. p. 1035. () III. Reg. 17, 1.

C.

2. THISBE, ville de la Bootie, felon Paufanias, 1.9, c. 32. Il dit qu'en rangeant la côte pour aller de Creufides à Thipha, on rencontre à la droite la ville de Thisbé, qui avoit pris fon nom d'une nymphe qui s'appelloit ainfi.

3. THISBÉ, nom d'une fontaine de la Cilicie, felon S. Clément, Recognit. 10, cité par Ortélius. THISBOA, nom que Gerbelius donne à une partie de la ville de Megalepolis en Arcadie. Ortelius in verb. Megalepolis.

THISICA, ville de l'Afrique propre. Elleft eft marquée par Ptolomée, l. 5, c. 3, au nombre des villes fituées entre la ville Thabraca & le fleuve Bagradas.

[blocks in formation]

THIUS. Voyez THEIUS.

THIZIBIS, ville de l'Afrique propre, felon Ortélius, qui cite Ptolomée, l. 4, c. 3. Je trouve bien dans cet ancien une montagne nommée Thizibi, mais je n'y vois nulle trace de ville de ce nom.

THIZY, bourg de France, dans le Beaujolois, élection de Villefranche.

THMUIS, ville de la baffe Egypte, vers l'une des bouches du Nil, appellée Mendeze. C'etoit une ville confidérable, dont plufieurs auteurs anciens ont fait mention. Elle eft nommée Thumuis dans quelques exemplaires de l'itinéraire d'Antonin, Thumius, Thiminis & Thmuis dans d'autres. Cet itinéraire la marque entre Tanis & Cynon, à vingt-deux milles de la premiere de ces places, & à vingtcinq milles de la feconde. Le mot Thmuis en langue égyptienne fignifie un bouc, comme nous l'apprend S. Jérôme, 1.2, adv. Jovinianum, c. 6: Urbes quoque apud eos (Egyptios) ex animalium vocabulis nuncupantur, Leonto, Cyno, Lyco, Bufyris Thmuis quod interpretatur Hircus. Il dit en core dans un autre endroit, in Ifaia, c. 45, v. 1: Pleraque oppida eorum ex beftiis & jumentis habent nomina: Kuvwy a cane, siwr à leone, Ouis, lingua agyptiaca ab hirco. S. Phileus, qui étoit évêque de Thmuis du tems de Dioclétien, y étoit né de la famille la plus noble & la plus riche du pays. Il y fouffrit le martyre vers l'an 309. Saint Sérapion en étoit évêque du tems de S. Athanafe, qui lui avoit impofé les mains. Il véquit au moins jusqu'au milieu du quatrième siècle. * Baillet, Topographie des faints, P. 485.

[ocr errors]

THNOCIA, ville de l'Arcadie, felon Paufanias, l. 8, c. 3, mais comme fon fondateur s'appelloit Thocnus, il y a apparence qu'on doit écrire Thocnia ou Thocneia, comme lit Etienne le géographe, qui cite pofitivement l'Arcadie de Paufanias,

1. THOANA, ville de l'Arabie Pétrée. Ptolomée, l. 5, c. 17, la marque dans les terres.

2. THOANA. Voyez TYANA.

THOANES, peuples que Strabon, I. 11, p. 499 & 548, & Euftathe placent au-deffus de la Colchide, dans le voisinage des Phthirophages. Ortélius dit que felon J. Hartungus, les Thoanes font les mêmes que les Soanes, & Cafaubon préfere cette derniere orthographe.

[ocr errors]

THOANTIUM, lieu fur la côte de l'ifle de Rhodes, felon Strabon, l. 14, p. 655. Ptolomée, l. 5, c. 2, fait de Thoantium un promontoire de l'ifle Carpathus, qui eft fur la côte de l'ifle de Rhodes. Il n'y a, je crois, que ces deux anciens qui connoiffent ce mot Thoantium.

THOAR, ville d'Afrique, dans l'ifle de Meninx ou des Lotophages, felon Pline, l. 5, c. 7. Elle étoit fur la côte feptentrionale de l'ifle ; cette ville eft nommée Gerra par Ptolomée, l. 4, c. 3, ou Gerrapolis, comme porte le manuscrit de la bibliotheque palatine.

THOARD & LES NOBLES, lieu de France, dans la Provence, du diocèle de Digne. On croit que c'est l'ancienne ville de Theopolis, tant par la reffemblance de fon nom, qu'à caufe des différens monumens d'antiquité qu'on trouve dans fon territoire.

THOARIS, fleuve de la Cappadoce. Le périple d'Arrien, 1. Peripl. p. 16, met fon embouchure entre celle du fleuve Beris & le lieu nommé Oenoe, à foixante stades du Beris, & à trente d'Oenoe.

1.THOAS. Voyez ACUTE-INSULA.

graphe, in verbo, xénwes, difent qu'on donnoit anciennement ce nom au fleuve Acheloüis, qui fépare les Etoliens des Acarnaniens. Voyez ACHELOUS, no. I. THOB. Voyez Тов.

THOCARI. Voyez TOCHARI.

THOCEN ou THOCHEN, ville de la Palestine dans la tribu de Siméon. Il en eft parlé dans le premier livre des Paralipomènes, c. 4, v. 32. Les Grecs appellent cette ville Tocca.

THOCNEA. Voyez THNOCIA.

THOELS, riviere de Suiffe, au canton de Zurich, près de Wintherthour. On trouva l'an 1556, dans cette riviere trois cailloux, dont l'un avoit une croix fuiffe, une épée & une verge, & dans les deux autres étoient la croix & les armes de Bourgogne, comme peintes de la main même de la nature. * Etat & délices de la Suiffe, t. 2,

P. 4.

THOENIS. Voyez THINITES.
DENI

THOES, peuples qui habitoient aux confins de la Thrace, felon Ortélius, qui cite un fragment du livre fecond de Porphyre, de efu animalium, livre que nous n'avons plus.

THOGARA, ville de la Sérique. Ptolomée, l. 6, c. 16, la marque entre Palliana & Abragana. THOGORIENS, anciens peuples de Scythie. THOIRE, lieu de France, dans le Bugey, au diocèle de Lyon, fitué fur l'Ain ; il a donné le nom à une famille qui a poffédé la feigneurie de Villars en fouveraineté jusqu'à Humbert, qui mourut l'an 1424, après avoir vendu tout fon bien à Amé, qui fut créé premier duc de Savoye, par l'empereur Sigismond.

THOIRET, riviere de France, prend fa fource près de Breffuire, palle à Châtillon & à Saint-Varets, & fe joint au Thouay, au deffus de Thouars.

THOISSEI, ville de la principauté de Dombes, & la plus confidérable du pays après celle de Trévoux, en latin Toffiacus. Elle eft fituée dans une contrée fertile, près des rivieres de Chalarone & de Saone, du côté de l'orient. Il y avoit autrefois un château qui a renda cette ville fort renommée; car elle a été entr'autres affiégée quatre fois par les comtes & ducs de Savoye. Les princes de Beaujeu, après la décadence du royaume de Bourgogne, en 1032, y retirerent leurs troupes pendant la guerre qu'ils eurent avec les fires de Villars & de Baugé, & les comtes de Mâcon leurs voifins, qui ruinerent une partie de la ville. Guichard V, dix-feptiéme feigneur de Beaujeu, la rebâtit en 1310, & lui accorda de beaux priviléges; il y fit aufli rebâtir, & fonda la chapelle de fainte Marie Magdelene, que

Camille de Neuville Villeroi, archevêque de Lyon, érigea en églife paroiffiale l'an 1691, à la priere de feu mademoiselle de Montpenfier, fouveraine de Dombes. Cette princeffe y avoit fondé en 1680 un collège pour toute la principauté de Dombes. On y enfeigne la grammaire, les humanités, la philofophie, la théologie & les mathématiques; il eft fous la direction d'un principal & de plufieurs prêtres aggrégés en corps de communauté. Louis de Bourbon, duc du Maine, fucceffeur de mademoiselle de Montpenfier, a pris ce collége fous la protection ; & en 1698, ce prince créa dans la ville de Thoiffei un bailliage, qui comprend, outre la ville, les paroiffes de faint Didier, de Garmerans, d'Illac, de S. Etienne & de Moignenius. Dans le tems des troubles, les ligueurs fe rendirent maîtres de Thoiffei, pour ôter à la ville de Lyon lá liberté du commerce de la riviere de Saone; mais lorsque les troubles furent appaifés, les Lyonnois demanderent avec inftance que le château de Thoiffci fût démoli, ce qui leur fut accordé dans les dernieres années du feiziéme fiécle; ainfi il ne refte plus aujourd'hui que quelques veftiges des anciennes fortifications. Cette ville faifoit autrefois un grand commerce de toiles en Espagne & dans les pays étrangers. Les eaux de la riviere de Chalarone font propres pour la fabrique des draps & du papier, & pour les toiles.* Corn. Dict. Neuveglife, abrégé de l'hiftoire de la fouveraineté de Dombes.

THOITORUM, peuples d'Egypte, dont il eft fait mention dans une lettre des évêques de leur pays, à l'empereur Léon. Cette lettre fe trouve dans le recueil des conciles.

THOLAD, ville de la Paleftine, dans la tribu de Si

2. THOAS. Strabon, l. 10, p. 450, & Etienne le géo- méon, (^) & apparemment la même qu'ELTHOLAD, dont

[ocr errors]

il est parlé dans Jofué, c. 25, 30, & 19, 4. Elle fut cédée par la tribu de Juda à celle de Siméon. Les Grecs l'appel. jent MOLADA. * I Par. 4, 29.

THOLEY, abbaye d'Allemagne, dans l'archevêché de Tréves, en latin Tabuleïum & Tabularium, & par corruption Theolegium & Theologium. Cette abbaye eft fituée fur une montagne, dans le bailliage de Sare-Louis, près de S. Vendel, à cinq lieues de Birckenfeld, du côté du fud, & au pied de la montagne paffe un ruilleau autfi nommé Tholey. Cette abbaye, quicut le roi Dagobert pour fondateur fut bâtie fur un fonds appartenant à la famille de Grimon Adalgife, neveu ou coufin du roi Dagobert I. Saint Paul, évêque de Verdun, y véquit plufieurs années, & y enfeigna les faintes écritures avant fon épiscopat. Grimon, qui avoit été fon disciple, voulut en fa confidération foumettre l'abbaye de Tholey à l'églife cathédrale de Verdun, vers l'an 631. Baillet, Topogr. des faints, p. 485.

THOLOBI, fleuve de l'Espagne Tarragonnoife, felon Pomponius Mela, 1.6, c. 6, cité par Clufius, qui veut que ce Aeave fe nomme aujourd'hui Tardera; mais dit Ortelius, Tholobime paroît défigner dans cet ancien une ville plutôt qu'un Altuve. La queftion feroit bientôt décidée fi l'on favoit de quelle maniere on doit lire le paffage de Pomponius- Mela. De la maniere dont lit Pintaut, aufli bien que quelques autres, qui retranchent quelques mots qu'ils regardent comme étrangers au texte, Tholobi feroit une bourgade, parvum oppidum; & fi on lit comme Ifaac, Voffius qui ne change qu'un feul mot, il y aura une bourgade & un fleuve du même nom. L'opinion de Voffius me paroît la plus probable; il croit que la bourgade de Tholobi de Pomponius Mela, eft la même que la ville de Tholobis de Ptolomée ; il y en a qui veulent que ce foit aujour d'hui Tamarit.

THOLOSAT, petite riviere de France, en Guienne, entre dans la Garonne, entre Tonneins & Marmande.

THOLUBANA, ville de l'Inde, en deça du Gange. Prolomée, .7, c. 1, la donne aux Poruari. Au lieu de ThoJuhana, le manuscrit de la bibliotheque palatine porte ThoLobana.

THOLUS, ou THALYNTES, ville d'Afrique, felon Ap. pien, de Bellis punic. p. 10, qui dit qu'elle étoit dans les terelle ne devoit pas être fort éloignée de Carthage. Syphax la prit par trahison, & paffa la garnifon romaine au fil de l'épée.

res;

THOMAITE, c'est le nom d'un patriarchat, felon les conftitution des empereurs d'Orient, citées par Orté

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

THOMNA. Voyez THUMNA.

THOMOND, ou CLARE, comté d'Irlande, dans la province de Connaught, on l'appelle aufli Twomond & Twowoun ou nord Munfter. Il ett borné à l'eft & au fud par la riviere Shannon, qui le fépare de Tipperary, de Limerick & de Kerri, à l'oueft par l'Océan, & au nord par Gallway; il a cinquante-cinq milles de long, fur trente-huit de large. Ce pays elt très fertile & commode pour la navigation. Le très honorable Henri Obrian cit comte de Thomond & le fecond comte d'Irlande. Sa famille eft fort ancienne, puisqu'elle descend des rois de Connaught, & qu'Henri VIII créa un de fes ancêtres comte de Thomond. Ón divife ce comté en neuf baronnies, qui font celles de Burrin, d'inchiquin, de Corcomore, de Tullagh, des ifles de Bunratty, d'Ibrickam, de Clanderlagh, & de Moyfar

[ocr errors]

tagh d'llands. Il n'y a dans tout ce comté que deux villes qui ayent droit de tenir des marchés publics; favoir, Killalow ou Cabu, & Enis-Town. De plus cette derniere ville eft la feule de la province qui envoye deux députés au parlement. Etat préfent de la Grande Bretagne, t. 3, p. 34.

THOMUM, ou THOмUS, ville d'Egypte. Litinéraire d'Antonin la marque fur la route qui patie par l'Arabie, au-delà du Nil, entre Chenoboscion & Panu, à cinquante milles du premier de ces lieux, & à quatre milles du fecond. Voyez THINITES.

1.THON, ville de l'Afrique propre, felon Appien, de Bellis Punic. p. 26. Ce fut dans cette ville que fe retira Annibal après la défaite de fon armée, par Scipion; mais la crainte que les Espagnols ou les Brutiens qui l'avoient suivi ne le livraffent aux Romains, ne lui permit pas de faire un long séjour à Thon. Il en fortit fecretement.

2. THON, petite riviere de France, a fa fource à Mauleon, paffe par Argenton Château, où elle reçoit la petite riviere d'Olo, qui vient de Breffuire, & fe jette dans la Toue, à Montreuil-Bellay.

THONAUSTAUFF, bourg d'Allemagne, dans la Baviere, près du Danube, à une lieue au-deffous de Ratisbonne. Ce bourg a une jurisdictioni qui s'étend fur deux châteaux, trois maifons feigneuriales & trois bourgades, & cette jurisdiction eft du reffort de la chambre des finances de Straubingen. Autrefois Thonauftauf appartenoit à l'évêché de Ratifbonne ; mais Henri le Superbe, duc de Bavie re, s'en empara. Ce bourg avoit un château fortifié que les troupes du duc de Saxe-Weimar prirent par capitulation le 11 de janvier 1634; ils en minerent les fortifications, après quoi ils les firent fauter. * Zeyler, Topogr. Bavar.

p. 82.

THONGCASTER, petit bourg d'Angleterre, au comté de Lincoln; le Saxons le nommoient Thuangcaster & les Bretons Caer-Egarry, qui veut dire ville de cuir.

THONIAS. Voyez THYNIAS.

THONIS, ville d'Egypte. Strabon, l. 7, p. 800, & Etienne le géographe la placent vers l'embouchure Canopique; elle ne fubfiftoit plus de leur tems. Strabon remarque qu'elle avoit eu fon nom du roi Thonis, qui reçut chez lui Ménélaüs & Helene. Diodore de Sicile, l. 1, c. 12, fait auffi mention de cette ancienne ville. * Odiff. A, verf. 228.

THONITIS. Voyez ARSENA & ARETHUSE, no. 5. THONNA, gros bourg d'Allemagne, dans le duché de Gotha; il eft à quatre lieues de la ville de Gotha, & donne fon nom à une feigneurie que Frédéric, duc de Saxe-Gotha, acheta de Chriftian-Louis, comte de Waldeck. Cette feigneurie appartenoit auparavant à la maifon de Tautenberg, & Philippe, comte de Waldeck, en avoit obtenu l'expectative de Frédéric-Guillaume, duc de Saxe Altenbourg. * D'Audifret, Géogr. anc. & mod. t. 3.

THONON, Tunonium, petite ville des états de Savoye, au duché de Chablais, dont elle eft la capitale. C'est une ville fort agréable, à mille pas de l'embouchure de la riviere de Drame, dans le lac de Geneve, vers le 46d 22 de latitude. Elle n'eft point fortifiée; il y avoit cependant autrefois (2) du côté du midi, un château affez fort, flanqué de hautes tours, & dans lequel Amédée VIII, fon fils, Louis & le bienheureux Amédée IX, duc de Savoye, firent leur réfidence ordinaire. Ce dernier y étoit né le premier février 1435. Ce château fut brulé & ruiné par les Bernois dans le tems de la révolte des Genevois & des Vaudois; les débris ont fervi à bâtir quelques maifons religieufes, de forte qu'aujourd'hui l'endroit où il étoit bâti n'eft plus qu'un vafte emplacement dont on a fait une belle promenade. Les maifons des particuliers, quoique la plupart anciennes, font affez bien bâties. On reinarque à Thonon un palais magnifique que fit conftruire Albert Eugene, comte de Genevois, dans le tems qu'il étoit gouverneur du Chablais. Les monaftères d'hommes & de filles embelliflent cette ville. Outre l'églife paroiffiale qui eft fous l'invocation de la fainte Vierge, mere de Miféricorde, ou Notre Dame de Compaffion, & dans laquelle on voit la ftatue en marbre du bienheureux Amédée, duc de Savoye, qui y eft en grande vénération il y a la fainte maison, communauté de clercs féculiers qui deffervent cette paroiffe ; ils font de l'inftitut de l'oratoire de S. Philippe de Néri, & furent appellés à Thonon par Char

les

« PrécédentContinuer »