Mémoires de la Section des lettres, Volume 4

Couverture
 

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 577 - S'il y avoit dans le monde une nation qui eût une humeur sociable, une ouverture de cœur, une joie dans la vie, un goût, une facilité à communiquer ses pensées; qui fût vive, agréable, enjouée, quelquefois imprudente, souvent indiscrète, et qui eût avec cela du courage...
Page 574 - Un tel être pouvait, à tous les instants, oublier son créateur : Dieu l'a rappelé à lui par les lois de la religion. Un tel être pouvait, à tous les instants, s'oublier lui-même : les philosophes l'ont averti par les lois de la morale. Fait pour vivre dans la société, il y pouvait oublier les autres : les législateurs l'ont rendu à ses devoirs par les lois politiques et civiles 1.
Page 390 - Nous avons fait mettre nostre scel à ces presentes, sauf en autres choses nostre droit et l'autruy en toutes. Donné à...
Page 390 - Seminaire, cessant et faisant cesser tous troubles et empeschemens au contraire. Car tel est nostre plaisir; et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, Nous avons faict mettre nostre scel à cesd.
Page 112 - Nous ne sommes que d'hier, et nous « remplissons tout : vos cités, vos îles, vos forteresses, vos « camps, vos colonies, vos tribus, vos décuries, vos conseils, le « palais, le sénat, le forum ; - nous ne vous laissons que vos
Page 455 - Vous l'avez voulu, mais sachez que quelque grands que je vous fasse, et que vous soyez de mon vivant, vous n'êtes rien après moi, et c'est à vous après à faire valoir ce que j'ai fait pour vous, si vous le pouvez.
Page 407 - Se laissera-t-il guider par sa raison et rejettera-t-il ce qu'il a appris en fait de ces noms ? Il croira alors avoir rejeté les fondements de la Loi. Ou bien s'en tiendra-t-il à ce qu'il en a compris sans se laisser entraîner par sa raison ? Il aura donc tourné le dos à la raison et il s'en sera éloigné, croyant néanmoins avoir subi un dommage et une perte dans sa religion, et persistant dans ces opinions imaginaires par lesquelles il se sentira inquiété et oppressé, de sorte...
Page 396 - Fait au conseil d'Estat du roy, Sa Majesté y estant, tenu à Versailles. le quatorzieme jour d'avril mil sept cent trente-trois.
Page 110 - Christ : c'est à quoi, dit-on, l'on ne peut jamais forcer » ceux qui sont véritablement chrétiens. J'ai donc cru
Page 113 - convaincus , il les faut punir ; si pourtant l'accusé nie «qu'il soit chrétien , et qu'il le prouve par sa conduite, je « veux dire en invoquant les dieux , il faut pardonner à son «repentir, de quelque soupçon qu'il 'ait été auparavant «chargé. Au reste, dans nul genre de crime, l'on ne doit «recevoir des dénonciations qui ne sont souscrites de per« sonne, car cela est d'un pernicieux exemple et très éloi«gné de nos maximes.

Informations bibliographiques