La philosophie de Platon: Théorie des idées et de l'amour. 3. éd. 1904

Couverture
Hachette et cie, 1888
 

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 42 - Ce sont celles que l'âme saisit immédiatement par la dialectique, en faisant des hypothèses, qu'elle regarde comme telles et non comme des principes , et qui lui servent de degrés et de points d'appui pour s'élever jusqu'à un premier principe qui n'admet plus d'hypothèse.
Page 226 - Simmias , avant que nous ayons commencé à voir, à entendre et à faire usage de nos autres sens , il faut que nous ayons eu connaissance de l'égalité intelligible, pour lui rapporter comme nous faisons , les choses égales sensibles , et voir qu'elles aspirent toutes à cette égalité sans pouvoir l'atteindre.
Page 240 - ... la pure essence de chaque chose en soi sans le ministère des yeux et des oreilles, sans aucune intervention du corps, qui ne fait que troubler l'âme et l'empêcher de trouver la sagesse et la vérité, pour peu qu'elle ait avec lui le moindre commerce?
Page 315 - Voilà le véritable amour qui enflammait Admète, et Achille, et Codrus. Les grandes âmes recherchent des âmes qui leur ressemblent, pour s'unir à elles par des liens invisibles et impérissables. Leur lien est plus intime que celui de la famille, et leur affection bien plus forte, puisque leurs enfants sont plus beaux et plus immortels. Considérez, en effet, quels enfants Lycurgue a laissés à Sparte, sa patrie, Solon à Athènes, Homère et Hésiode à l'humanité ! « De tels enfants leur...
Page 288 - ... outre qu'il est difficile bien souvent de les déterminer, il est manifeste que ce sont déjà des universaux, fondés sur la similitude. Donc comme il ne s'agit que de similitude plus ou moins étendue, selon qu'on parle des genres ou des espèces, il est naturel de marquer toute sorte de similitudes ou convenances et par conséquent d'employer des termes généraux de tous degrés ; et même les plus généraux, étant moins chargés par rapport aux idées ou essences qu'ils renferment, quoiqu'ils...
Page 252 - Diviser par genres, ne pas prendre pour diffé» renées ceux qui sont identiques, ni pour identiques /> ceux qui sont différents, ne dirons-nous pas que » c'est là l'œuvre de la science dialectique? » Le principe partout mis en lumière par Platon est celui-ci : « L'idée ne peut pas devenir à elle-même son propre contraire. » « Aucun contraire, dit-il, pen» dant qu'il est ce qu'il est, ne peut vouloir devenir
Page 222 - Que si on venait à l'attaquer (ce principe), ne laisse» rais-tu pas cette attaque sans réponse, jusqu'à ce » que tu eusses examiné toutes les conséquences qui » dérivent de ce principe, et reconnu toi-même si elles » s'accordent ou ne s'accordent pas entre elles (1)?
Page 313 - Socrate, tous les hommes sont féconds selon le corps et selon l'esprit; et, à peine arrivés à un certain âge, notre nature demande à produire. Or, elle ne peut produire dans la laideur, mais dans la beauté ; l'union de l'homme et de la femme est production : et cette production est œuvre divine; fécondation, génération, voilà ce qui fait l'immortalité de l'animal mortel.
Page 288 - Ainsi j'oserais dire que presque tous les mots sont originairement des termes généraux , parce qu'il arrivera fort rarement qu'on inventera un nom exprès sans raison pour marquer un tel individu. On peut donc dire que les noms des individus étaient des noms d'espèce qu'on...
Page 318 - Je le demande, quelle ne serait pas la destinée d'un mortel à qui il serait donné de contempler le beau sans mélange, dans sa pureté et sa simplicité, non plus revêtu de chairs et de couleurs humaines, et de tous ces vains agréments condamnés à périr ; à qui il serait donné de voir face à face sous sa forme unique, la beauté divine...

Informations bibliographiques