Pour le pire

Couverture
SKA, 28 avr. 2014
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

Le jeu ou l’errance comme ultime échappatoire d’une vie insupportable

Le cinq, suivi du vingt-et-un... Sa date de naissance et celle de son fils ! Le neuf et le dix-neuf, qu’elle coche au hasard, sortent à leur tour. Irène ne veut pas montrer la tension qui monte en elle. Un raidissement la saisit au niveau de la nuque. Un nouveau numéro s’affiche : le deux ! Elle l’a. Le suivant également. Et le suivant aussi... Ses doigts se crispent autour de la tasse froide. Irène ne bouge pas. Elle ne veut rien montrer. Il ne manque plus qu’un numéro et elle saura... Le quatre, il lui faut le quatre !

Dans ses deux nouvelles, Frédérique Trigodet brosse avec brio le portrait de deux femmes fuyant leur quotidien étriqué, l’une dans le jeu et l’autre dans l’errance ; leur destin sera fatal. Du sombre noir, par une nouvelliste de très grand talent.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

À propos de l'auteur (2014)

Collectionneuse de petits boulots le jour (nounou, pigiste, animatrice…) Frédérique Trigodet écrit des nouvelles le soir, voire la nuit. Le reste du temps, se dope au café dans les bars et rêve d’habiter en Bretagne, si possible au vert. Collectionneuse de surnoms (Fred ou SuperNounou au quotidien, EmmaBovary sur le net, « Madone des bistrots » pour Sylvette H.). A toujours un mal fou à trouver des noms pour ses personnages. Collectionneuse de publications en revues ou recueils collectifs ainsi que de lettres de refus d’éditeurs. A animé le fanzine littéraire « Pr’Ose ! » (nouvelle et texte court) pendant huit ans. Collectionneuse d’instants et de mots (le « éparpillé façon puzzle » d’Audiard dans « Les Tontons flingueurs » par exemple…). S’occupe d’ateliers d’écriture et tente d’en faire son métier: http://proseecriture.jimdo.com/

Informations bibliographiques