Œuvres complètes de Rollin, Volume 27

Couverture
F. Didot, 1821
 

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 194 - En effet, il ne suffit pas de regarder seulement devant ses yeux, c'est-à-dire de considérer ces grands événements qui décident tout à coup de la fortune des empires. Qui veut entendre à fond les choses humaines, doit les reprendre de plus haut; et il lui faut observer les inclinations et les mœurs, ou, pour dire tout en un mot, le caractère tant des peuples dominants en général que des princes en particulier, et enfin de tous les hommes extraordinaires qui, par l'importance du personnage...
Page 147 - ... la force de la conscience, et le fruit de la sainte éducation donnée par Jacob à sa famille-, qui n'a pas toujours été fidèle à la lumière, mais qui ne s'est point efforcée de l'éteindre, et qui a respecté la loi qui condamnait ses actions. C'est justement, se di- Gen.
Page 7 - On peut dire que l'histoire est l'école commune du genre humain, également ouverte et utile aux grands et aux petits, aux princes et aux sujets, et encore plus nécessaire aux grands et aux princes qu'à tous les autres...
Page 55 - ... réputation le découvre ; il marche sans suite et sans équipage , mais chacun dans son esprit le met sur un char de triomphe. On compte, en le voyant, les ennemis qu'il a vaincus, non pas les serviteurs qui le suivent; tout seul qu'il est , on se figure autour de lui ses vertus et ses...
Page 149 - Rachel, sa mère, et il leur dit : Est-ce là le plus jeune de vos frères dont vous m'aviez parlé? Mon fils, ajouta-t-il, je prie Dieu qu'il vous soit toujours favorable.
Page 207 - Cyrus aussi souvent qu'il la demandait, il eut le malheur de déplaire à ce jeune prince, qui lui en marqua , dans cette occasion , son ressentiment.
Page 36 - Philopémen, dis -je, était pour l'ordinaire vêtu fort simplement, et marchait assez souvent sans suite et sans train. Il arriva seul en cet état dans la maison d'un ami qui l'avait invité à prendre un repas chez lui. La maîtresse du logis , qui...
Page 32 - Trajan , y fit remettre par-tout le nom de ce prince, sans souffrir qu'on y substituât le sien. Tous les grands empereurs ont eu la même modération ; et l'on voit encore aujourd'hui qu'il ya beaucoup plus de médailles frappées à la gloire des princes qui ont réparé les édifices publics et les monuments de leurs prédécesseurs, qu'à l'honneur de ceux qui en ont fondé de nouveaux.
Page 242 - Cet homme vous at-il fait quelque mal , lui dit Aristide , pour le condamner ainsi ? Non , répliqua l'autre , je ne le connais pas même ; mais je suis fatigué et blessé de l'entendre par-tout appeler le Juste. Aristide, sans répondre une seule parole, prit tranquillement la coquille , y écrivit son nom , et la lui rendit. Il partit pour son exil en priant les dieux de ne pas permettre qu'il arrivât à sa patrie aucun accident qui le fit regretter.
Page 8 - Egyptiens, où les princes comme les particuliers étaient cités et jugés après leur mort, et que par avance, elle leur montre la sentence qui décidera pour toujours de leur réputation. Enfin, c'est elle qui imprime aux actions véritablement belles le sceau de l'immortalité, et qui flétrit les vices d'une note d'infamie que tous les siècles ne peuvent effacer. C'est par elle que le mérite méconnu pour un temps, et la vertu opprimée, appellent au tribunal incorruptible de la postérité,...

Informations bibliographiques