Relation des campagnes du général Bonaparte en Égypte et en Syrie

Couverture
P. Didot l'aîn é, 1801 - 183 pages
 

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 106 - Soldats, nous avons une carrière de fatigues et de dangers à courir; après avoir mis l'Orient hors d'état de rien faire contre nous pendant cette campagne, il nous faudra peutêtre repousser les efforts d'une partie de l'Occident. Vous y trouverez une nouvelle occasion de gloire; et si, au milieu de tant de combats, chaque jour est marqué par la mort d'un brave, il faut que de nouveaux braves...
Page 6 - Français s'avancent vers l'enceinte qu'ils se disposent à escalader, malgré le feu des assiégés et une grêle de pierres qu'on fait pleuvoir sur eux; généraux et soldats escaladent les murs avec la même intrépidité. Le général Kléber est atteint d'une balle à la tête; le général Menou est renversé du haut des murailles qu'il avait gravies et est couvert de contusions.
Page 144 - Aussitôt que nous aperçûmes les ennemis, le général Friant forma trois gros corps de troupes pour les envelopper et les empêcher de gagner le désert. Cette manœuvre réussit fort bien ; dans un instant, mille de ces rebelles sont tués et noyés : le reste eut toutes les peines du monde à s'échapper, et ne fit sa retraite qu'à travers des milliers de coups de fusil, Nous ne perdîmes personne : on prit cinquante 'chevaux que leurs maîtres avaient abandonnés...
Page 101 - Doutez-vous, qu'en vous envoyant ainsi dans une région lointaine, son unique but n'ait pas été" de vous exiler de la France , de vous précipiter dans un abîme de dangers, et de vous faire périr tous tant que vous êtes ? Si , dans une ignorance absolue de ce qui en est , vous êtes entrés sur les terres...
Page 15 - Chebreiss : malheureusement la violence des vents ne permit pas de suivre en tout ces dispositions. La flottille dépasse la gauche de l'armée, gagne une lieue sur elle, se trouve en présence de l'ennemi , et se voit obligée d'engager un combat d'autant plus inégal qu'elle avait à la fois à soutenir le feu des mameluks et à se défendre contre la flotte ennemie.
Page 16 - Tout à coup ils s'ébranlent par masses, sans aucun ordre de formation, et caracolent sur les flancs et les derrières; d'autres masses fondent avec impétuosité sur la droite et le front de l'armée. On les laisse approcher jusqu'à la portée de la mitraille. Aussitôt l'artillerie se démasque et son feu les met en fuite.
Page 149 - Arabes d'Iambo qui font feu de toutes paris; nos soldats qui entrent dans la barque et qui y mettent à mort tout ce qui s'y trouve. Le chef de brigade Eppler, excellent officier et d'une bravoure distinguée, commandait dans le village; il veut entrer dans la mosquée, il en sort un feu si vif qu'il est obligé de se retirer; alors on...
Page 174 - En même temps un piquet de cavalerie a ordre de couper ce corps dans sa retraite sur le village. La division Lannes se porte sur la montagne de sable , à la gauche de la première ligne de l'ennemi , où il...
Page 161 - Copte , fort heureux de se sauver, vient rendre compte de sa réception au général Davoust , qui, après avoir fait sommer le village de rentrer dans l'obéissance et avoir porté des paroles de paix, le fait cerner et mettre tout à feu et à sang; mille habitans sont morts dans cette affaire.

Informations bibliographiques