Images de page
PDF
ePub

bardie. Entrer dans le port. Entrer au port. Le Soleil entre dans Ariès au Printemps. Entrer dans la lice. Entrer en lice. Chez les Juifs, il n'étoit permis qu'au Grand-Prêtre d'entrer dans le Sanctuaire.

On dit, qu'Un chapeau ne peut entrer, n'entre pas bien dans la téte, pour dire, que La tête ne peut entrer, n'entre pas bien dans le chapeau.

On dit figurément, qu'Il ne faut pas entrer dans le Sanctuaire, pour dire, qu'Il ne faut pas vouloir pénétrer dans les mystères que Dieu n'a point révélés, dans les secrets que les Princes veulent cacher.

Entrer en danse, se dit proverbialement et figurément, pour dire, S'engager ou se trouver engagé dans une affaire, dans une intrigue, dans une guerre dont on n'a été long-temps que spectateur. Il s'emploie aussi pour signifier, Être à son tour d'agir, de parler, d'être mis en jeu. C'est à vous à entrer en danse.

On dit, Entrer en prison, pour dire, Être mis en prison.

Entrer en Religion, pour dire, Prendre Thabit de Religieux ou de Religieuse.

Entrer en condition, entrer au service de quelqu'un, , pour dire, Devenir domestique de quelqu'un.

Entrer Page chez le Roi, chez un Prince. On dit aussi, Entrer en charge, pour dire, Prendre une charge. Il signifie aussi, Commencer à exercer une charge dont on est revêtu.

On dit, Entrer en exercice, pour dire, Commencer son année d'exercice; et dans ce sens il se dit De tout homme revêtu d'une charge dont l'exercice est alternatif ou triennal.

On dit, Le Parlement n'entre qu'après la Saint-Martin, pour dire, Le Parlement ne recommence à tenir ses séances qu'après la SaintMartin.

On dit la même chose des autres Cours et des autres Tribunaux.

On dit, Entrer à table, pour dire, Commencer à se mettre à table pour dîner ou pour souper. Ils ne font que d'entrer à table. On dit dans le même sens : Le Prédicateur ne fait que d'entrer en chaire. Le Prêtre vient d'entrer à l'autel.

On dit, Entrer dans le monde, entrer à la Cour, pour dire, Commencer à paroitre dans le monde, à la Cour.

Il signifie encore, Pénétrer dans quelque chose. Le coup entre bien avant dans les chairs. Ce bois est si dur, que la cognée n'y sauroit

entrer.

On dit à peu près dans le même sens, qu'Un bruit entre dans la tête, entre dans les oreilles, pour dire, qu'll importune, qu'il étourdit.

On dit figurément, qu'On ne sauroit rien faire entrer dans la téte d'un homme, pour dire, qu'on ne sauroit lui rien faire comprendre.

On dit aussi, qu'on ne peut lui faire entrer une chose dans la tête, pour dire, qu'on ne peut la lui persuader.

On dit figurément, Entrer dans le sens,

[ocr errors]

dans la pensée d'un Auteur, pour dire, Pénétrer dans le sens, dans la pensée d'un Auteur. On dit aussi figurément, Vous n'entrez pas dans ma pensée, pour dire, Vous ne concevez pas ce que je veux vous faire entendre.

On dit encore figurément, Entrer dans les sentimens de quelqu'un, pour dire, Se conformer aux sentimens de quelqu'un. Et on dit dans le même sens, Entrer dans les expédiens qu'on propose.

On dit figurément, qu'Une chose n'est ja- | mais entrée dans l'esprit, dans la pensée, dans la tête, dans l'imagination, pour dire, qu'on ne l'a jamais crue, qu'on n'y a pas même songé. Il ne m'est jamais entré en pensée qu'il pút manquer à son devoir. Il ne m'est jamais entré dans l'esprit, dans la tête que cela pût étre. Il ne m'est jamais entré dans l'imagination de faire ni de dire telle chose. Ce sont de ces choses qui ne sont jamais entrées dans l'esprit.

On dit, Cela n'est jamais entré dans la tête de personne, pour dire, qu'Une chose est si absurde et si extravagante, que personne n'a eu une pareille idée.

On dit, Faire entrer quelque chose dans un traité, dans un livre, dans un discours, pour dire, L'y insérer, l'y placer.

On dit, Entrer dans sa vingtième année, dans sa trentième année, etc. pour dire, Coinmencer à être dans sa vingtième, dans sa trentième année.

On dit figurément, Entrer en preuve, en matière, etc. pour dire, Entamer une preuve, une matière.

Entrer en procès, en guerre, en débat, en contestation, en dispute, etc. pour dire, Commencer un procès, une contestation, etc. On dit dans le même sens, Entrer en explication.

On dit, Entrer en colère, en furie, pour dire, Se mettre en colère, en furie.

On dit Des femelles de certains animaux, qu'Elles entrent en chaleur, en amour, pour dire, qu'Elles commencent à être chaudes.

On dit, Entrer en connoissance de cause, en payement, pour dire, Commencer à prendre connoissance, à payer une partie de ce qu'on

[blocks in formation]

parler, etc. On dit, Entrer en négociation, pour dire, Entamer une négociation.

On dit, qu'Une drogue entre dans la composition d'un remède, pour dire, qu'Elle fait partie d'un remède. En ce sens il se met aussi impersonnellement. Il entre de l'esprit de vitriolles dans ce remède. Il y entre du quinquina.

On dit figurément, qu'Il entre de l'ambition et de l'intérêt dans quelque dessein, pour dire, que L'ambition et l'intérêt s'y mélent, y ont part.

On dit aussi dans le même sens, Il entre bien de l'homme en cela, pour dire, que C'est par des considérations humaines qu'on agit.

On dit aussi, Il entre tant de drap, tant d'étoffe dans cet habit, dans cet ameublement, pour dire, qu'Il faut tant de drap, tant d'étoffe pour cet habit, pour cet ameublement. Et dans toutes ces dernières phrases, ce verbe est comme impersonnel.

On dit, qu'Un Auteur, un Prédicateur, un Peintre entre bien dans les passions, pour dire, qu'Il les exprime bien, qu'il les représente bien.

Cn dit aussi, qu'Un Comédien entre bien dans la passion, dans le caractère de son per| sonnage, pour dire, qu'Il paroît ressentir la passion, qu'il semble être véritablement la personne qu'il représente.

On dit, Entrer dans le détail des choses, pour dire, Examiner les choses en détail.

On dit aussi absolument, Entrer dans le détail, pour dire, Expliquer une chose en détail.

On dit en termes de Palais, Entrer en ordre parmi d'autres créanciers, pour dire, Être mis dans l'ordre, dans le rang de ceux qui doivent être payés.

Entrer en comparaison, en parallèle, pour dire, Etre mis en comparaison, en parallèle. Entrer en concurrence avec quelqu'un, pour, Devenir son concurrent.

|

Entrer en composition, pour dire, Écouter propositions d'un accommodement. Entrer en défiance, en soupçon, etc. pour dire, Concevoir du soupçon, de la défiance.

Cn dit figurément, Entrer dans une affaire, pour dire, Prendre part dans une affaire, soit pour la conduire, soit pour en tirer du profit.

On dit aussi, en parlant d'Une affaire d'intérêt, qu'Un homme y entre pour tant, pour dire, qu'Il y est intéressé pour un tel denier.

On dit, Entrer dans les Affaires du Roi, et absolument, dans les Affaires, pour dire, Être intéressé dans les Fermes, les Sous-Fermes, les Traités, et autres objets de Finances.

On dit aussi figurément, Entrer dans les secrets, dans les plaisirs, dans les intérêts, dans la douleur de quelqu'un, pour dire, Avoir part aux secrets, aux plaisirs de quelqu'un; prendre part à sa douleur, à ses intérêts.

On dit, Entrer en goit, pour dire, Commencer à prendre goût à quelque chose.

ENTRE, EE. participe.

ENTRE-RÉPONDRE, v. qui ne s'emploie qu'avec le pronom persoanel, s'ENTRE-RÉPONDRE. Se répondre l'un à l'autre. Ces deux choeurs de Musique s'entre-répondoient.

ENTRE-SECOURIR, v. qui ne s'emploie qu'avec le pronom personnel, s'ENTRE-SECOURIR. Se secourir mutuellement. Les troupes sont bien postées pour s'entre-secourir.

ENTRE-SOL. s. m. Logement pris sur la hauteur d'un étage. Un bel entre-sol. Un entre sol obscur. Entre-sol bien éclairé.

Il se dit plus communément d'Un logement pratiqué dans la partie supérieure du rez-dechaussée.

ENTRE-SUIVRE, verbe qui ne s'emplois

qu'avec le pronom personnel, s'ENTRE-SUI- | personnel: Il a de quoi s'entretenir honnêteVRE. Aller de suite l'un après l'autre, Les jours et les nuits s'entre-suivent.

ENTRETAILLE. subst. f. Terme de Danse. C'est le nom d'un pas qui se fait en jetant un pied à la place de l'autre.

ENTRETAILLE. s. f. Terme de Gravure. Taille légère qu'on glisse entre des tailles plus fortes, pour donner de l'effet à certaines parties.

ENTRE-TAILLER. verbe qui ne s'emploie qu'avec le pronom personnel, s'ENTRE-TAILLER. Il ne se dit qu'en parlant d'Un cheval qui se heurte les jambes l'une contre l'autre cn marchant, et qui s'entrecoupe. Un cheval qui s'entre-taille.

ENTRETAILLURE. s. f. Blessure que se fait lui-même un cheval qui s'entre-taille. Cette entretaillure est facheuse.

ENTRE-TEMPS. s. m. Intervalle de temps qui s'écoule entre deux actions. Je n'ai fait qu'aller et venir, dans cet entre-temps vous étes arrivé. Il profita de l'entre-temps.

ENTRETENEMENT. s. m. Subsistance; ce qu'on donne à quelqu'un pour vivre, pour s'habiller, etc. Il faut beaucoup d'argent pour l'entretenement d'une armée, pour l'entretènement des troupes. Il faut tant pour l'entretènement de cet Hôpital. Il est de peu d'usage, excepté en style de Finances et de Palais; et l'on dit plus ordinairement, Entretien.

Il se dit aussi pour L'entreprise d'entretenir les chemins, le pavé des rues. Il est chargé de l'entretènement du pavé de Paris.

ENTRETENIR. v. a. Arrêter et tenir ensemble. Cette pièce de bois entretient toute la charpente.

S'ENTRETENIR, se tenir réciproquement. Ccs deux pièces de bois s'entretiennent.

ENTRETENIR, signifie aussi, Tenir en bon état. Entretenir un bâtiment, un jardin. Entretenir les ponts, les chaussées, les chemins. Entretenir une maison de couverture. Entretenir la couverture d'un bâtiment.

Il signifie encore, Faire qu'une chose, qu'une personne subsiste, continue dans un certain état. Entretenir commerce. Entretenir la paix. Entretenir l'amitié. Entretenir la correspondance, des correspondances dans les Pays étrangers. Entretenir bonne correspondance avec ses alliés. Entretenir des intelligences avec les ennemis. Entretenir la désunion dans une famille. Entretenir une famille en union, en concorde. Entretenir des peuples dans l'erreur. Entretenir des parens dans l'union. Entretenir le feu. Les Vestales entretenoient le feu sacré. Les bons offices entretiennent l'amitié,

On dit, Entretenir un homme d'espérance, l'entretenir de belles promesses, pour dire, L'amuser en lui faisant espérer, en lui promettant beaucoup de choses.

Il signifie aussi, Fournir les choses nécessaires à la subsistance. Entretenir ses enfans. Entretenir sa maison. Entretenir une armée. Entretenir un enfant Collége, à l'Académie. Entretenir une garnison. On dit dans le même sens avec le pronom

au

|

ment. Il s'entretient de ce que le Roi lui donne. Il s'entretient d'habits, de linge, etc. Je donne tant à mon valet pour s'entretenir. Il s'entretient de tout. On l'emploie aussi pour, Se conserver. Cette femme s'entretient toujours fratche. Des chevaux qui s'entretiennent gras. L'union ne s'entretient pas long-temps entre des personnes qui ont des intérêts contraires. Il y a des arbres qui s'entretiennent toujours verts.

On dit, Entretenir un grand train, un grand équipage, etc. pour dire, Avoir beaucoup de valets, de chevaux, etc.

On dit, Entretenir une femme, pour dire, Faire subsister une femme avec laquelle on est

[blocks in formation]

S'entretenir avec Dieu, pour signifier, Penser à Dieu, méditer la parole de Dieu.

On dit, Entretenir ses pensées, entretenir ses réveries, pour dire, Penser à quelque chose, méditer, rêver.

ENTRETENU, UE. participe.

On appelle dans les troupes, Capitaine entretenu, Un Capitaine payé par le Roi, quoiqu'il n'ait point de compagnie sur pied.

On dit plus ordinairement, Capitaine réformé.

On dit, Une femme entretenue, pour dire, Une femme que son galant fait subsister.

Entretenu, se dit en termes de Blason, Des clefs et autres choses pareilles, liées ensemble par leurs anneaux.

ENTRETIEN. s. m. Subsistance; ce qu'on donne à quelqu'un pour vivre et pour s'habiller. Il dépense tant pour l'entretien de sa maison. Fournir à l'entretien d'une garnison,

d'une armée.

Il signifie aussi Ce que l'on dépense pour maintenir une chose en état. Ce batiment est de grand entretien.

Il siguifie encore simplement Ce que l'on donne à sa femme, à son fils, à son domestique pour subsister, et pour ses menus plaisirs. Il donne tant à sa femme, il donne tant à son fils pour son entretien.

ENTRETIEN, signifie aussi, Conversation, les discours, les propos qui sont la matière de la conversation. Entretien familier. Entretien sérieux. Il eut un grand entretien avec lui. Nous

eûmes un long entretien ensemble. Il interrompit notre entretien. Il troubla notre entretien.

On dit d'Une personne, d'une chose dont tout le monde parle, qu'Elle fait l'entretien du public, de toutes les sociétés.

On appelle Entretiens spirituels, Des discours de piété que les Ecclésiastiques font dans les assemblées convoquées pour cet effet.

ENTRETOILE. s. f. Espèce de réseau ou de dentelle qu'on met entre deux bandes de toile pour servir d'ornement.

ENTRETOISE. s. f. Terme de Charpenterie. Pièce de bois qui se met entre d'autres pour les soutenir.

On appelle Entretoise croisée, Un assemblage de pièces de bois en forme de sautoir.

ENTREVOIR. v. a. (Il se conjugue comme Voir.) Voir imparfaitement, ou en passant. Le témoin n'a pu reconnoltre le meurtrier, parce qu'il n'avoit fait que l'entrevoir. J'entrevois quelque chose. Il ne voit pas distinctement, il ne fait qu'entrevoir.

Il se dit aussi Des vues de l'esprit. J'ai entrevu les desseins, les intentions de cet homme. Nos lumières sont si foibles, que nous ne faisons qu'entrevoir la vérité.

S'ENTREVOIR. Avoir une entrevue. Pour accommoder, pour finir leur affaire, il faudroit qu'ils s'entrevissent. Ils s'entrevirent dans une

telle maison:

Il signifie aussi, Se rendre visite. Ils sont si voisins, qu'ils s'entrevoient souvent les uns chez les autres. Il n'est plus guère d'usage en

ce sens.

ENTREVOUS. s. m. Terme de Maçonnerie. On donne ce nom à l'intervalle d'une solive à l'autre dans un plancher, et aux espaces gar nis de plâtre qui sont entre les poteaux d'une cloison.

ENTREVUE. s. f. Visite, rencontre concertée entre deux ou plusieurs personnes pour se voir, pour parler d'affaires. Ils ont eu plusieurs entrevues. La première entrevue se passa en complimens. Demander une entrevue. Convenir d'une entrevue.

ENTR'OUÏR. v. act. Ouir imparfaitement. J'ai entr'ouï sa voix. J'ai entr'ouï quelque chose de ce que vous me dites là.

ENTR'Oui, iE. participe.

ENTR'OUVRIR. v. act. Ouvrir à demi, ouvrir un peu. Entr'ouvrir la porte, la fenêtre. Entr'ouvrir les yeux.

Il s'emploie quelquefois avec le pronom personnel. La terre s'entr'ouvre. Les roses commencent à s'entr'ouvrir. À la fin ses yeux s'entr'ouvrirent. Cette voûte commence à s'entr'ouvrir. ENTR'OUVERT, ERTE. participe.

On dit, qu'Un cheval est entr'ouvert, ponr dire, qu'Il a fait quelque effort, et qu'il s'est écarté les jambes de derrière avec un mouvement si violent, qu'il lui en reste une grande incommodité.

ENTURE. s. f. L'endroit où l'on place une ente. Il faut faire l'enture avant que de placer, l'ente, autrement dite la greffe.

[blocks in formation]

ENVAHI, IE. participe.

ENVAHISSEMENT. s. m. L'action d'envahir. L'envahissement d'une Province. Il a des projets d'envahissement.

ENVELOPPE. s. f. Ce qui sert à envelopper. L'enveloppe d'un paquet. Óter, défaire l'enveloppe d'un paquet. Enveloppe de cuir, de toile cirée. Papier d'enveloppe. Toile d'enveloppe. Sur l'enveloppe étoit écrit, à Monsieur...

On dit, Ecrire sous l'enveloppe de quelqu'un, pour dire, Mettre sous l'adresse de quelqu'un des lettres qui sont pour un autre.

ENVELOPPE, en termes de Fortifications, signifie Un ouvrage qui en couvre, qui en défend un autre. Première, seconde enveloppe.

On dit aussi, qu'Une herbe a envenimé la bouche, pour dire, qu'Elle y a causé des éle

vures.

On dit, Envenimer une plaie, pour dire, La rendre plus douloureuse, plus difficile à guérir. Il a envenimé sa plaie en la grattant.

On dit, Envenimer un discours, un fait, le récit d'un fait, pour dire, Les rapporter d'une

manière odieuse.

Et on dit, Envenimer l'esprit de quelqu'un, pour dire, L'aigrir, l'irriter. Il a envenime l'esprit dè cet homme-là. Il l'a envenimé con

tre moi.

[ocr errors]

vais côté de l'étoffe ; Mettre un collet et des manchettes à l'envers, C'est les mettre en sorte que le côté de la couture soit en dehors; et, Tomber à l'envers, C'est tomber sur le dos.

Il s'emploie aussi figurément en diverses significations. Ainsi on dit familièrement, que Les affaires d'un homme vont à l'envers, pour dire, qu'Elles vont mal; et, qu'Un homme a l'esprit à l'envers, pour dire, qu'll a l'esprit faux, qu'il manque de jugement. On dit aussi, Cet accident lui a mis la téte à l'envers, pour dire, Lui a troublé l'esprit.

On dit populairement, Mettre l'âme à l'envers à quelqu'un, pour dire, Le tuer.

ENVI. s. m. Il ne se dit qu'en cette façon de parler adverbiale, à l'envi, Avec émulation. Ils étudient à l'envi. Ils travaillent à l'envi l'un de l'autre. À l'envi les uns des autres.

ENVIE. s. f. Chagrin qu'on ressent du bonheur, des succès, des avantages d'autrui. Envie maligne, secrète. Avoir une mortelle envie contre quelqu'un. Etre rongé d'envie. L'envie le dévore. Sécher d'envie. Sa bonne fortune lui attire l'envie de tout le monde. Exciter l'envie. Son mérite est au-dessus de l'envie, hors des atteintes de l'envie. Les traits de l'envie. Il ne peut voir personne dans la prospérité sans lui porter envie.

On dit, Faire envie, pour dire, Donner de

ENVENIMÉ, ÉE. participe. Langue envenimće. l'envie, exciter l'envie; et l'on dit dans ce sensDiscours envenimés. là, qu'Il vaut mieux faire envie que pitié.

ENVERGER. v. a. Garnir de petites branches d'osier.

ENVERGÉ, ÉE. participe.

ENVERGUER. v. a. Terme de Marine, qui signifie, Attacher les voiles aux vergues. ENVERGUÉ, ÉE. participe.

ENVERGURE. s. fém. Terme de Marine, Arrangement des voiles avec les vergues et les mâts.

Il signifie aussi L'étendue qu'il y a entre les deux extrémités des ailes déployées d'un volatile. Il y a des volatiles qui ont jusqu'à vingt

ENVELOPPER. v. act. Mettre autour de quelque chose une étoffe, un linge, etc. quienferme, qui environne de tous côtés. Envelop-cinq pieds d'envergure. per du linge, des habits. Envelopper des confitures sèches dans du papier. S'envelopper le doigt, la tête avec du linge. S'envelopper le corps de son manteau.

Il signifie aussi, Cacher, déguiser. Les Poëtes ont enveloppé la vérité sous des fables. Il enveloppe à dessein sa pensée.

On dit en ce sens, Envelopper quelque chose, Quand on raconte en paroles couvertes et honnêtes quelque chose de trop libre.

Il veut dire aussi figurément, Environner, entourer. Envelopper l'ennemi de toutes parts. Il faut envelopper cette hauteur, ce village.

On dit figurément, Envelopper quelqu'un dans une accusation, dans une deposition, dans un crime, pour dire, Le comprendre avec d'autres dans une accusation, dans une déposition, dans un crime. On l'a enveloppé mal à propos dans cette affaire, dans ce procès. ENVELOPPÉ, ÉE. participe.

On dit, Se trouver enveloppé dans de mauvaises affaires, pour dire, S'y trouver engagé, Tome I.

ENVERS. Préposition. A l'égard de. Charitable envers les pauvres. Pieux envers Dieu. Ingrat envers son bienfaiteur. Traître envers sa Patrie.

On dit, Je vous servirai, je vous aiderai, je vous défendrai envers et contre tous, pour dire, Contre tout le monde; et alors on ne se sert d'Envers, qu'en le joignant avec Contre.

ENVERS. s. m. On appelle ainsi dans une étoffe, Le côté le moins beau; et dans un ouvrage de toile, comme des collets, manchettes, chemises, Le côté de la couture. Voilà l'endroit de cette étoffe, voilà l'envers. Elle n'a ni endroit ni envers.

On appelle Une étoffe à deux envers, Celle dont les deux côtés sont également beaux, c'està-dire, proprement, Sans envers. Serge à deux envers. Velours à deux envers.

À L'ENVERS. Façon de parler adverbiale, qui a différentes significations selon les différentes choses auxquelles on l'applique. Ainsi, Mettre un manteau à l'envers, C'est le mettre du mau

On dit proverbialement, Les envieux mourront, mais non jamais l'envie; et figurément, Le serpent de l'envie a sifflé dans son cœur,

On dit, Porter envie à quelqu'un, pour dire simplement, Souhaiter un bonheur pareil au sien, sans en avoir de déplaisir. Et l'on dit dans le même sens, Je porte envie à mon ami de ce qu'il a le plaisir d'être avec vous. On emploie Envie dans le même sens, lorsqu'on dit, Mon sort est digne d'envie.

ENVIE, signifie aussi Désir, volonté. Grande envie. Légère envie. Envie déréglée, désordonnée, furieuse, immodérée. Avoir envie, une extrême envie de dire, de savoir, d'apprendre, etc. Avoir envie de manger, de dormir, de parler. Je n'ai nulle envie de vous nuire. Il ne vouloit point de cette terre, mais on lui en a fait venir l'envie, on lui en a fait naître l'envie. Il a envie de ce tableau. On lui en a donné envie. Si l'envie lui en prend. Il lui a pris envie de se retirer. L'envie lui a pris d'aller à Rome. Je brúle d'envie, je meurs d'envie de vous revoir. Je meurs d'envie que vous soyez content. L'envie voyager lui a passé.

de

ENVIE, signifie quelquefois Besoin. J'ai grande envie de dormir.

On dit, Pusser son envie de quelque chose, pour dire, Satisfaire le désir qu'on a d'une chose. Et on dit, L'envie lui en est passée, lui en a passé, pour dire, Il ne la désire plus.

On dit, Faire passer l'envie de quelque chose à quelqu'un, pour dire, Ou l'en rassasier, ou l'en dégoûter.

On appelle Envie de femme grosse, Le désir subit et pressant, souvent même désordonné, 65

[blocks in formation]

Il se dit aussi De toutes les choses sur lesquelles on porte sa réflexion, et que l'on considère en esprit. Le Sage n'envisage pas les richesses comme un bien. Envisager l'avenir. ENVIELLI, IE. participe. Ce mot n'est en usage Envisager la mort, les tourmens, le péril, la qu'au figuré. Pécheur envieilli. Erreurs, habi-pauvreté, sans en être ému. Il a envisagé la tudes envieillies.

ENVIER. v. a. Etre attristé des avantages d'autrui. Tout le monde l'envie. Envier le bonheur d'autrui. Je ne lui envie point sa bonne fortune. Les grands, les favoris sont ordinairement enviés. À l'actif, il se dit plus souvent Des choses que des personnes.

On dit aussi, Envier, pour dire simplement. Souhaiter pour soi-même un bonheur pareil à celui qu'un autre possède, sans être fâché qu'i. l'ait. Je voudrois bien étre aussi indépendant que vous, j'envie votre bonheur.

Il se prend quelquefois pour Désirer. Voilà le poste du monde que j'envierois le plus, pour 'dire, Que je désirerois le plus.

ENVIE, EE. participe.

On dit, Une charge, une place bien enviée, pour dire, Une charge fort recherchée, for souhaitée de tout le monde.

ENVIEUX, EUSE. adj. Qui a de l'envic. qui est sujet à l'envie. Un homme envieux, une femme envieuse. Il et envieux de ma bonne fortune. Envieux du bien d'autrui. Un esprit envieux.

Il est aussi substantif. Un envieux n'a ja mais de repos. Les envieux sont toujours tourmentés.

[ocr errors]

mort comme la fin de ses misères. Il envisagea le Ciel comme le but de ses espérances. Envisuger les suites d'une affaire. Nous envisageons la nature sous d'autres points de vue que les Anciens,

ENVISAGE, ÉE. participe.

ENVOI. s. m. Action par laquelle on envoie. l se dit particulièrement Des marchandises. Cette marchandise est de bon débit, on en a déjà fait deux envois à.... Par l'envoi d'un tel jour, on dit avoir reçu.............

ENVOI, dans de certains ouvrages de Poésie, comme les Chants Royaux et les Ballades, est un couplet qui termine la Ballade, et qui sert à adresser l'ouvrage à celui pour qui il a été fait.

ENVOILER, verbe qui s'emploie avec le pronom personnel, s'ENVOILER. Terme de Serrurerie, qui signifie, Se courber, et qui se dit Du fer à la trempe. Il s'envoile.

ENVOISINE, ÉE. adj. Celui qui a des voisins. Il est fort bien, fort mal envoisiné. Il est familier.

ENVOLER, v. qui s'emploie avec le pronom personnel, s'ENVOLER. Prendre son vol s'enfuir en volant. Les oiseaux étoient déjà 'rus, ils se sont envolés. Le moindre bruit fait

ENVIRON. adv. À peu près, un peu plus.nvoler les canards. un peu moins. Il y a environ deux heures, en On dit fig rément, que Le temps s'envole, viron dix ans. Son armée étoit d'environ vingue l'occasion s'envole, pour dire, que Le mille hommes. Il avoit fait environ deux lieues. Combien y a-t-il dans ce sac? Il y a environ trois cents francs, quatre cents francs ou environ.

ENVIRONNER. v. a. Entourer, enfermer, être autour de quelque chose ou de quelqu'un. Environner une Ville de fossés, de murailles Les ennemis environnoient la Place, Le Prevó et ses Archers avoient environné la maison. Le Gardes, les Gentilshommes, les Courtisans qu environnoient le Roi.

Cn dit aussi au figuré: Les dangers l'environnoient de toutes parts, Les malheurs qui l'environnent. Il est environné de flatteurs. L'éclat qui l'environne. Il est environné de gloire. Cette affaire est environnée d'épines.

ENVIRONNÉ, ÉE. participe.

ENVIRONS. s. m. plur. Lieux d'alentour. Paris et ses environs. L'armée se logea aux environs de la Place. Il ne s'est pas éloigné de la

temps, l'occasion, passent rapidement. Avec l'âge, les plaisirs s envolent, pour dire, qu'En vieillissant on perd le goût des plaisirs.

On dit proverbialement et figurément, Lorsqu'on cherche une personne ou une chose en n endroit où elle n'est plus, Il n'y a plus que le nid, les oiseaux s'en sont envolés. ENVOLÉ, ÉE. participe. Les oiseaux sont envolés.

ENVOÛTER. v. a. Terme de Magie. Piquer déchirer, brûler une image de cire avec cer taines paroles ou cérémonies, dans la pensée que la personne représentée par cette image souffrira les mêmes maux.

ENVOÛTÉ, ÉE. participe. ENVOYER. v. a. J'envoyois, vous envoyicz, nous envoyions. Futur de l'indicat. J'enverrai, Conditionnel. J'enverrois. Subjonctif. Que j'envoye ou j'envoie, que vous envoyiez. Donner ordre, faire en sorte qu'une personne aille, ou

[ocr errors]

qu'une chose soit portée en un certain lieu. Envoyer un homme à la campagne, en Province, en Italie, en mer, à la Ville. Envoyer des chevaux. Envoyer un paquet par le Messager, par le Courrier. Envoyer des étrennes. Envoyer du secours dans une Place. Les ennemis envoyèrent reconnoître la Place. Envoyer faire compliment. Envoyer demander quelque chose à quelqu'un.

On dit familièrement, Envoyer en l'autre monde, dans l'autre monde, pour dire, Faire mourir. On dit d'Un Médecin malhabile, qu'Il envoyé son malade dans l'autre monde. ENVOYER, se dit aussi dans les choses morales. Les biens et les maux que Dieu nous

a

envoie......

[blocks in formation]

Il est quelquefois substantif; et alors il signifie Un Ministre envoyé d'un Prince Souverain, ou d'une République, dans la Cour d'un autre Prince; et c'est un grade inférieur à celui d'Ambassadeur. Il est Envoyé d'un tel Prince. Envoyé extraordinaire. Il n'y a point d'Ambassadeur de tel Prince en cette Cour, il n'y a qu'un Envoyé. Il a été Envoyé extraordinaire du Roi en tel Royaume. L'Envoyé de Florence, de Gènes.

On appelle La femme d'un Envoyé, En voyée. L'Envoyée de Gènes.

EOL

ÉOLIEN, ÉOLIQUE. adj. Voyez DIALECTE

et MODE.

ÉOLIPYLE. s. m. Boule de cuivre, de fer, etc. qui a une petite ouverture recourbée, et qui, étant remplie d'eau et approchée du feu, fait du vent jusqu'à ce que l'eau soit entièrement évaporée. On explique la nature et la cause des vents par la comparaison des Éolipyles.

EPA

ÉPACTE. s. f, Nombre de jours qu'on ajoute à l'année lunaire, pour l'égaler à l'année solaire, et qui sert à connoitre l'âge de la lune. On s en scrt aussi pour trouver le jour de Pâques et les Fêtes Mobiles. L'Epacte courante. La distribution des Epactes. Nous avons tant d'Epactes cette année.

ÉPAGNEUL, EULE. s. Chien de chasse à long poil, dont la race vient d'Espagne. Petit épagneul. Cette épagneule a le nez excellent.

EPAIS, AISSE, adj. se dit d'Un corps solide considéré par rapport à sa profondeur. Mur épais de tant de pieds. Planche épaisse de deux pouces. Un livre épais de trois doigts. Le verre trop épais n'est pas bon pour cet usage, Cet homme-là a une grande difficulté à parler, il a la langue épaisse. Du drap, du velours épais, etc.

On dit d'un homme, qu'Il est épais, par

opposition à Un homme d'une taille délice. It a la taille épaisse.

On dit dans le même sens, Un cheval épais, pour dire, Un cheval qui n'est pas fin.

On dit aussi, Brouillard épais, ténèbres épaisses, un air épais, nuit épaisse, ignorance épaisse, pour dire, Un grand brouillard, une grande obscurité, un air grossier, une nuit noire, et une ignorance profonde.

On dit figurément d'Un homme, qu'Il a l'esprit épais, l'intelligence épaisse, pour dire, qu'll a l'esprit grossier, lourd, pesant; qu'il a peine à comprendre.

On dit aussi dans le même sens : Un homme épais. Une taille épaisse.

On dit aussi, qu'Un homme a la mâchoire épaisse, que c'est une mâchoire épaisse, pour dire, qu'll a l'esprit pesant.

ÉPAIS, se dit aussi d'Un amas de certaines choses qui sont fort près les unes des autres. Ce bois est bien épais. Ces blés sont trop épais. Il y aura bien du foin dans ce pré, l'herbe y est bien épaisse. Des bataillons épais. Les cheveux épais. Il étoit dans le plus épais du bois.

Il se dit encore d'Une chose liquide qui prend une consistance plus ferme. Ce sirop n'est pas assez épais. De l'encre trop épaisse. Du vin trop épais. De la bouillie trop épaisse.

Il est quelquefois substantif, et signifie Épaisseur. Une pierre qui a deux pieds d'épais. Il y a de la neige deux pieds d'épais. Cette femme met beaucoup de rouge, elle en a toujours un doigt d'épais.

Il est quelquefois adverbe, comme en ces phrases: Cette graine ne se doit pas semer si épais. Il a neigé épais de trois doigts.

ÉPAISSEUR. s. f. La profondeur d'un corps solide. Cette pierre a tant de pieds de longueur et tant d'épaisseur. Dans l'épaisseur du mur. Ce diamant a une grande épaisseur. Pratiquer une armoire, un escalier, une cheminée dans l'épaisseur du mur.

On appelle L'épaisseur d'un bois, d'une forét, L'endroit où les arbres sont les plus près les uns des autres.

On dit, L'épaisseur des brouillards, l'épaisseur de l'air.

On dit aussi, L'épaisseur des ténèbres. ÉPAISSIR. v. a. Rendre épais. Mettez du sucre dans ce sirop pour l'épaissir. Les vapeurs épaississent l'air.

Il est aussi neutre. Le bouillon épaissit en cuisant.

Il s'emploie avec le pronom personnel. Le sirop s'épaissit. La langue s'épaissit.

On dit aussi De quelqu'un, Sa taille s'épaissit, pour dire, Il grossit.

[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

ÉPARGNANT, ANTE. adject. Qui use d'épargne, qui est trop ménager. Cet homme est trop épargnant. Il ne faut pas être si épargnant dans une occasion semblable. Il est d'hu.

FPAMPRÉ, ÉE. participe. ÉPANCHEMENT.s. m. Effusion. Épanche-meur épargnante. ment de bile. Son plus grand usage est au figuré. Epanchement de cœur. Epanchement de joie.

ÉPANCHER. v. a. Verser doucement, répandre. Epancher du vin, de l'huile.

On dit figurément, Epancher son cœur, pour dire, L'ouvrir avec sincérité, avec tendresse, avec confiance, etc. Epancher son cœur dans le sein de l'amitié.

ÉPANCHÉ, ÉE. participe.

ÉPANDRE. v. a. (Il se conjugue comme Rendre.) Jeter çà et là en plusieurs endroits, éparpiller. Il se dit Des choses liquides, et de celles qui peuvent aisément s'amasser ensemble et aisément se séparer, comme de l'eau, de la paille, du foin, du fumier, du sable, des pièces d'argent, etc. Ce fleuve épand ses eaux dans la campagne. Epandre du foin pour le faner. Épandre du fumier dans un champ pour l'engraisser. Epandre du grain dans une terre.

On dit figurement: Les Celtes s'épandirent dans l'Italie. Les Vandales s'épandirent dans l'Afrique, etc. Il est vieux, et l'on dit aujourd'hui, Répandre, dans le même sens.

Il s'emploie avec le pronom personnel, pour, S'étendre. Les caux s'épandirent par la cam pagne.

ÉPANDU, UE. participe.

ÉPANORTHOSE. s. f. Figure de Rhétorique, par laquelle on feint de rétracter ce qu'on avoit dit, comme trop foible, et l'on ajoute quelque chose de plus fort.

ÉPANOUIR, avec le pronom personnel, s'ÉPANOUIR, se dit Des fleurs qui commencent à déployer leurs feuilles et à sortir du boutoa. Les fleurs commençoient à s'épanouir. Un❘ bouton de rose qui s'épanouit. Le soleil fait épanouir les fleurs.

Dans le figuré, il est actif en cette phrase, Epanouir la rate, pour dire, Réjouir. Je lui ai fait un conte qui lui a bien épanoui la rate. Il est du style familier.

On dit, Son visage s'épanouit, son front s'épanouit, pour dire, qu'll se déride, qu'Il devient serein.

EPANOUI, IE. participe.

Il s'emploie au propre et au figuré. Unerose épanouie. Son visage étoit tout épanoui.

ÉPANOUISSEMENT. s. m. Action de s'épanouir. Le chaud contribue beaucoup à l'épa

On dit aussi au figuré, Son esprit s'épaissit nouissement des fleurs. tous les jours.

ÉPAISSI, IE. participe.

ÉPAISSISSEMENT. s. m. Condensation. L'épaississement des nues. L'épaississement des liqueurs. L'épaississement de la lymphe.

Il signifie aussi L'état de ce qui est épaissi. L'épaississement de la langue.

On dit aussi figurément : Epanouissement de rate. Épanouissement de cœur.

ÉPARCET. s. m. Espèce de foin fort commun en Dauphiné. Sa graine tient lieu d'avoine et d'orge. L'Éparcet est succulent et très-nourrissant.

ÉPARER, verbe qui ne s'emploie qu'avec

ÉPARGNE, s. f. Parcimonie, ménage dans la dépense. Epargne honteuse, sordide, considérable, mesquine, etc. Il a amassé de grands biens par son épargne. C'est un homme de grande épargne. Il faut aller à l'épargne. Il a beaucoup amassé par ses épargnes. Il a fait un grand batiment avec ses épargnes, de ses épargnes. Il vit de ses épargnes.

On appeloit autrefois L'Epargne, ce qu'on appelle aujourd'hui Le Trésor Royal, où l'on porte l'argent du Roi. Trésorier de l'Epargne. Billet de l'Epargne. Ordonnance de l'Epargne.

ÉPARGNE, se dit aussi Du temps et de toute autre chose qu'on ménage. Il n'y a point de plus belle épargne que celle du temps. Il affecte une grande concision dans son style, il va à l'épargne des mots,

Il y a une sorte de poire qu'on appelle Poire d'épargne.

ÉPARGNER. v. a. User d'épargne dans la dépense, employer avec réserve, ménager la dépense. Épargner son bien, son argent. Nous n'avons guère de provisions, il les faut épargner. On ne leur épargne pas l'argent. Le vin ne fut pas épargné à cette noce. N'épargnez pas ma bourse. Cette sauce est de haut goût, on n'y a pas épargné le sel, le poivre. Il est si avare, qu'il s'épargne jusqu'à la nourriture. On n'épargne rien pour vous satisfaire. J'espère que vous serez content de mes soins, je n'y épargnerai rien. Vous cherchez en vain à me persuader, épargnez-vous ce soin.

On dit figurém. Epargner sa peine, épargner ses pas, pour dire, Ménager ses peines, ses pas, ou s'exempter de la peine, s'exempter d'agir.

On dit, avec le pronom personnel, S'épargner, pour dire, Ménager ses soins, ses pas, son crédit. Quand il peut obliger, il ne s'y épargne pas. S'il peut vous nuire, il ne s'y épargnera pas.

Il se dit dans les choses morales. Epargnezmoi le chagrin, la douleur, la confusion, la honte.

On dit aussi figurément, Ne m'épargnez pas, pour dire, Employez-moi librement.

On dit aussi figurém., Epargner quelqu'un, pour dire, Ne lui faire pas tout le mauvais trai tement qu'on pourroit. Je pouvois lui faire beaucoup de mal, mais je l'ai épargné. On ne l'a pas taxé si haut que les autres, on l'a voulu épargner. La mort n'épargne personne. La peste épargna peu de gens.

On dit encore, Cet homme n'épargne personne, pour dire, qu'Il médit de tout le monde.

ÉPARGNER, est aussi un terme d'Art, pour dire, Ménager quelque chose dans la matière que l'on travaille, et faire en sorte qu'on en

« PrécédentContinuer »