Images de page
PDF
ePub

L'Amirauté de France. Les droits de l'Amirauté.

Il se prend aussi pour Le Siége de la Juridiction de l'Amiral. Lieutenant de l'Amirauté. Procureur du Roi en l'Amirauté, Faire juger une prise en l'Amirauté.

AMITIÉ. s. f. Affection que l'on a pour quelqu'un, et qui d'ordinaire est mutuelle. Ils vivent dans une grande amitié. Ancienne amitié. Etroité amitié. Ferme, constante amitié. Grande amitié. Bonne amitié. Amitié réciproque. Amitié sainte, sacrée, inviolable, véritable, tendre, sincère, cordiale. Amitié apparente. Amitié feinte, simulée, trompeuse, fausse. Les noeuds, les liens de l'amitié. Les lois, les devoirs, les engagemens de l'amitié. Les plaisirs, les douceurs, les tendresses de l'amitié. Les sentimens de l'amitié. Contracter amitié; et familièrement, Faire amitié avec quelqu'un. Entretenir l'amitié, renoncer à l'amitié, manquer à l'amitié. Rompre l'amitié. Renouer amitié. Répondre à l'amitié. Promettre, jurer amitié. Lier amitié. Cultiver l'amitié. Vivre en amitié. Faire quelque chose par amitié, par bonne amitié. Ils sont en grande amitié. Demander à quelqu'un son amitié. Recevoir quelqu'un dans son amitié. Prendre en amitié. Il n'y a guère de véritable amitié qu'entre égaux. J'ai toujours eu de l'amitié pour lui, et il n'en a jamais eu pour moi. Le Prince P'honore de son amitié.

On dit dans le style familier: Faites-moi l'amitié de parler de mon affaire à mes Juges. Faites-moi l'amitié d'aller jusque-là.

On dit aussi, Faites-moi cette amitié; et c'est pour dire, Faites-moi ce plaisir, faitesmoi le plaisir....

On dit proverbialement. Les petits présens entretiennent l'amitié, pour, Les petits soins, les moindres choses servent à lier davantage l'amitié.

AMITIÉ, se dit aussi De l'affection que les animaux ont pour les hommes. Ce chien a bien de l'amitié pour son maltre

On dit, en termes de Peinture, L'amitié des couleurs, pour, La convenance que certaines couleurs ont les unes avec les autres.

AMITIÉS, au pluriel, signifie Caresses, paroles obligeantes qui marquent de l'affection. Il m'a fait des amitiés. Il m'a fait mille amities. Faites-lui mes amitiés.

On le dit aussi au singulier! Faire amitié à quelqu'un. Il m'a fait amitié en toute occa

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors]

à une coquille en spirale qui ne se trouve que pétrifiée et dans le sein de la terre.

AMMONIAC, AQUE. adj. (On prononce les M, et le C final.) On le joint au mot Sel, pour désigner Un sel neutre formé par l'union du sel marin et de l'alcali qu'on nomme volatil. Il se tire de l'urine et des excrémens des chameaux. On dit, le Sel ammoniac. Il y a aussi une gomme - résine qu'on nomme Gomme ammoniaque.

AMN

AMNIOS. s. m. (On prononce l'M et l'S.) Terme d'Anatomie. Une des enveloppes du fœtus.

AMNISTIE. s. f. (On prononce l'M et l'S.) Pardon que le Souverain accorde à ses sujets, principalement pour crime de rébellion, ou de désertion. Le Roi accorda une amnistie générale. On publia l'amnistie. Accepter l'amnistie. Il fut compris dans l'amnistie. Ceux qui furent exceptés de l'amnistie.

AMO

AMODIATEUR. s. m. Qui prend une terre

à ferme. Il s'est rendu amodiateur d'une telle terre.

AMODIATION. s. f. Bail à ferme d'une terre en grain ou en argent. Faire l'amodiation d'une

rivière, et qui n'est d'usage qu'avec la particule De. Le Pays d'amont. Ces bateaux, ces marchandises viennent d'amont, du Pays d'amont. Le vent est d'amont, vient d'amont. On appelle Vent d'amont, Le vent du Levant.

AMORCE. s. f. Appât pour prendre des poissons, des oiseaux, etc. Prendre des poissons avec de l'amorce. De l'amorce pour prendre des oiseaux.

AMORCE, se dit aussi De la poudre à canon, qu'on met dans le bassinet d'une arme à feu, ou à des fusées, à des petards, etc. pour y faire prendre feu. L'amorce est bien sèche. L'amorce est mouillée. L'amorce ne prendra pas.

AMORCE, se dit figurément De tout ce qui attire la volonté, en flattant les sens ou l'esprit. Les amorces de la volupté. Douce amorce. Dangereuse amorce. Il n'y a point de plus grande amorce pour les âmes basses que l'intérét. La gloire a de puissantes amorces pour les grandes âmes. Eviter l'amorce, y résister. Ne vous laissez pas prendre à l'amorce.

AMORCER. v. a. Garnir d'amorce. Amorcer un hameçon. Amorcer un pistolet, une arquebuse, un canon, une fusée.

AMORCER, signifie aussi, Attirer avec de l'amorce. Amorcer des poissons, des oiseaux. AMORCER, signifie aussi figurément, attirer

le

Il n'est plus guère d'usage qu'en quelques par des choses qui flattent l'esprit ou les sens. Provinces. Se laisser amorcer au gain. Etre amorcé par gain. C'est une femme adroite et dangereuse, qui sait les moyens d'amorcer les gens. Il s'est laissé amorcer par une apparence de gloire. AMORCÉ, ÉE. participe.

terre.

AMODIER. v. act. Affermer une terre en grain ou en argent. Il a amodié sa terre à tant en blé, à tant en argent.

AMODIÉ, ÉE. participe. AMOINDRIR. v. a. Diminuer, rendre moin dre. Cela amoindrira votre revenu. Cela a beaucoup amoindri ses forces.

On dit aussi S'amoindrir, Devenir moindre. Son revenu s'amoindrit tous les jours.

AMOINDRI, IE. participe. Son revenu est amoindri.

AMOINDRISSEMENT. s. m. Diminution.

L'amoindrissement de sa fortune. L'amoindris sement de sa puissance, de ses moyens.

AMOLLIR. v. a. Rendre mou et maniable. Le chaud amollit la cire.

Il signifie figurément, rendre mou et effeminé. La volupté amollit le courage, La retraite fortifie la vertu, la vie dissipée l'amollit.

S'AMOLLIR. V. pron. Devenir mou. Aμ figuré, S'affoiblir, devenir efféminé.

AMOLLI, IE. participe. AMOLLISSEMENT. s. m. Action de mollir. L'amollissement de la cire.

Il se dit aussi au figuré. L'amollissement du courage.

AMONCELER. v. a. J'amoncelle, j'amon celois. Entasser, mettre plusieurs choses en un monceau. Amonceler des gerbes. Amonceler plusieurs choses les unes sur les autres.

AMONCELÉ, ÉE. Participe.

AMONT. adv. Terme usité parmi les Mariniers, pour signifier, Le côté d'où vient la

AMORÇOIR. 8. m. Outil dont l'artisan qui travaille en bois se sert pour commencer les

trous.

AMORTIR. v. a. Rendre moins ardent, moins acre, moins violent. Ce feu est trop jrand, il faut y jeter de l'eau pour l'amortir. Amortir le feu d'un érysipele avec de l'oxy

crat.

Il signifie aussi, Faire perdre de la force à un coup de feu. Il reçut un coup de pistolet de fort près, mais son buffle amortit un peu le coup. On dit aussi S'amortir. Le coup s'amortit contre son buffle, c'est-à-dire, Devint moins fort.

Il se dit aussi Des herbes, et il signifie pareillement, Leur faire perdre de leur force, de leur âcreté et de leur amertume; et il s'emploie plus ordinairement au neutre. Faire amortir des herbes dans de l'eau bouillante. Faire amortir du cerfeuil sur une pelle rouge.

Il se dit aussi Des couleurs, pour dire, En affoibli la vivacité, l'éclat, par des couleurs sombres, ou autrement. Ces couleurs sont un peu trop vives et trop dures, il faut les amortir par d'autres plus douces. Le temps amortit les couleurs, et rend la peinture plus tendre.

On dit figurément, Amortir les feux, les ardeurs de la jeunesse, amortir les passions, pour dire, Rendre les passions moins vives, moins ardentes. Le temps amortit les feux de la jeunesse.

AMORTIN, se dit encore en matière de rentes,

de pensions, et de devoirs de fief, et siguific, | Les éteindre, les faire cesser, en payant ou en dédommageant ceux à qui l'on doit. Amortir une dette, une rente, une pension, Amortir une redevance de fief.

AMORTIR. v. a. Terme de Pratique. Payer le 'droit d'amortissement. Amortir une terre, un fief, une maison.

On dit aussi, que Le Roi amortit une terre, pour dire, qu'Il permet que des gens de mainmorte possèdent une terre en fief, etc.

AMORTI, IE. participe.

AMORTISSEMENT. s. m. Terme de Pratique, qui signifie, Le rachat, l'extinction d'une pension, d'une rente, d'une redevance de fief. Faire l'amortissement d'une rente, d'une pension.

Il se dit aussi en parlant d'Un domaine, d'une terre, d'un héritage qui tombe en mainmorte; et il signifie, La faculté que donne le Roi pour faire que des gens de mainmorte puissent devenir propriétaires. Ces Religieux ont payé tant pour l'amortissement d'une telle terre. Ils ont payé les droits d'amortissement.

AMORTISSEMENT, est aussi un terme d'Architecture, et signifie, Ce qui termine, ce qui finit le comble d'un bâtiment. On a mis pour amortissement à ce pavillon un vase de fleurs. Mettre des figures, des vases, des trophées audessus d'une corniche, pour servir d'amortissement. Mettre un vase, mettre une figure en amortissement.

Il se dit aussi, par extension, De tous les ornemens qui terminent des ouvrages d'Architecture.

AMOUR subst. m. Sentiment par lequel le cœur se porte vers ce qui lui paroît aimable, et en désire la possession. Amour extrême. Amour ardent. Amour violent. Amour honnéte. Amour légitime. Amour naissant. Amour divin. Amour céleste. Amour terrestre. Amour charnel. Amour désordonné. Amour sensuel. Amour conjugal. Amour paternel. Amour filial. Amour réciproque. Amour mutuel. Avoir de l'amour, donner de l'amour, inspirer de l'amour.Etre transporté d'amour, bruler d'amour, languir d'amour, mourir d'amour.

On dit proverbialement, en parlant d'Une feinme laide, que C'est un vrai remède d'amour.

AMOUR-PROPRE. C'est, dans le sens absolu et philosophique, Le sentiment d'amour et de préférence que chacun a pour soi, et qui est naturel à tous les hommes: mais dans le sens le plus ordinaire, il se prend pour ce même sentiment porté jusqu'à l'excès qui en fait un vice; et il signifie, L'opinion trop avantageuse qu'un homme a de lui-même, le trop grand attachement à tout ce qui lui est personnel. Cet homme a bien de l'amour-propre. Il est pétri d'amour - propre. Il y a bien de l'amourpropre dans cette prétention, dans ce langage, dans cette réponse. L'amour-propre est le mobile de toutes ses actions.

AMOUR DE SOI. On le distingue de l'Amourpropre, en ce qu'il n'exprime que l'attachement de chacun à son existence et à son bien-être; sentiment légitime et nécessaire à tous les

hommes: il ne devient vicieux que par l'excès; et alors c'est, ou l'Amour-propre, ou l'Égoïsme. L'amour de soi a été donné à chacun pour veiller à sa conservation.

Le mot d'Amour, étant joint avec divers termes précédés des particules de, du, des, reçoit divers sens, selon les divers termes ave lesquels il se joint.

Quelquefois la particule de, dont il est suivi sert à marquer de quelle nature est l'amour dont on parle; et en ce sens on dit, Amour de bienveillance, amour de charité, amour de concupiscence, amour d'intérêt, pour dire, Un amour qui procède d'un sentiment de bienveillance, de charité, d'intérêt, etc.

Quelquefois les particules de, du, des, servent à marquer l'objet vers lequel l'amour se porte. Ainsi on dit, L'amour de Dieu, l'amour du prochain, l'amour des créatures, l'amour de la liberté, l'amour de la Patrie, l'amour de la gloire, l'amour de la vertu, l'amour des richesses, l'amour des plaisirs, l'amour des femmes, pour dire, L'amour qu'on a pour Dieu, pour le prochain, pour les créaLures, etc.

Quelquefois aussi ces mêmes particules servent à marquer le sujet dans lequel l'amour réside. Ainsi on dit, L'amour des pères, l'amour des mères, l'amour des peuples, etc. pour, L'amour qu'ont les pères et les mères, l'amour qu'ont les peuples, etc.

M'amour, expression familière, autrefois employée pour, Mon amour, et qui a vieilli.

On dit proverbialement, Tout par amour, et rien par force, pour marquer qu'On réussit toujours plus par la voie de douceur que par toute autre; et, Pour l'amour de Dieu, pour dire, Dans la seule vue de plaire à Dieu. Faire quelque chose pour l'amour de Dieu. On le dit de plus dans le discours familier, pour dire, Sans aucun intérêt. On lui a donné cela pour l'amour de Dicu. On dit ironiquement, Comme pour l'amour de Dieu, pour exprimer Une chose faite ou donnée à contre-cœur, ou un don fait avec lésinerie. On lui en a donné comme pour l'amour de Dieu. On dit aussi, Pour l'amour de quelqu'un, pour, Par la considération, par l'estime, par l'affection qu'on a pour quelqu'un. C'est une chose que je vous prie de faire pour l'amour de moi. Je voudrois pour l'amour de vous que cela fút.

En parlant Des femelles des animaux, on dit, qu'Elles sont en amour, pour, qu'Elles sont en chaleur. Une chatte qui est en amour. Quand les biches sont en amour. Quand les oiseaux sont en amour. Au Printemps toute la terre, toute la nature est en amour.

AMOUR, quand il signifie La passion d'un sexe pour l'autre, est quelquefois féminin au singulier, en Poésie; et presque toujours féminin au pluriel, même en Prose. De nouvelles amours, d'ardentes amours, de folles amours. C'est l'objet de ses amours; et dans cette acception on dit, Troubler deux personnes dans leurs amours, pour, Les troubler dans le commerce de leur passion.

Arouns, se dit aussi au pluriel, pour signifier L'objet que l'on aime avec passion. Etre avec ses amours. Quitter ses amours. Et dans ce sens on dit proverbialement, qu'Il n'y a point de belles prisons, ni de laides amours. On dit aussi proverbialement, Froides mains, chaudes amours, pour, La fraicheur des mains marque d'ordinaire un tempérament chaud.

AMOURS, se dit encore au pluriel, De tout ce qu'on aime avec passion. Les tableaux, les médailles, les livres, sont ses amours.

AMOUR. S. m. Divinité fabuleuse, à qui les anciens Païens attribuoient le pouvoir de faire aimer. On peint ordinairement l'Amour avec un arc, un bandeau et des flèches. La mère de l'Amour. Le bandeau de l'Amour. Les traits de l'Amour. Le flambeau de l'Amour. Les ailes de l'Amour. Il est beau comme l'Amour. Les Anciens ont donné plusieurs frères à l'Amour; et c'est dans ce sens qu'on dit, Les Amours, les tendres Amours. Les Jeux, les Ris et les Amours.

AMOURACHER. v. a. Engager dans de folles amours. Je ne sais qui a pu l'amouracher de cette sotte. Le plus souvent on dit S'AMOURACHER, et il signifie, Prendre une passion folle. Il est sujet à s'amouracher. Il s'est amouraché des sciences occultes. Il n'est que du style familier.

AMOURACHÉ, ÉE, participe.

AMOURETTE. s. f. diminutif. Amour de pur amusement, et sans grande passion. C'est un homme qui a toujours quelque amourette, des amourettes lui ont fait tort dans le monde. On dit, Se marier par amourette, pour, Se marier par amour; et ordinairement cela ne se dit qu'en parlant d'Un mariage inégal, et qui n'est pas approuvé.

On appelle Amourettes, Certaines partics délicates, friandes, qu'on détache de quelques os de la viande. On lui servit les amourettes. AMOUREUSEMENT. adv. Avec amour. Soupirer amoureusement. Regarder amoureu

sement.

Il se dit dans les Arts, De ce qui est exécuté avec affection, avec grâce. Cet air veut être joué amoureusement. Ce petit tableau est amoureusement peint.

AMOUREUX, EUSE. adj. Qui aime par amour. Être amoureux, éperdument amoureux, passionnément amoureux. Devenir amou reux. Il est amoureux de cette femme, et elle est amoureuse de lui.

Il signifie aussi, Enclin à l'amour. Il est d'un tempérament amoureux, de complexion

amoureuse.

Cn dit proverbialement d'Un homme qui fait l'amant de toutes les femmes qu'il voit, qu'Il est amoureux des onze mille vierges qu'Il seroit amoureux d'une chèvre coiffée.

AMOUREUX, signific aussi, Qui marque de l'amour, qui est plein de sentimens d'amour, qui tend à inspirer de l'amour, à donner de l'amour. Soupirs amoureux. Regards amoureux. Lettres amoureuses. Style amoureux.

On dit poétiquement, L'empire amoureux,

pour, L'empire, les lois de l'Amour, pris comme Divinité fabuleuse; et pour signifier aussi L'étendue de cette domination. Vivre sous l'empire amoureux, dans l'empire amoureux.

AMOUREUX, se dit aussi pour signifier, Qui a une grande passion pour quelque chose. Etre amoureux de la gloire. Il est amoureux de la Peinture. Il est amoureux de tableaux. On dit, qu'Un homme est amoureux de ses ouvrages, de ses pensées, de ses sentimens, de ses opinions, pour, qu'Il en est entêté.

AMOUREUX, est aussi substantif, et alors il signifie Amant. Un amoureux transi. L'amoureux des onze mille vierges.

AMOVIBILITÉ. s. f. Qualité de ce qui est amovible. L'amovibilité de cette place en dimi nue bien le prix.

AMOVIBLE. adj. des 2 genres. Qui peut être ôté d'un poste, qui peut être destitué à Volonté. Il ne se dit guère qu'en matière Ecclésiastique. Vicaire amovible, Chapelain amovible. On dit aussi, Emploi amovible, place amovible.

AMP

AMPHIBIE. adj. des 2 genres. Qui vit sur la terre et dans l'eau. Les veaux marins, les loutres, les castors, les crocodiles, les rats d'eau, etc. sont des animaux amphibies.

Il se prend quelquefois substantivement. C'est un amphibie.

On dit figurément d'Un homme qui exerce deux professions disparates, C'est un amphibie.

AMPHIBOLOGIE. s. f. Double sens que présente une phrase mal construite. Il y avoit souvent de l'amphibologie dans les oracles des faux Dieux, Cet homme ne parle que par amphibologie.

AMPHIBOLOGIQUE. adj. des 2 genres. Ambigu, obscur, ayant double sens. Discours amphibologique. Oracle amphibologique. Réponse amphibologique.

AMPHIBOLOGIQUEMENT. adv. D'une manière amphibologique. Souvent les oracles parloient amphibologiquement.

AMPHICTYONS. s. m. pl. Nom que les Grecs donnoient aux Représentans des Villes qui avoient droit de suffrage dans le Tribunal de la Nation. Les Amphictyons s'assembloient à Delphes et aux Thermopyles. Droit d'Amphictyonie. Ville Amphictyonide. Suffrage Amphictyonique.

AMPHIGOURI. s. m. Discours dont les mots ne présentent que des idées sans ordre, et n'ont aucun sens déterminé. Il est familier. AMPHIGOURIQUE. adj. des 2 genres. Obscur, burlesque, qui ne présente aucun seus déterminé. Un style amphigourique. Des vers amphigouriques.

AMPHISCIENS. adj. m. pl. Terme de Géographie. Il se dit des habitans de la Zone torride, dont l'ombre tombe tantôt vers le midi, tantôt vers le nord.

AMPHITHÉÂTRE. s. m. Chez les anciens Romains, c'étoit un grand édifice bâti en rond, dont l'intérieur étoit formé de gradins, d'où

[ocr errors][ocr errors]

l'on voyoit les combats des Gladiateurs et des bêtes. Grand amphithéâtre. Amphithéatre spacieux. L'amphithéâtre de Nîmes. L'amphithéâtre de Vespasien s'appelle aujourd'hui Le Colisée.

AMPHITHÉÂTRE, C'est parmi nous un lieu elevé par degrés vis-à-vis du Théâtre, d'où les Spectateurs voient le spectacle plus commodément. L'amphithéâtre étoit plein de monde.

AMPHORE. s. f. Vase antique: il étoit de différentes grandeurs; mais la jauge la plus ordinaire est évaluée, par les Antiquaires, à environ vingt-quatre de nos pintes.

AMPLE. adj. des 2 genres. Qui est étendu en longueur et en largeur au-delà de la mesure la plus ordinaire, la plus commune de chaque chose. Ample étendue. Ce lieu, cet espace n'est pas assez ample. Une robe bien ample. Un manteau fort ample. Ce rideau est trop ample.

AMPLE, se dit figurément De plusieurs choses, par rapport à l'étendue, et qucfuefois par rapport à la durée. Ample repas. Ample déjeuner. Ample discours. Ample récit. Ample sujet. Une ample matière. Une relation bien ample. Un ample traité. Un champ bien ample pour discourir. Ample pouvoir. Permission bien ample. Priviléges bien amples. Il ne demandoit qu'un congé d'un mois, on lui en a accordé un bien plus ample.

Ample, sans modificatif, précède le nom, comme on le voit dans les premiers exemples. Ample, précédé d'un modificatif, suit le nom Un pouvoir bien ample. Un congé plus ample,

AMPLEMENT adv. D'une manière ample. Je lui ai écrit amplement, bien amplement. Je vous en entretiendrai plus amplement. Il m'a amplement satisfait. Il leur donna amplement à dîner.

AMPLEUR. s. f. Etendue de ce qui est ample. Il ne se dit qu'en parlant D'habits et de meubles. Un manteau qui a trop d'ampleur. Un rideau qui n'a pas assez d'ampleur.

AMPLIATIF, IVE. adj. Qui augmente, qui ajoute. Il ne se dit guère qu'en parlant Des Brefs et Bulles, et autres Lettres Apostoliques, qui ajoutent quelque chose aux précédentes. Le bref ampliatif de Clément IX. La Bulle ampliative de Paul III.

AMPLIATION. s. f. Terme de Finance. Le double d'une quittance ou d'un autre acte, que l'on garde pour le produire. Registre des ampliations.

On appelle Lettres d'ampliation, Des Lettres en Chancellerie, pour expliquer les moyens qu'on avoit omis dans une Requête civile.

AMPLIFICATEUR. s. m. Celui qui amplifie. C'est un grand amplificateur. Il ne se dit qu'en mauvaise part.

AMPLIFICATION. s. f. Terme de Rhétorique. Discours par lequel on étend le sujet qu'on traite. Il y a trop d'amplification dans ce discours.

On appelle dans les Colléges, Amplification, Le discours que les écoliers font sur un sujet qu'on leur donne à développer. Cet écolier réussit dans les amplifications.

AMPLIFIER. v. a. Étendre, augmenter par le discours. Amplifier une nouvelle. Il amplifie toujours les choses. Il amplifie tout ce qu'il dit. AMPLIFIÉ, ÉE. participe..

AMPLISSIME. superlatif. Très-ample. C'est aussi un titre d'honneur donné au Recteur de l'Université de Paris.

AMPLITUDE. s. f. Dans le jet des bombes, c'est la ligne horizontale comprise entre le point d'où part la bombe, et celui où elle va tomber. L'amplitude du jet.

AMPLITUDE, en Astronomie, est l'arc de l'horizon compris entre le vrai levant ou le vrai couchant, et le point où un astre se lève ou se couche. Amplitude orientale ou ortive du soleil. Amplitude occidentale ou occase.

AMPOULE. s. f. Fiole, petite bouteille. En ce sens il ne se dit que de La sainte Ampoule, qui est une fiole où l'on conserve l'huile qui sert à l'onction des Rois de France quand on les sacre.

AMPOULE, se dit aussi De ces petites enflures qui se font sur la peau, et qui sont pleines d'eau. Il lui est venu une ampoule à la main, Il a des ampoules, de grosses ampoules aux mains, des ampoules sous les pieds.

AMPOULÉ, ÉE. adjectif. Enflé. Il ne se dit guère qu'au figuré, et sculement en parlant De prose ou de vers. Discours ampoulé, Style ampoulé. Vers ampoulé.

AMPUTATION. s. f. Terme de Chirurgie. Retranchement. Amputation d'un bras. Il n'a été sauvé que par l'amputation de sa jambe. Les Chirurgiens furent d'avis de l'amputation. AMPUTER. v. a. Terme de Chirurgie. Retrancher.

AMPUTÉ, ÉR. participe.

AMU

AMULETTE. s. masc. Figure ou caractère qu'on porte sur soi, en y attachant une confiance superstitieuse.

AMURER. v. act. Terme de Marine. C'est bander les cordages.

AMURÉ, ÉE. participe.

AMURES. s. f. pl. Trous pratiqués dans le plat-bord d'un vaisseau, pour y arrêter artaines cordes qui servent à bander les voiles.

AMUSANT, ANTE. adj. Qui amuse agréablement, qui divertit. C'est un esprit amusant. C'est la personne du monde la plus amusante, Un livre fort amusant. C'est un homme d'une conversation fort amusante.

AMUSEMENT. s. m. Ce qui amuse, ou qui | sert à amuser. Doux amusement. Amusement innocent. Son luth fait son amusement. C'est son amusement. Agréable amusement.

AMUSEMENT, signifie aussi Tromperie, promesses trompeuses. Tout ce que vous me dites là, n'est qu'un amusement.

AMUSER. v. a. Arrêter inutilement, faire perdre le temps. Amuser quelqu'un. Il ne faut rien, il ne faut qu'une mouche pour l'amuser. Amuser l'ennemi.

Il signifie aussi, Divertir par des choses

agréables. En attendant le souper, on amusa la compagnie par un concert. C'est un homme qui a l'art d'amuser agréablement ceux qui le vont voir. Amuser des enfans.

AMUSER, signifie aussi, Repaître de vaines espérances. Il vous amuse pour vous tromper. Il l'amuse de belles paroles. Il y a trois ans qu'il l'amuse.

S'AMUSER, signifie, S'occuper par simple divertissement, et pour ne se pas ennuyer. Il s'amuse depuis quelque temps à faire des expériences de Physique. C'est perdre son temps, que de s'amuser à faire des vers, quand on n'a point de talent pour la Poésie.

On dit dans le discours familier, À quoi | vous amusez-vous de parler à un fou? pour, De quoi vous avisez-vous? Et dans le même sens, Ne vous amusez pas à le plaisanter, il n'entend pas raillerie.

On dit proverbialement S'amuser à la moutarde, pour, S'arrêter à des choses inutiles. Et lorsqu'un homme parle beaucoup sur une affaire, sans en venir au fait, on dit, Il ne fait qu'amuser le tapis. C'est amuser le tapis.

AMUSÉ, ÉE. participe.

AMUSETTE. s. fém. Petit amusement. Les poupées sont des amusettes d'enfant. Il regarde cela comme des amusettes. Il est du style familier.

AMUSOIRE, s. fém. se dit familièrement d'Un moyen d'amuser, dans le sens de Distraire. Cela n'est pas sérieux; ce n'est qu'une amusoire. Il est peu usité.

AMY

AMYGDALE. s. fém. On appelle ainsi les glandes en forme d'amande, qui sont aux deux côtés de la gorge sous la luette. Avoir les amyg. dales enflées.

AMYGDALOÏDE. s. f. Pierre figurée qui

ressemble à une amande.

AN

AN. s. m. Le temps que le Soleil est à parcourir le Zodiaque, et qui est composé de douze mois. An commencé. Après un an entier. Après un an révolu. Au bout d'un an. Au bout de l'an il arriva que.......... L'an étant expiré. Le premier jour de Janvier est le premier jour de l'an. Il y a deux ans, trois ans, etc. Au bout de cinquante ans. Il n'a pas encore vingt-cinq ans accomplis. Il a dix ans de service.

On appelle Service du bout de l'an, ou simplement Le bout de l'an, Le Service qu'on fait dans une Église pour une personne un an après

sa mort.

On appelle An Bissextil, Celui où l'on compte un jour de plus au mois de Février, qui alors en a vingt-neuf, au lieu de vingt-huit qu'il a d'ordinaire.

L'an du monde, l'an de grâce, l'an du salut, l'an de Notre-Seigneur, l'an de l'Incarnation, sont des formules dont on se sert, suivant qu'on suppute les temps par rapport ou à la

|

[blocks in formation]

ANALÊME. subst. masc. Projection orthographique de la Sphère sur le colure des Sols

tices.

ANALEPTIQUE. s. f. Partie de l'art de conserver la santé, ou de l'hygiène.

On dit, Le jour de l'an, pour, Le premier jour de l'an. Et Bon jour et bon an, est une façon de parler proverbiale et familière, dont on se sert pour saluer les personnes la première fois qu'on les voit dans les premiers jours de chaque année. Bon an, mal an, espèce de formule qui signifie, Compensation faite des mauvaises années avec les bonnes. Bon an, mal an, ce pretion, la résolution d'un corps dans ses prin lui rapporte tant de foin. Bon an, mal an, sa cipes. Faire l'analise d'une plante. Analise chimique. Analise par voie de Chimie.

terre lui vaut tant.

Far an, c'est-à-dire, Chaque année, Sa terre lui rapporte tant par an.

En style de Jurisprudence, on dit, An et jour, pour signifier, L'année révolue. Voyez ANNÉE.

ANA

ANA. s. m. Terminaison qu'on donne à des titres de recucils de Pensées détachées; de traits d'Histoire, etc. tels que le Ménagiana, le Perroniana, etc.

ANA, est aussi un mot employé dans les ordonnances des Médecins, pour signifier, Quantité égale de drogues qu'on mêle ensemble.

ANACARDE. s. m. Fruit qui a du rapport avec celui de l'Acajou, et qui s'emploie en Médecine.

ANACHORÈTE. s. m. (l'H ne se prononce point.) Ermite, Moine qui vit seul dans un désert. Il se dit par opposition aux Moines qui vivent en commun, et qu'on appelle autrement Cenobites. Les Anachorètes de la Thébaide.

un

ANACHRONISME. s. masc. Faute contre la Chronologie. On accuse Virgile d'avoir fait anachronisme, en faisant Énée et Didon contemporains.

ANACREONTIQUE. adj. des 2 genres. Qui est dans le goût des Odes d'Anacréon. Vers Anacreontiques.

ANAGALLIS. s. m. Voyez MounON.

ANAGOGIQUE. adj. des 2 genres. Terme de Théologie. Il ne se dit guère que dans cette phrase, Interprétation anagogique, pour dire, Une interprétation qu'on tire d'un sens naturel et littéral, pour s'élever à un sens spirituel et mystique.

ANAGRAMMATISER. v. n. S'occuper de l'anagramme des mots.

ANAGRAMMATISTE. s. m. Qui fait des

anagrammes.

ANAGRAMME. s. f. Arrangement des lettres d'un mot, disposées de telle sorte, qu'elles font un autre mot et un autre sens. Faire une anagramme. Cette anagramme est heureuse. | L'anagramme n'est parfaite que quand on ne change aucune lettre du mot sur lequel on la fait.

ANAGYRIS, ou BOIS PUANT. s. m. Arbre d'une moyenne grandeur, qui croît en Italie, en Espagne, etc. Sa fleur est légumineuse. Ses feuilles, froissées dans les mains, rendent une odeur forte et désagréable. On en fait usage en Médecine.

[ocr errors]

ANALEPTIQUE. adj. des 2 genres. Il se dit d'Un remède qui fortifie.

ANALISE. s. f. Terme didactique. La réduc

On dit aussi, Faire l'analise d'un Discours, pour dire, Le réduire dans ses parties principales, 5, pour en mieux connoître l'ordre et la suite.

En Mathématiques, on appelle Analise, L'art de résoudre les problèmes par l'Algèbre. Être versé dans l'analise.

En Logique, on appelle Analise, La méthode de résolution, qui remonte des conséquences aux principes, des effets aux causes.

ANALISER. v. a. Faire l'analise. Il se dit principalement des productions de l'esprit. Analiser un discours, un plaidoyer, un rai

sonnement.

ANALISÉ, ÉE. participe.

ANALISTE. s. m. Terme de Mathématiques. Qui est versé dans l'analise. Habile Analiste.

ANALITIQUE. adj. des 2 genres. Qui tient de l'analise. Méthode analitique. Examen analitique.

ANALITIQUEMENT. adv. Par analise, par voie analitique. Procéder analitiquement.

ANALOGIE. s. f. Rapport, ressemblance, proportion. Il s'emploie un peu diversement en Mathématiques et en Philosophie. Dans les premières, il signifie, Rapport exact et rigoureux. Il y a la même analogie de deux à trois, que de six à neuf. La solution de ce problème dépend de l'analogie, de plusieurs analogies. En Philosophie, il se dit Des rapports plus ou moins éloignés, même de similitude. L'analogie du fer avec l'aimant. La partie basse d'une montagne s'appelle le pied de la montagne, par analogie avec le pied de l'homme. Raisonner par analogie. Foible analogie. Analogie frappante. Il ne faut pas toujours conclure par analogie.

Il se dit en parlant d'Histoire. Il y a entre ces deux récits des analogies de temps et de circonstances, qui font croire que c'est le mém e fait diversement raconté.

Il se dit en Morale. Ces deux hommes se sont liés par l'analogie de leur caractère et de leurs goûts.

Il se dit aussi en termes de Grammaire, pour marquer Le rapport que divers mots d'une Langue ont ensemble pour leur formation. Le mot passionné est formé de passion par la même analogie qu'affectionné l'est d'affection.

ANALOGIQUE. adj. des 2 genres. Qui a de l'analogic. Termes analogiques.

ANALOGIQUEMENT, adv. D'une manière

analogique. Le mot de pied se dit analogiquement du bas d'une montagne.

ANALOGUE. adj. des 2 genres. Terme de Philosophie. Qui a de l'analogie avec une autre chose. Le pied de l'homme et le pied d'une montagne sont des termes analogues.

On le fait quelquefois substantif. Les analogues. Ce sont deux analogues. Ce terme n'a point d'analogue en François.

ANALYSE. s. f. Voyez ANALISE. ANALYSER. v. a. Voyez ANALISER. ANALYSTE. s. m. Voyez ANALISTE. ANALYTIQUE. adj. des 2 genres. Voyez ANALITIQUE.

ANALYTIQUEMENT. adv. Voyez ANALI

TIQUEMENT.

ANAMORPHOSE. s. f. On appelle ainsi Un tableau qui, vu d'une certaine distance, représente certains objets, et représente toute autre chose, vu d'une autre distance.

ANANAS. s. m. Plante qui croît entre les Tropiques, et qu'on élève en Europe dans 'des serres chaudes. Le fruit de cette plante s'appelle aussi Ananas, et est très-estimé par sa

saveur.

ANAPESTE. s. m. Sorte de pied dans la Poésie Grecque ou Latine, composé de deux brèves et une longue.

ANATOMIE. s. f. Dissection du corps ou de quelque partie du corps d'un animal. Faire l'anatomie du corps humain. Faire l'anatomie d'un sujet humain. Faire l'anatomie de l'oeil, du cerveau. L'anatomie d'un chien, d'un oiseau, d'un poisson.

On dit aussi, Faire l'anatomie d'une plante, pour dire, La disséquer, afin d'examiner de quelles parties elle est composée.

ANATOMIE, se prend aussi pour L'art de disséquer le corps d'un animal. Étudier l'Anatomie. Il est habile dans l'Anatomie.

On dit aussi, qu'Un homme sait bien l'anctomie, pour dire, qu'Il a une grande connoissance de la structure du corps humain.

ANATOMIE, se dit aussi figurément, De toute sorte de discussion particulière et exacte, de quelque sujet que ce soit. Faire l'anatomie d'un discours. Faire l'anatomie d'un livre,

ANATOMIQUE. adj. des 2 genres. Qui appartient à l'Anatomie. Observations anatomiques. Sujet anatomique.

On appelle Théâtre anatomique, Un lieu destiné pour y faire des anatomies.

ANATOMIQUEMENT. adv. D'une manière anatomique. Pour un Historien, vous décrivez ces blessures trop anatomiquement.

ANATOMISER. v. a. Faire l'anatomie. Ana

ANAPHORE. s. f. Figure de Rhétorique. tomiser un corps. Répétition.

ANARCHIE. s. f. État sans chef, et sans aucune sorte de gouvernement. La Démocratie pure dégénère facilement en Anarchie.

ANARCHIQUF. adj. des 2 genres. Qui tient de l'Anarchie. Un Etat Anarchique.

ANARCHISTE. s. des 2 genres. Partisan de l'anarchie, fauteur de troubles. Il est aussi adjectif, et se dit Des opinions. Des principes anarchistes, un système anarchiste, pour, Favorables à l'anarchie.

ANASARQUE. s. f. Enflure oedémateuse de toute l'habitude du corps.

ANASTOMOSE. s. f. Terme d'Anatomie, qui signifie L'abouchement d'une veine dans une autre veine, ou de l'extrémité d'une artère dans l'extrémité d'une veine. Les anastomoses servent à la circulation du sang.

ANASTOMOSER. v. a. Terme d'Anatomie. Il ne se met qu'avec le pronom personnel. Se joindre par les extrémités, s'emboucher l'un dans l'autre. Il ne se dit que Des vaisseaux. Les artères s'anastomosent avec les veines.

ANATHÉMATISER. v. a. Frapper d'anatheme. Excommunier. Anathématiser les Hérétiques.

ANATHÉMATISÉ, ÉE. participe.

ANATHÈME. s. m. Excommunication. Retranchement de la Communion de l'Église. Lancer anathème. Frapper d'anathème. Prononcer anathème, Fulminer anathème. Dire anathème à quelqu'un. Tous les Pères du Concile d'Ephèse crièrent anathème à Nestorius.

ASATHÈME, se dit aussi Des personnes; et alors il signifie Excommunié, retranché de la Communion des Fidèles. Quiconque dira..... qu'il soit anathème. Tome I.

On dit figurément, Anatomiser un livre, un discours, pour dire, En examiner toutes les parties en détail.

ANATOMISÉ, ÉE. participe.

ANATOMISTE. s. m. Qui est savant dans l'Anatomie. Grand Anatomiste. Cet homme-là n'est pas Anatomiste.

ANC

ANCÈTRES. s. m. pl. Les aïeux, ceux de qui on descend. Il ne se dit guère qu'en parlant De ceux qui sont au-dessus du degré de grand-père, et qu'en parlant Des maisons illustres. Légénérer de la vertu de ses ancêtres. Le tombeau de ses ancêtres. Tous ses ancêtres se sont rendus recommandables.

Il se dit aussi De tous ceux qui nous ont devancés, encore que nous ne soyons pas de leur race. Nos ancêtres nous ont laissé de beaux exemples.

ANCHE, s. f. Petit tuyau plat, par lequel on souffle dans les hautbois, dans les bassons. L'anche d'un hautbois.

ANCHE, se dit aussi d'Un demi-tuyau de cuivre, qui se met dans les tuyaux d'orgue. On l'appelle Anche d'orgue,

ANCHE, se dit aussi d'Un petit conduit par lequel la farine coule dans la huche du moulin. ANCHÉ. adj. Terme de Blason. Il se dit d'Un cimeterre recourbé.

ANCHILOPS. s. m. (On prononce Ankilops.) C'est une tumeur flegmoneuse située à l'angle interne de l'œil, qui dégénère en abcès. Quand cet abcès s'ouvre, il prend le nom d'Egilops.

ANCHOIS. s. m. Petit poisson de mer, qui n'a point d'écailles, qui est de la grosseur et de la longueur d'un doigt, que l'on sale et

que l'on mange cru. De bons anchois. Une salade d'anchois.

ANCIEN, IENNE. adjectif. (Il est de trois syllabes en vers; mais autrefois on ne le faisoit que de deux.) Qui est depuis long-temps. Cette Loi est fort ancienne. C'est une ancienne coutume. Bâtiment fort ancien. Meuble bien ancien. Anciens titres. Anciens manuscrits. Anciens monumens. Cette famille est ancienne.

Il se dit par opposition à Nouveau et à Moderne: L'ancien et le nouveau Testament. L'ancienne et la nouvelle Rome. L'ancienne Grèce et la Grèce moderne.

Il se dit aussi Des personnes qui ne sont plus en charge, Les anciens Echevins. Les anciens Marguilliers. L'ancien Evêque d'une telle Ville.

ANCIEN, s'emploie aussi substantivement, en parlant De ceux qui ont vécu en des siècles fort éloignés de nous. Un ancien disoit. Il appuie son opinion de l'autorité d'un ancien. Les anciens avoient coutume. La Poésie des anciens. Les ouvrages des anciens. Les anciens ont porté les Arts et les Sciences bien loin.

L'Écriture-Sainte, en parlant De Dieu, l'appelle quelquefois, l'Ancien des jours.

ANCIEN, est aussi un terme de Dignité, parce qu'originairement on choisissoit les vieillards pour remplir les premières places. Les anciens du peuple d'Israël.

Il se dit aussi De celui qui a été reçu dans une Charge, dans une Compagnie avant un autre homme dont on parle. Il est votre ancien dans la Chambre, quoique plus jeune. C'est au plus ancien en charge à porter la parole. Tous les anciens de la Compagnie furent de cet avis.

ANCIENNEMENT. adv. Autrefois, dans les siècles passés. Anciennement on faisoit telle chose. Anciennement on vivoit d'une autre manière.

ANCIENNETE. s. f. Qualité de ce qui est ancien. Des choses vénérables par leur ancienneté. Cela s'est fait de toute ancienneté.

On ne dit pas, L'ancienneté des temps, ni, Remonter dans l'ancienneté. Il faut dire, L'antiquité des temps; Remonter dans l'antiquité.

On dit, L'ancienneté d'une Maison, pour dire, L'antiquité plus ou moins reculée de son origine.

ANCIENNETÉ, se dit aussi De la priorité de réception dans une Compagnie. Ils marchent, ils ont rang selon leur ancienneté, selon l'ancienneté. Ancienneté de réception.

ANCILES. s. m. pl. Terme d'Antiquité. Nom qu'on donnoit à Rome à certains Boucliers sacrés que les Romains regardoient comme tombés du ciel, et comme des gages de la durée de leur Empire.

ANCOLIE. s. f. Plante qu'on cultive dans les jardins, à cause de la beauté de sa fleur.

ANCRAGE. s. m. Lieu propre et commode pour ancrer. Il y a bon ancrage en toute cette côte. On appelle Droit d'ancrage, Un droit qu'on paye pour avoir liberté d'ancrer. Payer le droit d'ancrage.

ANCRE. s. f. Grosse pièce de fer, dont les extrémités se terminent à deux branches tour8

« PrécédentContinuer »